Claude Berri (1934-2009)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49053
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

La première fois (1976)

On conitnue, avec un sujet que Claude Berri aborde dans son autobiographie ; les premiers émois sexuels, la première fois, les folies qu'on peu faire en étant amoureux....
Le film est dans les réussites de son réalisateur, c'est très juste dans une des manières qu'ont les jeunes à aborder leur première fois (en gros, c'est une plaie dont il faut se débarrasser pour ne pas perdre la face devant ses potes). On retrouve l'alter-ego de Berri, Alain Cohen, une fois de plus impeccable (un peu dans la même veine de son jeu dans Le vieil homme et l'enfant), et un génial Charles Denner, en père dépassé par les poussées hormonales de son fils.
A cet instant de sa filmographie, je peux dire une chose ; c'est que Claude Berri savait choisir ses acteurs, ils sont toujours parfaits dans leurs rôles, comme sur ce film, où on a droit deux superbes scènes entre le père et le fils (quand ce dernier veut quitter sa famille, par amour, puis le père le raisonne sur le fait qu'il en rencontrera bien d'autres, le tout dans une lumière sublime). On a l'impression de voir la version "filmée" de tout ces passages lus dans son livre. :)

Décidément, plus j'avance dans sa filmo, plus j'ai l'impression que celle de Berri est sous-estimée, tellement il dépeint avec justesse des traits de caractère, ainsi que des personnages "forts", et celui-ci ne fait pas exception à la règle.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17919
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Kevin95 »

Boubakar wrote:Décidément, plus j'avance dans sa filmo, plus j'ai l'impression que celle de Berri est sous-estimée, tellement il dépeint avec justesse des traits de caractère, ainsi que des personnages "forts", et celui-ci ne fait pas exception à la règle.
En même temps, tu découvres sa période dite "autobiographique" qui s'avère être la période la plus riche et talentueuse du monsieur. Sans démolir ses adaptations futures, ses films suivant n'ont franchement pas l'âme des premières œuvres.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49053
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Kevin95 wrote:En même temps, tu découvres sa période dite "autobiographique" qui s'avère être la période la plus riche et talentueuse du monsieur. Sans démolir ses adaptations futures, ses films suivant n'ont franchement pas l'âme des premières œuvres.
Effectivement, à quelques films près, je ne connais pas encore ses films suivants, donc pour l'instant, je verrais bien ce que la suite de sa filmo réserve.
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17419
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by bronski »

Boubakar wrote:
Kevin95 wrote:En même temps, tu découvres sa période dite "autobiographique" qui s'avère être la période la plus riche et talentueuse du monsieur. Sans démolir ses adaptations futures, ses films suivant n'ont franchement pas l'âme des premières œuvres.
Effectivement, à quelques films près, je ne connais pas encore ses films suivants, donc pour l'instant, je verrais bien ce que la suite de sa filmo réserve.
N'oublie pas Stan The Flasher dans ta liste. Berri était aussi un très bon acteur :wink:
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49053
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Un moment d'égarement (1977)

Pour ce nouvel opus "Berrien", on s'attaque cette fois à un sujet plus impersonnel, avec le désir amoureux (et sexuel) d'une adolescente pour un homme plus âgé (et meilleur ami de son père, accessoirement).
C'est assez inégal, porté encore une fois par un Jean-Pierre Marielle formidable (et dont les rôles d'obsédés lui vont à ravir :lol:), et au fond, il représente bien la comédie telle qu'elle le fut dans les années 70 en France ; avec un petit côté paillard, où le cul y avait joyeusement sa place (et ce film-ci ne déroge pas à la règle) sans que ça paraisse vulgaire. Mais il y a de grosses baisses de rythme et , au final, une histoire pas si intéressante.

Je vous aime (1980)

Cette fois, Claude Berri s'inspire de la vie de Catherine Deneuve, pour la faire jouer dans une histoire d'amour contrariée, où elle croise pas moins de quatre hommes, soit quatre petites histoires ; avec Jean-Louis Trintignant, Gérard Depardieu, Alain Souchon...et Serge Gainsbourg.
Bizarrement, c'est la partie avec ce dernier qui est la plus intéressante, là où sent une réelle "fusion" entre l'actrice et son histoire. Leur rencontre donne d'ailleurs naissance à la plus célèbre scène du film (qui deviendra une chanson populaire) :



Contrairement à ses derniers films, on sent chez Berri une réelle volonté de faire du "cinéma", avec pas mal de bons acteurs, et une histoire qui se laisse suivre facilement.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17919
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Kevin95 »

Il y a même un "mini clip" de Je pense queue. 8)
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49053
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Le maître d'école (1981)

Oh mon dieu que ça a mal vieilli.... peut-être qu'à force de le voir et le revoir à la télé, ça a perdu sa saveur ?
En tout cas, c'est clairement le film de Berri le moins intéressant et on attaque certainement à son premier film de commande, justifié par le fait de vouloir tourner avec Coluche, dont il va le sublimer au prochain film.
Mais là, c'est ennuyeux, guère drôle, avec juste deux apparitions très actor's studio de Georges Beller, et au final, pas très intéressant.
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17419
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by bronski »

Tu as le gros coffret de son intégrale, Bouba? Il me tente bien (dans une autre vie :| ).
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17919
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Kevin95 »

Boubakar wrote:Le maître d'école (1981)
Je me souviens seulement d'un film un peu mou, de la chanson de Gotainer et de Balasko et ses tam-tam.

Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49053
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Tchao Pantin (1983)

J'aime toujours autant ce film, avec un Coluche extraordinaire (on ne voit plus l'acteur, il est Lambert), une superbe lumière essentiellement au néon, et un film désespéré du début à la fin.
Cependant, tout comme la première vision, je tique encore sur la fin, que je trouve beaucoup trop appuyée (avec un chat noir qui passe, les oiseaux qui volent...), et calculée, mais ça n'est qu'un détail face à cet excellent film, un des sommets de Claude Berri et de beaucoup d'acteurs y participant. (a-t-on déjà vu Anconina et Soral meilleurs que chez Berri ?).

Il y a un topic sur ce film :
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtop ... ilit=berri
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17919
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films d'avril 2009

Post by Kevin95 »

Image

Le Maître d'école (Claude Berri) Image

Bon, bah finalement il est sympatoche ce Maître d'école !
J'avais en tête un film légèrement mou du genou (même s'il a bercé mon enfance) et un film mineur dans la filmographie de Coluche comme de Berri. Des clous ! Le film, même sans être parfait, est une agréable comédie cannibalisée par la photogénie et l'humanité de Coluche, lequel nous offre des séquences d'anthologies en compagnie des mioches aussi cons que malins. Le scénario se réduit certes au minimum, mais la bonne humeur et une certaine nostalgie des cours de récré de font sentir.
Ah oui, une chose m'a surprise (chose que j'avais évidement zappé étant gamin), c'est que Le Maître d'école est ultra politisé. Sortis l'année de l'élection de Mitterrand, le film de Berri, aborde le racisme, la peine de mort, les syndicats, la droite... Pas la peine de vous faire un dessin sur le bord politique de Berri et Coluche ! Mais ceci n'est qu'anecdotique, vu que ça ne gêne absolument pas la vision.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49053
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

bronski wrote:Tu as le gros coffret de son intégrale, Bouba? Il me tente bien (dans une autre vie :| ).
(avec du retard), oui, c'était mon gros craquage lors du dernier Noël.

Jean de Florette (1985)

Je connaissais déjà le roman original de Pagnol, mais je suis un petit peu perplexe face à l'adaptation qu'en a fait Claude Berri.
Si c'est très bien filmé et la photographie est vraiment sublime (on ressent très bien la Provence), je suis un petit peu gêné par l'interprétation d'Yves Montand, qui a l'air de surjouer un peu trop l'accent marseillais, avec une tonne de mots en patois pour bien montrer qu'il a chopé ce phrasé si "chantant". Comme je suis originaire du coin, c'est un détail qui ne m'échappe pas. :lol: Par contre, je trouve que Daniel Auteuil est formidable, un de ses plus grands rôles en espèce d'idiot du village, mais foncièrement optimiste. Le reste du casting n'est pas en reste (Depardieu est toujours excellent dans ce type de rôle sobre).
Je vais enchainer avec sa suite...
aurélie
Accessoiriste
Posts: 1895
Joined: 15 Jul 03, 21:05

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by aurélie »

Boubakar wrote:je suis un petit peu gêné par l'interprétation d'Yves Montand, qui a l'air de surjouer un peu trop l'accent marseillais, avec une tonne de mots en patois pour bien montrer qu'il a chopé ce phrasé si "chantant".
:?:
Il me semble que Yves Montand a grandi à Marseille, donc je crois pas qu'il ait accentué quoi que se soit....il l'a plutôt retrouvé. :wink:

Depardieu est toujours excellent dans ce type de rôle sobre.
Image
"Mais y a personne là-haut, y a personne..."

C'est une de mes scènes préférées dans l'histoire du cinéma français (que je connais).
Image
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49053
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Manon des sources (1986)

Suite et fin du diptyque, et là, c'est magnifique, supérieur au premier volet.
J'avais vu il y a pas mal de temps les deux films de Pagnol (ma mère les adore), mais il y a bien trop longtemps pour que je m'en souvienne.
Et donc, la surprise a été de taille, car on suit cette fin d'histoire, qui devient de plus en plus tragique, on pourrait presque dire "à la grecque".
La fin devient littéralement dramatique avec
Spoiler (cliquez pour afficher)
le suicide d'Ugolin, le mariage de Manon, et la mort du Papet
, et le grand secret qui bouleverse tout ce qu'on croyait savoir dans ces 4 heures de film.

Ici, je trouve que Montand s'en sort mieux. Je sais que les films ont été tournés en même temps, mais là, son jeu (et son accent) me paraissent plus naturels, et il vraiment poignant, au fur et à mesure de la fin.
Daniel Auteuil est lui encore meilleur, avec une vraie intensité dramatique
Spoiler (cliquez pour afficher)
lorsqu'il crie son amour à Manon, mais celle-ci ne lui répond pas
à laquelle la "débutante" (à l'époque) Emmanuelle Béart lui répond parfaitement.
On n'atteint pas bien sûr le niveau de la trilogie marseillaise, mais ce second épisode est vraiment sublime dans ce qu'il montre, à deux doigts d'être mon film préféré de Claude Berri.

Spoiler (c'est la fin du film) :

User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49053
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Uranus (1990)

un beau film sur une certaine face de l'Occupation, un peu confus de par la multiplication des personnages, mais offre de belles performances à ses acteurs, notamment un formidable Depardieu en barman poète et le duo Noiret/Marielle excellent.
Bien que le film soit assez court, cette prolifération de personnages fait qu'on a un peu de mal à suivre, en plus que ça me parait un peu trop sage.