Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Thaddeus »

Rockatansky wrote:Ah mais je suis sur que certains lisent, mais pas moi ça c'est sur mais bravo à vous de vous donner cette peine.
La peine, c'est pour le lecteur ou le rédacteur ? :D
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9000
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Alexandre Angel »

Thaddeus wrote:La peine, c'est pour le lecteur ou le rédacteur ?
Ah oui, c'est ambigu :mrgreen:
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9000
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Alexandre Angel »

Je n'ai jamais été fan de Thelma et Louise (mais ai-je jamais été fan de Ridley Scott ?). Pourtant, je n'en finis plus de redécouvrir le réalisateur en dépoussiérant patiemment mes préjugés (un peu comme je le fais avec Steven Spielberg, que j'ai idolâtré ado, renié à partir de La Couleur Pourpre, pour n'y revenir par à coups que depuis quelques années).
Pour moi, Ridley Scott n'ayant pas commencé avec les chefs d'œuvre proclamés que seraient Alien et Blade Runner (mais je n'oublie pas le très intéressant Duellists), que je considère pourtant, à ma manière, comme des classiques, j'ai toujours refusé de parler de dégringolade postérieure à ces films, à son sujet.
Ce qui fait sa manière, il me semble, au delà d'un certain reconnaissable visuel, est cette espèce de tension qui se noue chez lui entre entertainment et retenue biaisée, introversion oblique de la mise en scène (puisque mise en scène il y a) dans le traitement de ses sujets. Quelque chose de ses origines anglaises vient se rappeler à notre bon souvenir. Ce qui confère à des films d'apparence programmatique (le côté "prévisible" évoqué par Billy Budd) une forme d'imprévisibilité formelle et thématique presque clandestine, comme en contrebande. C'est ce que j'aime notamment dans La Chute du Faucon noir et dans l'étonnamment mal jugé chez Classik American Gangster.
J'ai vu Thelma et Louise à sa sortie, j'y ai pris un plaisir que j'ai ressenti comme superficiel. Une (ou deux?) re visions à la télé de confirmer ce sentiment. Je me souviens avoir trouvé que les manières "Homme aux 3000 pubs" de Scott s'y montraient sans fard comme si le produit à vendre (plaie des années 80, au cinéma, surtout et 90 en partie) était le contenu du film lui-même. J'avais détesté cette fin sans enjeux émotionnels autres que ce suicide "clés en mains", de même que ces péripéties prétextées par un désir de "spectaculariser" le décorum du road movie (d'accord avec Thaddeus sur la débauche d'engins ambulatoires qui apparente le film à un road movie visité par la science -fiction).
Quand je lis ce témoignage de ferveur (parce que je prends la peine de le lire, moi :P :mrgreen: ) et que je prends en considération mes redécouvertes ponctuelles de l'œuvre de Scott, je n'ai qu'une envie : visiter à nouveau Thelma et Louise car je pressens d'y reconnaître ce petit quelque chose qui me rend ce cinéaste plus précieux que je ne l'imaginais, au delà du savoir-faire technique et spectaculaire.
Last edited by Alexandre Angel on 18 Aug 17, 21:49, edited 2 times in total.
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 41073
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Rockatansky »

Alexandre Angel wrote:
Thaddeus wrote:La peine, c'est pour le lecteur ou le rédacteur ?
Ah oui, c'est ambigu :mrgreen:
Si on lit correctement il n'y a aucune ambiguité :shock:
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9000
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Alexandre Angel »

Rockatansky wrote:Si on lit correctement il n'y a aucune ambiguité
Spontanément, je dirais que tu parles des lecteurs donc ça te donnerait raison effectivement.
Last edited by Alexandre Angel on 18 Aug 17, 21:06, edited 1 time in total.
User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by AlexRow »

J'adore ce film, plan par plan et dans son déroulé; prévisible ? Plutôt implacable.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages