Roman Polanski

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Judyline
Accessoiriste
Posts: 1697
Joined: 11 Sep 06, 00:45
Location: Quelque part entre ici et ailleurs...

Post by Judyline »

Repulsion (1965) de Roman Polanski
9/10

N’ayons pas peur des mots : ‘Repulsion’ s’approche à mon sens du chef-d’œuvre… Avec ‘Le locataire’, c’est sans conteste l’un des films les plus effrayants qu’il m’ait été donné de voir pour l’instant (je trépigne d’impatience à l’idée de découvrir ‘Un bébé pour Rosemary’), plongeant le spectateur dans les abîmes d’une folie dévorante et envahissante, qui traverse l’écran et entraîne le spectateur avec elle. Suivre les pas de Carol, c’est un peu partir à la recherche de ses propres peurs et angoisses. Catherine Deneuve est étonnante dans le rôle de cette jeune femme introvertie et est superbement mise en valeur grâce à des jeux d’ombre et de lumières magnifiques. Polanski use également de la bande-son de façon surprenante: des moments de silence total cèdent la place à des sons aiguës qui traversent soudain l’espace (la sonnerie du téléphone en est un exemple récurrent). ‘Repulsion’ nous pousse peu à peu vers un final qu’on sait inexorable et nous laisse après le mot ‘fin’ des questions dans la tête, mais surtout des frissons dans le dos…
Tarkus1975
Machino
Posts: 1287
Joined: 2 Jul 06, 20:50
Location: Poelzig' house, Marmarus

Post by Tarkus1975 »

Judyline wrote: Repulsion (1965) de Roman Polanski
9/10
Un Polanski auquel je devrais donner une nouvelle chance...mais je n'ai plus d'abonnement de médiathèque ! :roll:
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Roman Polanski

Post by Anorya »

Repulsion (1965)

Second Polanski et déjà un cran supérieur au sympa (mais sans plus "couteau dans l'eau" aurais-je envie de dire). Ici la jeune et jolie Catherine Deneuve joue une jeune fille qui laissée a elle-même sombre dans une inquiétante folie meurtrière... Etrange et décalé et préfigurant ce qui est pour moi l'un de ses meilleurs films, "Le locataire" où Polanski poussera plus loin encore son étude de la démence. Bon film.

4/6


Le couteau dans l'eau

Le premier Polanski je crois non ? A moins que ce ne soit Répulsion ? Quoiqu'il en soit, il se laisse agréablement voir. Musique jazz d'un bon niveau, photographie noir et blanc vraiment très belle et de jolis moments. Bref, un bon (premier) film que j'ai peur néanmoins d'oublier très vite tant le sujet n'est pas spécialement nouveau ni traité avec audace (mais on sent déjà dans les cadrages une grande maîtrise). :)

3/6
yaplusdsaisons wrote:C'est son premier long métrage. Je l'avais vu il y a une dizaine d'années et il m'avait laissé un souvenir mignonnet. Je l'ai acheté en dvd que j'ai du payer 1 ou 2 euro, et il se revoit, contre toute attente, avec beaucoup de plaisir car les personnages sont bien vus et l'ambiance assez hypnotique. Tous les dix ans, donc, une bonne soirée.
* la jeune fille et la mort

...Reste un excellent huis-clôt mené génialement par Polanski. C'est presqu'une pièce de théâtre contemporain : décors limités, 3 acteurs, quasiment qu'un seul lieu (le salon où Ben Kingsley est détenu) mais le tout est filmé de main de maître. Déjà le clair obscur par Tonino Delli Colli, formidable, dont la lumière cerne un "pauvre" Kingsley attaché. Et puis la musique de Wojciech Kilar, magnifique une fois de plus, alternée avec celle de Schubert. Enfin l'histoire et bien sûr les acteurs et les masques qui tombent. Weaver au bord de l'explosion, Kingsley tout en retenue, 2 partis-pris, au milieu ne sachant que choisir (comme le spectateur), Stuart Wilson, tenu tant par son métier (il est avocat) que par la recherche de la vérité. Qui dit vrai ? Paulina-Weaver ne se tromperait-elle pas de cible ?
Toujours brillant.
5/6
Image
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17797
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films naphtalinés de Novembre 2008

Post by Kevin95 »

Image

Rosemary's Baby (Roman Polanski)

Des deux "chefs d'œuvres" officiels de Polanski made in USA, Rosemary's Baby est celui dont j'ai toujours eu un peu de mal, à contrario d'un Chinatown dont la beauté autant plastique que scénaristique m'a sauté au visage des la première vision.
A la revision, je dois bien dire que cela c'est arrangé pour le film sans pour autant y voir une pièce maitresse de l'épouvante. Enormément d'empathie pour le personnage de Mia Farrow (laquelle est démente dans le rôle) et la perception d'une atmosphère lourde et pesante comme dans son excellent Repulsion (qui d'ailleurs est je trouve bien plus flippant). Mais reste une réticence face au thème du diable et de la sorcellerie et la certitude que le film aurait gagné en puissance si le film s’était conclu
Spoiler (cliquez pour afficher)
par la découverte de Rosemary et non après le discours très grand guignol du prêtre démoniaque.

Le Locataire (Roman Polanski)

Je ne vais pas m'étendre sur le sujet, tant il est difficile de parler du film de Polanski en des termes rationnels et qu'il faudrait une analyse de 150 pages pour tenter de définir la moitié de ce long métrage. Seulement dire que la découverte du Locataire fut un choc graphique et thématique, que tout le génie de son metteur en scène est flagrant, que ce Locataire fait passer Rosemary's Baby pour du soap opéra et qu'il détrône Chinatown pour le titre de mon Polanski préféré.
Ils ont intérêt à le sortir illico en dvd zone 2 sinon je tape ma crise !!!
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 15854
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Notez les films de Janvier 2009

Post by Profondo Rosso »

Roman Polanski : Wanted and Desired de Marina Zenovich

Image

Documentaire centré autour du fait divers qui obligea Polanski a fuir les Etats Unis suite à une accusation de viol sur mineure de 13 ans. Très intelligemment construit, le film ne tente jamais de disculper ni d'enfoncer Polanski, mais met en parallèle les drames de sa vie (de son enfance douloureuse avec ses parents déportés en passant par l'affreux meurtres de Sharon Tate) avec ses films pour expliquer son mode de vie extrème et destructeur de l'époque (il était effectivement amateurs de très jeunes filles et ne s'en cachait pas). Tout les principaux intervenants de l'affaire à l'époque sont présents et on découvre ainsi à quel point Polanski fut victime à l'époque d'une véritable traque médiatique qui, coupable ou pas ne se justifiait pas (de l'aveu même de l'accusation) et où le juge de l'affaire attiré par le strass et les caméras transforma le tout en vrai cirque uniquement pour faire parler de lui. Une flopée d'images d'archives dont certaines réellement bouleversante comme celle d'un Polanski au bord des larmes venant se justifier des accusations de la presse d'avoir participé au meurtre de sa femme sous prétexte que le réalisateur de Rosemary's Baby serait forcément sataniste. On en saura pas plus au final sur le fin mot de l'affaire, à chacun de se faire son idée le documentaire laisse à la libre interprétation mais un très bon récit d'un des grands évènement médiatiques de la fin 70's et exploration des zones d'ombres du cinéaste. 5/6
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9497
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Notez les films naphtalinés - août 2009

Post by Miss Nobody »

Image
Le Locataire
Après « Rosemary’s baby », déjà excellent, Polanski flirt de nouveau avec la paranoïa et ces chers voisins qu’on ne choisit malheureusement pas, dans un film encore plus brillant et plus troublant que le précédent. Roman Polanski lui-même joue le rôle de l’attachant M. Trelkovsky, un petit homme bien trop gentil qui a le malheur d’emménager dans l’appartement d’une suicidée, et en livre une interprétation absolument bouleversante. M.Trelkovsky sombre peu à peu dans la folie, refuse le soutien de ses amis, s’identifie de plus en plus dangereusement à la Mademoiselle Choule qui hante son appartement… On assiste impuissant à sa descente en enfer et on aimerait tellement pouvoir lui venir en aide que ça en devient insupportable. Dans la deuxième partie du film, les scènes désarmantes et atroces s’accumulent à en glacer le sang, jusqu’au final, majestueusement abominable, qui met un terme à la torture, mais certainement pas au malaise. Un véritable petit chef d’œuvre.
9/10


Le couteau dans l'eau - R. Polanski

Image

Un couple à la dérive invite un jeune auto-stoppeur à faire une promenade à bord de leur voilier. Le trio infernal est formé. Il va se laisse porter par le courant le temps d'une journée, d'une nuit, et rien, si ce n'est la fuite ou la mort, ne pourra les séparer.

