Full Metal Jacket (Stanley Kubrick - 1987)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Gaston
Doublure lumière
Posts: 728
Joined: 15 Apr 03, 19:14
Location: ... en face de Jules de chez Smith

Post by Gaston »

Rockatansky wrote: Le tournage ne s'est effectué en angleterre uniquement parce que Kubrick se refusait à quitter ce pays, donc il a amené le viet nam à lui, ce n'est pas pour des raisons budgétaires.
oui, oui, j'avais lu çà... n'empêche que çà a dû arranger les financiers, et que çà me dérange toujours, tout comme les "poursuites" sur fond projeté dans les films d'Hitchcock, ces trucs passent mal aujourd'hui...

M'enfin... Y'en a qui se contentent des fast-foods asiatiques, à défaut de produits frais 8) 8) 8)
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 40871
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Post by Rockatansky »

GASTON wrote:
Rockatansky wrote: Le tournage ne s'est effectué en angleterre uniquement parce que Kubrick se refusait à quitter ce pays, donc il a amené le viet nam à lui, ce n'est pas pour des raisons budgétaires.
oui, oui, j'avais lu çà... n'empêche que çà a dû arranger les financiers, et que çà me dérange toujours, tout comme les "poursuites" sur fond projeté dans les films d'Hitchcock, ces trucs passent mal aujourd'hui...

M'enfin... Y'en a qui se contentent des fast-foods asiatiques, à défaut de produits frais 8) 8) 8)
Je ne suis pas sur que reconstruire le viet nam avec tout ce que Kubrick leur a demandé de ramener de la bas plus les salaire des anglais est été plus économique que les salaire de misere des techniciens viet et le fait de tourner la bas ;)
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89935
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re:

Post by Jeremy Fox »

Jeremy Fox wrote:Je pensais pareil que la plupart d'entre vous à ma première vision en 1987 à sa sortie cinéma surtout après avoir vu Platoon quelques semaines avant.

Il est vrai que la première partie est la plus typiquement mémorable et kubrickienne, partie au cours de laquelle Kubrick s'amuse avec sa caméra, le montage, l'éclairage... La plus facilement abordable, la plus forte mais loin d'être la plus moderne après plusieurs visions.

La partie centrale, que peu de monde apprécie, est selon moi la moins accrocheuse car froide, sans progression dramatique aucune mais c'est celle qui montre le mieux l'absurdité de la guerre et l'ennui et la vie des soldats : c'est après plusieurs vision, la partie la plus 'avant-gardiste' du film.

La troisième revient au film de guerre plus traditionnelle mais encore une fois quelle maestria.

J'adore désormais ce film de bout en bout.
:o 5 ans plus tard ; le film monte encore d'un cran dans mon estime. Après l'avoir revu ce soir, je le place désormais parmi ses plus grands chefs-d'oeuvre (et modifie déjà mon top 100 de ce matin :mrgreen: ). Maestria absolue de la mise en scène de la première à la dernière seconde (y compris dans la partie centrale la plus controversée), photo sublime et dialogues ébouriffants ; une certaine vision de l'enfer sur terre, peut être son film le plus nihiliste.

En revanche, ayant aussi revu Orange mécanique le mois dernier, je pense au contraire que c'est son film ayant le plus mal vieilli.
makaveli
Doublure lumière
Posts: 442
Joined: 13 May 09, 10:21

Re: Full Metal Jacket (Stanley Kubrick - 1987)

Post by makaveli »

moi je suis pas trop fan de stanley kubrick mais celui la j'adore .
il est juste derriere the deer hunter et apocalypse now dans les films de guerre
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15095
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Full Metal Jacket (Stanley Kubrick - 1987)

Post by Watkinssien »

Filmé en trois parties majeures, Full Metal Jacket est synonyme d'absurdité totale. Terrifiante et drôle, l'oeuvre, grâce à sa recherche constante de symétrie, trouve un parti pris d'abstraction hallucinant, qui renforce encore plus le propos du film : la guerre est un paradoxe. En effet, l'instructeur se fait tuer par sa propre création, Private Joke a un pim's de la paix et Born to kill sur son casque, le tireur d'élite est une femme, les propos des soldats interviewés qui parlent de choses qui n'ont rien à voir ou complètement inversées par rapport à la situation présente.

Grand film !
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Full Metal Jacket (Stanley Kubrick - 1987)

Post by Thaddeus »

Image


L’ordre et le chaos



Le bourbier vietnamien a inspiré de nombreux réalisateurs, y compris parmi les plus prestigieux. Parce qu’il est sorti après les grands jalons de ce "genre" à part entière, Full Metal Jacket en est un peu la queue de comète. Ce n’est pas un film de plus sur le sujet mais plutôt un film en moins : moins d’affects sentimentaux, moins d’effets, moins de discours, moins d’explications, moins de tout. Pour tout dire : une abstraction déflationniste, sèche, glaçante et coupante comme le rasoir. Stanley Kubrick fait plus que jamais cavalier seul. Son hyperréalisme clinique ne doit rien aux tentatives de ses prédécesseurs, qu’il s’agisse des tenants d’un réalisme éprouvant (Oliver Stone), d’un romanesque élégiaque (Michael Cimino) ou d’une imagerie visionnaire (Francis Ford Coppola). Il construit sa perception du phénomène guerrier en deux mouvements contrastés, deux volets symétriques, chacun marqué par une catharsis meurtrière. D’une part un reportage sur la formation des Marines dans un camp militaire. D’autre part une fiction située (espace) dans les villes de Da Nang et Hué à l’époque (temps) de l’offensive du Têt. Il n’est pas certain que cette seconde partie soit la suite de la précédente. Elle ressemble plutôt à la programmation complète d’une séance de cinéma à l’ancienne. Première époque : le court-métrage documentaire. Deuxième époque : le grand film. Et entre les deux, le cut brutal d’un entracte express où un célèbre hit de Nancy Sinatra (These boots are made for walkin’) servirait de bonbon-esquimau-chocolat. Comme si le cinéaste filmait avec un cerveau dont les hémisphères ne seraient pas irriguées par le même sang, sans aucun souci d’un avant (le camp d’entraînement) et d’un après (le champ de bataille), ni de la quelconque prédominance chronologique d’une théorie ("Je ferai de vous des hommes") sur sa pratique ("tous des héros"). Des formules éprouvées du film de guerre, il ne retient qu’une épure. Full Metal Jacket est un objet organisé et dur, une perle mais aussi un barroco fulgurant, précis et implacable comme une balle traçante.


Image



Province comme une autre du vaste paysage mental kubrickien, le Vietnam agit ici comme catalyseur d’une psychose secrétée par l’armée elle-même. Le cancer que diagnostique le chirurgien-réalisateur prend naissance au cœur du système et de la hiérarchie militaires : il y retrouve cette violence institutionnalisée qu’il avait disséquée dans Les Sentiers de la Gloire, dénoncée dans Spartacus et ridiculisée dans Docteur Folamour. Des troufions sans passé ni avenir y constituent les pourvoyeurs d’une chair à canon parfaitement malléable. Tel un seigneur de la guerre qui avancerait au feu en coupant derrière lui tous les ponts de la retraite, le cinéaste fait le pari furieux de sabrer consciencieusement toute possibilité d’identification. Un instant on croit pouvoir s’accrocher au destin de Joker (qui prête à plusieurs reprises sa voix off au récit, et à qui un peu de substance biographique est concédée) mais ce n’est que pour mieux le replonger au plus profond d’une grisaille de figures interchangeables. Le sergent instructeur ne gagne quant à lui sa consistance sonore (une ahurissante diarrhée d’insultes) qu’au prix d’un silence définitif, étant dégommé à mi-parcours. Même l’éternelle sortie de secours de la psychologie est automatiquement verrouillée. Tous les personnages ont des émotions mais aucun caractère, répliquant simplement à l’infini quelques standards du comportement humain : racisme, héroïsme, couardisme, connerie, intelligence, misogynie... Quant au dernier recours des justifications politiques, historiques ou idéologiques, le cinéaste les anesthésie les unes après les autres : à peine quelques citations aide-mémoire, exhibées à la manière d’un document d’archive, prenant intelligemment en compte que le Vietnam fut la première guerre à être mise en images, immédiatement, en direct, à la télévision américaine, presque comme une campagne publicitaire.

Toujours apte à ébranler les conceptions d'humanité et de barbarie, de civilisation et d'asservissement, fasciné et terrifié par la marge infime qui distingue le soldat du criminel, Kubrick consacre les trois premiers quarts d’heure du film au laboratoire où se contracte le virus : le camp d’entraînement de Parris Island, institution totalisante spécialisée dans la dépersonnalisation de l’embrigadement. Prestement dépouillés de leur individualité puis systématiquement dégradés par un déluge d’insanités, les conscrits sont soumis à l’autorité insane du sergent Hartmann, fou furieux vociférant qui leur fait tout faire, le parcours du combattant, le lit au carré, la corvée de chiottes. Son objectif est de fabriquer une section de tueurs à partir d’éléments disparates. Peu importe l’abjection des moyens, le travail sur les mots, les noms des soldats et des armes, le pansexualisme délirant et outrancier, tous soulignés par le motif répété des travellings arrière, ceux de l’escadron en marche avec ses chants idiots, ceux de l’instructeur dans un dortoir aussi propre et artificiel que les couloirs de 2001. La guerre nécessite la mise à l'équerre de l’individu, et la méthode employée vise l’effet inverse du programme Ludovico dans Orange Mécanique : elle glorifie l’agressivité primaire, l’instinct carnassier, l’ivresse du sang. Ainsi l’officier-enseignant métamorphose-t-il rapidement son groupe de dadais en un régiment robotisé, une meute d’exterminateurs impeccablement ordonnée. À la quarante-cinquième minute, le gros Pyle, garçon de ferme un peu crétin dont Hartmann a fait son souffre-douleur, apparaît complètement déglingué. Il rôde dans les latrines avec son fusil-mitrailleur, affectueusement baptisé Miss Charlene et garni de balles chemisées de métal. L’une éparpille en débris le tyran haï, une autre met fin par voie buccale à sa carrière prometteuse de tireur d’élite, après qu’il se soit assis pour la circonstance sur le trône blanc de son ultime défoulement.


