La Reine Margot (Patrice Chéreau - 1994)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Count Dooku
Electro
Posts: 828
Joined: 28 Apr 10, 15:16
Location: Belgique

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)

Post by Count Dooku »

Tiens, amusant, j'avais plutôt lu que cette édition collector n'était pas terrible techniquement, c'est ce qui m'a jusqu'à présent retenu de l'acheter. Du coup j'attends le BR, qui tarde à être annoncé (c'est pourtant un titre phare du catalogue Pathé)...
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)

Post by Demi-Lune »

Count Dooku wrote:Tiens, amusant, j'avais plutôt lu que cette édition collector n'était pas terrible techniquement, c'est ce qui m'a jusqu'à présent retenu de l'acheter.
Si si, elle est bien, tu peux l'acheter. Enfin, je dis ça, mais je ne veux pas non plus pousser à la consommation, hein. Comme le dit jacques 2, l'image a été joliment restaurée. Et les bonus (principalement le passionnant entretien Chéreau/Thompson, qui fait regretter l'absence d'un commentaire audio) sont, ma foi, très recommandables et soignés. Le film est tellement excellent qu'on aimerait en savoir plus encore sur son tournage. Un test du dvd collector director's cut : http://www.filmsactu.com/test-dvd-zone- ... t-1072.htm
Jordan White wrote:C'est un bon film, mais tu l'as vraiment préféré à Jennifer's Body ?
Oh que oui. :mrgreen:
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)

Post by Jericho »

J'ai essayé de le voir, premier constat: j'exècre le style du cinéaste qui met en scène ses personnages de manière trop théâtrale à mon goût. J'ai eu aucune patience, du coup j'ai coupé le film au bout d'une demi heure.

La prochaine fois peut être...
Image
Bavhna
Assistant(e) machine à café
Posts: 139
Joined: 10 Jan 08, 16:02

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)

Post by Bavhna »

Jericho wrote:J'ai essayé de le voir, premier constat: j'exècre le style du cinéaste qui met en scène ses personnages de manière trop théâtrale à mon goût..
Ca ! ça sent le prejugé sur le cinéaste avant même d avoir zieuté ne serait-ce qu un seul titre de sa filmo :arrow: :D
Image Image
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22308
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)

Post by cinephage »

Bavhna wrote:
Jericho wrote:J'ai essayé de le voir, premier constat: j'exècre le style du cinéaste qui met en scène ses personnages de manière trop théâtrale à mon goût..
Ca ! ça sent le prejugé sur le cinéaste avant même d avoir zieuté ne serait-ce qu un seul titre de sa filmo :arrow: :D
J'adore Chéreau, mais il faut quand même reconnaître que son cinéma a un coté théâtral...
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)

Post by Jericho »

Bavhna wrote:
Jericho wrote:J'ai essayé de le voir, premier constat: j'exècre le style du cinéaste qui met en scène ses personnages de manière trop théâtrale à mon goût..
Ca ! ça sent le prejugé sur le cinéaste avant même d avoir zieuté ne serait-ce qu un seul titre de sa filmo :arrow: :D
Ce n'est pas un préjugé mais un ressenti.
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)

Post by Demi-Lune »

Ce soir sur Arte à 20h40. Version cinéma (2h20).
wontolla
mon curé chez les forumistes
Posts: 6922
Joined: 14 Mar 10, 14:28
Liste DVD
Location: Bruxelles

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)

Post by wontolla »

Count Dooku wrote:Tiens, amusant, j'avais plutôt lu que cette édition collector n'était pas terrible techniquement, c'est ce qui m'a jusqu'à présent retenu de l'acheter. Du coup j'attends le BR, qui tarde à être annoncé (c'est pourtant un titre phare du catalogue Pathé)...
Le film est sorti en mai dernier en version longue restaurée:

Image


Verdict: une très belle restauration pour un film de toute beauté. Un régal pour la tête, les yeux et les oreilles !

Un très sérieux bémol cependant: le BD et le DVD de suppléments sont encartés dans les couvertures du livre et il faut les faire glisser vers l'extérieur.
Sur mon exemplaire, c'est très très dur de les sortir et il faut forcer pour le faire (j'ai dû m'y prendre à plusieurs reprises et pendant de longues minutes !!!! :evil:
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 23807
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau - 1994)

Post by tenia »

C'est exactement le même problème que pour Les misérables et Les enfants du paradis. Pour Les misérables, j'ai même bien cru que je n'arriverais pas à sortir le 1er BR sans couper quelque chose avec des ciseaux. :x
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Re:

Post by Johnny Doe »

Tiens marrant de retrouver une vieille critique sur le film.
Johnny Doe wrote:La reine margot

