Jean-Paul Rappeneau

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Posts: 9437
Joined: 13 Apr 03, 20:28
Location: A la recherche de Zoltar

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by Joshua Baskin »

Ce film a tout pour me plaire. J'ai hâte !
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by AtCloseRange »

C'est déjà le film préféré de Truffaut Chocolat (je précise qu'il n'y a pas de blague).
Image
Bogus
Electro
Posts: 811
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by Bogus »

Image

Tout feu tout flamme


Montand charmeur qui pousse la chansonnette accompagné au piano par ses deux ravissantes filles toutes heureuses de retrouver leur papa après plusieurs années d'absence, le tout sous le regard glacial de l'aînée et chef de famille (Isabelle Adjani) qui ne l'entend pas de cette oreille; cette très belle scène superbement mise en scène par Rappeneau illustre à merveille le ton charmant du premier tiers du film.
Paris, ce vieille immeuble ou vit la famille Valance, ce personnage de polytechnicienne indispensable au ministre des finances qui va comme un gant à Adjani... dommage qu'ensuite Rappeneau bazarde tout ça pour une histoire de magouilles autour d'un casino au bord du lac Léman qui bien que filmée avec élégance (la découverte du casino) n'est pas très intéressante.
D'ailleurs à partir de là les meilleures scènes concernent presque exclusivement les personnages du père et de la fille qui vont peu à peu réapprendre à se connaître.
Le duo Montand/Adjani fonctionne plus que bien et comme dans La Gifle (un rôle assez similaire par certains aspects) cette dernière fait des merveilles dans le registre comique teinté de mélancolie.

Anecdotique mais problématique, la grand-mère qui passé la première demi-heure ne s'exprime plus qu'en hurlant et la compagne de Victor qui ne sert pas à grand chose et qui a en plus le défaut d'être américaine. Si je dis ça c'est uniquement parce que j'ai un problème avec les personnages anglophones dans les films français (comme dans Le Sauvage par exemple), je trouve que ça fait toc.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90458
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by Jeremy Fox »

Un portrait de Rappeneau à travers ses films à l'occasion de la sortie de Belles Familles
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10712
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by -Kaonashi Yupa- »

Merci pour ce portrait d'un cinéaste précieux et que j'aime beaucoup.
Rappeler les grandes qualités stylistiques de ses films fait toujours plaisir à voir, Rappeneau est un vrai auteur, pas prétentieux, très appliqué, toujours amusant.

Quelques remarques :
Il est important je trouve de rappeler dans ce type de portrait que Rappeneau, au départ, ne se destinait pas nécessairement à faire des comédies. La genèse de son premier film révèle qu'il écrivait à la base un film à tonalité dramatique. Or au cours de l'écriture, il partait constamment vers des idées de scènes légères et/ou comiques. C'est Louis Malle je crois (ou Claude Sautet) qui lui avait répondu que s'il avait facilité à dériver vers la comédie, il ne devait pas se retenir et se lancer sincérement dedans.

Dans le second paragraphe : "Cette exigence a pourtant un prix : Rappeneau n’a réalisé que huit films en près de quarante ans de carrière. " Non c'est même plutôt 8 films en un peu plus de 50 ans de carrière (1965 La Vie de château - 2015 Belles familles)

Lire que Les Mariés de l'an II est son film le plus abouti, bon, ça n'engage que celui qui l'écrit, mais en l'occurrence c'est passablement faux. J'aime beaucoup le film mais le trouve un peu superficiel. C'est le couple central le point faible, et vu les récits de tournage on comprend mieux.

Tout feu tout flamme me semble le seul de ses films vraiment raté. Du coup lire qu'"il offre un entre-deux auquel le public n’était sans doute pas encore prêt", ça me fait quand-même doucement rire : c'est une formulation toute faite qui ne s'appuie pas sur grand chose et qui dans le fond ne veut rien dire.

Et personnellement encore, je trouve que Rappeneau est peu inspiré quand il ne s'éloigne pas. Dans le temps mais aussi dans l'espace : ses deux moins bons films à mes yeux, le Sauvage et Tout feu..., se passe à une époque contemporaine de leur réalisation. Le premier est un peu sauvé par l'éloignement géographique, qui permet à Rappeneau de plus s'épanouir (dans les rapports entre ses personnages et dans le rythme bien dosé). C'est ce qui fait défaut au second, que je n'ai même pas pu revoir plus de 20 minutes cet été en tombant sur une diffusion télé. Le Sauvage, je m'en souviens moins, je lui redonnerai bien une chance.
Mais du coup, ceci explique peut-être un peu mon appréhension à voir son dernier film : ça se passe en France et de nos jours...
Last edited by -Kaonashi Yupa- on 14 Oct 15, 23:42, edited 1 time in total.
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21108
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by Nestor Almendros »

-Kaonashi Yupa- wrote:Mais du coup, ceci explique peut-être un peu mon appréhension à voir son dernier film : ça se passe en France et de nos jours...
Je te conseille de le tenter quand même. Je suis curieux de savoir (fan de Rappeneau que tu es) ce que tu en auras pensé. Perso, j'en suis sorti avec une très très bonne impression.
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10712
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by -Kaonashi Yupa- »

Nestor Almendros wrote:
-Kaonashi Yupa- wrote:Mais du coup, ceci explique peut-être un peu mon appréhension à voir son dernier film : ça se passe en France et de nos jours...
Je te conseille de le tenter quand même. Je suis curieux de savoir (fan de Rappeneau que tu es) ce que tu en auras pensé. Perso, j'en suis sorti avec une très très bonne impression.
Oh mais je le verrai, aucun doute là-dessus. La question c'est "au ciné ou en DVD ?" S'il passe encore en salle début novembre, j'ai une chance de le voir au ciné.
User avatar
moonfleet
Assistant opérateur
Posts: 2941
Joined: 13 Aug 09, 21:46
Location: fondue enchaînée

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by moonfleet »

Là maintenant Jean-Paul Rappeneau s'exprime dans la Grande Table sur France Culture :D L'émission a démarré avec des extraits sonores de La Vie de Château :D
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Image

Image
:arrow: Pauline Kael sur Kris Kristofferson dans Les Portes du Paradis: Quand il parle, son regard porte très loin, comme s'il essayait de lire un prompteur installé de l'autre côté de la rivière.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90458
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by Jeremy Fox »

Belles familles - 2015

Le cul entre deux chaises, Rappeneau nous livre un vaudeville survolté dans lequel il tente de faire passer une certaine émotion (qui n'arrive jamais vraiment à poindre). Il faut dire que son histoire est au départ peu captivante, que le rythme survitaminé devient quand même vite un peu soulant et que l'ensemble s'avère au final très mécanique. Je pensais déjà la même chose de Bon Voyage d'ailleurs, à la seconde vision. Alors oui il y a de bons comédiens (notamment Dussolier tout à fait savoureux dans un second rôle), la mise en scène de Rappeneau est enlevée, il y a des moments très drôles et l'on ne s'ennuie jamais. Mais mon ressenti en sortant aura été que ça aura quand même fait beaucoup de bruit pour pas grand chose. Pas un mauvais film mais néanmoins très décevant.
User avatar
Karras
Mogul
Posts: 11859
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by Karras »

