Top John Badham

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

mannhunter
Laspalès
Posts: 15977
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Top John Badham

Post by mannhunter »

Topic carrière consacré à un réalisateur bad-hass,comme dirait Yannick!
Le réalisateur,acteur,producteur John Badham,né le 25 Août 1939 à Luton (Angleterre)

Filmographie du Monsieur:

"The Beast" (1 episode, 2009)
"Psych" (3 episodes, 2007-2008)
"In Plain Sight" (1 episode, 2008)
"Men in Trees" (1 episode, 2008)
"Las Vegas" (2 episodes, 2007-2008)
"Standoff" (1 episode, 2007)
"Heroes" (2 episodes, 2006-2007)
"Crossing Jordan" (2 episodes, 2007)
"Just Legal" (1 episode, 2005)
"Blind Justice" (2 episodes, 2005)
Evel Knievel (2004) (TV)
Footsteps (2003) (TV)
"The Shield" (1 episode, 2003)
Obsessed (2002) (TV)
My Brother's Keeper (2002) (TV)
The Last Debate (2000) (TV)
The Jack Bull (1999) (TV)
Floating Away (1998) (TV)

Incognito (1997)
Nick of Time/Meurtre en suspens (1995)
Drop Zone (1994)
Another Stakeout/Indiscrétion assurée (1993)
Point of No Return/Nom de code: Nina (1993)
The Hard Way/La manière forte (1991)
Bird on a Wire/Comme un oiseau sur la branche (1990)
Stakeout/Etroite surveillance (1987)
Short Circuit (1986)
American Flyers (1985)
WarGames (1983)
Blue Thunder/Tonnerre de feu (1983)
Whose Life Is It Anyway?/C'est ma vie après tout (1981)
Dracula (1979)
Saturday Night Fever (1977)
The Bingo Long Traveling All-Stars & Motor Kings (1976)
The Keegans (1976) (TV)
The Godchild (1974) (TV)
Reflections of Murder (1974) (TV)
The Gun (1974) (TV)
The Law (1974) (TV)
Rex Harrison Presents Stories of Love (1974) (TV) (segment "Epicac")
Isn't It Shocking? (1973) (TV)
"Police Story" (1 episode, 1973)
"Night Gallery" (6 episodes, 1971-1973)
"Kung Fu" (1 episode, 1973)
"Cannon" (1 episode, 1973)
"The Streets of San Francisco" (1 episode, 1973)
"Cool Million" (1972) TV series (unknown episodes)
"The Bold Ones: The New Doctors" (2 episodes, 1972)
"The Sixth Sense" (1 episode, 1972)
"Nichols" (2 episodes, 1972)
"Sarge" (2 episodes, 1971)
The Impatient Heart (1971) (TV)
"The Bold Ones: The Senator" (2 episodes, 1971)
Last edited by mannhunter on 19 Sep 17, 11:33, edited 1 time in total.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Top John Badham

Post by AtCloseRange »

Whose Life is it Anyway? (Faut que je le revoie!)
Etroite Surveillance
War Games
La Manière Forte
Short Circuit

Pas beaucoup de goût pour son "Dracula" ou pour "La Fièvre..."
Image
User avatar
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7686
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Re: Top John Badham

Post by 7swans »

Sur le topic d'un de ses films, je me posais la question Badham (ça m'a l'air d'avoir plus sa place ici) :
Aprés avoir vu recemment the hard way, stakeout et another stakeout de Badham, j'me demandais recemment quel était sa "place" dans les années 80. On ne parle plus tres régulierement de lui, et souvent ses films sont cités sans que son nom soit évoqué.

Etait il à l'époque consédéré comme un "Faiseur" des années 80?

Il semblait (du moins d'apres ce que j'ai vu) se spécialiser dans les action comedy, buddy movie assez couillu tout un maniant un second degrés apréciable. Ses films sentent plus le John McClane (dans les meilleurs moment, en tendant parfois vers le McGyver pour les moins bons, j'incrimine plus particulierement les BO des différents compositeurs) que le kitch des années 80, en ça je me demandais si le réalisateur n'étais pas un précurseur des films d'action a la McTiernan.

