Tron legacy (Joseph Kosinski - 2010)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4658
Joined: 13 Dec 07, 19:24

Tron legacy (Joseph Kosinski - 2010)

Post by nobody smith »

Image

Sam Flynn, 27 ans, est le fils expert en technologie de Kevin Flynn. Cherchant à percer le mystère de la disparition de son père, il se retrouve aspiré dans ce même monde de programmes redoutables et de jeux mortels où vit son père depuis 25 ans. Avec la fidèle confidente de Kevin, père et fils s'engagent dans un voyage où la mort guette, à travers un cyber univers époustouflant visuellement, devenu plus avancé technologiquement et plus dangereux que jamais...

Vu en avant-première et cette suite tardive reste de loin ce que j’ai vu de plus convaincant depuis ce début d’année. A l’instar de son prédecesseur, tron legacy utilise sa technologie pour mettre en scène une histoire tournée vers le passé. Sauf que le film de Joseph Kosinski va plus loin que le film originel. Plutôt que de se contenter d’incorporer des archétypes de la fantasy dans un univers informatique, tron legacy impose une histoire à forte connotation biblique. Avec la confrontation entre Flynn et son avatar C.L.U., le scénario ne fait ni plus ni moins que nous relater le combat de Dieu avec le diable. Flynn voit ainsi sa plus fidèle création se rebeller contre lui lorsqu’il se met à admirer une nouvelle forme de vie dont elle exergue l’imperfection. A cela s’ajoute la dimension christique du héros (de passage dans ce monde, il devra le sauver en retournant dans l’autre) et certaines connotations bouddhistes pas négligeables. Ce qu’il y a juste d’assez regrettable, c’est que cette captivante dimension spirituelle écrase quelque peu la dimension humaine. Les personnages peinent à s’épanouire et j’aurais bien voulu quelques approfondissements pour un peu plus d’émotion. Expédié donc la fascination de Cora pour l’au-delà (on a quand même droit à une touchante image finale) ou la confrontation du héros avec la dualité de son père (Jeff Bridges incarnant à la fois le père bienveillant et le père obsédé par sa création qui se sera éloigné de son fils). Kosinski maîtrise difficilement les sentiments de ses personnages comme finira de l’attester l’utiliser craignos de flashback durant le climax.

Mais bon après tout, c’est un premier long-métrage et pas forcément le plus facile (vous en connaissez beaucoup des réalisateurs à qui on file une production à 300 millions de dollars pour leurs débuts ?). On peut comprendre qu’il est préféré se concentrer plus particulièrement sur sa technique pour illustrer l’univers si particulier de tron. Car après tout, il y avait un lourd challenge. Le film original avait réussi à intégrer comme un choix esthétique ses limites de production en matière d’éléments numériques. Aujourd’hui, l’excuse n’est plus valable. Sans renier la chartre graphique de l’originel, Konsinski va mettre en œuvre ses connaissances en matière d’architecture pour assurer la transition. L’esthétisme respecte donc l’idée d’un environnement aux lignes géométriques clairs et précises mais s’inscrivant désormais dans une optique architecturale plus complexe. Dopé par des effets spéciaux nickels, le résultat est du plus bel effet avec des choix de textures alléchants (les arènes en verre construite sur plusieurs niveaux) et une mise en scène habile pour en exploiter les figures géométriques (une qualité se retrouvant tout particulièrement dans des scènes d’action souvent inventives, comme cette mémorable bataille aérienne).

Transporté par l’excellente musique de daft punk (pas très convaincu à la première écoute, j’en suis rapidement devenu accroc), tron legacy scotche par son côté impressionnant culturellement et esthétiquement. Je regrette juste que le script n’arrive pas à relier pleinement sa mythologie avec une dimension humaine capable de la déconstruire. Mais bon, n’est pas Cameron qui veut.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by Jordan White »

Merci pour cette chronique nobody.
Un p'tit mot sur le rôle principal féminin du film ?
Anorya en tombera-t-il amoureux ?
Image

Je vote pour Victoria Romanova
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by Anorya »

Jordan White wrote:Merci pour cette chronique nobody.
Un p'tit mot sur le rôle principal féminin du film ?
Anorya en tombera-t-il amoureux ?
C'est évidemment à craindre. :)
Mon frangin qui a déjà vu le film au Canada m'a dit que justement, elle en imposait. Du tout bon de ce côté là donc.
Et entièrement moulée (je met en italique, les tenues dans Tron étant tout sauf simpliste, évidemment) en noir, elle est déjà acquis à ma cause.