Image



Le récit se téléporte alors sans transition sur le terrain, et les personnages sont introduits dans un nouvel enfer par une forme de décompression paradoxale, entre vacance et désinformation. Joker et le nouveau venu Rafterman, correspondants dans un journal d’armée, se la coulent douce en attendant de casser du Viet. Patience, leur disent ceux qui viennent d’y goûter. La tension se relâche brutalement, la structure du film se dilue jusqu'à l'entropie, et la narration part à la dérive en créant un sentiment de déréliction et de fragmentation anti-dramatique. Autant la première partie est ligotée, charpentée, maîtrisée, autant la seconde semble s’évanouir progressivement (mais de façon hyper concertée) dans une marmelade d’hésitations, de cul-de-sacs et d’égarements, un entassement de sketches jetés en vrac sans aucune nécessité déductive, zone confuse aux contours imprécis, secouée par des explosions périodiques. Au règne de la discipline succède l’arbitraire du hasard ; aux rituels du conditionnement, les aléas de combats incohérents. La survie du Marine tient désormais à un darwinisme féroce que résume une oraison funèbre lapidaire : "Je préfère que ce soit lui plutôt que moi." Et la folie — grande préoccupation de Kubrick — se donne à voir partout : chez le Rambo de la troupe qui mitraille tout ce qui bouge (y compris femmes et enfants) depuis l’hélicoptère, chez la compagnie qui organise une party autour d’un cadavre ennemi, chez le colonel avançant sans rire qu’en tout Viet il y a un Américain qui sommeille. Pourtant, d’un bloc filmique à l’autre, de l’ordre supposé du camp au désordre apparent des hostilités, c’est la même nouvelle qui circule, la même idée qui fait le pont : les machines de guerre n’avancent, n’œuvrent et ne prospèrent qu’à condition de perpétuellement se détraquer. Que ce dérèglement advienne d’une cellule interne qui, à force d’humiliation et de tabassage, finit par intégrer le code génétique du corps de garde en le menaçant simultanément de mort brutale. Ou qu’il surgisse de l’extérieur, lorsque défiant toutes les lois de la stratégie et des coutumes culturelles le Vietcong déclenche son attaque en pleine fête du Têt, opération mi-géniale mi-suicide.

Le chaos éclate au cours de la bataille dans les faubourgs apocalyptiques de Hué, reconstitués sur le terrain d’une usine de gaz désaffectée de la banlieue londonienne. Lors de ce fait d’armes géométrique comme une partie d’échecs, le cinéaste déploie bien grand les ailes de son brio magistral et transforme les ruines fumantes de la ville en un labyrinthe de cauchemar. Il élague ainsi tout ce qui avait été fait avant lui pour n’en conserver qu’un noyau dur : la guerre est résumée par l’emblème d’un affrontement claustro entre une douzaine de fantômes américains et une silhouette postée en sniper. À la fin, les soldats se pressent autour de l’adolescente vietnamienne qu’ils viennent d’abattre et qui agonise en psalmodiant ses prières. Tandis qu’Animal Mother suggère de la laisser pourrir sur place, Joker décide de l’achever. Lesté de son innocence, il a achevé sa régression, laissant au spectateur la charge d’interpréter ce qu’il lit sur son visage. Ainsi le film agit-il comme un piège formel d'une extrême habileté : de la vie de tout un chacun à l’endoctrinement puis au comportement sur le terrain des combattants dûment programmés, le chemin peut être parcouru dans les deux sens. L’aller-retour n'est pas une scansion temporelle, c'est un marquage logique, une mise en perspective, la construction de cet axe continu passant comme il se doit par l'utilisation d'éléments discrets, répétés en parallèle, sur le mode du semblable ou de l'opposé et du contraire. La dernière image offre une vision infernale et crépusculaire : un baptême de la mort, un passage du Styx où l’on voit la nuit engloutir une patrouille d’enfants-guerriers qui rentrent au bercail en chantant l’hymne du Mickey Mouse Club. Ne reste aux Stones qu’à entonner leur Paint it black pour entériner la noirceur sans rémission d’une œuvre irréductible aux représentations rassurantes comme aux réflexes conditionnés de la thèse ou de la dénonciation. Full Metal Jacket est un objet déroutant, perturbant, radical, qui résiste et proteste contre les conventions majoritaires du film dominant. Un geste expérimental en somme : broken-cinema.


Image
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 24128
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Full Metal Jacket (Stanley Kubrick - 1987)

Post by tenia »

Pour info : l'UHD US du film vient avec le BR 2007 et non le BR remasterisé (contrairement à Shining et 2001). :|