Martin Scorsese

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Ambroise

Post by Ambroise »

2501 wrote:Alice doesn't live here anymore - Martin Scorsese

7/10

Un Scorsese que j'avais jamais vu.
Très beau portrait de femme. Interprétation exceptionnelle (Keitel en impose même dans le rôle d'un gros beauf violent).
Je sais pas si c'est parce que c'est pas un genre de film qui me touche particulièrement, mais ça se regarde avec plaisir, sans plus (j'aimerai bien savoir ce qui a poussé Scorsese vers ce sujet, c'est peut-être expliqué dans les bonus).

En tous cas, Alice doesn't live here anymore confirme l'éclectisme du cinéaste italo-américain, dont la filmo est trop souvent résumée aux films de gangsters..
Ce film est un des meilleurs films de Scorcese. juste, touchant, résolument optimiste... 8)
User avatar
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Posts: 7834
Joined: 25 Jul 03, 14:58
Location: J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Post by Eusebio Cafarelli »

Eusebio Cafarelli wrote:Boxcar Bertha
Mmouais... une fin christique intéressante. Hershey et Carradine sont très bons. Le film fait un peu fauché.
5/10

Goodfellas
Fucking masterpiece 8)
20/10
Mean streets
Pas vraiment d'intrigue, mais des impressions, des scènes, des musiques, des lieux, une ambiance catholico-maffieuse, une grande variété de tournage et de mise en scène. Un tout qui annonce À tombeau ouvert Keitel est excellent en catho tourmenté qui veut échapper à l'enfer en sauvant De Niro, prodigieux (son entrée dans l'oeuvre de Scorsese, sur Jumpin' Jack Flash...)
8/10
Image
Happy Charly
Assistant opérateur
Posts: 2582
Joined: 16 Nov 03, 12:10
Location: Loin de la civilisation... dans l'trou-du-cul du monde, quoi !

Post by Happy Charly »

Revu hier soir, "A TOMBEAU OUVERT" de Scorscese ( merde, comment que ça s'écrit déjà, glups !! ) ou le moins bon du gros rital barbu :? :x :evil:

Filmé comme un débutant avec des accélarations et décélarations soudaines en place de forward et rembobinages qui auraient p'têt eu beaucoup plus d'effets, ce long-métrage que nous raconte un infirmier au bord du gouffre et hanté par une adolescente qu'il a tué alors qu'il tentait de la sauver, en voix-off, garde tout de même de bons trucs à sauver...

Encensés par le public, adulés par les Américains depuis le 09/11, les infirmiers et autres secouristes et urgentistes ont toujours été un corps de métier sur qui planent une aura de proprété et de mystère sauveur comme aseptisés de tout pêcher, toute erreur, toute faute professionnelle : le quidam pouvant leur pardonner de ne pas avoir réussi à sauver l'un de leurs parents d'un consensuel vous ne faisiez que votre mêtier/tout ce que vous pouviez larmoyant...
A travers la caméra et dans ces trois nuits d'un infirmier qui se défonce, boit comme un trou et se shoote, une part de vérité reprend le dessus et nous montre ce qui se passe au-delà de certains brancards et derrière des sirènes bienfaitrices : comme nombre de ceux confrontés à la mort quotidienne et à une action constentante dopée à l'adrénaline, l'infirmier qu'interprête Nicholas Cage ( "ROCK" ) palie à ce trop plein émotionnel par une dérive stupéfiante. Surtout qu'il est en crise, se remettant en question depuis la mort de cette adolescente ( qu'il voit maintenant de plus en plus partout autour de lui en surimpression du monde réel ) et allant douter tant de lui-même qu'il y risquerait sa peau et sa place, en demandant toujours plus voire trop !!

A coté de ce camé volant au secours des humbles et des mortels, triant les interventions à prendre plus qu'une autre, notre bon gros italo-américain donnerait presqu'envie de ne surtout pas se blesser, non que le système médical et de sécurité social 'ricain soient ceux que l'on connait ou que l'entrée des hopitaux soient gardées par un vigile, mais parce que les ambulanciers à qui ils donnent vie sont loin de ceux de la série "NEW-YORK 911", un extrémiste raciste prêt à jouer les Bronson de seconde zone ( le toujours excellent dans la caricature Tom Sizemore de "STRANGE DAYS" ) venant épauler notre cocaïno-héroïno-je-ne-sais-pas-quoi-man d'anti-héros dans ses divagations nocturnes, que fantôme et esprit - lui demandant d'en finir - accompagnent déjà !!

