W (Oliver Stone, 2008)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by pol gornek »

TUESDAY wrote:Si je comprends bien, il va falloir que je me batte en duel avec Pol...
C'est ballot, je t'aimais bien... :?
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma. (Vincent Colonna)
Tuesday
Georges Abitbolchevique
Posts: 4686
Joined: 31 Jul 07, 11:04
Location: En train de préparer une tchatchouka à Momo...

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Tuesday »

pol gornek wrote:
TUESDAY wrote:Si je comprends bien, il va falloir que je me batte en duel avec Pol...
C'est ballot, je t'aimais bien... :?
Ben moi aussi...
En plus, j'ai pensé à toi, ce matin.... :cry: Phil est partie...
Elle a juste laissé un d'ces bordels...
Image
pol gornek
chat gratte !
Posts: 5072
Joined: 21 Feb 05, 12:32
Location: Devant la petite lucarne

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by pol gornek »

TUESDAY wrote:Ben moi aussi...
En plus, j'ai pensé à toi, ce matin.... :cry: Phil est partie...
Elle a juste laissé un d'ces bordels...
Oh merde... :?
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma. (Vincent Colonna)
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48615
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Flol »

7swans wrote:
Momo la crevette wrote: Parce que si tu avais pensé à ce que dit Takezo, tu t'en serais servi pour me moucher directement.
ça parait tellement évident pour n'importe qui aurait vu la série The Office...
:D
Momo la crevette
Et la tendresse... bordel ?
Et la tendresse... bordel ?
Posts: 15006
Joined: 13 Apr 03, 22:03
Location: En train de se faire un grec avec Tuesday... Pauvre Nikos !

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Momo la crevette »

7swans wrote:
Momo la crevette wrote: Parce que si tu avais pensé à ce que dit Takezo, tu t'en serais servi pour me moucher directement.
ça parait tellement évident pour n'importe qui aurait vu la série The Office...
Ca parait tellement évident que tout le monde a vu The Office.
styx wrote:Je comprends pas grand chose à vos salades, mais vous avez l'air bien sur de vous, donc zetes plus à même hein de parler, de sacrés rigolos que vous faites en fait, merde ça rime lourd là, je vais éditer. mdr
L'alcool, c'est mal.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48615
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Flol »

Ca paraît tellement évident que tout le monde se doit de voir The Office.
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Jericho »

Affiche française:

Image
Image
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33435
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Colqhoun »

"l'improbable président" :lol:
"Give me all the bacon and eggs you have."
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Jericho »

Encore une fois, Oliver Stone prend le spectateur à contre pied avec ce film. Je m'explique: faire un biopic sur le président le plus calamiteux que les Etats-Unis aient connus, prédisposait à une charge polémique ou une satire virulente sur le personnage ou la politique que représente George W. Bush, or il n'en est rien.
En effet, le réalisateur américain habitués aux controverses, se contente donc de narrer le parcours d'un homme pour qui le costume de président ,de la première puissance mondiale, n'était pas du tout à sa mesure.
Hormis la politique désastreuse de l'administration Bush, Oliver Stone dépeint un personnage alcoolique, pas très cultivé (par rapport à son entourage) et arrive à nous procurer un sentiment de compassion à son égard pour diverses raisons: il a toujours vécu par procuration, c'est le mal aimé de la famille, il est constamment manipulé,...
Bref, on s'aperçoit finalement que George W. Bush n'est qu'un simple paumé qui a toujours rêvé de faire une carrière de base ball en tant que joueur.
Le scénario est heureusement non linéaire, même si une bonne quantité de flashbacks (qui témoignent les moments clés de sa vie se situant avant son double mandat) sont présents dans la première heure.
D'ailleurs, celle-ci constitue la partie la moins intéressante du métrage. Non pas que je me suis ennuyé, le chapelet de saynètes est plutôt cocasse dans son ensemble, mais pour moi le véritable intérêt du film c'est quand ça parle politique, quand les choses sérieuses commencent, ça en devient passionnant. Assister aux réunions de la politique extérieure américaine fait froid dans le dos: la vision géopolitique du vice président Dick Cheney est bien flippante.
Niveau interprétation, je suis assez satisfait du casting dans son ensemble, avec en tête Josh Brolin, qui n'avait pas du tout le physique de l'emploi de prime abord et pourtant grâce à sa gestuelle et ses mimiques on croirait vraiment le Bush original. Sans oublier le bluffant Richard Dreyfuss en Dick Cheney, pourquoi cet acteur est si rare de nos jours ?
Seul véritable bémol dans ce film, c'est la partition musicale: elle est rare et pas vraiment inspirée pour le coup.
Image
User avatar
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13892
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by hansolo »