Reprises du topic notation :
zemat wrote:BELLES FAMILLES : 6/10
Nouveau film de Jean-Paul Rappeneau vu en séance Label UGC, dont la sortie est prévue le 14/10.
Si l'on retrouve un véritable rythme enjoué dans les dialogues et le montage, et si certaines parties comiques font mouche, je n'ai pas vraiment été satisfait du résultat, faisant figure de drame sur fond comique.
wontolla wrote:Belles familles (Jean-Paul Rappeneau): 7,5/10
J'ai beaucoup apprécié cette comédie - dramatique - de boulevard (presque) alors que des confrères y ont vu une succession de sketches ou une succession d'une dizaine d'épisodes de "Plus belle la vie" !
Nestor Almendros wrote:Belles familles: 7,5/10
Très belle surprise alors que je n'attendais rien de spécial. Très enlevé, comme d'hab avec Rappeneau, mais bon scénario. Et quelques "maladresses" dirons-nous, comme le final un peu décevant...
ballantrae wrote:Belles familles: 9/10
Contrairement à Jérémy, j'estime que l'alliance entre rythme enlevé de comédie, roman familial et amours croisées dignes de Beaumarchais ou Marivaux fonctionne avec un rare sens de l'équilibre.
La greffe de M Amalric dans l'univers de Rappeneau est l'une des plus convaincantes de l'acteur quand il s'aventure hors du cinéma de Desplechin ou du sien en tant que cinéaste et le cheminement vers la connaissance de ce que fut réellement l'histoire de sa famille constitue un arc scénaristique tout à fait passionnant.
Quant aux motifs des couples croisés, celui des mouvements convergents, celui de l'impossibilité de partir d'un lieu initialement prévu comme une halte rapide ce sont autant de situations redynamisées par un octogénaire d'une remarquable jeunesse d'esprit.ayant revu récemment La vie de château, je constate que la question du tempo demeure centrale chez ce grand cinéaste.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by Strum »

Belles Familles

Par un malheureux concours de circonstances, le premier film de Rappeneau depuis 12 ans sort le même jour que le Woody Allen annuel (petit cru allénien, mais concurrent redoutable en termes d'entrées), qui plus est à l'orée d'une période de vacances scolaires, propice aux films pour enfants. Il y a décidément beaucoup de choses à redire au système actuel de distribution de films, qui permet pareille incongruité.

Comme le dernier Woody Allen, Belles Familles est un film-formule, au sens où Rappeneau y déploie un rythme soutenu et continu, des entrelacement d'intrigues, des personnages (l'héroïne à forte tête, le héros dont le destin est contrarié par la rencontre d'une femme), qu'il a déjà éprouvés dans ses précédents films. On est en territoire connu et marqué de vieilles balises, d'images qui semblent appartenir au passé. A l'instar du personnage d'Amalric revoyant la maison de son enfance et se réconciliant avec le souvenir de son père, on a le sentiment devant ce film de rendre visite au passé du cinéma français, car Belles Familles aurait pu sortir il y a 30 ans ou presque (le Japon remplaçant la Chine comme symbole de modernité) - ses personnages, ses thèmes, sa chute, sortent d'une époque révolue, d'une vieille maison fermée. Même Marine Vacth, sylphide aux yeux gris, qui tient à la fois de Jacqueline Bisset et d'Isabelle Adjani, semble appartenir au passé. Belles Familles nous parle en fait d'une vieille et élégante "famille" du cinéma français, celle du marivaudage bourgeois teinté d'aventures (pour simplifier).

On peut reprocher à Rappeneau de refaire ici ce qu'il a déjà mieux fait par le passé (il me semble également qu'il y a quelques points communs entre Belles Familles et Une Grande Année de Ridley Scott). Je choisirais plutôt pour ma part d'être admiratif devant ce vieux cinéaste de 83 ans qui, refusant de se mettre au goût du jour, fait confiance à ses instincts et à sa mémoire de cinéaste et reste capable d'insuffler à son histoire un rythme de fête. On connait bien la formule à l'oeuvre ici, et pourtant elle séduit à nouveau grâce à la force de conviction de Rappeneau et de ses acteurs. Et puis, Belles Familles finit par distiller une curieuse mélancolie, qui provient peut-être du pressentiment que l'on a que cette famille-là du cinéma français, du moins telle que l'incarnait Rappeneau, jette sans doute avec ce film ses derniers feux.
jay
Doublure lumière
Posts: 462
Joined: 1 Feb 05, 00:36

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by jay »

Belles Familles (Spoilers)
Cette superposition du présent sur le passé, un des thèmes principaux du film, est explicitée assez rapidement avec l' I-Pad s'interposant devant une photo argentique. Puis la maison devient le symbole limpide du vestige d'un temps révolu et malmené (séquence plein écran de modélisation 3D hideuse d'un projet visant à la "préserver", puis les immeubles qui finissent par la cerner dans toute son incongruité). Mais si l'on sent peut-être un peu de mélancolie chez Rappeneau, et un regard critique sur ce présent souvent froid et déshumanisé (séquence filmée en numérique dans les bureaux chinois ; le gamin totalement autiste collé à son portable), le message n'est pas réac pour autant. En effet, Amalric doit certes effectuer un retour sur ses pas et se réconcilier avec son passé, mais c'est pour mieux s'épanouir dans le présent, et dans sa relation avec Marine Vacth - elle-même nostalgique pathologique (elle continue de dormir régulièrement dans sa chambre d'enfant située dans une maison abandonnée) qui va finalement tout quitter. Car ce qui est frappant dans les dernières séquences sans doute volontairement expédiées : la maison, au centre de toute l'intrigue pendant 2h, objet de toutes les convoitises et de toute notre attention, se trouve au final complètement ignorée. L'intérêt pour elle s'effondre comme un soufflé. Tout le monde s'en fout : Lellouche a laissé tombé l'affaire pour les raisons qu'on comprend, Karine Viard parle de la quitter sans sourciller ; Amalric et Vacth concrétisent leur relation à des milliers de kilomètres sans s'en soucier...
Image
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16725
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by Supfiction »

Strum wrote:Je choisirais plutôt pour ma part d'être admiratif devant ce vieux cinéaste de 83 ans qui, refusant de se mettre au goût du jour, fait confiance à ses instincts et à sa mémoire de cinéaste et reste capable d'insuffler à son histoire un rythme de fête. On connait bien la formule à l'oeuvre ici, et pourtant elle séduit à nouveau grâce à la force de conviction de Rappeneau et de ses acteurs. Et puis, Belles Familles finit par distiller une curieuse mélancolie, qui provient peut-être du pressentiment que l'on a que cette famille-là du cinéma français, du moins telle que l'incarnait Rappeneau, jette sans doute avec ce film ses derniers feux.
Ça fait plaisir quand Strum dit ce genre de choses. C'est surtout ce cinéma enlevé et "festif" (sans tomber dans la couillonade) de Rappeneau et de Broca (ou même de Resnais) qui jette ici peut-être ses derniers feux. Car le casting lui est encore plein d'avenir.

Image


Belles familles est un merveilleux étourdissement de tous les instants, aux résonances Tout feu tout flammes, son film le plus proche surement dans ses thématiques (famille délaissée, réglements de compte, nostalgie) et sa construction.
Rappeneau creuse le même sillon inlassablement mais avec une maestria vraiment bluffante. Le rythme est comme d'habitude extrêmement soutenu (du mouvement encore du mouvement, ce qui semble être le leitmotiv définitif de Rappeneau) mais je n'ai pour ma part jamais été soulé (contrairement à Bon voyage que j'avais trouvé drôle mais épuisant). Il vaut mieux toutefois ne pas voir le film si l'on est un peu fatigué ou distrait.

Je n'ai jamais autant apprécié le jeu de Mathieu Amalric que dans ce film. On s'identifie totalement au personnage (surtout en opposition avec le personnage du frère rigide joué par Tonquédec, idéal dans ce genre de rôle auquel il est abonné). Mais tout le casting est formidable, de Marine Vacth qui fait tourner les têtes jusqu'aux petits rôles secondaires, comme celui du notaire (Jean-Marie Winling, sous-employé dans le cinéma français) ou l'irrésistible Claude Perron et même Gilles Lellouche très bien employé aussi (et qui n'en finit pas de se faire abandonner par Marine Vacth cf. Ma part du gateau).

Rappeneau, mine de rien, parle aussi de notre époque, et se fait plaisir au passage : gifler son notaire, laisser en plan un interlocuteur en flagrant déli de phubbing, étrangler son frère, dénoncer l'urbanisation à outrance et les gamins d'aujourd'hui "autistes et collés à leur portable", etc. Philippe Le Guay est co-scénariste et ça ne me surprend pas, même s'il n'a pas le même sens de la mise en scène.