Après la claque qu'avait été Intimité ça me fait vraiment mal d'avoir eu du mal à rentré dans ce film, pourtant il en a des qualité et j'ai globalement apprecié, mais dans la dernière partie je me suis vraiment ennuyé. Pourtant quel casting, je me rend compte à quel point Anglade est un acteur génial, il en fait pourtant constamment des tonnes mais il dévore l'écran. Superbe Auteuil (mais là je suis pas objectif non plus) et puis Adjani irradie bien souvent l'écran. Celà dit j'ai été relativement déçu par Greggory qui m'a semblé fade en gros méchant. A noté aussi Emmanuel Salinger assez transparent dans un petit rôle, mais si je le note, c'est bien parce qu'il me plaît bien chez Desplechin. Sinon c'est assez étonnant de violence et l'affiche est superbe et il faudra que je le revois un de ces coups.
Depuis je l'ai revu et largement réévalué. Un film superbe, dans lequel on retrouve toute la capacité qu'à Chéreau de capter l'inimité, même dans les moments de foules il garde ce cadre serré, étouffant. Le film est rageur, violent, fiévreux et emporté par un casting phénoménale (Adjani m'a subjugée). Un sacré morceau de ciné.
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10179
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)

Post by odelay »

wontolla wrote:
Count Dooku wrote:Tiens, amusant, j'avais plutôt lu que cette édition collector n'était pas terrible techniquement, c'est ce qui m'a jusqu'à présent retenu de l'acheter. Du coup j'attends le BR, qui tarde à être annoncé (c'est pourtant un titre phare du catalogue Pathé)...
Le film est sorti en mai dernier en version longue restaurée:

Image


Verdict: une très belle restauration pour un film de toute beauté. Un régal pour la tête, les yeux et les oreilles !

Un très sérieux bémol cependant: le BD et le DVD de suppléments sont encartés dans les couvertures du livre et il faut les faire glisser vers l'extérieur.
Sur mon exemplaire, c'est très très dur de les sortir et il faut forcer pour le faire (j'ai dû m'y prendre à plusieurs reprises et pendant de longues minutes !!!! :evil:
Non mais il sont malades chez Pathé de choisir des emballages de disques comme ça??!! J'ai cru que jamais je n'allais arriver à sortir les disques des étuis sans tout déchirer. Si vous aviez eu du mal avec Les Misérables, ce n'est rien à côté de la Reine Margot, mais alors rien du tout! C'est vraiment dommage car cette édition est une très grande réussite à tous les niveaux avec un objet qui a fière allure. Mais il fallait bien quelque chose qui foire et là c'est simplement pour pouvoir profiter du film :roll: . C'est quand même bizarre qu'on laisse passer des trucs pareils quand il y a un tel soin qui est apporté au reste.
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 23807
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau - 1994)

Post by tenia »

Pour le coup, Pathé se sont fait tomber dessus à bras raccourcis partout dans le monde à cause de leur packaging de merde.
Bientôt, va falloir y aller à la pince coupante pour récupérer les disques, sérieusement, faut se reposer la question de la fonction primaire du packaging.
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 23807
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau - 1994)

Post by tenia »

Comparatif (sans appel) intéressant entre le DVD Pathé UK et le nouveau Blu Ray : http://caps-a-holic.com/hd_vergleiche/m ... #vergleich
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau - 1994)

Post by Thaddeus »

Image


Du sang



Les noces royales ressemblent à des funérailles et les alléluias à des requiems. Il y a des étreintes mortelles dans une nuit de terreur, des empoignades obscures finissent en râles de jouissance ou d'agonie, deux hommes s’enlacent dans une boue de cadavres et d’ossements, le poison est partout où le plaisir s’attache, entre les pages d'un livre ou sur les lèvres des femmes. Le sang suinte et souille, jaillit et coule. La guerre est incestueuse et la famille aussi, où les frères aiment trop leur sœur et la mère aime trop ses fils. C’était pendant l'horreur d’une profonde nuit, une histoire de bruit et de fureur... Victor Hugo ? William Shakespeare ? Alexandre Dumas, tout de même, il s’agit bien de La Reine Margot. Non, en fait il s’agit de La Reine Margot de Patrice Chéreau. Car ce dernier opère des choix romanesque précis, comme une sorte de retour drolatique à l’envoyeur puisqu’ils semblent appliquer à la lettre l’une des plus fameuses recettes de l’écrivain : "L’histoire est un clou auquel j’accroche mes histoires." L’un de ces choix consiste à balayer tout ce qui, dans le roman, tendait à une représentation de type théâtrale : ce ballet de va-et-vient, cet imbroglio de portes dérobées et d’oubliettes, tout ce système d’entrées (côté cour des Valois) et de sorties (côté fosse du Louvres) qui en rythmait le récit. En résulte un film splendide et furieux, bannissant les passages obligés de la fresque respectueuse et décorative pour se battre au corps à corps avec le cinéma. Une œuvre sauvage, constamment sombre et inspirée, qui devient entre les mains du réalisateur une affaire de clan dégénéré, un cauchemar halluciné rempli de charniers, où les héros tentent en vain d’échapper au destin familial.

