Claude Berri (1934-2009)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17419
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by bronski »

Ce soir, à 20h40 sur paris première, Je vous aime (avec Catherine Deneuve), et à 22h45 sur Fr2, Le Cinéma de Papa :wink:
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10352
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by odelay »

Et Lucie Aubrac en ce moment sur F3.
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21092
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Nestor Almendros »

J'avais posté cet avis, en août dernier, dans un autre topic:

LE VIEIL HOMME ET L'ENFANT de Claude Berri (Arte)

Revu hier ce très joli film, première réalisation (de long métrage) du futur grand producteur du cinéma français qui entamait également ici sa "série" autobiographique.
La force du film est de ne jamais peindre le temps de guerre autrement que par les yeux de l'enfant. La première partie l'expose avec ses parents, en ville, dans un environnement plus hostile que ce qu'il pourra connaitre plus tard à la campagne. On retrouve le regretté Charles Denner dans le rôle d'un père soucieux de leur dangereuse condition dangereuse de juif pendant la guerre. C'est un père en colère contre les bétises de son jeune fils, mais jamais au point de la laisser éclater: c'est déjà un personnage très attachant, en grande partie par l'intrepr"atation (j'aime beaucoup Denner, vous l'aurez compris).

Globalement, d'ailleurs, le casting est très bon. Il y a bien sûr le grand Michel Simon en papi bourru aux idées bêtes et préconçues, mais un papi au bon fond finalement. Michel Simon parvient, avec sa bonhommie, à nous le rendre tout de suite sympathique malgré l'accumulation de répliques peu enviables.
Le reste du casting est tout aussi réussi, à commencer bien sûr par le jeune Claude Cohen étonnant de sincérité et de "non jeu", je trouve. C'est l'une des grands atouts de ce film: une partie du casting semble presque débutant alors que le résultat est totalement convaincant. Je pense notamment à l'institutrice qui, par un phrasé particulier, réussit à se mettre les spectateurs dans la poche (jusqu'à sa dernière scène, où son comportement s'avère moins honorable).
Plus généralement c'est l'ambiance du film qui y gagne en réalisme et en équilibre: il y a notamment la relation entre le gamin et le grand-père qui garde un rendu tout particulier à l'image. On sent une cohésion entre eux, quelque chose qui va au-delà du jeu d'acteur. Preuve que Berri avait de sérieuses qualités dans les choix de casting (puis dans la direction d'acteurs).

Le film évite le pathos, terrain sensible où le film pouvait facilement s'enliser, mais ne s'épargne pas quelques moments émouvants. (Pour moi ce sera certainement la scène de la tonte de Claude qui me restera). On pouvait également s'attendre à une sorte de rebondissement avec le grand-père qui apprendrait que le gamin est juif. Je ne m'en suis peut-être pas aperçu, mais je ne pense pas qu'il s'en soit vraiment rendu compte. Cela aurait pu être un coup de théatre attendu, mais le film l'évite judicieusement tout en cherchant la petite bête, oserai-je dire: le scénario (co-signé Gérard Brach) joue habilement de la bétise des préjugés du grand-père en prenant le spectateur à partie dans un jeu presque comique entre le gamin et lui. Il y a, ainsi, pas mal de répliques qui se moquent gentiment du grand-père quand il parle des juifs, quand il pense les reconnaitre, quand il énumère des bas clichés (nez tordus, etc.) alors qu'il en a un sous les yeux sans le savoir ("ah si tu étais juif tu ne serais pas dans mon lit" dit Michel Simon au gamin, une nuit d'insomnie).

Le film garde sa dignité en n'en faisant jamais trop, en restant toujours dans une peinture réaliste (et sensible) à hauteur d'enfant, en privilégiant le rendu relationnel plus que les intrigues classiques. C'est sa grande force, tout comme la simplicité de son sujet, voire de son discours.

Un bien beau film, indémodable.
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21092
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Nestor Almendros »

Joshua Baskin (13 mars 2004) wrote:Un moment d'égarement

Un des plus beaux films de Claude Berri. Jean Pierre Marielle est exceptionnel, comme souvent me direz vous et Agnès Soral, pour ses débuts à été vraiment courageuse puisqu'elle est à poil les 3/4 du film et qu'elle entame une relation amoureuse avec un homme de plus de deux fois son âge. Et puis tout le coté fin des années 70 et toute son esthétique ajoute un coté assez étrange au film.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49052
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Nestor Almendros wrote:J'avais posté cet avis, en août dernier, dans un autre topic:

LE VIEIL HOMME ET L'ENFANT de Claude Berri (Arte)
Sauf que cet avis devrait figurer dans un topic naphta :fiou:
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21092
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

Boubakar wrote:Sauf que cet avis devrait figurer dans un topic naphta :fiou:
Nous avons choisi, dans ces cas particuliers où la personne est active à la fois avant et après 1980, de ne regrouper les avis que dans un seul topic "général" quand il s'agit de la carrière (nous laissons évidemment à leur place les débats centrés sur les films), comme c'était, d'ailleurs, déjà le cas pour plusieurs personnalités (éminents acteurs ou réalisateurs US par exemple).
C'est essentiellement une question de lisibilité. Nous continuons donc logiquement dans cette voie. :wink:
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49052
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Ok, je continuerai sur ce topic-là alors.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15186
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Watkinssien »

Je me souviens de la rencontre que j'avais faite de Claude Berri, à l'aéroport de Marseille, il y a plus de dix ans de cela.