Avec ce premier long métrage, c'est un étude psycho-sociologique que livre à sa façon le jeune Polanski. Les personnages évoluent comme des rats de laboratoires dans leur cage en forme de bateau. La promiscuité des êtres va échauffer les esprits, faire s'entrechoquer les personnalités, les générations, les milieux sociaux et les genres.
Les deux hommes à l'orgueil démesuré vont alors se livrer à un combat de virilité absurde, au côté d'une femme exaspérée, délaissée, éteinte car vide d'amour. D'abord muette, soumise, affublée de lunettes grotesques et de vêtements informes, elle se meut peu à peu en objet de désir, en arbitre du duel imbécile, puis elle s'affirme, s'oppose et trouve son mot à dire. Elle devient une femme libre avant l'heure, dans une Pologne, et à une époque, qui ne le permet pas encore.

Une atmosphère très particulière plane le long de ce huis-clos étouffant. Il y a peu d'action, peu de dialogue, mais la tension entre les différents personnages, qu'elle soit positive ou négative, est sans arrêt palpable à l'écran. Ce climat oppressant (qu'une musique free-jazz nerveuse accompagne avec justesse) préfigure à lui seul tout un pan du cinéma de Roman Polanski, celui qu'il construira par la suite en Europe et en Amérique.
Si le film peut sembler s'étirer un peu en longueur par moment, toujours il nous tient hors d'haleine. Cet exploit repose sans aucun doute sur l'étonnante beauté formelle du film, qui découpe les plans en formes géométriques et sublime le moindre « temps mort », ainsi que sur la richesse de cette relation triangulaire fortuite, de tout ce qu'elle implique de manière sous-jacente, de tout ce qu'elle dissèque sans en avoir l'air.
Incompris dans la Pologne conservatrice où il a vu le jour, encensé de l'autre côté du rideau de fer, en France et aux Etats-Unis, « Le couteau dans l'eau » est un remarquable premier film, un tantinet trop austère peut être, mais incontestablement réussi.

8/10
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 20796
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Top Roman Polanski

Post by Nestor Almendros »

CUL-DE-SAC (1966)

J'ai profité de sa diffusion sur France pour retenter l'expérience. J'avais vu le film pendant mes années de lycée, je pense. Trop jeune, certainement, j'avais plutôt détesté, je m'étais sacrément ennuyé. Cette révision plus que 15 ans après valait le déplacement même si je ne sais pas du tout quoi dire sur le film. J'ai ressenti une belle maitrise de la narration, un humour décalé, intriguant, un ton iconoclaste, mais passé cela, je ne sais pas vraiment de quoi parle le film, je reste sans voix. Je ne pense pas que le jeu sur les rapports de force suffise à cette explication. Peut-être y avait-il simplement l'envie de faire un film à part, aux personnages particuliers, aux situations étranges. Je vais relire le passage de la bio de Polanski concernant CUL-DE-SAC pour avoir, peut-être des éclaircissements.

Sinon, pour info, le film n'a pas été diffusé en HD. Master très bon par contre (bien meilleur que celui que j'avais vu au début des 90's) mis à part quelques lignes verticales peu nombreuses...
Bavhna
Assistant(e) machine à café
Posts: 139
Joined: 10 Jan 08, 16:02

Re: Notez les films naphtalinés de Novembre 2008

Post by Bavhna »

Kevin95 wrote:Image

Rosemary's Baby (Roman Polanski)

Des deux "chefs d'œuvres" officiels de Polanski made in USA, Rosemary's Baby est celui dont j'ai toujours eu un peu de mal, à contrario d'un Chinatown dont la beauté autant plastique que scénaristique m'a sauté au visage des la première vision.
A la revision, je dois bien dire que cela c'est arrangé pour le film sans pour autant y voir une pièce maitresse de l'épouvante. Enormément d'empathie pour le personnage de Mia Farrow (laquelle est démente dans le rôle) et la perception d'une atmosphère lourde et pesante comme dans son excellent Repulsion (qui d'ailleurs est je trouve bien plus flippant). Mais reste une réticence face au thème du diable et de la sorcellerie et la certitude que le film aurait gagné en puissance si le film s’était conclu
Spoiler (cliquez pour afficher)
par la découverte de Rosemary et non après le discours très grand guignol du prêtre démoniaque.