Au début, tout va très vite. Une torche éclaire le visage épais d’un aubergiste. On est chez Georges de La Tour, comme on sera plus tard chez Géricault, Uccello voire Bacon. Puis c’est la funèbre somptuosité du mariage entre Marguerite de Valois et Henri de Navarre, clé faussée d’une impossible réconciliation entre catholiques et protestants — il faut voir le visage figé de la première, refusant dans la cathédrale de donner son assentiment, avec sa collerette l’entourant comme un billot. Vient l’attentat manqué contre Coligny, le déclenchement quasi fortuit de la Saint-Barthélemy, peut-être un malentendu, un caprice un peu enfantin de Charles IX. Où il est dit, comme ça, en passant, comment peuvent naître les tragédies majeures, d’un rien, d’un mouvement d’humeur. Et le massacre des parpaillots lui-même, déversement de sang à gros bouillons, amoncellement goyesque de cadavres aux chairs pâles sous un ciel de suie. Enfin l’aube arrive et l’on jette les corps dans des fosses communes. Les images alors renvoient à autre chose, qui est de notre mémoire. Ce choc temporel laisse des traces indélébiles sur tout le film. Chéreau n’aura plus besoin, après, de répéter où mènent le racisme, l’intolérance, de rabâcher que tous les massacres sont les fils de massacres précédents, comme les enfants martyrs deviennent souvent des parents bourreaux. Lorsqu’écœurée Margot lance à Charles qu’il n’est que le roi d’un pays où plus rien ne s’agite sauf les pendus aux gibets, c’est toute la dimension politique qui rattrape le film, un présent troublé dont il porte les marques indélébiles et saillantes.


Image



Mais le titre trompeur, le résumé historique et la personnalité d’Isabelle Adjani ne doivent pas masquer la vérité : la véritable héroïne de ce film, ce n’est ni une femme, ni l’Histoire, ni l’intolérance, ni même la famille, comme dans Les Damnés (dixit Chéreau) c’est, plus modestement et plus gravement à la fois, la mort à l’ouvrage. Qu’elle soit sèche, comme sur le visage de cire de Catherine de Medicis, qu’elle soit dégoulinante comme sur le front stigmatisé de Charles IX, qu’elle soit collective et improvisée, comme à la Saint-Barthélemy, ou individuelle et préméditée, comme celle de La Môle, la mort, toujours recommencée. C’est elle que Chéreau filme avec obstination, avec hargne, sous toutes ses coutures, comme un chasseur force sa proie, comme pour se venger de toutes les pertes qu’elle lui a fait subir, comme nous avons tous envie de le faire. Et il la filme de la manière dont on la voyait à la Renaissance, à la fois tout naturelle et franchement répugnante. Sur le mausolée de la reine Catherine, au lieu du gisant sage attendu, une vieillarde décharnée aux cheveux fous se tord de tourments encore très terrestres. Dans le film, les têtes coupées sont bleues, les cervelles autopsiées gluantes, les gouttes de sueur rouges : la mort a des couleurs et de la consistance, des odeurs de poussière et de sang ; elle est sale, elle est dégoûtante mais on vit avec elle, pour elle. Et la caméra de mener une enquête organique sur la bête humaine quand elle exsude d’humeurs malignes.

