Claude Berri (1934-2009)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49061
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Germinal (1993)

Très bonne adaptation du roman, auquel il manque malgré tout le début, la raison pour laquelle le personnage de Renaud atterrit dans cette mine.
C'est surtout l'émotion de voir Jean Carmet dans un de ses derniers rôles, et où on le voit assez affaibli (dans mon souvenir, il avait un peu plus de présence dans le roman), aussi bien dans le film (où il se met à cracher continuellement de la suie) que dans la réalité (où Depardieu avait insisté pour qu'il ait ce rôle dans le film).
D'ailleurs, Depardieu est encore une fois formidable, et l'on voit que Berri était un très bon directeur d'acteurs, Renaud étant vraiment crédible, n'ayant pas cette espèce d'accent chantant que peut avoir Johnny Halliday (dans le film de To, quand il se mettait à hurler, on croit l'entendre chanter).
Et la scène finale, lors de l'inondation de la mine, est impressionnante par sa grandeur, ça me faisait penser à There will be blood.

Lucie Aubrac (1997)

Là, par contre, j'ai été un petit peu déçu, le film n'ayant pas cette flamme qu'avait le précédent film, peut-être à cause de l'interprétation de Carole Bouquet, que je trouve assez inégale (je me demande ce qu'aurait donné le film avec Juliette Binoche, originellement pressentie), au contraire de Daniel Auteuil, vraiment très bon.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49061
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

La débandade (1999)

après toute une série de gros films, Claude Berri revient à un sujet plus personnel, qui semble l'avoir "atteint", à en juger un petit passage dans son autobiographie ; la perte de désir sexuel.
Massacré par la critique à la sortie, ça reste un film assez mineur, mais assez sympa (et les passages avec Alain Chabat, en sexologue déjanté, sont très drôles ! :lol:), avec une Fanny Ardant assez mauvaise, toujours dans ce fameux ton qui, personnellement, m'agace.
Et c'est terriblement mal filmé ; plusieurs plans sont carrément flous, avec une mise au point "en direct". :?

Et, après avoir survolé Une femme de ménage, que je trouve toujours aussi bien, j'en ai fini avec le (gros) coffret, excepté ses derniers films qu'il me reste à découvrir. J'en profiterais pour faire un classement à ce moment-là.
Je ferais un topic à part sur Stan the flasher...
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17919
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Kevin95 »

Boubakar wrote:Je ferais un topic à part sur Stan the Flasher...
J'ai hate de lire ça (le film est le seul de Gainsbourg qui me manque à voir) ! :D

Mais il vaudrait mieux faire un topic sur Gainsbourg metteur en scène au lieu du film seul, non ?
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49061
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Kevin95 wrote:Mais il vaudrait mieux faire un topic sur Gainsbourg metteur en scène au lieu du film seul, non ?
Oui, je m'en occuperais d'ici quelque temps (je n'ai vu que deux films sur les quatre qu'il a réalisé) :)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49061
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Ensemble, c'est tout (2007)

Un très bon feel good movie à la française, où tout le monde est sympa, même Canet, malgré son air bourru.
Le film a été coréalisé par François Dupeyron, et ça se voit dans la mise en scène, plus dynamique.
Mais le grand atout du film sont les acteurs, et surtout Laurent Stocker, très touchant en aristo bègue qui se bat contre son handicap tout en protégeant Camille. Je l'avais découvert en début d'année dans Le code a changé, mais là, il est vraiment juste, le bon copain, dommage que son rôle soit un peu évacué dans la deuxième partie, lors de la romance Canet-Tautou (très mignonne avec ses cheveux courts, mais à la maigreur effrayante). François Bertin est aussi très émouvante, en grand-mère mourante qui ne veut pas s'éteindre dans une maison de retraite. Son personnage m'a touché, surtout dès qu'elle revient dans l'appartement.

