Jacques Audiard

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Tuck pendleton
Mogul
Posts: 10614
Joined: 13 Apr 03, 08:14

Jacques Audiard

Post by Tuck pendleton »

Sur mes lèvres de Jacques Audiard.

On s'attache très rapidement à l'héroine, Audiard nous plongeant immédiatement dans son quasi-autisme et nous faisant ressentir tous les effets lié à son handicap. Les jeux sur l'environnement sonore, les plans sur certains détails donnent l'impression d'un univers en apnée. La première moitié du film avant que l'on rentre dans le genre du polar est exceptionnelle et pourrait donner à elle seule un film à part. Emmanuelle Devos est très touchante dans un rôle de femme qui tente de s'imposer dans le monde du travail (son césar est largement mérité) et la venue de Cassel (tout aussi excellent), avec tout ce qui concerne l'apprentissage ,la communication et l'échange, ne finit pas de relancer l'interet de façon constante. La photo et la musique, donnant une certaine douceur, finissent de parachever l'ensemble. La deuxième moitié du film même si elle s'étale un peu trop en longueur réussit à renouveler de façon ingénieuse le fenêtre sur cour d'hitchcock sans casser completement avec ce qui avait suivi avant. On reste là encore dans la connaissance de l'autre ou Devos, initié par Cassel, rentre dans le monde de la nuit et trouvera un certain épanouissement.
Point faible: une intrigue secondaire racontant la disparition de la femme du controleur judiciaire un peu hors sujet. Je n'ai pas vraiment compris son utilité.

5.5/6
Swan
Au poil soyeux
Au poil soyeux
Posts: 32185
Joined: 12 Apr 03, 15:00
Location: The Swanage

Post by Swan »

Tuck pendleton wrote:Point faible: une intrigue secondaire racontant la disparition de la femme du controleur judiciaire un peu hors sujet. Je n'ai pas vraiment compris son utilité.
A l'origine, le montage était bien plus long et comprennait des intrigues secondaires qui se recoupaient : par exemple, le flic enquêtant sur la disparition de l'épouse du controleur judiciaire était le mari d'Olovia Bonamy, dont l'amant était l'un des complices d'Olivier Gourmet. Les séquences restantes servent de plage de respiration au film, mais je pensais comme toi lors de la première vision.
Image
Image
"One Day There'll Be a Place for Us"
Brice Kantor
Mister Ironbutt 2005
Posts: 7489
Joined: 13 Apr 03, 09:15

Post by Brice Kantor »

Swan wrote:
Tuck pendleton wrote:Point faible: une intrigue secondaire racontant la disparition de la femme du controleur judiciaire un peu hors sujet. Je n'ai pas vraiment compris son utilité.
A l'origine, le montage était bien plus long et comprennait des intrigues secondaires qui se recoupaient : par exemple, le flic enquêtant sur la disparition de l'épouse du controleur judiciaire était le mari d'Olovia Bonamy, dont l'amant était l'un des complices d'Olivier Gourmet. Les séquences restantes servent de plage de respiration au film, mais je pensais comme toi lors de la première vision.
Des infos du commentaire audio du DVD? Il parait qu'il est très réussi...
takezo
Réalisateur
Posts: 6140
Joined: 16 May 03, 15:23
Location: East Coast

Post by takezo »

Sur mes lèvres - Jacques Audiard

Deuxième vision. Un peu moins enthousiaste que la première fois. ça reste très homogène. Un bon scenar, des personnages complexes magnifiquement interprétés (Emmanuelle Devos sublime !), une mise en scène très maitrisée et stylisée, plutôt rare dans le cinoche français, un jeu sur les sons interessants. Mais la partie polar m'a semblé un peu faiblarde, presque inutile. Elle grossit le trait inutilement à mon gout, et apporte un côté factice à l'ensemble qui nuit aux personnages habilement traités dans la première partie. M'enfin, ça reste quand même excellent.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45950
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Jacques Audiard

Post by Flol »