Quand au film, sans même l'avoir vu mais adorant beaucoup le premier volet qui ne brillait pas particulièrement par ses qualités scénaristiques, je suis déjà d'accord avec Nobody Smith. Il faut dire qu'il s'agit de ma grosse attente principale (je me demande même si je ne le verrais pas en Imax 3D pour le coup, quitte à faire le déplacement avec des potes) d'un point de vue esthétique et sensitif. Rien que la logique de ce volet est entièrement justifiée tant pour moi elle s'inscrit dans une suite ancrée à son époque : En 1982, on avait Wendy Carlos aux machines, dorénavant, on a les Daft Punk. Evidemment, cela assure une portée commerciale non négligeable au film si il ne marche pas. Et si il marche bien,Disney aura sans doute enfin les couilles de sortir le premier volet en blu-ray, qui sait ? Au final, il est indéniable que vous aurez une énorme chronique de ma part sur ce film en tout cas.
Image
User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4658
Joined: 13 Dec 07, 19:24

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by nobody smith »

Anorya wrote:
Jordan White wrote:Merci pour cette chronique nobody.
Un p'tit mot sur le rôle principal féminin du film ?
Anorya en tombera-t-il amoureux ?
C'est évidemment à craindre. :)
Mon frangin qui a déjà vu le film au Canada m'a dit que justement, elle en imposait. Du tout bon de ce côté là donc.
Et entièrement moulée (je met en italique, les tenues dans Tron étant tout sauf simpliste, évidemment) en noir, elle est déjà acquis à ma cause.
Je dirais même plus que on ne peut plus possible :mrgreen:
Moi-même et tous mes copains n’avons pas été insensible au charme de la demoiselle. Le pire, c’est qu’après coup on s’en rendu qu’elle nous avait déjà impressionné ailleurs puisqu’elle jouait n°13 dans House M.D.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by Jericho »

Il me semble que la blonde est mieux gaulée.
Image
dutch scheafer
Stagiaire
Posts: 69
Joined: 25 Jul 10, 07:13

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by dutch scheafer »

C'est encore et toujours une affaire de goût, comme très souvent !Perso, je préfère Olivia Wilde à Beau Garrett ( sans doute par ce que l'une parait moins artificielle que l'autre!)
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by Jericho »

Comme beaucoup de personnes, j'ai maté le film en avant première et pourtant je ne l'attendais pas plus que ça.
C'est à dire que je ne voue pas de culte au premier opus, déjà d'une part parce que je ne l'ai point vu dans son intégralité: toute la partie dans le monde réel semblait tellement mal écrite et niaise, que cela m'a dissuadé de regarder ce qui suivait.
Puis, plus je voyais des vidéos de ce Tron Legacy, plus l'attente descendait, puisque je percevais déjà quelques mauvais signes. Je craignais de voir un énième blockbuster calibré au scénario simpliste, qui n'aura pour unique originalité son univers visuel.
Et bien effectivement, ça n'a pas loupé, les premières minutes du métrage annoncent la couleur: la plupart des scènes se situant dans le monde réel sont pour la plupart mal écrites, que ce soit dans les dialogues ou dans la mise en place de certaines situations.
Heureusement, le jeune Sam Flynn bascule rapidement dans l'univers de Tron, de suite c'est plus accrocheur, durant les premières minutes tout du moins. D'une part, parce que l'esthétique générale (production design et effets spéciaux) est quasiment irréprochable, et d'autre part parce qu'on entre dans le vif du sujet. A peine arrivé le héros doit se battre avec un disque à la main dans une sorte d'arène, tel un gladiateur virtuel. J'ai beaucoup apprécié cette séquence, il y a de bonnes idées de mise en scène, dommage que ce soit trop court et un peu mou du genou. Après il y a la fameuse séquence des motos, là aussi c'est impeccable, mais trop succinct. Et la je pointe du doigt le gros problème du film à mon sens, les scènes d'actions des jeux à morts sont vite expédiées, au profit d'une histoire pas très exaltante de rébellion contre un système totalitaire. Entre quelques atermoiements d'ordre scénaristiques (aller-retours inutiles histoire de gonfler la durée du film), il y a aussi des scènes d'actions, mais allez savoir pourquoi c'est plus conventionnel et passe partout en terme de réalisation.
Pour ce qui est de l'histoire tout n'est pas à jeter, il y a des réflexions plus ou moins pertinentes et c'est beaucoup plus adulte que je ne l'aurai pensé, néanmoins soit c'est sous exploité, soit c'est grossier.
Malgré ces lacunes, Tron Legacy mérite la moyenne, en raison d'une direction artistique (visuel et sonore) de qualité, de la présence de Jeff Bridges (je parle du vrai et non de sa doublure numérique) et de la fin qui m'a procuré des frissons sur deux instants: le sacrifice et le lever du soleil.
Image
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by Federico »

Anorya wrote: Quand au film, sans même l'avoir vu mais adorant beaucoup le premier volet qui ne brillait pas particulièrement par ses qualités scénaristiques, je suis déjà d'accord avec Nobody Smith. Il faut dire qu'il s'agit de ma grosse attente principale (je me demande même si je ne le verrais pas en Imax 3D pour le coup, quitte à faire le déplacement avec des potes) d'un point de vue esthétique et sensitif. Rien que la logique de ce volet est entièrement justifiée tant pour moi elle s'inscrit dans une suite ancrée à son époque : En 1982, on avait Wendy Carlos aux machines, dorénavant, on a les Daft Punk.
Je viens d'écouter la b.o. des Daft Punk et ils ne se sont pas trop foulés le clavier. La "franche touche" est bien rentrée dans le rang. Du coup, par curiosité, j'ai ré-écouté celle de Walther/Wendy Carlos pour la version 1982* et j'avoue qu'elle ne cassait pas trop potards à un Korg non plus (c'est même encore plus mauvais que les DP). L'un comme l'autre ont fait infiniment mieux.