Plus qu'un film de Berri à voir (son avant-dernier, avec Auteuil et Charlotte Gainsbourg), mais pour un dernier film, c'est très honorable, même si je pense que ça s'oublie vite, du fait du peu d'enjeux.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17919
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Kevin95 »

En fait, son dernier film sort au cinéma en novembre. :wink:

Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Bon, ok ça a pas l'air terrible ! :?
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Grimmy
Assistant opérateur
Posts: 2880
Joined: 1 Feb 04, 11:25

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Grimmy »

C'est peut être un film de Claude Berri (au sens où il en est l'instigateur), mais l'affiche ne dit pas clairement qu'il ne l'a pas réalisé, Claude Berri étant décédé après deux jours de tournage... Un peu dégueu de mettre en plus petit le nom de Dupeyron qui a tout repris au pied levé.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49061
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Grimmy wrote:Un peu dégueu de mettre en plus petit le nom de Dupeyron qui a tout repris au pied levé.
Pour Ensemble c'est tout, Dupeyron est crédité comme superviseur à la mise en scène, ce qui était encore plus "petit" comme crédit.
Seul Berri est crédité comme réalisateur, mais lorsqu'il a eu son problème de santé durant le tournage, c'est Dupeyron qui a repris les commandes.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49061
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

L'un reste, l'autre part (2004)

Dernier film de la veine biographique de Claude Berri, ce dernier s'identifie au personnage de Daniel Auteuil, nommé...Daniel (comme lui s'appelait aussi Claude quand il jouait dans les films qu'il réalisait), frappé par la paralysie de son fils à la suite d'un accident, chose qui est réellement arrivé au fils de Berri, Julien Rassam, mais dont la destinée fut moins heureuse que dans le film.
C'est une sorte de film assez choral, mais à la tonalité assez sombre, où les hommes sont infidèles, mais pas pour les mêmes raisons, ce qui rend le film intéressant.
D'ailleurs, l'interprétation est globalement excellente, avec un Daniel Auteuil très impliqué dans son rôle (son pétage de plombs face à son plus jeune fils frôle presque du Pialat dans l'intensité), et une magnifique Aïssa Maïga, loin d'un rôle de maitresse auquel on pourrait s'attendre, et qui sait prendre les devants.

Et c'est sur ce dernier film que je clos la filmographie de Claude Berri réalisateur, et il en ressort du très positif, notamment dans sa veine autobiographique et dans les grandes épopées comme les films de Pagnol, ou une veine plus intimiste comme ses derniers films (dont l'excellent Une femme de ménage).
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45951
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Flol »

Boubakar wrote:Et c'est sur ce dernier film que je clos la filmographie de Claude Berri réalisateur, et il en ressort du très positif, notamment dans sa veine autobiographique et dans les grandes épopées comme les films de Pagnol, ou une veine plus intimiste comme ses derniers films (dont l'excellent Une femme de ménage).
Je n'ai pas lu l'intégralité du topic, mais as-tu eu l'occasion de découvrir Un moment d'égarement ?
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49061
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Ratatouille wrote:Je n'ai pas lu l'intégralité du topic, mais as-tu eu l'occasion de découvrir Un moment d'égarement ?
Oui, et je n'avais pas trop apprécié (malgré un génial Marielle, dans le type de rôle qu'il jouait à cette période, un peu obsédé).
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16061
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Notez les films de décembre 2009

Post by Profondo Rosso »

Uranus de Claude Berri (1990)

Image

Dans l'immédiat après guerre de 1945, Claude Berri dépeint les tensions régant dans un petit village français. Suspicion de tout les instants et dénonciation arbitraire parmi un microcosme de tout les types de personnalités s'étant révélé durant le conflit : honnête gens se sentant coupable de leur apathie, brave type ayant vaguement traficoté pour arrondir les fins de mois et vraies ordure s'étant enrichie et ayant le bras long. Les conflits idéologiques sont également bien vu à travers les communistes où on retrouve les acharnés appliquant la doctrine et semant la terreur grâce à leur passé de résistants, bref une image pas bien belle de la France qui selon le Général De Gaulle a résité dans son ensemble. Le film de Berri n'égale cependant pas l'autre grande adaptation de Marcel Aymé sur la période, le grinçant, drôle et pathétique "La Traversé de Paris". C'est beaucoup trop manichéen par à rapport au film de Claude Autant-Lara où Gabin passait tour à tour pour anarchiste et collabo à la fois exprimant bien les comportement ambigus de l'époque. Là c'est moins subtil et ça à tendance à céder à des monologue un peu trop démonstratif de la part de certain personnage emblématique. Reste un casting fabuleux, Depardieu est grandiose en patron de bistrot poète, Michel Blanc en communiste intègre, Jean Pierre Marielle et Philippe Noiret en quidam plein de doute et un étonnant Michel Galabru en ordure de premier ordre. 4/6
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Alligator »

Le maître d'école (Claude Berri, 1981) :

http://alligatographe.blogspot.com/2010 ... ecole.html

Image
_______________

Que voilà une affiche bien trompeuse : à la voir, on croirait presque à une farce, un burlesque tenu par le clown Coluche alors que le film est beaucoup plus une comédie de mœurs, très délicate, attentive à la poésie des situations et des gamins.

