John Carpenter

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Solaris
Accessoiriste
Posts: 1777
Joined: 22 May 04, 23:23
Location: avec Géhenne qui n'arrête pas de ronchonner, au 92, avenue des champs-élysées, 75008 Paris

Post by Solaris »

tite bouh wrote:Halloween

8/10

Hé bien pour ma part c'est Carpenter qui n'a pas finit de me surprendre. Je n'avais jamais vu ce film pourtant culte, et malgré tout le bien que j'en ai entendu, je ne m'attendais pas a un tel film. Jamie Lee Curtis y joue bcp mieux que dans nombreux films ou je l'ai vu. Les noms et surtout les plans sont repris dans bcp d'autres films "d'horreur" mille fois moins terrifiant que celui la. Quand a la musique elle donne sacrement la chair de poule
J'adore aussi ce Carpenter (un des mes réalisateurs fétiches), sa mise en scène comme souvent très classique et sèche reste, je pense, ce qui se fait de mieux dans le genre !
« Quand la mort de mourir de la peur de mourir fait plus peur de périr de la mort de pourrir… de la mort »
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Solaris wrote:
tite bouh wrote:Halloween

8/10

Hé bien pour ma part c'est Carpenter qui n'a pas finit de me surprendre. Je n'avais jamais vu ce film pourtant culte, et malgré tout le bien que j'en ai entendu, je ne m'attendais pas a un tel film. Jamie Lee Curtis y joue bcp mieux que dans nombreux films ou je l'ai vu. Les noms et surtout les plans sont repris dans bcp d'autres films "d'horreur" mille fois moins terrifiant que celui la. Quand a la musique elle donne sacrement la chair de poule
J'adore aussi ce Carpenter (un des mes réalisateurs fétiches), sa mise en scène comme souvent très classique et sèche reste, je pense, ce qui se fait de mieux dans le genre !
J'adhère à ce que tu dis, Solaris. Carpenter est un maître dans la maîtrise du cinémascope, et la façon dont son film suggère la peur peut servir de modèle dans les écoles.

Une chose me gène aujourd'hui dans Halloween, c'est le recours à des gimmicks sonores pour souligner les moments où le spectateur doit avoir les chocottes. Je parle pas de la musique mais vraiment d'effets, genre gros accord plaqué, et qui me semblent être un peu une facilité. J'aurais préféré que le sursaut ne soit du qu'à la mise en scène et pas à des trucs de foire. C'est un détail mais c'est vrai que, peut-être parce que c'est surexploité dans les films d'épouvante aujourd'hui, on a envie de croire que Carpenter n'y souscrit pas.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

John Carpenter

Post by Johnny Doe »

Pancake wrote:Halloween - John Carpenter
Bon, il y a des films qu'il ne faut peut être pas voir 25 ans après leur sortie...difficile aujourd'hui d'être parfaitement sérieux devant une nana qui se fait une tâche, vire toutes ses fringues et enfile juste une chemisette qui se balader dans le jardin, ou une autre qui pleurniche "my keys my keys!!!" devant sa porte désespérement fermée.

Mais malgré quelques grosses choses vieillies (et finalement assez peu de frissons), j'aime bien jouer le jeu de Carpenter quant aux différents points de vue (subjectif dans la séquence d'intro, puis la répétition de ce types de plan qui font penser que alors que finalement non) ou sur la profondeur de champ. Quelques choses très jolies (le visage de Myers qui apparaît comme au ralenti, sortant du noir, derrière Laurie), et puis j'aime bien le sentiment de terreur en banlieue tranquille inspiré par les derniers plan. Dommage que bon, ça ait quand même un peu vieilli tout ça. Jamie Lee Curtis s'est améliorée par contre hum.

3/6
Quand je repense au film, je pense souvent au début de celui-ci. La musique, la silhouette de Myers qu'on arrête pas d'apercevoir et la trouille, mélange de malaise, de peur de l'inconnu et du "croque-mitaine" est réellement palpable. J'adore Halloween, mais vers la fin, on atteint bien plus une peur "bouh", ainsi que la frontière du ridicule, jamais vraiment dépassée néammoins (le coup du "je me retourne même si l'assassin pas mort est juste derrière moi").