À tout instant de l’entreprise se devine un audacieux discours esthétique (la peinture comme source documentaire cardinale, de Velasquez à Zurbarán), politique (l’analyse des processus qui conduisent toute une famille vers le fanatisme), historique (le filon école des Annales et l’échelle humaine des évènements). Chéreau filme au contact, il ne connaît pas l’orthodoxie, il n’a pas de vision figée du passé. C’est même la première fois au cinéma que les guerres de religion, et singulièrement la nuit de la Saint-Barthélémy, sont extirpées du formol scolaire et projectées dans une actualité physique aussi rugueuse. Loin des grandes figures imposées, le clan des Valois est représenté comme un gang de mafiosi tuyau de poêle, de méchants corps travaillés par le miasme, torturés par la passion et empoisonnés par la haine. Le cinéaste se plaît dans l’ambigüité (Margot couche-t-elle avec son mari par désir ou pour le protéger ?) et rend le mal séduisant. Tout chez lui devient rebelle, iconoclaste, déviant. Il peut quitter les scènes de foule, où les répliques ricochent de l’un à l’autre, la houle mouvante des visages, pour aller au plus près, au plus serré de quelques personnages clés. Deux femmes dominantes, mère et fille, ennemies, concurrentes. Catherine de Médias, la manipulatrice, Margot, la séductrice. Au milieu, les hommes, faibles (le roi, ses deux frères), condamnés (La Môle et Coconnas), ou en devenir (le futur Henri IV). Le film prend alors sa respiration, rythmée par la partition de Goran Bregovic, si peu ostentatoire que plus qu’une musique, c’est un continuo de gémissements étouffés, un lamento tonique. Pour cette peinture des Atrides, où les poisons ne tuent jamais ceux auxquels ils étaient destinés, on se guette, on s’épie, on refuse d’embastiller un homme parce qu’on part à la chasse avec lui. On complote dans le dos de son frère pour lui ôter la vie afin de prendre son trône. On aime, mais le montrer, exhiber ses fragilités, revient à signer son arrêt de mort. On tue dans des chambres pendant que, cachés dans des recoins, des personnages, la main sur la bouche, s’empêchent de hurler. Le film tantôt flamboie dans les brocarts et les tissus, tantôt s’accroche à l’ombre ou survit dans le bleu crayeux des matins de massacre. Alors des chariots bancals, tressautant sur les pavés, emportent des victimes nues, bras ouverts comme des Christs.


Image



Les comédiens. Le moins étonnant et audacieux n’est pas Daniel Auteuil, qui construit un Henri de Navarre terrifié et madré, gourmand et retors, une chrysalide de roi, solide et désarmé, plein d’appétits formidables et d’intuitions inespérées. La moins saisissante n’est pas Virna Lisi en Catherine de Médicis. Araignée carnivore, criminelle peu douée, ratant ses coups avec une maladresse pathétique, elle aime à la folie cette vieillesse anticipée que Chéreau lui octroie. Vampire insatiable capable d’assassiner ses propres enfants, elle a le visage et le regard de Nosferatu. Jean-Hugues Anglade montre un Charles IX à la fois infantile et inconstant, meurtrier et schizophrène, tragique et amusant, vivant le calvaire de l’empoisonnement en transpirant le sang, mourant comme un enfant apaisé entre les bras de sa Margot. Miguel Bosé est un de Guise très secret, très troublant, comme est surprenant l’Anjou de Pascal Greggory, sorte de reptile rouge aux grâces assassines. Mais encore Bruno Todeschini, Dominique Blanc, Jean-Philippe Ecoffey, Emmanuel Salinger, et même la toute jeune Asia Argento, qui connaîtra une fin douloureuse. Aucun personnage n’est abandonné, chacun fait partie de la troupe, chacun est aimé. La Môle et Coconnas plus que les autres, le gentilhomme gascon et le voyou piémontais (doublé par Richard Bohringer), couple emblématique pour Chéreau, uni par une amitié inéluctable cimentée dans la haine, uni dans le martyre, jusque sur l’échafaud.

Et Margot ? Et Isabelle Adjani ? C’est peu de dire qu'elle est formidable, mais elle ne s’intègre pas au magma, sur elle le sang ruisselle et ne l’imprègne pas. Elle dessine d’abord une chorégraphie du refus, de la distance, de la frustration. Dans la nuit atroce, la reine masquée va être prise contre un mur par un soudard, comme une putain, et le désir va tout changer. Il va lui apprendre la compassion, la tolérance, la loyauté contre nature envers son mari. Entre elle et Henri, c’est le respect qui prévaut très vite, une véritable forme d’amitié sans doute, chacun reconnaissant en l’autre son courage, son intégrité. "Je suis des leurs !" lui affirme-t-elle, un cri qui résonne comme une malédiction. Mais plus le film avance, plus elle est elle-même, différente mais essentielle. Superbe portrait de femme seule contre tous, qui va jusqu’au bout de ses passions, et pour qui l’amour passe avant la raison d’État. Lorsqu’à la fin, elle s’en va seule, tenant dans ses mains la tête embaumée de son amant, elle n’est plus la reine Margot, plus seulement la reine, elle est une femme de tous les temps et de tous les chagrins, elle est celle qui s’exile, qui se réfugie dans un pays qui ne veut pas mourir : la vie.


Image
Last edited by Thaddeus on 2 Jul 19, 15:59, edited 3 times in total.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: La Reine Margot (Patrice Chéreau - 1994)

Post by AtCloseRange »

Jamais aimé le cinéma de Chéreau (à part peut-être Intimité). A réessayer peut-être, cette Reine Margot.
Souvenir d'un hystérie pénible à la Zulawski.
Image