Peut etre que je lui donne trop de crédit. Mais c'est un réalisateur qui attise ma curiosité...
De ce que j'ai vu, j'aime beaucoup son diptyque Stakeout/Another Stakeout, même si le deuxième est presque une relecture séquence par séquence du premier, avec un envahissante Rosie O'Donnell.
Le film fonctionne toujours grace au duo Dreyfuss/Estevez qui développent une vraie dynamique de jeux dans leur opposition (inversion des rôles : Dreyfuss est un vieux flic instable clownesque et Estevez, le jeune suiveur engoncé dans une vie de famille salutaire. On est pas dans le cliché jeune chien fou/vieux flic en préretraite). Les deux films jouissent d'un vrai rythme et savent mélanger les genres (buddy movie, comico policier).

J'aimais beaucoup WarGames plus jeune, mais pas vu depuis un moment, j'imagine qu'il a moins mal vieillit que d'autres.

Plus vraiment de souvenir de Bird on a Wire, Drop Zone (mais dans le genre je préférais Terminal Velocity :mrgreen: ) et Nick of Time.
The Hard Way, si le pitch avait tout pour me plaire, j'avais été assez déçu. L'impression que Badham avait déja donné dans le genre, et en mieux...

Au final je retiens surtout :

1- Stakeout
2- WarGames
3- Another Stakeout

Et le DVD Z1 de Whose Life Is It Anyway? qui me fait de l'oeil depuis un moment...
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.
mannhunter
Laspalès
Posts: 15977
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Top John Badham

Post by mannhunter »

7swans wrote:Drop Zone (mais dans le genre je préférais Terminal Velocity :mrgreen: ) et Nick of Time.
pareil :oops: ,un très bon souvenir de cinéma ce "Terminal velocity"! :oops:
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Top John Badham

Post by AtCloseRange »

7swans wrote:De ce que j'ai vu, j'aime beaucoup son diptyque Stakeout/Another Stakeout, même si le deuxième est presque une relecture séquence par séquence du premier, avec un envahissante Rosie O'Donnell.
C'est quand même terrible cet Another Stakeout...
Sinon les années 90 n'ont vraiment pas été glorieuses (en sauvant juste "Drop Zone"), parce que "Nick of Time" (malgré son concept) , c'est bien raté. J'ai vu une partie d'"Incognito" (il traîne sur Ciné Polar parfois) et malgré un sujet intéressant, ça ne vaut guère mieux qu'un téléfilm de luxe.
Last edited by AtCloseRange on 27 May 10, 14:42, edited 1 time in total.
Image
User avatar
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7686
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Re: Top John Badham

Post by 7swans »

AtCloseRange wrote: ça ne vaut guère meiux qu'un téléfilm de luxe.
Dans ses Téléfilms, j'aimerais bien voir The Jack Bull, avec John Cusack sur un scénario de Dick Cusack (le papa de).
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.
angel with dirty face
Six RIP Under
Posts: 4615
Joined: 7 Mar 07, 22:23

Re: Top John Badham

Post by angel with dirty face »

Je n'aime que Saturday Night Fever (1977) dans sa filmo.

Blue Thunder (1983) : Plus trop de souvenirs. WarGames (1983) : Je n'aime pas du tout. Le reste: Je ne suis pas fan. Je préfère Point Of No Return (1993) à l'original signé Luc Besson, mais ça ne veut pas dire que je trouve que le film de John Badham soit bon, loin de là...

Quant à Saturday Night Fever, je n'ai pas aimé le film quand je l'ai découvert dans les années 80. Je ne l'ai apprécié que très tard, en le revoyant dans les années 90.
lowtek
Idiot du vintage
Posts: 1096
Joined: 9 Jun 03, 19:13

Re: Top John Badham

Post by lowtek »

A noter que la série 24, en particulier la saison 1, est un énorme plagiat du concept et de l'histoire de Nick of Time/Meurtre en suspens.
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21113
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Top John Badham

Post by Nestor Almendros »

J'ai découvert COMME UN OISEAU SUR LA BRANCHE (1990). Pas grand chose à sauver de ce nawak écrit avec beaucoup de fantaisie (le final dans le zoo totalement opportuniste) même si ça se laisse suivre avec indulgence. Mel Gibson, beau comme un dieu, suit la voie empruntée depuis quelques années avec L'ARME FATALE: un humour agréable et un sens évident de l'autodérision (son passif au salon de coiffure). Quelques éléments de l'histoire rappellent un peu l'ambiance du récent KNIGHT AND DAY de James Mangold. Mais plus encore que dans le film avec Tom Cruise, les idées (déjà farfelues au départ) sont totalement inexploitées, uniquement prétextes à des scènes d'action.
Vite oublié, même avec la présence de la toujours décoiffante et sculpturale Goldie Hawn (on ne rate aucune occasion de montrer ses jambes ou ses fesses).
Alphonse Tram
Réalisateur
Posts: 6686
Joined: 7 Jul 03, 08:50