N'empêche que c'est la base du slasher (genre devenu séverement moisis avec les années, les nanars et Scream :? ) et qu'il a introduit un grand nombre de code pour la suite du genre (film d'horreur en générale donc).
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.
harry callahan
Mogul
Posts: 11413
Joined: 13 Apr 03, 17:28
Location: Dans un snack de San Francisco, d'où il vaut mieux que je ne sorte pas

Post by harry callahan »

La scène d'introduction d'Halloween ( caméra subjective sur un masque, meurtre puis découverte de qui se cache derrière le masque avec un gros travelling arrière ) est absolument magistrale.
[...]But being this a .44 magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you have to ask yourself one question : "Do I feel lucky ?". Well, do you, punk ?
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

Tout dans Halloween est magistral. Pour moi c'est si brillant et abouti pour un troisième film que ça impose le respect. Perfection de la mise en scène tout en abstraction ( gestion du hors champ étonnante), mise en abyme des peurs primaires ( le gosse qui se retrouve devant le géant Michael Myers statique au bout de l'allée c'est la personnification de la peur de l'Ogre).
Que dire de plus sinon que j'ai eu une vraie frousse, une trouille bleue même quand je regarde ce film qui est celui qui me scie le plus d'admiration chez Carpenter avec The Thing.
Pancake
Gondry attitude
Posts: 3518
Joined: 10 May 03, 02:25
Location: From a little shell at the bottom of the sea

Post by Pancake »

Johnny Doe wrote:N'empêche que c'est la base du slasher (genre devenu séverement moisis avec les années, les nanars et Scream :? ) et qu'il a introduit un grand nombre de code pour la suite du genre (film d'horreur en générale donc).
Ben franchement, je trouve qu'un Scream n'a pas grand chose à lui envier, si ce n'est une patte visuelle plus stimulante. Mais c'est vrai que c'est intéressant de voir à quel point Halloween est papa de plein d'enfants.
Pancake
Gondry attitude
Posts: 3518
Joined: 10 May 03, 02:25
Location: From a little shell at the bottom of the sea

Post by Pancake »

Jordan White wrote:( gestion du hors champ étonnante)
Ca joue pourtant davantage sur la profondeur de champ, avec un Myers qui apparaît souvent dans le dos des personnages. J'ai vraiment pas eu le sentiment que la peur dans ce Carpenter surgissait d'un travail sur le hors champ, contrairement à ce qui peut se faire en Asie par exemple.
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

Pancake wrote:
Johnny Doe wrote:N'empêche que c'est la base du slasher (genre devenu séverement moisis avec les années, les nanars et Scream :? ) et qu'il a introduit un grand nombre de code pour la suite du genre (film d'horreur en générale donc).
Ben franchement, je trouve qu'un Scream n'a pas grand chose à lui envier, si ce n'est une patte visuelle plus stimulante. Mais c'est vrai que c'est intéressant de voir à quel point Halloween est papa de plein d'enfants.
Quoi ? Comment ? :shock:
Non je ne suis décidément pas du tout d'accord avec toi.
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

Pancake wrote:
Jordan White wrote:( gestion du hors champ étonnante)
Ca joue pourtant davantage sur la profondeur de champ, avec un Myers qui apparaît souvent dans le dos des personnages. J'ai vraiment pas eu le sentiment que la peur dans ce Carpenter surgissait d'un travail sur le hors champ, contrairement à ce qui peut se faire en Asie par exemple.
Tu te souviens du plan dans l'allée quand Jamie Lee Curtis rentre chez elle et qu'elle croit entendre quelque chose derrière son dos. Le positionnement de la caméra c'est l'un des exemples les plus frappants et intelligents de la gestion du hors champ que j'ai vu dans un film.
Pancake
Gondry attitude
Posts: 3518
Joined: 10 May 03, 02:25
Location: From a little shell at the bottom of the sea

Post by Pancake »

Jordan White wrote:Quoi ? Comment ? :shock:
Non je ne suis décidément pas du tout d'accord avec toi.
Bah je suis pas de ceux qui sanctifient Halloween...formellement c'est intéressant mais le reste a vraiment pris un coup de vieux. Voir les exemples que je donne et qui sont depuis devenus des clichés surparodiés...la scène des clefs (où Jamie Lee Curtis joue particulièrement mal) est difficile à revoir aujourd'hui. Je ne vois pas tellement à quel niveau Scream pourrait rougir. Niveau mise en scène c'est peut être moins fort (même si efficace) mais c'est pas plus mal écrit, pas plus mal joué...
harry callahan
Mogul
Posts: 11413
Joined: 13 Apr 03, 17:28
Location: Dans un snack de San Francisco, d'où il vaut mieux que je ne sorte pas

