Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19512
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by gnome »

Image
Tf1 cinéma wrote:L'histoire :
Yvan, dealer de voitures vintage, la quarantaine colérique surprend le jeune Elie en train de le cambrioler. Pourtant il ne lui casse pas la gueule. Au contraire, il se prend d'une étrange affection pour lui et accepte de le ramener chez ses parents au volant de sa vieille Chevrolet. Commence alors le curieux voyage de deux bras cassés à travers un pays magnifique, mais tout aussi déjanté.
Soyons clairs… Ce film est un petit bijou (certes non exempt de défauts)… Bouli Lanners avait déjà très agréablement surpris avec son précédent long métrage Ultranova. Il confirme ici tout le bien qu'on pensait de lui...
En plus d'être un interprète très sensible aussi à l'aise dans le drame que dans la comédie, le bonhomme se révèle être un poète de l'image, un peintre des humeurs tout aussi sensible...
Eldorado, c'est le croisement improbable du road-movie à la Wim Wenders, du cinéma de David Lynch (on pense notamment à Straight Story et ses personnages secondaires doucement frappés) avec un certain cinéma belge... On retrouve des personnages et des situations décalés comme sortis d'Aaltra des français Delepine et Kervern qui avaient puisés leurs seconds rôles quasi exclusivement dans une bande de joyeux lurons iconoclastes belges (pour lequel Lanners avait offert une contribution mémorable),on retrouve aussi l'humour et la tendresse des films de Benoît Mariage... Et dans l'ensemble, le film amuse beaucoup…
Pourtant, derrière les situations à priori loufoques qu'il met en scène, Lanners fait passer une message finalement assez pessimiste mais malheureusement terriblement réaliste...Et au c'est une certaine misère sentimentale et sociale qui sourd du métrage et nous revient à la figure…

8/10
Last edited by Jeremy Fox on 18 Jun 08, 22:24, edited 1 time in total.
Image
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 49090
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by Flol »

J'irai le voir.
A.D.
Doublure lumière
Posts: 343
Joined: 31 Dec 07, 11:42
Location: Belgique

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by A.D. »

Découvert en avant-première il y a 3-4 semaines, en présence du réalisateur qui respire la gentillesse et générosité, et du gratin du cinéma belge.

Si le film est un peu en deçà de son précédent, l'OVNI surréaliste "Ultranova" et souffre d'un certain déséquilibre au niveau scénaristique, que dire des très très nombreuses scènes où la sensibilité tout en nuances de Bouli (magistral dans le film) traverse le moindre recoin de l'image. Chaque cadre est savamment étudié et trouve l'équilibre ténu entre composition visuelle originale (Bouli étant l'un des rares esthètes de l'image par chez nous) et recherche permanente du point de vue idéal pour "signifier".
En plus d'être souvent drôle (sans chercher "l'humour belge", principal grief qu'on pouvait faire au décevant Cow-Boy de Mariage), le film se permet des touches d'émotions, terriblement touchantes de par leur simplicité et délivre en fin de compte une vision très noire de notre époque, sans concession.

Bouli Lanners est actuellement le cinéaste belge le plus intéressant et le plus prometteur. Je lui devine un avenir radieux s'il continue à tenir la barre si haut.

A voir. Et à revoir, encore et encore et encore...
Image
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19512
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by gnome »

A.D. wrote:Chaque cadre est savamment étudié et trouve l'équilibre ténu entre composition visuelle originale (Bouli étant l'un des rares esthètes de l'image par chez nous) et recherche permanente du point de vue idéal pour "signifier".
Lanners était peintre avant de faire du cinéma et ça se sent dans ses compositions...
A voir. Et à revoir, encore et encore et encore...
Je souscris absolument... :D
Image
Art Core
Paulie Pennino
Posts: 2254
Joined: 24 May 05, 14:20

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by Art Core »

Je comprends pas trop l'engouement autour de ce film que je trouve passablement "gentillet". Avec une loufoquerie "gentil", un humour "gentil", une "gentil" mélancolie. Mais rien qui ne transcende jamais vraiment le film. Il ne va jamais assez loin dans aucun des domaines là où un Aaltra me paraît plus fou et singulier et, finalement, parvient à en devenir touchant. Le passage avec Nahon est excellent mais à part ça, je n'ai pas trouvé ça particulièrement original (le scénario est quand même très faible). Par contre je reconnais une très belle façon de mettre en scène les paysages belges et une vraie mise-en-scène ce qui relève quand même le niveau général. Mais bon ça reste quand même plutôt moyen en ce qui me concerne.

3/6
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19512
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by gnome »

Je ne comprends pas bien ce que tu reproches au scénario... Celui de Straight Story était on ne peut plus basique (un gars travers les USA en tondeuse pour retrouver son frère) et pourtant c'est un film formidable... Certes l'humour d'Aaltra est nettement plus caustique, mais je ne pense pas que ça soit là qu'était l'intention de Lanners...

Quelques vidéos marrantes
Image
Art Core
Paulie Pennino
Posts: 2254
Joined: 24 May 05, 14:20

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by Art Core »

Pour le scénario je lui reproche surtout
Spoiler (cliquez pour afficher)
de vouloir jouer le lien fraternel entre les deux personnages. Que Bouli Lanners annonce qu'il a un petit frère qui est mort d'une overdose (donc réplique exacte du personnage d'Eli) est un ressort lourd et surtout inexploité pour renforcer la sympathie de l'un vers l'autre. J'ai trouvé ça en gros assez facile. En plus il nous gratifie d'une séquence en Super 8 quand ils étaient enfants avec son frère parfaitement dispensable.
Enfin bref, j'ai bien aimé ce film, c'est vraiment un joli petit film mais je le trouve quand même assez limité et j'ai bien peur de l'oublier assez rapidement.
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19512
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by gnome »

Art Core wrote:Pour le scénario je lui reproche surtout
Spoiler (cliquez pour afficher)
de vouloir jouer le lien fraternel entre les deux personnages. Que Bouli Lanners annonce qu'il a un petit frère qui est mort d'une overdose (donc réplique exacte du personnage d'Eli) est un ressort lourd et surtout inexploité pour renforcer la sympathie de l'un vers l'autre. J'ai trouvé ça en gros assez facile. En plus il nous gratifie d'une séquence en Super 8 quand ils étaient enfants avec son frère parfaitement dispensable.
Là dessus, tu n'as pas tout à fait tort...
Image
Joe Wilson
Entier manceau
Posts: 5463
Joined: 7 Sep 05, 13:49
Location: Entre Seine et Oise

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by Joe Wilson »

Très beau film...loin de paraître gentil, ou même mélancolique, Eldorado a nourri en moi beaucoup d'amertume, de la désillusion, et une tristesse assez poignante dans sa délicatesse. Passé l'ouverture, le film n'a presque plus rien de drôle tant chaque moment d'inspiration comique est contrebalancé par un constat d'un pessimisme sourd sur les relations humaines :
Spoiler (cliquez pour afficher)
l'intervention d'un personnage après l'accident du chien, sur la nécessité de ne pas intervenir sur les lieux d'un tel drame, me parait particulièrement révélateur de cet état d'esprit...du même niveau, l'échange Yvan/Elie-Didier sur le respect des autres pour ne pas fumer en intérieur
Lanners ne cherche pas la distanciation, n'affecte pas une pose, ne dissimule pas son propos derrière une légereté quelconque. Il trouve le ton juste pour son personnage, d'une rudesse tendre, taiseux mais intense. J'ai également été très touché par le jeu de Fabrice Adde, dans un rôle difficile...c'est une figure d'"innocent", incapable de vivre. Dès le ton geignard, faussement pathétique de sa voix se cache une sorte de fermeture au monde qui ne peut trouver de réponse.
Lanners ne tient pas à enfoncer son duo, ne cédant jamais à la caricature ou à la complaisance, mais il n'ignore pas la cruauté du quotiden. Par petites touches, il dessine un isolement affectif (le court passage autour de la mère de Didier), une souffrance qui ne peut s'avouer.
On peut reprocher quelques petites longueurs ("Alain Delon"!), des passages un peu trop symboliques : le frère, en effet...alors que paradoxalement, la séquence dans le jardin de la mère, dans son ensemble, est magnifique. C'est tout de même peu de choses par rapport à tout ce qu' Eldorado a pu m'offrir.
Le final est sec, abrupt...mais si l'on peut imaginer le pire, je préfère l'interpréter comme une disparition quasi fantomatique d'un personnage, qui nous aura révélé un peu de nous-mêmes, une fragilité incertaine, lunaire, pathétique mais digne.
Last edited by Joe Wilson on 22 Jun 08, 16:54, edited 5 times in total.
Image
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19512
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by gnome »

