La Jeune Fille et la Mort (Roman Polanski - 1993)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

La Jeune Fille et la Mort (Roman Polanski - 1993)

Post by Jake Scully »

Image

En Amérique latine, Paulina Escobar, ex-militante emprisonnée et torturée durant l'ancien régime, vit aux côtés de son époux Gerardo, un brillant avocat, dans une maison isolée sur la côte. Paulina vit dans le douloureux souvenir des horreurs subies. Un soir d'orage, Gerardo tombe en panne de voiture, et un homme courtois le raccompagne jusque chez lui, le Dr Miranda. Paulina croit reconnaître en lui son ancien tortionnaire. Décidée à confondre Miranda et à se venger, elle convainc son mari de jouer l'avocat de la défense...

Image

[SPOILERS]

Je trouve que c'est un Polanski sous-estimé.

La mise en scène, sobre, est une leçon de cinéma. Le scénario, sans action et avec unité de lieu, a un côté assez théâtral. Je ne pense pas qu'il existe beaucoup de réalisateurs capable comme Polanski d'émouvoir le public de cette façon (sans flash-back, sans effet gratuit ni emphase).

On pense à CUL-DE-SAC du même auteur (lieu isolé dans une vaste étendue désertique, trois personnages dont une femme, ambiance huis-clôt...)
Image

Je ne connais hélas que la VF du film (où l'actrice française "en fait trop" et dont la voix ne sied pas vraiment à celle de Sigourney Weaver). Cela dit le personnage est touchant...

Et puis il y a cette scène des aveux de 10 minutes...
Image
Certains diront qu'ils la trouvent longue et ennuyeuse, moi je la trouve incroyablement forte, et remplie d'émotion. La musique de Wojciech Kilar, calme et montant peu à peu, est d'une sobriété mais d'une grâce absolue dans cette scène! On n'a pas l'impression d'entendre un seul compositeur pendant tout le film, jusqu'à cette scène.
Dans cette apothéose finale où la caméra ne bouge pas, c'est l'acteur qui fait tout... Ben Kingsley fait là une impressionnante performance...

J'attends vos avis...
Cinetudes
Accessoiriste
Posts: 1724
Joined: 14 Apr 03, 12:25
Location: Jersey ( Iles Anglo Normandes- Channel Islands)

Post by Cinetudes »

enfin une réhabilitation de ce film!!! :D
Pour ma part, voila ce que j'en pense:

Synopsis Roman Polanski est devenu, avec le temps et de façon méritée, une véritable institution du cinéma mondial à lui tout seul. Il a signé nombre de films inoubliables qui n'ont pas manqué d'amuser, traumatiser ou impressionner durablement ses spectateurs, pour finalement intégrer le cercle fermé des oeuvres de qualité qui ont marqué l'inconscient collectif. Ainsi on peut sans soucis ranger Repulsion (1965, une traumatisante étude sur la folie), The Fearless Vampire Killers (1967, l'une des meilleures parodies de film fantastique), Rosemary's Baby (1968, un film effrayant sans effets spéciaux jouant tout sur la suggestion), Chinatown (1974, un polar hommage plus obsédant que biens des classiques), Le Locataire (1976, un film à part, glaçant, surréaliste et débordant d'humour très noir), et pour finir en beauté et après une période moins intéressante, The Pianist (2002, un regard juste et sans fioritures ou sensiblerie sur les horreurs des Nazis) parmi ses oeuvres les plus marquantes. Peu de réalisateurs peuvent se vanter d'un tel palmarès et surtout d'avoir marqué aussi durablement et fortement l'esprit de ses spectateurs. En effet, même les spectateurs peu cinéphiles connaissent le nom de Roman Polanski car il se souviennent des moments intenses (et pourtant souvent désagréables) qu'il leur a fait vivre à travers ses oeuvres et grâce à son intelligence, son talent et son intransigeance artistique. Ses films sont souvent très concrets, simples et peu tape à l'oeil, convoquant regulièrement le surréalisme, la noirceur, l'humour et l'absurdité des oeuvres de l'immense Franz Kafka. La précision méticuleuse de sa mise en scène n'a d'équivalente que celle mise dans la composition de chaque plan où aucun détail n'est laissé au hasard. Ainsi, le réalisme qui s'en dégage est très important pour son 'systéme' sans pour autant que ses films puissent être qualifiés de réalistes. De même, c'est souvent grâce à la relative simplicité de ses oeuvres qu'il arrive à véhiculer la complexité des éléments et réflexions qui y sont soulévés. La noirceur d'âme de l'être humain et ses troubles sont au centre de son cinéma, ce qui en fait du coup l'un des plus fins observateurs et analystes de nos travers et déviances, expliquant le formidable succès de ses oeuvres pourtant difficiles auprès du grand public. On est touché car quelque part, soit on se retrouve dans le caractère de ses héros, soit on est troublé par l'acuité du jugement et de l'analyse de R. Polanski. Death and the Maiden (1994) ne déroge pas aux habitudes de son réalisateur, bien au contraire. Après les déceptions provoquées par Pirates (1986, boursouflé et très inégal), Frantic (1988, intéressant mais d'ambition limitée) et Lune de Fiel (1992, inutilement outré et agressif), Death and the Maiden marque le retour d'un Roman Polanski inspiré et sur un sujet qui le touche, car très proche de sa thématique habituelle. Dans ce film, il nous propose un huis-clos très tendu adapté par Ariel Dorfman d'après une de ses pièces de théâtre. Dans un pays sud-américain non mentionné, on suit le destin de trois personnages lors d'une nuit d'orage qui a fait disjoncter le système électrique et coupé le téléphone. Paulina Escobar (Sigourney Weaver) attend son mari dans leur maison isolée du bord de mer. Elle est passablement énervée car elle lui a préparé un diner aux chandelles et celui-ci est en retard. Gerardo Escobar (Stuart Wilson) arrive passablement plus tard, gentiment raccompagné par un de leurs lointains voisins, le Docteur Miranda (Ben Kingsley), pour cause de crevaison de pneu de voiture. S'ensuit une dispute où l'on apprend que Paulina a été torturée et violée 15 ans plus tôt lorsqu'elle était activiste révolutionnaire, et Gerardo (maintenant avocat chargé des procès des tortionnaires de l'époque) était le leader de son parti. Lorsque le Docteur Miranda ramène cordialement le pneu crevé, Paulina apparaît très troublée et après avoir évité de le voir, elle vole sa voiture sans raison apparente. On apprendra après qu'elle est persuadée d'avoir reconnu l'homme qui l'a violée quinze ans plus tôt. S'ensuit alors une nuit électrique où Paulina souhaite faire son propre procès de son tortionnaire présumé. Sur cette intrigue très serrée et dans un décor quasi unique (deux ou trois extérieurs pour respirer un peu), Roman Polanski réussit l'exploit de filmer un suspence des plus haletants et cela sans poursuites et quasiment sans violence physique. Sa mise en scène est absolument remarquable de maîtrise et d'efficacité dans un espace aussi restreint, et ses angles de caméra tordus reflètent parfaitement l'état d'esprit des protagonistes. Par contre, ils provoquent un état de malaise volontaire chez le spectateur qui n'est clairement pas là pour passer un moment agréable. De plus, grâce à la progression dramatique reglée au couteau, l'intérêt est constamment maintenu, il n'y a pas de temps morts. Polanski réussit également à créer une sorte de fascination morbide et quasi inévitable chez le spectateur (et c'est pour cela que certains sont très gênés par le film) envers les tortures dont à été victime Paulina. Le film est plus qu'un simple thriller virtuose, il questionne en tant qu'être humain sur nombres de notions: un tortionnaire peut-il changer et se repentir ? Miranda était-il un produit de son époque, un tortionnaire forcé ? Existe-t'il un pardon pour un tel crime ? Paulina ne se met-elle pas au même niveau que lui en le séquestrant ? Sa vengeance lui apportera-t'elle un quelconque soulagement ? La fin du film est à ce titre absolument remarquable. R. Polanski y est plus noir que jamais et les toutes dernières images du film montrent de façon implacable à quel point un tel traumatisme est impossible à effacer quelles que soient les actions entreprises. Les trois acteurs sont impeccables et sans leur présence, il ne fait nul doute que le film aurait perdu beaucoup de son intérêt. Sigourney Weaver est parfaite, rendant de façon très convaincante les troubles de Paulina et son côté bête sauvage tout juste apprivoisée, sa force intérieure inaltérable, son hésitation permanente entre le bien et le mal. Face à elle, Ben Kingsley est ambigü au possible et rend à la perfection la dualité de son personnage (gentillesse évidente et non feinte du début du film, agressivité qui lui échappe lors de sa séquestration). Entre eux, Stuart Wilson est le contrepoint nécessaire, la "normalité" qui s'exprime face aux deux autres personnages extrêmes. Son interprétation est impeccable et il rend parfaitement son tiraillement entre les deux options qui se présentent à lui (aidera-t'il sa femme ou son voisin ?) et son rôle de juge dans la société. Une oeuvre puissante qui vous emmenera vers des régions peu fréquentées sur la grande carte des questions morales où chaque personnage a son point de vue à défendre. Sa fin est d'une noirceur et d'une universalité confondante alors que son déroulement propose tour à tour diverses options face à l'horreur. Un film difficile et peu agréable mais profondément nécessaire au même titre que Le Pianiste, de façon à rappeler l'existence du mal au sein de l'humanité. Il est trop facile de le dissimuler derrière le masque du diable ou autres épouvantails, alors qu'en fait il est très probablement tapi en chacun de nous et que la question est la suivante, notre conscience et notre morale seront-elles capables de le contenir?