Le Locataire (Roman Polanski)

Je ne vais pas m'étendre sur le sujet, tant il est difficile de parler du film de Polanski en des termes rationnels et qu'il faudrait une analyse de 150 pages pour tenter de définir la moitié de ce long métrage. Seulement dire que la découverte du Locataire fut un choc graphique et thématique, que tout le génie de son metteur en scène est flagrant, que ce Locataire fait passer Rosemary's Baby pour du soap opéra et qu'il détrône Chinatown pour le titre de mon Polanski préféré.
Ils ont intérêt à le sortir illico en dvd zone 2 sinon je tape ma crise !!!
Il est édité en zone 1 sous titré Français et vendu dans les grandes distributions à un prix dérisoire (pas plus de 10 euros) pourquoi se priver ? :lol:, un de mes films de chevet...
Image Image
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 20652
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Roman Polanski

Post by Major Tom »

Roman Polanski parle de son livre, Roman, dans l'émission Apostrophes du 13 avril 1984, animée par Bernard Pivot, avec également invités Marcello Mastroianni et François Truffaut (dont c'est la dernière apparition publique avant sa mort). Truffaut y parlera d'ailleurs de la frustration d'Hitchcock, passage que je montrerai à Phnom&Phen. :mrgreen:

Polanski et la raison du livre, la violence et la gaieté, son histoire de survie... :


Polanski et les femmes, le cinéma, Jeanette MacDonald, échange avec Truffaut, tandis que Marcello semble s'ennuyer :


Suite de l'échange entre Truffaut & Polanski, la Nouvelle Vague, mai 68 à Cannes, leur rencontre à Tours, puis En Attendant Godot, Steve McQueen est un con, ou Marcello a rencontré Deneuve chez Polanski... :
Image
Clique ici Image ... et ta vie va changer pour toujours
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17797
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Roman Polanski

Post by Kevin95 »

J'adore Popo, mais sans déconner... quel péteux ! On a vraiment envie de lui dire de la boucler pour laisser Truffaut et (surtout) Marcello parler. :uhuh:
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17419
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Roman Polanski

Post by bronski »

Kevin95 wrote:J'adore Popo, mais sans déconner... quel péteux ! On a vraiment envie de lui dire de la boucler pour laisser Truffaut et (surtout) Marcello parler. :uhuh:
C'est pas faux, mais Truffaut aimait la vie autant qu'il faisait des films médiocres. La grosse tête de Polanski ne me gêne pas au vu de son oeuvre. Marcello est hors-jeu, ce n'était pas un réalisateur.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17797
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Roman Polanski

Post by Kevin95 »

bronski wrote:
Kevin95 wrote:J'adore Popo, mais sans déconner... quel péteux ! On a vraiment envie de lui dire de la boucler pour laisser Truffaut et (surtout) Marcello parler. :uhuh:
C'est pas faux, mais Truffaut aimait la vie autant qu'il faisait des films médiocres. La grosse tête de Polanski ne me gêne pas au vu de son oeuvre. Marcello est hors-jeu, ce n'était pas un réalisateur.
Marcello n'est pas un réalisateur, mais même s'il ne serait (que) monteur ou preneur de son, l'écouter resterait toujours aussi plaisant. Pour la "médiocrité" de Truffaut, m'en veux pas mais je te laisse seul ici.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 20652
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Roman Polanski

Post by Major Tom »

Kevin95 wrote:J'adore Popo, mais sans déconner... quel péteux ! On a vraiment envie de lui dire de la boucler pour laisser Truffaut et (surtout) Marcello parler. :uhuh:
Dans d'autres vidéos (que je n'ai pas postées), Pivot interviewe Mastroianni et Truffaut longuement. ;)
Image
Clique ici Image ... et ta vie va changer pour toujours
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17797
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Roman Polanski

Post by Kevin95 »

Major Tom wrote:
Kevin95 wrote:J'adore Popo, mais sans déconner... quel péteux ! On a vraiment envie de lui dire de la boucler pour laisser Truffaut et (surtout) Marcello parler. :uhuh:
Dans d'autres vidéos (que je n'ai pas postées), Pivot interviewe Mastroianni et Truffaut longuement. ;)
Ohhhh je sais Major (tu penses bien que je l'ai déjà vu), mais quand je vois ces vidéos et en repensant à un portrait diffusé sur Arte je me dis que ce cher Roman est certes génial mais quand il parle de cinéma en dehors du sien il est fatiguant de mauvaise fois. Mais bon, comme dirait bronski son œuvre le pardonne.

Au fait...
Spoiler (cliquez pour afficher)
Change de signature qui me rappel horriblement que le film (et chef d'œuvre atomique) n'est pas encore sorti en dvd en France !!!
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 48754
Joined: 31 Jul 03, 11:50
Liste DVD

Re: Roman Polanski

Post by Boubakar »

The ghost est daté pour Mars 2010 :
Selon Jérôme Seydoux , co-président des cinémas Pathé et Gaumont via Europalaces, The Ghost, le nouveau film de Roman Polanski, incarcéré depuis samedi dernier en Suisse, sortira bien en mars prochain. Le film est actuellement en phase de post-production et seul le son n'est pas encore finalisé. The Ghost suit un homme politique qui cache un secret enfoui dans son passé.