Re: Top John Badham

Post by Alphonse Tram »

Nestor Almendros wrote:J'ai découvert COMME UN OISEAU SUR LA BRANCHE (1990).
Vu au ciné à l'époque et en gardant une bonne impression, je l'ai revu par la suite sur le dvd Belge, toujours avec plaisir. C'est sûr que ça vole pas haut, mais le rythme est bon et c'est rigolo. Le duo rest bien sympa. ça fait un peu Cinéma du dimanche soir sur Tf1. :mrgreen:
Souhaits : Alphabétiques - Par éditeurs
- « Il y aura toujours de la souffrance humaine… mais pour moi, il est impossible de continuer avec cette richesse et cette pauvreté ». - Louis ‘Studs’ Terkel (1912-2008) -
O'Malley
Cadreur
Posts: 4254
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Top John Badham

Post by O'Malley »

Un bon film-maker qui, mis à part le trés réussi La fièvre du samedi soir, a fait des films honorables, s'essayant à tous les genres, sans être véritablement transcendant : Dracula, Tonnerre de feu, Etroite surveillance restent de bon moment de cinéma. il a signé aussi un très intéressant western en 1999 pour HBO: The Jack Bull (La traque sauvage) avec John Cusack, John Goodman et L.Q Jones...
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14477
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Top John Badham

Post by Demi-Lune »

La fièvre du samedi soir (1977)

Je ne l'avais encore jamais vu. Eh ben, quitte à ce que ça me vaille un lancé de tomates, j'ai trouvé ça vraiment très bon.
En fait, les extraits vus ici et là dans la boîte de nuit (et leurs parodies chez les ZAZ) ainsi que la BO de Bee Gees m'avaient donné l'image d'un feel-good movie triomphant alors que, un peu comme le premier Rocky (Travolta a d'ailleurs le poster dans sa chambre), on est dans quelque chose de foncièrement désenchanté, tendance bien sordide vers la fin (la tournante dans la bagnole :shock: ). Je ne sais pas trop si le film était déjà vendu à sa sortie comme un succès annoncé ou si le phénomène a été spontané, mais j'ai vraiment été frappé par le côté teigneux et, selon les impératifs actuels, anti-commercial du film, avec ces personnages pratiquement tous déplaisants (y compris celui de Travolta qui est parfois une belle enflure), orduriers, obsédés sexuels, aux existences minables, qui passent leur temps à se dire des saloperies comme pour survivre. Groove ou pas, l'esprit et les doutes de l'époque sont là (l'issue du film est incertaine), et je dois dire avoir même un peu pensé au Scorsese de Mean Streets pour la violence rentrée (ouais, carrément). Des caractérisations comme ça, on n'en voit plus en tout cas. Et on comprend pourquoi Travolta est devenu une star avec ce film. Vraiment une belle surprise.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90465
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Top John Badham

Post by Jeremy Fox »

Demi-Lune wrote:La fièvre du samedi soir (1977)

Je ne l'avais encore jamais vu. Eh ben, quitte à ce que ça me vaille un lancé de tomates, j'ai trouvé ça vraiment très bon.
Je ne vois pas pourquoi les volées de tomates vu que ce film a toujours été critiqué très positivement dans l'ensemble. C'est Grease qui a eu mauvais presse.

Quel BOF en tout cas ; je ne m'en lasse pas. Les Bee Gees étaient vraiment des très grands de la pop/disco.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14477
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Top John Badham

Post by Demi-Lune »

Jeremy Fox wrote:Je ne vois pas pourquoi les volées de tomates vu que ce film a toujours été considéré très positivement dans l'ensemble.
Là encore, j'avais une fausse impression, alors. Tant mieux, remarque.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90465
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Top John Badham

Post by Jeremy Fox »

Demi-Lune wrote:
Jeremy Fox wrote:Je ne vois pas pourquoi les volées de tomates vu que ce film a toujours été considéré très positivement dans l'ensemble.
Là encore, j'avais une fausse impression, alors. Tant mieux, remarque.
Et oui Travolta démontrait d'un coup non seulement ses talents de danseur mais également de comédien.