Post by harry callahan »

Non, le hors champ est vraiment primordial, c'est bien simple, on ne sait jamais où est Michael Myers, il apparaît à l'endroit et au moment où on ne s'y attendait pas. Ce qui lui donne une espèce de don d'ubiqüité. Contrairement à tous les autres films d'horreur, voir un personnage de dos en caméra subjective ne signifie pas qu'il va se prendre un coup de couteau.
[...]But being this a .44 magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you have to ask yourself one question : "Do I feel lucky ?". Well, do you, punk ?
Pancake
Gondry attitude
Posts: 3518
Joined: 10 May 03, 02:25
Location: From a little shell at the bottom of the sea

Post by Pancake »

Jordan White wrote:Tu te souviens du plan dans l'allée quand Jamie Lee Curtis rentre chez elle et qu'elle croit entendre quelque chose derrière son dos. Le positionnement de la caméra c'est l'un des exemples les plus frappants et intelligents de la gestion du hors champ que j'ai vu dans un film.
Oui c'est vrai...mais en même temps j'ai pas eu le sentiment que c'était essentiellement à un travail sur le hors champ auquel Carpenter se prêtait.
Pancake
Gondry attitude
Posts: 3518
Joined: 10 May 03, 02:25
Location: From a little shell at the bottom of the sea

Post by Pancake »

harry callahan wrote:Non, le hors champ est vraiment primordial, c'est bien simple, on ne sait jamais où est Michael Myers, il apparaît à l'endroit et au moment où on ne s'y attendait pas. Ce qui lui donne une espèce de don d'ubiqüité. Contrairement à tous les autres films d'horreur, voir un personnage de dos en caméra subjective ne signifie pas qu'il va se prendre un coup de couteau.
Cela dit ça crée un petit systématisme une fois que tu as compris le truc. Du coup on n'est pas sensé s'y attendre mais l'effet se répète un peu quand même (et du coup devient légèrement inefficace à la longue). Maintenant ça reste plus efficace, par exemple, que la scène du meurtre dans la voiture, qui fait un peu trop Polichinelle à mon goût (Myers qui se relève d'un coup derrière la jeune fille, dans le même plan, sans jeu sur la profondeur de champ ou sur le hors champ).
Solaris
Accessoiriste
Posts: 1777
Joined: 22 May 04, 23:23
Location: avec Géhenne qui n'arrête pas de ronchonner, au 92, avenue des champs-élysées, 75008 Paris

Post by Solaris »

Jordan White wrote:
Pancake wrote: Ca joue pourtant davantage sur la profondeur de champ, avec un Myers qui apparaît souvent dans le dos des personnages. J'ai vraiment pas eu le sentiment que la peur dans ce Carpenter surgissait d'un travail sur le hors champ, contrairement à ce qui peut se faire en Asie par exemple.
Tu te souviens du plan dans l'allée quand Jamie Lee Curtis rentre chez elle et qu'elle croit entendre quelque chose derrière son dos. Le positionnement de la caméra c'est l'un des exemples les plus frappants et intelligents de la gestion du hors champ que j'ai vu dans un film.
Complètement d'accord, on peut aussi citer bien sûr le Alien de Ridley Scott.

Complètement d'accord également avec les défenseurs du film, la mise en scène est vraiment efficace doublée d'une grande inventivité, me semble-t-il
« Quand la mort de mourir de la peur de mourir fait plus peur de périr de la mort de pourrir… de la mort »
harry callahan
Mogul
Posts: 11413
Joined: 13 Apr 03, 17:28
Location: Dans un snack de San Francisco, d'où il vaut mieux que je ne sorte pas

Post by harry callahan »

C'est le monde à l'envers : Halloween devient mauvais parce que des dizaines de tâcherons l'ont copié en long, en large et en travers.

Niveau scénario, c'est dur de faire plus carré, et en même temps il laisse des tas de questions en suspens sur le tueur, sa personnalité, sa nature même. C'est la première fois que Le Mal frappe au beau milieu de l'Amérique moyenne avec ses banlieues proprettes, ses étudiants et habitants lambdas .... Le Mal n'est plus au fin fond de l'Amérique profonde ( Massacre à la tronçonneuse, La nuit des morts vivants ) : il est en son coeur même.
[...]But being this a .44 magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you have to ask yourself one question : "Do I feel lucky ?". Well, do you, punk ?