Moon (Duncan Jones - 2009)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14654
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Demi-Lune »

Federico wrote:Il va falloir attendre encore un peu pour ne serait-ce qu'égaler le dernier sommet du cinéma d'anticipation avec un cerveau à la place d'un joystick. En mettant à part le Solaris de Soderbergh qui était un remake, je veux parler de Bienvenue à Gattaca. Et ça remonte déjà à 13 ans. Une éternité à l'échelle transluminique du cinéma.
Désolé d'y revenir (je suis très borné :mrgreen: ), mais A.I. et Minority Report sont passés par là depuis Gattaca. A moins que tu ne les considères pas comme de l'anticipation, ou que tu ne les aies pas appréciés...
Federico
Producteur
Posts: 9462
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Federico »

Demi-Lune wrote:
Federico wrote:Il va falloir attendre encore un peu pour ne serait-ce qu'égaler le dernier sommet du cinéma d'anticipation avec un cerveau à la place d'un joystick. En mettant à part le Solaris de Soderbergh qui était un remake, je veux parler de Bienvenue à Gattaca. Et ça remonte déjà à 13 ans. Une éternité à l'échelle transluminique du cinéma.
Désolé d'y revenir (je suis très borné :mrgreen: ), mais A.I. et Minority Report sont passés par là depuis Gattaca. A moins que tu ne les considères pas comme de l'anticipation, ou que tu ne les aies pas appréciés...
Je les aime bien tous les deux mais à mes yeux, Gattaca joue dans une catégorie supérieure, aussi bien esthétiquement que pour sa réflexion...
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14654
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Demi-Lune »

Comme toi, j'adore Bienvenue à Gattaca, perle de l'anticipation, miracle d'intelligence et de sobriété (superbe partition de Michael Nyman). Mais à mes yeux, Minority Report et peut-être plus encore Intelligence Artificielle proposent des univers plus recherchés et riches, une esthétique plus audacieuse et une réflexion qui me fascine et me secoue plus que le grand film d'Andrew Niccol, qui reste très classique et sage dans sa forme (ce qui était le but recherché). Les deux Spielberg sont éventuellement critiquables dans leurs partis pris mais ils relèvent d'une ambition impressionnante et constituent à mes yeux un diptyque d'anticipation magistral, sans équivalent dans le cinéma. Pour moi, la beauté aérienne d'un Gattaca n'est rien à côté de la richesse inépuisable et bouleversante d'un A.I..
User avatar
Addis-Abeba
Mouais
Posts: 12881
Joined: 12 Nov 04, 23:38
Location: Chocolatine

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Addis-Abeba »

Demi-Lune wrote:Comme toi, j'adore Bienvenue à Gattaca, perle de l'anticipation, miracle d'intelligence et de sobriété (superbe partition de Michael Nyman). Mais à mes yeux, Minority Report et peut-être plus encore Intelligence Artificielle proposent des univers plus recherchés et riches, une esthétique plus audacieuse et une réflexion qui me fascine et me secoue plus que le grand film d'Andrew Niccol, qui reste très classique et sage dans sa forme (ce qui était le but recherché)
Ben oui que c'est le but recherché, Gattaca se veut réaliste, là où Minority et I.A sont des pures films de SF, ce qui n'a rien de péjoratif, ce sonts deux films fort sympatiques, mais ce n'est pas du tout la même approche, et se sont des films qu'on ne peut pas comparer.
Parler d'esthétique plus audacieuses pour les deux films de Spielberg c'est un peu ridicule, Gattaca na va pas essayer d'en mettre plein la vue au risque de dénaturer son propos.
Niveau réflexion je suis bien d'accord avec Jericho, il est inattaquable et inégalable, sur le plan esthétique, il est réaliste (vraiment l'impression malheureusement que le futur sera comme ça), je ne comparerai pas aux deux films de Spielberg qui ne rentrent pas dans la même catégorie.
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11916
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by MJ »

Demi-Lune wrote:Pour moi, la beauté aérienne d'un Gattaca n'est rien à côté de la richesse inépuisable et bouleversante d'un A.I..
Sauf que l'intérêt de Gattaca réside dans la réflexion que l'anticipation permet à Niccol, là où A.I part d'un postulat futuriste pour mieux retourner aux obsessions de Spielberg (qui n'ont pas tant à faire avec l'anticipation). Preuve en est le final qui en laissé plus d'un sur le carreau. - Ca n'est pas un jugement qualitatif, j'aime les deux films.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Jericho »

Niveau réflexion je suis bien d'accord avec Jericho, il est inattaquable et inégalable, sur le plan esthétique, il est réaliste (vraiment l'impression malheureusement que le futur sera comme ça), je ne comparerai pas aux deux films de Spielberg qui ne rentrent pas dans la même catégorie.
Ah le lapsus ! :uhuh:
Ceci dit j'en pense pas moins, même si j'adore Minority Report, c'est compliqué d'associer un blockbuster (aussi profond soit-il et même s'il appartient au même genre) avec des films intimistes comme Gattaca, Solaris ou Moon. Ces derniers sont des purs films de SF, ne cédant pas aux sirènes du divertissement à tout va.