Mon gros coup de coeur du moment, podium des films de l'année 2015 en vue.
Harkento wrote:
Supfiction wrote:Belles familles (Jean-Paul Rappeneau) : 9/10

Merveilleux étourdissement de tous les instants, aux résonancesTout feu tout flammes.
Rouillé Rappeneau ? Certainement pas! Bluffant plutôt. Chapeau bas.
Pareil que toi, mais j'ai de grosses réserves concernant la fin. Tu l'a trouve pas trop conventionnelle ?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Ca finit vraiment comme une romance classique, si bien que ça a un peu gâché le plaisir. J'ai trouvé ça vraiment dommage en fait.
Le dénouement est un chouïa décevant effectivement, surtout cette hitoire tellement clichée du voyage à Zanzibar. Rappeneau est décomplexé par rapport à ça et ne s'est jamais embarassé de cette question du dénouement amoureux trop conventionnel et à l'eau de rose pour certains. Marine Vacth court vers Mathieu Amalric comme Catherine Deneuve courait vers Yves Montand à la fin du Sauvage.
Je rajoute ce lien sur Marine Vacht pour ceux que ça intéresse : http://www.telerama.fr/cinema/marine-va ... a-20151014
Duke Red
Machino
Posts: 1119
Joined: 22 Jan 10, 23:23

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by Duke Red »

Belles familles :

Mon premier Rappeneau. Une comédie très sympathique, qui n'évite pas un côté boulevardier et hystérique (le dîner au début avec un Tonquédec en surrégime fait craindre le pire), mais qui emporte la mise grâce à son rythme endiablé, à l'élégance de la mise en scène et à une belle brochette d'acteurs, en particulier le duo Amalric - Vacth. Lui peut définitivement tout jouer, et elle, derrière sa beauté éthérée (yeux gris, visage pâle et grave), a du chien et une vraie présence physique. Beaucoup aimé aussi Dussollier, Jean-Marie Winling et une Claude Perron déchaînée (les scènes chez le notaire sont super). Tout le monde s'agite pas mal mais c'est au fond assez réjouissant de voir une comédie française réussie qui joue sur un comique un peu "physique" (genre au concert à la fin, lorsque les personnages passent leur temps à se lever et à faire chier les autres spectateurs ^^). Dommage que certains en fassent trop (Tonquédec surtout, Lellouche, Garcia et Viard un peu), que la fiancée chinoise n'ait jamais l'occasion d'exister vraiment et que la fin fasse bâclée…

Ça donne envie de voir le reste de sa filmo :)
"On est juste une bande de glands qui n'a rien trouvé de mieux à faire de sa vie." (Colqhoun)
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16725
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Jean-Paul Rappeneau

Post by Supfiction »

Duke Red wrote:Belles familles :

Mon premier Rappeneau. Une comédie très sympathique, qui n'évite pas un côté boulevardier et hystérique (le dîner au début avec un Tonquédec en surrégime fait craindre le pire), mais qui emporte la mise grâce à son rythme endiablé, à l'élégance de la mise en scène et à une belle brochette d'acteurs, en particulier le duo Amalric - Vacth. Lui peut définitivement tout jouer, et elle, derrière sa beauté éthérée (yeux gris, visage pâle et grave), a du chien et une vraie présence physique. Beaucoup aimé aussi Dussollier, Jean-Marie Winling et une Claude Perron déchaînée (les scènes chez le notaire sont super). Tout le monde s'agite pas mal mais c'est au fond assez réjouissant de voir une comédie française réussie qui joue sur un comique un peu "physique" (genre au concert à la fin, lorsque les personnages passent leur temps à se lever et à faire chier les autres spectateurs ^^). Dommage que certains en fassent trop (Tonquédec surtout, Lellouche, Garcia et Viard un peu), que la fiancée chinoise n'ait jamais l'occasion d'exister vraiment et que la fin fasse bâclée…

Ça donne envie de voir le reste de sa filmo :)
Gilles Lellouche n'a jamais été aussi bon, je trouve. Je peu comprendre les réserves sur Tonquédec en revanche, qui joue un peu toujours pareil.
Si tu as aimé les qualités et les "défauts" de ce film, il y a des chances que tu apprécies le reste de sa filmo, en particulier La vie de château, Tout feu tout flammeset Le sauvage qui lui ressemblent beaucoup, mais aussi Les Mariés de l'an II et Bon voyage (Cyrano et Le hussard sur le toi étant à part).