Coluche ne fait pas son numéro, loin de là. Claude Berri le met dans une position de témoin plus ou moins actif, un récepteur affectueux et à l'écoute des enfants. Pas vraiment dans un rôle de composition, il apparait très naturel, calme, presque introverti. D'ailleurs le film évolue sur un rythme très lent, plutôt contemplatif, très loin des tempos rapides d'une comédie percutante.

Ne vous attendez pas à la poilade continue : le film contient son lot de petits et grands malheurs que la vie charrie normalement : les divorces, les fugues, la pauvreté, la violence, le suicide, etc.

La réalisme sert le film, lui donne une assise dramatique efficace et encadre les scènes amusantes pour mieux les aérer, je suppose. C'est souvent le cas dans les films de Claude Berri : la vie qu'il décrit n'est jamais toute drôle ni toute déprimée.

Cette bête vérité est pourtant malmenée par des prises de position un brin simplistes pourtant. On n'échappe à quelques clichetons (le syndicaliste, par exemple). Si cela ne fout pas tout en l'air, cela altère quelque peu mon enthousiasme.

J'aime bien les films de Claude Berri mais je ne parviens pas encore à admirer son cinéma. Il y a toujours quelque chose qui me tire par la manche. Un "stop" que je ne m'explique pas tout à fait. Il me faudrait revoir "Tchao pantin", "La femme de ménage", "L'un reste l'autre part", la dilogie de Pagnol et "Uranus". Je vis là trop sur de vieux souvenirs pour pouvoir porter un jugement à peu près définitif.

Le maître d'école est un film attendrissant, coloré par les musiques caressantes et enjouées de Richard Gotainer et d'Alain Souchon.

Un petit film sympathique mais sans plus.
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21104
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Nestor Almendros »

LE MAÎTRE D'ECOLE (1981)

Ah il l'aime son Coluche... Claude Berri ne semble avoir d'yeux que pour lui au point de lui offrir ce film, c'est une impression constante. En effet, mise à part l'empathie énorme de l'acteur, on cherche encore un scénario consistant (mais les remarques d'Alligator sont pertinentes), une dramaturgie efficace, un message éventuel sur l'Education Nationale (il est bien mince, en l'état). Le film est une succession de scénettes qui jouent sur la sympathie et la bonhommie de Coluche, au détriment du reste. Pourtant, et c'est un peu un paradoxe, le film se contente de peu sans donner l'impression d'en manquer. Au final, si l'on n'est pas vraiment marqué par l'oeuvre, il s'en dégage pourtant une certaine nostalgie et un peu de tristesse. Pas forcément pour l'époque, les looks et la modernité de la France d'alors nétant pas très enviables, mais plutôt pour ces images d'enfance, d'insouciance. Coluche participe à sa façon à ce souvenir interposé: il incarne un instituteur presque idéal, chaleureux et proche des enfants, disponible, quelqu'un qui ne prend pas de haut mais qui reste à l'écoute, maladroit mais touchant, etc. C'est probablement ce qui fait bien vieillir le film, revu aujourd'hui. Et Claude Berri semble l'avoir bien compris, se passionnant pour ce phénomène qui enchaînera dans le même registre avec un BANZAI tous public et là aussi clairement orienté vers la jeunesse.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15802
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Père Jules »

Petit coup de cœur pour Un moment d'égarement, cette jolie étude du couple, de la paternité, de l'amitié. C'est divinement interprété, tout en sobriété (et pour des Marielle ou Lanoux, c'est pas forcément le premier mot qui vient à l'esprit). Un film modeste dans sa forme mais d'une acuité évidente en ce qui concerne l'écriture. Une bien belle surprise pour un film très touchant en définitive. Je suis moins enthousiaste en ce qui concerne Le maitre d'école, complètement désuet et démago, qui se paie le luxe de faire de Coluche un personnage inintéressant au possible.