Stef
Image
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Post by Jake Scully »

Merci cinetudes pour ce long mais intéressant commentaire.
S'il ne convainc pas les autres de le voir, je serais étonné! :shock: :wink: Comme tu l'as dit c'est un film difficile à regarder, mais en même temps essentiel. Des films comme celui-là n'aident peut-être pas à sortir d'un coup de blues, mais il est si exceptionnel dans sa forme, dans sa mise en image tout en sobriété qu'un bon cinéphile ne peut le rater ou ne pas l'apprécier.

Que peut-on lui reprocher à ce film? D'être lent sans action, sans histoire?... C'est idiot. C'est un film ulra-réaliste. Rien que ce côté là est fascinant: commnt Polanski retranscirt la réalité au cinéma...

NOTE: Tu ne parles pas de LA NEUVIÈME PORTE qui vient avant LE PIANISTE et après DEATH AND THE MAIDEN dans ton résumé de la vie de Polanski. Le film partage (comme tous les films vous me direz :lol:) et j'ai le sentiment qu'il reste incompris et sous-estimé également.
Tuck pendleton
Mogul
Posts: 10614
Joined: 13 Apr 03, 08:14

Post by Tuck pendleton »

Ah Ben Kingsley... formidable dans Gandhi!...Et puis n'oublions pas la liste de schindler...Ce mec a même joué Moise! Je l'ai vu :shock:

Et je vais peut être vous apprendre quelque chose mais la voix off dans AI... et ben c'est lui...

Sinon je n'ai pas vu la jeune fille et la mort. :)

Voilà the rider j'ai convoqué toutes les forces de imdb pour répondre à ton topic :wink:
DannyBiker
Ed Bloom à moto
Posts: 5545
Joined: 12 Apr 03, 22:28
Location: Bruxelles

Post by DannyBiker »

Tuck pendleton wrote:Ce mec a même joué Moise! Je l'ai vu :shock:
wow...on peut te toucher ?
Image
Tuck pendleton
Mogul
Posts: 10614
Joined: 13 Apr 03, 08:14

Post by Tuck pendleton »

Jack Torrance wrote:
Tuck pendleton wrote:Ce mec a même joué Moise! Je l'ai vu :shock:
wow...on peut te toucher ?
moi oui ...mais Kingsley pas sûr
Brice Kantor
Mister Ironbutt 2005
Posts: 7489
Joined: 13 Apr 03, 09:15

Post by Brice Kantor »

Tiens, il y a "Pirates" ce soir... :P
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Post by Jake Scully »

Mac Lean wrote:Tiens, il y a "Pirates" ce soir... :P
Et alors? C'est un bon divertissement, je regardais ça quand j'étais gamin, et je prend très mal les critiques contre ce film! :evil:
Brice Kantor
Mister Ironbutt 2005
Posts: 7489
Joined: 13 Apr 03, 09:15

Post by Brice Kantor »

The Rider wrote:
Mac Lean wrote:Tiens, il y a "Pirates" ce soir... :P
Et alors? C'est un bon divertissement, je regardais ça quand j'étais gamin, et je prend très mal les critiques contre ce film! :evil:
Non, mais en fait je tends la perche à quelqu'un (pas toi)... je ne sais pas s'il va réagir...
Tuck pendleton
Mogul
Posts: 10614
Joined: 13 Apr 03, 08:14

Post by Tuck pendleton »

Mac Lean wrote:
The Rider wrote: Et alors? C'est un bon divertissement, je regardais ça quand j'étais gamin, et je prend très mal les critiques contre ce film! :evil:
Non, mais en fait je tends la perche à quelqu'un (pas toi)... je ne sais pas s'il va réagir...
non non :wink: ne met pas le lien! :lol:
Brice Kantor
Mister Ironbutt 2005
Posts: 7489
Joined: 13 Apr 03, 09:15