Dérive, mal aise, mal être, remise en cause, survie à un échec d'un homme comme les autres, avant que des attentats ne les hissent aux status de héros solennels et cultes ( culvités, entretenus, etc ), le film de Scorcese ( c'est ça l'orthographe ?! ) nous présente un excellent et incroyable Nicholas Cage d'une pâleur cadavérique toujours aussi sensationnel dans ce qu'il joue de mieux : les loosers à l'instar de "LEAVING LAS VEGAS", face à une Patricia Arquette ( "TRUE ROMANCE" ) d'une simplicité même, dans cette brêve intrusion des nuits d'un infirmier - qui aurait aussi bien pû être un flic, un pompier ou un médecin - sur qui on ne savait pas tout et dont on ne saura pas tout...

Un honnête 3/6 en ce qui me concerne :wink:

--------------------------------------------------------------------------------------

Par contre, en ce qui concerne les forumeurs, je ne mettrai pas une telle note :evil: :evil: :arrow:
Rockatansky wrote:Le tombeau des lucioles : blablabla
Memento wrote:LE chef-d'oeuvre de blablabla
Rockatansky wrote:Ben si mais un blablabla
Doudou wrote:Comme quoi chef d'oeuvre blablabla
Putain, CA VA PAS RECOMMENCER !!!

Encore les mêmes. Ou presque :? :x :evil:

Et sinon...
noar13 wrote: un casting magnifique avec un james coburn époustouflant et caustique dans le rôle de clinton, sans oublier la magnifique Raquel Welch
GASTON wrote:Et Monica, c'est qui ??? 8)
noar13 wrote:celle qui suce clinton-coburn ? c'est christine-Dyan Cannon :

Image
T'aurais p'têt pû mettre une aut' tof' : on lui voit la touffe et ça c'est pas vraiment dans les règles du forum comme le diraient les modérateurs ou d'autres :wink:

Image

Et, au fait, Memento, oui, je sais que ça existe les magnétos, Serge mais je n'y avais pas pensé :wink: :twisted: :lol:
Image
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 13465
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Post by Zelda Zonk »

Ce type est dingue :lol:
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Post by Johnny Doe »

Rob-Zombie wrote:Scorcese ( c'est ça l'orthographe ?! )
Scorsese.

Sinon j'ai cru que j'allais pas arrêter de sauter en l'air en hurlant des insultes qui t'aurais été destinés en lisant ton post, mais à part le début j'ai pu garder mon calme.

Mais le "filmer comme un débutant" je le digère tellement pas ! :lol: La mise en scène entre le réalisme cru à l'épaule et les plans virtuoses et Scorsesien en fout vraiment plein la vue et offre une gallerie de plans extrêment picturals (la scène ou le dealer est accroché sur la barrière et qu'on soude la-dite barrière est un des plus beau plan que j'ai vu chez scorsese). J'ajouterais que le montage du film et les fast forward que tu dénonces forcent le respect en enfonçant le spectateur dans ce gigantesque trip incontrôlable (et accessoirement, démontre avec quel génie Scorsese manie le rythme).

Mais sinon je trouve ta critique assez gentil contrairement à ce que tu dis du film au début ("quelques trucs à sauvé"). Et moi on va encore dire que je suis pas objectif parce que c'est Marty :roll:
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.
George Kaplan
David O. Selznick
Posts: 12102
Joined: 14 Apr 03, 11:32
Location: Une poche pour la chocolatine ?

Post by George Kaplan »

Point de détail mon cher Rob : Scorsese n'est pas gros :!:
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25646
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

Rob-Zombie wrote:Revu hier soir, "A TOMBEAU OUVERT" de Scorscese ( merde, comment que ça s'écrit déjà, glups !! ) ou le moins bon du gros rital barbu :? :x :evil:
5 conneries d'écrites dans une phrase. :mrgreen:
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
tronche de cuir
Ophely, no soucy
Posts: 2541
Joined: 2 Jul 04, 14:32
Location: RIP !!!

Post by tronche de cuir »

Alice n'est plus ici de Martin Scorsese.
Première remarque: pourquoi est-ce que Scorsese n'a pas fait davantage de films féministes tel que celui-ci ? Quel dommage ! Il nous prive d'une voix singulière et qui a bien des égards, dans certaines scènes d'un réalisme sidérant, rappele Cassavetes et parfois Powell. La mise en scène est un adroit mélange de virtuosité scorsesienne et de douceur avec un zeste d'expérimentation à la Powell notamment au début du film.
Les acteurs sont au tous au diapason et livrent des interpretations subtiles.
Un beau film sur l'émancipation. Note : 4.5/6
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Post by Johnny Doe »

tronche de cuir wrote:rappele Cassavetes et parfois Powell
Quand on sait que ce sont 2 de ses mentors... Faudra vraiment que je découvre plus ces 2 cinéastes (même si j'ai déjà vu Peeping Tom qui est wonder fuckin ful)
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.
User avatar
Spongebob
Mogul
Posts: 10204
Joined: 21 Aug 03, 22:20
Last.fm
Liste DVD
Location: Pathé Beaugrenelle

