La Forteresse noire (Michael Mann - 1983)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

mannhunter
Laspalès
Posts: 16317
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by mannhunter »

AtCloseRange wrote:Mon moment préféré reste celui Gabriel Byrne découvre que McKellen a bien "perdu" 30 ou 40 ans et qu'il s'en fiche comme de son premier saignement de nez... le résultat d'une crème de soin hydratante sans aucun doute.
J'y avais même pas pensé :oops: , en même temps Mann dit qu'il cherchait pas le réalisme..:

http://www.americancinemapapers.com/fil ... E_KEEP.htm

I'd just done a street movie, Thief. A very stylized street movie but nevertheless stylized realism. You can make it wet, you can make it dry, but you're still on "street." And I had a need, a big desire, to do something almost similar to Gabriel Garcia Mar­quez's One Hundred Years of Solitude, where I could deal with something that was non-realistic and create the reality. There is an effect in the film whereby Molasar accrues to himself particles of matter from living organisms. Now what is the logic of that? What does it look like? How does it happen? What's the sound of it? I mean, that's a real turn-on, to fantasize what these things are going to be like. So you're way out there. And you have to be consistent. You're not rendering objective reality, you're mak­ing up reality.
AtCloseRange wrote:Et puis Molasar qui change de costume à chaque fois qu'on le voit, c'est pas possible...
What happens is that after the second time you've seen him, Molasar changes. And he seems to change after people are killed. After he kills things. It's almost as if he accrues to himself their matter. Not their souls; he doesn't suck their blood. It's a thing unexplained, his transforma­tion is seen visually. He evolves through three different stages in the movie. He gets more and more complete. He starts as a cloud of imploding particles, then he evolves a nervous system, then he evolves a skeleton and musculature, and at the third state he's complete. And then it's a bit ironic when he's complete, because there's a great resemblance to Glaeken Trismegistus.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23423
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by AtCloseRange »

Je ne vois pas de meilleure démonstration de l'écart parfois abyssal qui peut exister entre les intentions et le résultat.
Sans le commentaire audio qui va avec, rien ne s'incarne. Non mais cette scène de sexe ridicule... et pourtant quand tu le lis, tu te dis: à la rigueur, pourquoi pas?
mannhunter
Laspalès
Posts: 16317
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by mannhunter »

AtCloseRange wrote:Non mais cette scène de sexe ridicule...
mais elle est superbe cette scène :) (ok le ralenti sur la crinière d'Alberta R.I.P :( est de trop je te l'accorde), chorégraphique (avec ce motif de la croix qui revient), hors du temps, onirique...d'ailleurs Mann s'en souviendra pour celle d'"Hacker" (voire celle de "Miami Vice") qu'il mettra en scène de façon similaire.

Et cette zique :D :

Dale Cooper
Machino
Posts: 1029
Joined: 4 Nov 14, 23:03
Location: Twin Peaks

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by Dale Cooper »

mannhunter wrote:
AtCloseRange wrote:Non mais cette scène de sexe ridicule...
mais elle est superbe cette scène :) (ok le ralenti sur la crinière d'Alberta R.I.P :( est de trop je te l'accorde), chorégraphique (avec ce motif de la croix qui revient), hors du temps, onirique...d'ailleurs Mann s'en souviendra pour celle d'"Hacker" (voire celle de "Miami Vice") qu'il mettra en scène de façon similaire.

Et cette zique :D :

Image
mannhunter
Laspalès
Posts: 16317
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by mannhunter »

ah Dale Cooper...je me disais, quelle sobriété depuis deux jours, ça ne pouvait pas durer! :mrgreen:
Dale Cooper
Machino
Posts: 1029
Joined: 4 Nov 14, 23:03
Location: Twin Peaks

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by Dale Cooper »

mannhunter wrote:ah Dale Cooper...je me disais, quelle sobriété depuis deux jours, ça ne pouvait pas durer! :mrgreen:
J'ai du boulot. Mais t'inquiète... je ne t'oublie pas. 8)
Je peux (aussi) dire des choses gentilles à propos de la musique, mais ce ne sera pas avec ce film.
mannhunter
Laspalès
Posts: 16317
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by mannhunter »