Post by Brice Kantor »

Tuck pendleton wrote:
Mac Lean wrote: Non, mais en fait je tends la perche à quelqu'un (pas toi)... je ne sais pas s'il va réagir...
non non :wink: ne met pas le lien! :lol:
toi seul décide... C'est un vert qui n'est pas anodin pourtant. :lol:
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Post by Jake Scully »

Tuck pendleton wrote:non non :wink: ne met pas le lien! :lol:
De quoi, quel lien??? Dîtes-nous... :?
Tuck pendleton
Mogul
Posts: 10614
Joined: 13 Apr 03, 08:14

Post by Tuck pendleton »

The Rider wrote:
Tuck pendleton wrote:non non :wink: ne met pas le lien! :lol:
De quoi, quel lien??? Dîtes-nous... :?
t'occupes! :wink:
NUTELLA

Post by NUTELLA »

Cinetudes wrote: Face à elle, Ben Kingsley est ambigü au possible et rend à la perfection la dualité de son personnage (gentillesse évidente et non feinte du début du film, agressivité qui lui échappe lors de sa séquestration). Un film difficile et peu agréable mais profondément nécessaire au même titre que Le Pianiste, de façon à rappeler l'existence du mal au sein de l'humanité. Il est trop facile de le dissimuler derrière le masque du diable ou autres épouvantails, alors qu'en fait il est très probablement tapi en chacun de nous et que la question est la suivante, notre conscience et notre morale seront-elles capables de le contenir?

Stef
je ne crois pas que la gentillesse de Kingsley(de son personnage evidemment) soit non feinte,on sent d'entrer le coté malsain de son personnage,c'est assez perceptible.

qaund à ta derniére phrase sur le mal qui est sois-disant tapi en nous.c'est un raccourci qui me derange,et que je trouve difficilement supportable.qui pourrait avoir les memes idées que ce type :shock: :shock:
Cinetudes
Accessoiriste
Posts: 1724
Joined: 14 Apr 03, 12:25
Location: Jersey ( Iles Anglo Normandes- Channel Islands)

Post by Cinetudes »

salut,

premièrement, the rider merci de défendre ce film et heureux que l'on soit d'accord dessus.
Malheureusement on à l'air un peu seuls dans ce cas mais c'est pas grave, les autres ne savent pas ce qu'ils perdent. :wink:

Sinon Nutella, ce que je souligne dans ma dernière phrase c'est qu'il est certain que dans une situation normale personne de censé n'aurait les même idées que le personnage de Kingsley mais que dans une situation exceptionnelle ou ta propre existence est mise en danger et ou tes valeurs morales, tes certitudes sont totalement chamboulées tu ne sais absolument quelles pourraient être tes réactions.
Je ne cherche absolument pas à justifier les actes ignobles du personnage de Kingsley mais à mettre en exergue le questions que Polanski me pose à travers son film.
Même si je trouve sa conclusion eminement pessimiste (mais c'est comme ça qu'on l'aime notre Polanski!) je ne suis absolument pas capable de te certifier que je n'aurai pas des réactions malsaines tordues ou dérangeantes si j'étais placé dans des conditions propices.
L'homme est faible , sa chair et son esprit le sont, certains arrivent à resister au combat entre la morale (le bien) et les atrocités , d'autres non.
Si le Docteur Miranda avait refuser de soigner les victimes il aurait ss doute été tué.
Il était faible et la possibilité d'abuser d'une personne sans défense, sans être surveillé ou réprimandé dans une climat de violence et de paranoia permanente à été plus forte que sa raison. C'est un être ignoble!
Cependant la ou Polanski gêne et dérange c'est en nous mettant la question dans la tête (un peu comme Irreversible), il ne justifie rien , ne juge rien, il noud demande juste et vous comment croyez vous que vous auriez réagi?
99,9% de n'impoorte quel être te dira en sauvant les victimes mais une petite partie ne peut s'empêcher de voir la situation en face et de se demander.
C'est d'ailleurs cela qui est terrible dans sa conclusion, Miranda n'est qu'un homme et non un monstre, il s'est retrouvé dans une situation particulière à gouté au mal et à apprécié.
C'est en cela que le film de Polanski est excellent même si les conclusions qu'il en tire et l'introspection à laquelle il nous amêne est loin d'être agréable.
J'attends ton avis.

Stef
Image