Post by Spongebob »

New York, New York de Martin Scorsese (1977)

Construit comme un chaleureux hommage aux comédies musicales produites par la MGM dans les années 40 et 50, le film a malheureusement du mal a trouvé son rythme. Il repose pour beaucoup sur l'opposition Francine/Jimmy (Robert De Niro/Liza Minnelli), deux personnages trés différents (mais tous les deux dans le show-business) qui on ne sait trop pourquoi tombent amoureux l'un de l'autre. Cela démarre lors d'une grande fête célébrant la fin de la seconde guerre mondiale dans une boîte de nuit et cela se poursuit avec la tournée d'un orchestre de jazz dans lequel se retrouvent embarqués nos deux héros. C'est précisément avec cette partie que l'on perd beaucoup des enjeux scnéaristiques : on ne sait pas trop où on va mais on y va, et en musique s'il vous plait. Même si les nombreux numéros musicaux valent le détour, le récit est un peu trop désordonné pour que l'on se sente vraiment impliqué dans l'histoire. De Niro fait du De Niro et Minnelli chante à merveille (enfin si c'est elle qui chante) mais cela ne suffit pas à transcender un scénario trop prévisible (excepté la dernière scène plutôt déroutante).

Je pense que pour apprécier au mieux ce film il vaut mieux ne pas trop se prendre la tête avec l'intrigue (encore une fois je suis peut-être trop exigeant) et se laisser porter par la musique.

6/10
Breezy
Passe ton bac d'abord
Posts: 8023
Joined: 13 Apr 03, 17:30
Last.fm
YMDB
Location: Brigadoon

Post by Breezy »

Je partage ton avis, il faudrait tout de même que je le revoie mais il est pour l'instant loin de figurer dans mes Scorsese favoris. Mais il reste tout de même des scènes que j'adore au plus haut point et le fait de ne pas retrouver ces petits moments de magie sur la longueur a amené cette petite deception.
User avatar
Spongebob
Mogul
Posts: 10204
Joined: 21 Aug 03, 22:20
Last.fm
Liste DVD
Location: Pathé Beaugrenelle

Post by Spongebob »

breezy wrote:Je partage ton avis, il faudrait tout de même que je le revoie mais il est pour l'instant loin de figurer dans mes Scorsese favoris. Mais il reste tout de même des scènes que j'adore au plus haut point et le fait de ne pas retrouver ces petits moments de magie sur la longueur a amené cette petite deception.
Je l'ai vu sur Ciné Cinéma Auteur, je ne sais pas si une rediffusion est prévue. Sinon le DVD Zone 1 sort mardi prochain :wink: .
Breezy
Passe ton bac d'abord
Posts: 8023
Joined: 13 Apr 03, 17:30
Last.fm
YMDB
Location: Brigadoon

Post by Breezy »

Spongebob wrote:
breezy wrote:Je partage ton avis, il faudrait tout de même que je le revoie mais il est pour l'instant loin de figurer dans mes Scorsese favoris. Mais il reste tout de même des scènes que j'adore au plus haut point et le fait de ne pas retrouver ces petits moments de magie sur la longueur a amené cette petite deception.
Je l'ai vu sur Ciné Cinéma Auteur, je ne sais pas si une rediffusion est prévue. Sinon le DVD Zone 1 sort mardi prochain :wink: .
Reçu avant-hier dans mon joli coffret Scorsese payé 15 euros :mrgreen:
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Il m'avait moi aussi pas mal déstabilité lors de sa découverte, ce New York New York, mais je trouve qu'il vieillit très bien dans ma tête. Le côté volontairement artificiel des décors, le regard presque documentaire sur le fonctionnement d'un big band, le personnage de parfois véritable ordure qu'interprête De Niro, le rythme du récit et le fait que la musique en soit véritablement au coeur, tout cela a finit par me toucher assez profondément.

Sur les 20 dernières minutes, Scorsese fait son Minnelli, mais on pourra tout aussi bien estimer que c'est dans ce film que l'influence de Michael Powell (et des Chaussons rouges en particulier) est la plus pregnante.

Le disque de la BO est très chouette.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18196
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Post by Kevin95 »

:evil: Arrrrr ! New York, New York est le seul Scorsese (avec Kundun) que je n'ai pas encore vu !

Je l'ai quand meme enregistré et mis dans ma pile de VHS (mais vu ma pile, je suis pas pres de le voir !).

Peut etre en meme temps que le prochain Scorsese ............. en 2006 :wink: !
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)