Ton interprétation n'est absolument pas à rejeter, pour le final, mais il faut, je pense, l'interpréter en ayant en tête le fait divers qui a inspiré le film à Lanners... Je cite Bouli :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Bouli Lanners dans le Vers l'Avenir du 3 juin 2008 wrote:Ca peut paraître fou, mais j'ai vécu une situation comparable : un jour, en rentrant d'un tournage, j'ai découvert deux cambrioleurs chez moi. J'en ai coursé un pour récupérer mon appareil photo. Et il me dit que son comparse était toujours à bord de mon bateau (Bouli vit sur une péniche) et qu'il me tuerait si j'y pénétrais. Je me suis donc armé d'une barre de fer, comme dans le film pour le débusquer. Finalement, on a parlementé, je n'ai pas appelé les flics et un embryon de relation est né. On s'est revu deux, trois fois et on a bu des coups. Je n'osais pas en parler autour de moi de peur qu'on me dise que j'étais con. De fait, deux mois plus tard, ils sont revenus et ont tout piqué. Cet échec est devenu le point de départ de mon scénario.
Cette anecdote éclaire bien il me semble le parti pris pessimiste du scénario et toute la générosité du bonhomme....

Pour la séquence "Alain Delon", il faut savoir que la chaise du personnage est la véritable chaise d'Alain Delon, subtilisée à Delon par Lanners sur le tournage d'Astérix... :mrgreen:
Il faut dire que les relations entre les deux acteurs avaient été... :roll:
Last edited by gnome on 22 Jun 08, 19:01, edited 1 time in total.
Image
Joe Wilson
Entier manceau
Posts: 5463
Joined: 7 Sep 05, 13:49
Location: Entre Seine et Oise

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by Joe Wilson »

Merci pour le texte, que j'avais déjà dû lire un peu en coup de vent...d'ailleurs plutôt qu'une interprétation, terme un peu trop rigide, c'est une manière de prolonger l'émotion du film, et de souligner sa poésie. Bouli est parvenu à sortir dès les premières séquences du prototype de la citation d'un fait divers. Il émane un beau parfum de liberté, et logiquement on a envie d'aller un peu plus loin qu'une lecture un peu trop encadrée. Même si au bout du compte, le mot "échec" reste primordial.

Pour Delon, l'anecdote est en effet croustillante. Ce n'est pas vraiment le même monde...
Mais dans le film, cette séquence me semble un peu trop en décalage avec le reste...enfin ce n'est pas grand chose.
Image
Nicolas Mag
Cadreur
Posts: 4015
Joined: 25 Apr 03, 16:11
Location: Lille 59

Re: Eldorado (Bouli Lanners - 2008)

Post by Nicolas Mag »

Art Core wrote:Je comprends pas trop l'engouement autour de ce film que je trouve passablement "gentillet". Avec une loufoquerie "gentil", un humour "gentil", une "gentil" mélancolie. Mais rien qui ne transcende jamais vraiment le film. Il ne va jamais assez loin dans aucun des domaines là où un Aaltra me paraît plus fou et singulier et, finalement, parvient à en devenir touchant. Le passage avec Nahon est excellent mais à part ça, je n'ai pas trouvé ça particulièrement original (le scénario est quand même très faible). Par contre je reconnais une très belle façon de mettre en scène les paysages belges et une vraie mise-en-scène ce qui relève quand même le niveau général. Mais bon ça reste quand même plutôt moyen en ce qui me concerne.
3/6
je suis à l'opposé dejà la note je l'augmente de 2 points, puis le reproche du film pour moi c'est après 1/4h jusqu' avant l'accident un moment ou on s'ennuie un peu et il inclue notamment ce passage avec nahon que j'ai trouvé raté
dommage car ça aurait fait une perle. Et comme je suis à l'opposé j'ai adoré toute cette séquence chez la mère, quand il sont dans le jardin ça me boulverse (une musique magnifique, en général une bonne bof).