Donc je comprends Federico (même si je ne suis pas d'accord avec lui, car j'ai bien aimé Moon), quand il dit que depuis Gattaca il n'y a rien eu.
Image
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26781
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Billy Budd »

J'ai beau apprécier Minority Report, j'ai du mal à y voir quelque audace esthétique - par exemple, comme dans tous les films de ce genre, la photo est un mélange de gris et de bleu.
Everybody's clever nowadays
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Jericho »

Enfin ce n'est pas parce qu'il y a la même tonalité de couleurs que ce n'est pas audacieux: la photographie de Kaminski est bien singulière avec ce grain permanent, cette lumière complètement saturée et ces couleurs délavées (ça va au delà du mélange gris/bleu, c'est bien plus nuancé).
Image
User avatar
Addis-Abeba
Mouais
Posts: 12881
Joined: 12 Nov 04, 23:38
Location: Chocolatine

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Addis-Abeba »

Jericho wrote:
Niveau réflexion je suis bien d'accord avec Jericho, il est inattaquable et inégalable, sur le plan esthétique, il est réaliste (vraiment l'impression malheureusement que le futur sera comme ça), je ne comparerai pas aux deux films de Spielberg qui ne rentrent pas dans la même catégorie.
Ah le lapsus ! :uhuh:
Ah oui c'était Frederico, toutes mes excuses :D
C'était une connexion entre Bordelais :mrgreen:
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Federico
Producteur
Posts: 9462
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Federico »

Addis-Abeba wrote:
Jericho wrote:
Ah le lapsus ! :uhuh:
Ah oui c'était Frederico, toutes mes excuses :D
En fait, c'est Federico, donc j'utiliserai le "r" de trop pour le transférer sur la... GattacaR :wink:

Image

(Studebaker Aventi modèle 1964)
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Federico
Producteur
Posts: 9462
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Federico »

Addis-Abeba wrote:Bof, l'histoire n'est jamais vraiment exploitée, c'est le gros point noir du film, et contrairement à la plupart des intervenants de ce topic, je n'ai jamais ressenti la moindre émotion devant ce Moon, ah ces smiley ridicules ...
On pense trop à 2001 ou Outland, qui lui sont très largement supérieur, bon c'est toujours mieux que Cargo...
Là, je suis bien d'accord. Je viens de découvrir Cargo et c'est vraiment un produit standard qui ne vaut pas le prix des longs plans sur les gigantesques vaisseaux spatiaux sur lesquels le réalisateur s'est attardé pour faire du remplissage. Zéro originalité et 100% d'emprunts et de clichés (cabines cradingues suintantes ; on approche d'une vitre embuée et ta-da !! aussitôt une main la frappe de l'autre côté ; équipage avec capitaine glaciale, nerd accro à son écran, duo de bourrins et un passager mal accepté...). Et puis, même en étant très bon client de SF, un minimum syndical de réalisme s'impose de temps en temps. Car à quoi bon placer un équipage aussi réduit dans un simple cargo (qui plus est colossal) quand des robots pourraient faire le boulot, surtout en absence de toute ergonomie (ils sont obligés de marcher sur de minuscules corniches au-dessus du vide et de se taper des échelles de cabine d'ascenseur de building !!).
Un seul joli moment : quand la ravissante Anna-Katharina Schwabroh se retrouve au milieu d'un paisible paysage de forêt automnale (même si, là encore, l'emprunt est si hénaurme que ce n'est pas la peine de le préciser :wink: ).
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 22200
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Moon (Duncan Jones, 2009)

Post by Nestor Almendros »

Enfin découvert et je m'ajoute aux fans.

SPOILERS EVENTUELS
J'ai passé un bon moment, le film est plutôt réussi dans sa démarche modeste à la fois nostalgique et de petit renouvellement du genre. Bon, ce n'est pas vraiment du renouvellement puisque l'histoire n'est pas révolutionnaire, mais c'est un joli retour dans le genre à une époque où la science-fiction "adulte" (comme le réalisateur la qualifie dans un bonus) est complètement délaissée au cinéma au profit du spectacle pur. Incompréhensible et honteux que le film ne soit pas sorti en salle chez nous. Ce n'est peut-être pas le chef d'oeuvre de l'année mais on voit sortir des bouses bien pires que ça...