J'ai vu hier soir un des meilleurs films français de ces dernières années : Un Héros très Discret de Jacques Audiard.
Kassovitz y est énorme, la mise en scène d'Audiard est inventive, le rythme trépidant, le récit oscille entre la comédie et le sérieux....bref pas loin du chef-d'oeuvre, tout ça ! :)

Et sinon...quelqu'un a vu Un Héros très Discret ? :oops:
harry callahan
Mogul
Posts: 11414
Joined: 13 Apr 03, 17:28
Location: Dans un snack de San Francisco, d'où il vaut mieux que je ne sorte pas

Post by harry callahan »

ratatouille wrote:Et sinon...quelqu'un a vu Un Héros très Discret ? :oops:
Oui, j'en garde un bon souvenir, Mathieu Kassovitz y est impec' et l'histoire originale.
[...]But being this a .44 magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you have to ask yourself one question : "Do I feel lucky ?". Well, do you, punk ?
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26675
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

ratatouille wrote:Et sinon...quelqu'un a vu Un Héros très Discret ? :oops:
J'ai bien aimé sans pour autant être aussi enthousiaste que ça, certains tics, dès le deuxième film, d'Audiard m'avaient un peu sorti du film par moments
Everybody's clever nowadays
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90417
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

ratatouille wrote:Et sinon...quelqu'un a vu Un Héros très Discret ? :oops:
J'aime vraiment beaucoup
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26675
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

ratatouille wrote: Okay...mais de quels "tics" en particulier parles-tu ?
Le traitement limite onirique de certains appartés de quelques personnages, cela m'a semblé inutile
Everybody's clever nowadays
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45950
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

Nikita wrote:Le traitement limite onirique de certains appartés de quelques personnages, cela m'a semblé inutile
Euuhhh...je deviens lourd si je te demande de préciser davantage tes propos ? :oops::lol:
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26675
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

ratatouille wrote:
Nikita wrote:Le traitement limite onirique de certains appartés de quelques personnages, cela m'a semblé inutile
Euuhhh...je deviens lourd si je te demande de préciser davantage tes propos ? :oops::lol:
Il y a par exemple dans un héros discret un plan fixe sur fond noir sur un des militaires doutant de Kassovitz qui raconte plus ou moins sa vie
Everybody's clever nowadays
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45950
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

Nikita wrote:
ratatouille wrote: Euuhhh...je deviens lourd si je te demande de préciser davantage tes propos ? :oops::lol:
Il y a par exemple dans un héros discret un plan fixe sur fond noir sur un des militaires doutant de Kassovitz qui raconte plus ou moins sa vie
Oui, en fait il raconte sa future mort.
Mais ce genre de procédé ne m'a absolument pas dérangé. Au contraire, j'ai trouvé que cela s'intégrait parfaitement au récit et apportait avec justesse cette touche de surréalisme souhaitée par Audiard.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45950
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

Regarde les Hommes Tomber de Jacques Audiard : fabuleux comédiens, intrigue complexe, mise en scène classieuse et sèche, photographie hyper froide.....un excellent film, donc !
Jacques Audiard : un des meilleurs auteurs français, à l'heure actuelle. 8)
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26675
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

ratatouille wrote:Regarde les Hommes Tomber de Jacques Audiard : fabuleux comédiens, intrigue complexe, mise en scène classieuse et sèche, photographie hyper froide.....un excellent film, donc !
Jacques Audiard : un des meilleurs auteurs français, à l'heure actuelle. 8)
Je trouve que la seule faiblesse réside justement dans cette "complexification" de l'intrigue qui ne l'est en réalité pas du tout
Everybody's clever nowadays
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45950
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

Personnellement, j'ai beaucoup aimé ce principe du récit éclaté, nous faisant suivre les pérégrinations de ces gens solitaires et en mal de vivre.
Mais je crois savoir que tu n'apprécies que très peu le style parfois "alambiqué" d'Audiard...me trompe-je ? ;)