Dale Cooper wrote:Mais t'inquiète... je ne t'oublie pas. 8)
ça me fait chaud au coeur... :oops:
Dale Cooper wrote:Je peux (aussi) dire des choses gentilles à propos de la musique, mais ce ne sera pas avec ce film.
8)
O'Malley
Cadreur
Posts: 4378
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by O'Malley »

Un bien curieux film bourré de défauts à tous les stades: le scénario totalement décousu (les ellipses déroutantes, la scène d'amour quoique très belle mais qui tombe comme un cheveux sur la soupe, le pétage de plomb WTF du curé...), les dialogues sombrant très souvent dans le ridicule parfois pompeux, la mise en scène de Mann qui oscille, entre deux éclairs de génie, dans l'esbroufe stérile ou ringarde (les soldats allemands qui court en ralenti en contre-lumière bleutée lors de la séquence du vol de la croix), la musique de Tangerine Dreams parfois à côté de la plaque...

Et pourtant, avec tous ces défauts qui font régulièrement tomber le film dans le ridicule, le charme opère car il possède malgré tout un pouvoir de fascination et d'envoutement de part son décor, sa photographie parfois impressionnante, son intrigue foisonnante aux pistes diverses partiellement exploitées qui mélange histoire récente et fantastique au service d'une parabole sur la lutte entre la lumière et les ténébres, le design de Molasar que je trouve assez réussi à tous les stades de son incarnation (merci Enki Bilal!) et malgré tout la mise en scène de Michael Mann et le score de Tangerine Dreams dont l'alliage fait parfois mouche...

Bien sûr, le film a connu des problèmes de production puis son montage a été charcuté et cela explique visiblement en grande partie le résultat final.

Par ailleurs, le film m'a souvent rappelé le tout aussi curieux et boiteux La neuvième configuration de William Peter Blatty, sorti 4 ans auparavant, de part son décor, ses thèmes et ses faiblesses...sauf que, malgré des défauts similaires au film de Mann, le film de Blatty me semble bien plus réussi grâce à une seconde partie plus maîtrisée (après une première assez laborieuse à mon souvenir) et surtout son climax médian:à mon avis, une des séquences les plus impressionnantes, audacieuses, jusqu'au-boutiste du cinéma américain qui n'a rien à envier à ce que Peckinpah, Boorman, Kubrick ou Friedkin ont réalisé durant la décennie 70's.
Last edited by O'Malley on 15 Apr 16, 17:49, edited 1 time in total.
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17419
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by bronski »

O'Malley wrote:La nouvelle configuration de William Peter Blatty
La neuvième configuration, plutôt :wink:
O'Malley
Cadreur
Posts: 4378
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by O'Malley »

bronski wrote:
O'Malley wrote:La nouvelle configuration de William Peter Blatty
La neuvième configuration, plutôt :wink:
euh...oui. j'édite :oops:

Par contre, la version de plus de 3h est-elle une ébauche ou, pire, un fantasme, ou existe-elle bel et bien c'ead montée et mixée (notamment sur le plan musical) donc prête à être montrée?
User avatar
Super Mystere
Assistant(e) machine à café
Posts: 188
Joined: 12 Jun 14, 12:29

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by Super Mystere »

Revu hier soir sur PARAMOUNT TV dans une copie au rendu assez médiocre mais en VO.

Eh bien mon impression est la même que lors de sa sortie au cinéma. Un film plein de promesses qui vire rapidement chocolat pour constituer à la fin un des plus mauvais film qui aient jamais été monté. Et si il n'y avait pas des noms connus au générique devant et derrière la caméra, personne n'en parlerait plus. C'est diaboliquement raté de bout en bout. On a là un catalogue exhaustif des pires options de réalisation qui puissent être prises pour bousiller un sujet excitant, un décor et une photographie magnifiques et l'attente bienveillante et gourmande des spectateurs.
Voilà ce qui s'appelle un fiasco, un vrai.
O'Malley
Cadreur
Posts: 4378
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by O'Malley »

Les multiples problèmes du film peuvent se résumer en ces deux aspects: son esthétisme pas souvent maîtrisée et son scénario qui veut traiter toutes les pistes de son sujet et qui finit par se noyer.

Car même si nous pouvons voir un jour la version de 3 heures, il y aura toujours les fautes de goût de sa conception mais aussi une durée peut-être excessive pour un film de genre...Car sérieux, faire un film fantastique de trois heures dans les années 80, là où des cinéastes comme Paul Schrader ou John Carpenter nous offraient au même moment, des chefs d'oeuvres passionnants pour moitié moins de temps, c'était vraiment casse-gueule et très illusoire, voire naïve comme démarche.
Mann aurait dû être moins ambitieux et plus efficace: élaguer dans le roman et ne prendre plutôt qu'un thème ou deux et les traiter à fond plutôt que de vouloir embrasser l'ensemble des pistes et s'y perdre.

Ceci-dit, je suis quand même curieux de visionner la version de 3h si elle réapparaît un jour (si tant soit peu elle existe réellement).

PS: la TV pourrait très bien s'emparer du roman pour une mini-série. Michael Mann qui refait The Keep pur HBO ou Starz, c'est peut-être une (bonne) idée?
mannhunter
Laspalès
Posts: 16317
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by mannhunter »

O'Malley wrote:Par contre, la version de plus de 3h est-elle une ébauche ou, pire, un fantasme, ou existe-elle bel et bien c'ead montée et mixée (notamment sur le plan musical) donc prête à être montrée?
Mann l'évoque brièvement ici, à 1:12 :

O'Malley
Cadreur
Posts: 4378
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by O'Malley »

mannhunter wrote:
O'Malley wrote:Par contre, la version de plus de 3h est-elle une ébauche ou, pire, un fantasme, ou existe-elle bel et bien c'ead montée et mixée (notamment sur le plan musical) donc prête à être montrée?
Mann l'évoque brièvement ici, à 1:12 :

N'étant pas anglophone, j'avoue ne pas comprendre grand chose mais merci quand même :mrgreen: :wink:

Une connaissance qui a eu l'occasion d''assister à une présentation du film par Mann en personne à la cinémathèque il y a quelques années m'a expliqué que, pour des raisons de droits et de restauration du matériel, la version longue avait très peu de chances de voir le jour...
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14681
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: La Forteresse noire / The Keep (Michael Mann - 1983)

Post by Demi-Lune »

J'ai voulu redonner une chance au film... et non, ça reste toujours aussi raté.
Raté ne veut d'ailleurs pas dire inintéressant ou insignifiant. Le film a indéniablement quelque chose, qui tient à la fois dans la force d'évocation de son pitch (excellent) et dans le caractère qu'exprime sa mise en scène, qui porte sans contestation possible la marque de Michael Mann. Comparé au Solitaire, c'est même avec cet opus que se développe véritablement la quintessence visuelle du cinéaste avec ce bleu, ces cadrages en Scope et cette lumière veloutée. Ce n'est donc pas un film qu'on peut écarter du revers de la main comme ça. Seulement, c'est assez fascinant de voir que le style de Mann manque pratiquement tous ses effets là où il fera des merveilles trois ans plus tard sur Le sixième sens, qui reste vraiment son film total pour moi. Inutile de tirer sur l'ambulance sur ce point, tout a déjà été dit, sur la musique, les ralentis, les acteurs, les trucages, le scénar'. En revanche, il ne me semble pas avoir beaucoup lu de commentaires sur la direction artistique, alors qu'elle me paraît essentielle dès la promesse implicitement contenue dans le titre. Pour moi, l'échec du film se noue dès l'introduction dans cet univers, alors qu'un film fantastique peut presque se juger d'emblée sur les bases qu'il pose. Dès cette arrivée dans le village roumain en toc filmée avec des cadres étriqués pour dissimuler qu'on est dans une carrière et non dans la montagne, tout fait faux comme des décors de parcs d'attraction, ce qui ne peut que décevoir venant du décorateur de David Lean. C'en est même dramatique pour ce qui concerne la fameuse forteresse noire. Cinématographiquement, je ne comprends pas qu'un cinéaste ne cherche pas à donner la consistance nécessaire à son lieu-titre, en en soustrayant la représentation visuelle : on a en tout et pour tout deux plans d'extérieur sur la façade en carton du monument, et ces plans n'inspirent RIEN. On ne pige même pas qu'on a affaire à une forteresse, en fait. La seule fois où la mise en image exploite véritablement le potentiel de son décor, c'est avec ce travelling qui recule, recule et recule pour dévoiler l'immensité des profondeurs. C'est tout. Donc quelle que soit la "maladie" du film, il y a quand même à la base un énorme problème de représentation et d'envergure (sans parler des effets de style).