Le scénario est intéressant car il emprunte des bases connues et arrive ensuite à s'en détourner de façon convaincante. Peut-être mieux encore, Duncan Jones joue avec les attentes du spectateur provoquées par un nombre conséquent de références. On est dans un environnement connu rempli de détails déjà croisés dans les classiques du genre (le décor intérieur de la base, le robot, l'isolation, l'entreprise néfaste, etc.). Le spectateur s'attend à quelque chose, suspecte tel ou tel ingrédient, et est finalement surpris par une voie toute tracée en apparence que le film ne prend finalement pas. L'exemple du robot façon HAL est peut-être le meilleur exemple: je me suis méfié pendant une bonne partie du film alors qu'il est quasiment inoffensif, programmé pour aider Rockwell en quelque circonstance que ce soit. Ce robot attentionné est en même temps un point faible du film: pas asez crédible, trop gentil, pas assez surveillant (dans l'idée qu'on a de ce genre de machine, par rapport à 2001 par exemple - encore le poids des références, mais elles semblaient justes). Je prends un peu comme une facilité le fait que ce robot qui a tous les pouvoirs (et qui connait un secret que nous découvrirons) n'avertisse pas plus la hiérarchie de la maison-mère et n'entrave pas plus les actions du héros. Rien de bien grave quand même mais ça aurait pu donner un peu de tension, de moments d'action, à un ensemble qui nous laisse quand même un peu sur notre faim.
Heureusement que la trouvaille du scénario (le double) vient compenser certaines faiblesses. J'ai complètement adhéré à cette histoire qui donne une fois de plus l'occasion de montrer une industrialisation amorale (etc.) bien que, comme on le souligne déjà, le propos est tout juste esquissé. J'aime bien l'idée des doubles qui se battent pour leur survie. Il y a quelque chose de métaphysique, peu développé malheureusement, mais qui enveloppe l'histoire et lui donne une petite consistance bienvenue. Ce que j'ai beaucoup apprecié, c'est le mystère qui est entretenu assez longtemps et qui jette un trouble pour le spectateur, presque un froid. On pense longtemps à un bug du personnage, à un isolement qui tourne à la folie. Lorsque le deuxième Sam apparait, on soupçonne une hallucination du premier Sam (qui est souvent dans les vappes, à côté de la plaque). Le decorum référentiel connu, la sensation de sécurité qui se dégage de cet environnement "habituel" dans le genre est sensiblement torpillé par cette apparition surréaliste. Duncan Jones en profite et ne se presse pas pour expliquer les choses. Le spectateur est alors maintenu dans une ambiance complètement étrange et originale. L'explication qui suivra est d'autant plus crédible pour qu'on accepte ces errements de ton.

Une bonne surprise, vivement le prochain Duncan Jones. Dans les bonus du blu-ray US, le réalisateur dit vouloir faire ce film à la même époque que MOON et en profiter pour faire un cameo de Sam (Rockwell), qu'on voie ce qu'est devenu le personnage. On verra bien...
"Un film n'est pas une envie de faire pipi" (Cinéphage, août 2021)
riqueuniee
Producteur
Posts: 9706
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Moon (Duncan Jones - 2009)

Post by riqueuniee »

Globalement d'accord avec cette analyse.Si on peut penser un peu à 2001 et à Outland,le film a sa propre personnalité.Le film aurait parfaitement eu sa place dans nos salles.
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8857
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Moon (Duncan Jones - 2009)

Post by feb »

Agréable surprise pour ma part :D Le film prend le temps de démarrer, de nous faire ressentir la solitude de Sam, son envie de retrouver femme et enfant, de pouvoir mettre fin à ses monologues journaliers. Puis juste après l'incident, tout s'écroule pour lui et on découvre alors au fur et à mesure tout ce qui se trame sur la Lune et ce qui l'attend.
La prestation de Sam Rockwell est excellente et j'ai adoré l'idée
Spoiler (cliquez pour afficher)
que les 2 clones soient obligés de vivre ensemble et que chacun d'eux "défendent" ses souvenirs.
La mise en scène est très sobre, les effets spéciaux (numériques ou maquettes) sont très bien réalisés et la très belle photo contribuent à se plonger dans l'histoire. Le film aurait duré 20 minutes de plus je n'aurais pas fait la fine-bouche mais dans l'ensemble c'est un très bon film de SF, calme et agréable à suivre. :wink:

Le BR US est de très bonne qualité, propose VF et VOSTF et est lisible sur platine zonée B
Image
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Moon (Duncan Jones - 2009)

Post by Jericho »

feb wrote:Le BR US est de très bonne qualité, propose VF et VOSTF et est lisible sur platine zonée B
Image
VF très bien, mais est ce que c'est la version québécoise ?!
Image