Jericho wrote:Encore une fois, Oliver Stone prend le spectateur à contre pied avec ce film. Je m'explique: faire un biopic sur le président le plus calamiteux que les Etats-Unis aient connus, prédisposait à une charge polémique ou une satire virulente sur le personnage ou la politique que représente George W. Bush, or il n'en est rien.
Contrairement à WTC ou il y avait réellement tromperie sur la marchandise (Stone prétendait faire un brulot et des révélations fracassantes), ce coup ci il avait annoncé la couleur!
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
Tuesday
Georges Abitbolchevique
Posts: 4686
Joined: 31 Jul 07, 11:04
Location: En train de préparer une tchatchouka à Momo...

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Tuesday »

Jericho wrote:Sans oublier le bluffant Richard Dreyfuss en Dick Cheney, pourquoi cet acteur est si rare de nos jours ?
Il a une fâcheuse tendance aux abductions...
Image
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by MJ »

Tiens, il ferait probablement un très bon Mc Cain.

Image
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15635
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Watkinssien »

Oliver Stone signe une charge plus féroce et intelligente qu'il n'y paraît. Et surtout il met en scène une oeuvre où le cinéma fait corps, et même du grand cinéma.

Le cinéaste affiche clairement une position "anti". Mais attention, ce n'est pas un film anti-Bush, ce serait plutôt une satire "anti-entourage de Bush", ce qui est une nuance non négligeable. Car Stone, contre toute attente, s'immisce avec maestria dans une vie fictionnalisée trop cruelle pour ne pas être vraie. Et Stone de se poser une interrogation immense, comment George W. Bush Junior est-il arrivé à la tête de la première puissance mondiale ? Par extension, il s'interroge sur l'absurdité d'un système qui facilite le pouvoir à l'incapacité. Du coup, le film s'annonce comme une tragédie "comique", qui n'oublie jamais de tracer un portrait qui transcende la caricature pour nous amener brillamment sur un terrain beaucoup plus subtil, plus "objectif", qui témoigne du regard de l'artiste.

La mise en scène de Stone est d'un classicisme impressionnant, maîtrisant chaque séquence de bout en bout, insufflant à la fois énergie, contemplation, vraie tendresse et cruauté justifiée.

Une oeuvre majeure, faussement sage ou sagement fausse, portée par une interprétation de grande classe.
Image

Mother, I miss you :(
Ben Castellano
Décorateur
Posts: 3689
Joined: 23 Jan 05, 12:07

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Ben Castellano »

Le film enfile les passages obligés sur le personnage sans jamais surprendre, ça le rendra parfois lassant sans doute car restant sur un parti-pris effectivement de fiction permanente et aussi d'isolation du clan Bush. On a quasi exclusivement des scènes dans des espaces déserts ou claustrophobiques, ou sur écran vert, comme si on était vraiment coupé du reste du monde. Mais le film de Stone trouve une petite musique pas désagréable de cette manière modeste, presque hors du réel, une certaine justesse. Le film vieillira bien au delà de tous les aspects brulot instantané. Niveau montage et mise en scène c'est extrêmement fluide, avec une canalisation plutôt réussis d'effets habituellement plus lourdingues chez le cinéaste. Surtout "W". a pour lui une bande de comédiens assez extraordinaire qui exécutent une partition impressionnante d'assurance.
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16816
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: W (Oliver Stone, 2008)

Post by Profondo Rosso »

Stone esquive volontairement la charge trop violente et corrosive pour livrer le portrait d'un Bush assez pathétique mais finalement touchant dans sa maladresse et sa volonté de reconnaissance face à un père omniprésent. Problème on apprend finalement pas grand chose et le film pas assez marquant visuellement (malgré quelmques idées comme Bush voulant attrapper la balle de base ball) pour sortir de l'ennui latent. Si le portrait de l'équipe Bush est assez mordant (énorme Richard Dreyfuss en Dick Cheney) et que James Cromwell est excellent en Bush senior, on peut être déçu par le traitement fade de Laura Bush et Stone est assez malhonnête dans sa conclusion en terminant sur un Bush au bout du rouleau et évitant ainsi la réélection triomphale de 2004. 3/6