Je lui avais dit que j'aimais beaucoup ses films, en particulier Jean de Florette et Manon des Sources. Je me souviens surtout de sa réponse, qui m'étonne toujours aujourd'hui.

Je te remercie, mon petit, mais je me demande comment tu as fait pour me reconnaître, je ne me sens pas particulièrement célèbre..
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49052
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Mazel tov, ou le mariage (1968)

On continue encore dans la vie de Claude Berri, transposée encore à l'écran, mais cette fois-ci par un mariage.
Bien qu'il soit assez court, ça tourne un peu à vide, surtout avec les scènes avec la prof d'anglais, et le truc qui me gênait un peu, c'est tout la cérémonie du mariage, pièce finale du film.
Étant donné que c'est très juif, et que je ne le suis pas, je n'ai pas compris toutes ces espèces de traditions (comme mettre une serviette sur les époux au moment de prononcer leurs voeux), et vu que c'est très long (une bonne vingtaine de minutes), on se sent un peu largué par tout ça.
Mais ça reste assez sympathique, notamment par le personnage qu'interprète Claude Berri, mais ce dernier ne laisse pas aux autres le soin d'exister, c'est dommage.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49052
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Le cinéma de papa (1970)

Claude Berri continuait dans sa veine autobiographique, en expliquant cette fois les origines de sa passion du cinéma, jusqu'à ses débuts en tant qu'acteur et scénariste.
Lui-même joue son rôle (épaulé par un formidable Alain Cohen, pour les parties où il est enfant), où il n'hésite pas à étaler beaucoup de sa vie privée, ses échecs, ses déboires, ses amours, jusqu'à son début de carrière dans le cinéma américain qui échoue car il parlait très mal anglais.
Le film est illuminé par la présence de Yves Robert, qui est magnifique dans le rôle du père très idéaliste (le fils devait faire le métier de fourreur), jusqu'à ce qu'il se résigne et épouse les convictions de Claude Langmann. D'ailleurs, sa dernière scène, où il tombe gravement malade, est sublime, peut-être la plus belle que j'ai vu chez Claude Berri. On sent une forte émotion à (re)jouer le début de sa vie d'adulte, et c'est une très belle manière de nous exposer une grosse tranche de vie, mais sans qu'elle ne soit jamais impudique/

C'est vraiment un film qui a tout pour lui, et qui m'a totalement séduit. :)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49052
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Sex Shop (1973)

Je continue mon monologue ( :mrgreen: ) avec un film qui aborde directement l'érotisme, voire ce les dénommées "déviations sexuelles", et assez significatif de son époque.
On y parle (et on voit) échangisme, partouzes, lesbianisme, mais toujours traité sous la forme de la comédie, mais bon, ça va ne pas chercher très loin dans cette "révolution sexuelle" qui secoua le monde dans les années 70, avec l'apparition de plus en plus importante de la pornographie...
A noter un Jean-Pierre Marielle formidable et très drôle (dans un rôle pas si éloigné de celui qu'il jouait dans Les galettes...), servant de détonateur à toute cette histoire, et qui montre à Claude (Berri) les joies du plaisir sexuels, sous toutes ses formes....
La musique est assurée par Serge Gainsbourg, et ce dernier joue bien du thème du film avec pas mal de musiques "de baise" (spéciale dédicace à NotBillyTheKid ! :mrgreen: ).

Mais ça reste anecdotique, même si il y a de quoi se rincer l'œil. :fiou: :oops:
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17919
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Kevin95 »

Boubakar wrote:La musique est assurée par Serge Gainsbourg
Excellente ! :D
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49052
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Boubakar »

Le mâle du siècle (1975)

Un film assez particulier, paraissant même assez misogyne, mais qui repose quand même sur une bonne idée ; la fidélité en toutes circonstances.
Mais le traitement qu'en fait Claude Berri en fait un film assez machiste, gênant à regarder, bien qu'il semble avoir piqué quelques plans à Orange mécanique ou du Pialat.
Et puis, le fait que le personnage de Berri pense plutôt à savoir si le voyou va se taper sa femme au lieu de penser si celle-ci survivra à sa prise d'otages est assez bête, en tout cas telle qu'on le voit dans le film.
Reste un traitement assez original, narré essentiellement sous forme de flash-backs, mais c'est une déception.
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17419
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by bronski »

Kevin95 wrote:
Boubakar wrote:La musique est assurée par Serge Gainsbourg
Excellente ! :D
Pléonasme :o
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17919
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Claude Berri (1934-2009)

Post by Kevin95 »

bronski wrote:
Kevin95 wrote: Excellente ! :D
Pléonasme :o
En effet, mes excuses ! 8)
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)