(*) Film que j'aime beaucoup aussi et dont je trouve que les effets spéciaux et surtout le design (en partie conçu par Moebius) tiennent très bien la route près de 30 ans plus tard.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3632
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by monk »

Federico wrote:Je viens d'écouter la b.o. des Daft Punk et ils ne se sont pas trop foulés le clavier.
5 titres ont circulés il y a un moment sur le toile, avec notement un formidable "The Crash" qui donnait vraiment envie d'en avoir plus. Et puis la BO officielle est beaucoup moins personnelle, pleine d'orchestrations comme n'importe quel film américain à gros budget. "The Crash" finit sa route sur un 12" limité...
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by magobei »

Pour changer de registre, quelqu'un se souvient-il d'un clip de dance qui plagiait ouvertement Tron? C'est sorti il y a une dizaine d'années et ça passait sur MTV notamment? Impossible de remettre la souris dessus...
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
User avatar
Karras
Mogul
Posts: 11586
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by Karras »

magobei wrote:Pour changer de registre, quelqu'un se souvient-il d'un clip de dance qui plagiait ouvertement Tron? C'est sorti il y a une dizaine d'années et ça passait sur MTV notamment? Impossible de remettre la souris dessus...
Infernal : from Paris to Berlin
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski, 2011)

Post by magobei »

Karras wrote:
magobei wrote:Pour changer de registre, quelqu'un se souvient-il d'un clip de dance qui plagiait ouvertement Tron? C'est sorti il y a une dizaine d'années et ça passait sur MTV notamment? Impossible de remettre la souris dessus...
Infernal : from Paris to Berlin
Ah oui merci :D
effectivement, je me rappelais que ça l'était, infernal :mrgreen:
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15056
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski - 2011)

Post by Watkinssien »

Anorya wrote:
Watkinssien wrote:TRON: Legacy = 2/10 !
:shock:

Alors là je sais que l'histoire de ce nouveau Tron n'est pas censé voler haut et que les personnages ne semblent sans doute pas dotés d'une grande profondeur mais ça signifierait que tu n'as pas apprécié aussi l'aspect purement sensoriel, le travail du son, la musique, le design réactualisé (les motos de 1982 revues ici d'après le peu que j'ai vu) et j'en passe. J'attends un avis à la Watkinssien, c'est à dire long, argumenté et puissant. :mrgreen: :o
Je ne sais pas si ce sera suffisamment long, argumenté et puissant. Je ne pense pas y arriver.

Déjà à ma décharge, je ne suis pas fan du tout du premier, ce qui explique cette mauvaise appréciation !

Du point de vue du scénario (dont l'histoire est écrite à 4 mains :shock: ), c'est effectivement pauvre en enjeu réellement dramatique et les thématiques appropriées (réflexion sur la transmission, quête identitaire, rapport de l'humain à la technologie) flirtent constamment avec la vanité et restent toujours à la surface. La structure absolument mollassonne du récit peine énormément à captiver le spectateur et même à lui faire croire qu'il puisse s'évader à l'univers proposé... Pas d'envoûtement désiré, pas de passion, donc aucune immersion...

Du point de vue technique, c'est spectaculaire, mais c'est aussi hideux. Les effets numériques vont de l'horrible à l'impressionnant, les yeux en prennent plein les mirettes, mais c'est tout. Les séquences d'action sont trop courtes et beaucoup moins inspirées, inventives et maîtrisées qu'un Speed Racer.

Puis les comédiens sont en roue libre. Même Jeff Bridges n'est pas convaincant.

La musique de Daft Punk essaye de donner du dynamisme à l'ensemble qui en manque cruellement.

Enfin, la mise en scène de Kosinski est vraiment banale par rapport aux promesses visuelles que le film avait dans son escarcelle. La production design et la qualité numérique sont irréprochables (les 2/10 viennent de là), mais le cinéaste semble incapable de les gérer convenablement dans sa réalisation, ne transcende jamais les possibilités offertes par la 3D IMAX.

Pas accroché du tout !
Image

Mother, I miss you :(
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski - 2011)

Post by pol gornek »

Bof, dans une semaine tu liras un truc, tu iras le revoir et tu mettras entre 7 et 9/10.
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma. (Vincent Colonna)
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15056
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Tron legacy (Joseph Kosinski - 2011)

Post by Watkinssien »

pol gornek wrote:Bof, dans une semaine tu liras un truc, tu iras le revoir et tu mettras entre 7 et 9/10.
Tu es en retard, on me l'a déjà faite celle-là. :mrgreen:

Par contre, pour The Green Hornet, je n'avais rien lu qui puisse me faire changer d'avis, je confirme bel et bien.
Image

Mother, I miss you :(