Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1990)

Post by Thaddeus »

AtCloseRange wrote:Le film n'a pas très bien vieilli à mes yeux. La caricature ne concerne pas que le personnage du mari (pour celui-là, c'est difficile de le nier) mais aussi celui de Thelma.
Globalement, on n'est pas vraiment dans l'analyse psychologique la plus fine qui soit tout au long du film (et le final le confirme). Je crois que j'en ai déjà parlé mais Meryl Streep avait refusé le rôle de Louise parce qu'elle trouvait la fin incompréhensible et bêtement spectaculaire (ce qui n'est pas tout à fait faux).
ça reste un des bons Ridley Scott mais ça souligne juste à quel point le cinéaste visionnaire des premiers films n'a pas duré longtemps.
Avant toute chose, je précise (même si je l'ai déjà dit) que Thelma et Louise fait partie du cercle fermé de mes films de chevet, de ceux dont je suis incapable de dire le moindre mal, à l'égard desquels je n'ai pas la moindre réserve. Il est dans mon panthéon personnel, quoi, et tout ce que je pourrai dire sur lui relève d'une subjectivité totale que je revendique totalement. Ainsi, si je peux comprendre les réserves qu'on formule à son égard, elles n'existent tout simplement pas à mes yeux car le film a dépassé le stade de l'"objectivement critiquable" pour moi.

Ce prélude étant formulé, et ces choses ayant été mises au clair, en conséquent :

Non, je ne vois pas en quoi le personnage de Thelma est caricatural. Femme au foyer ayant été trop longtemps soumise à son mari, elle s'affranchit du poids conjugal et s'ouvre à une série d'expériences inédites pour elle, ce qui lui fait vivre le voyage, en toute logique, sur le mode de l'exaltation et de l'euphorie. Louise suit le chemin inverse : femme libre et indépendante, on la sent tentée par l'envie de se ranger (avec Jimmy, peut-être). Evidemment, les événements en décideront autrement.
Le film ne prétend pas concurrencer Bergman ou Allen sur le terrain de l'analyse psychologique : c'est une cavale carburant aux impressions, aux émotions primaires, à des affects simples et libérés, qui souscrit à une logique de divertissement hollywoodien (et il n'y a pas la moindre connotation péjorative dans ce que je dis ici). Pour autant, le portrait de ces deux femmes me semble parfaitement crédible, fort, émouvant, et ce jusque dans le final, qui se dessine dans son impasse tragique dès le début. Le récit ne pouvait pas se terminer autrement, même si Scott est suffisamment talentueux pour nous (me ?) le faire espérer. Ce n'est pas un happy end, ni même une conclusion sombre, c'est l'achèvement logique d'une fuite en avant dont l'utopie passagère a fait vivre aux héroïnes quelques jours de bonheur. Logiquement rattrapés par les flics, elles vont jusqu'au bout de l'aventure et font le grand saut. Meryl a beau s'appeler Streep et être ce qu'elle est (une des plus grands actrices qui soient), ça ne change rien à l'affaire. :D
Quant à la réflexion sur l'évolution de la carrière de Scott, elle ne m'intéresse pas dans ce débat. Ce type a réalisé avec Alien, Blade Runner et Thelma et Louise trois de mes films préférés, c'est tout ce qui compte pour moi.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16312
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Supfiction »

Un film qui doucement mais surement son empreinte dans l'histoire..

Image
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Jericho »

Elles n'ont quasiment pas changé ! :D
Image
ballantrae
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 7 Dec 10, 23:05

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by ballantrae »

Heu...
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Jericho »

Oué !
Image
ballantrae
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 7 Dec 10, 23:05

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by ballantrae »

Merci le logiciel de retouche...surtout pour S Sarandon.
Le film m'était apparu comme sympathique à sa sortie sans m'emballer et une revoyure récente m'a confirmé autant ses qualités ( le duo de filles, le paysage assez bien photographié et cadré) que ses qqs défauts ( le discours sur les hommes, un rythme un peu trainant parfois, un côté film à sketches).
Un bon film mais je ne suis pas non plus enthousiaste alors qu'a priori j'adore ces histoires de duos d'outlaws pris au piège du destin: You only live once de Lang, They run by night, Gun crazy, Bonnie and Clyde ou encore La ballade sauvage.
Et pourtant ce fut le dernier bon film de Scott avant la traversée du désert qui nous amènerait jusqu'à Gladiator et on croit rêver qd on voit s'enchaîner ce film assez sensible et la boursouflure que constitue 1492 l'année suivante.
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Jericho »

Ah bon, j'appelle ça le maquillage et/ou la chirurgie.

Image

:wink:
Image
Bogus
Electro
Posts: 807
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Bogus »

J'aime beaucoup Thelma et Louise et d'ailleurs je me range derrière l'avis de Thaddeus.

Road-movie féministe trépidant, c'est une tragi-comédie émouvante avec deux personnages (féminins) en cavale dans un monde (masculin) qui ne les comprend pas et sur lequel on ne peut pas compter.
Superbement réalisé par Ridley Scott, le film alterne les plans sur les paysages qui défilent avec des scènes tantôt violentes, cruelles, sensibles ou comiques.

C'est avant tout un film sur le désir de liberté et l'envie de vivre. Les deux ménagères fuient leur quotidien morose le temps d'un week-end jusqu'à ce que cette escapade entre copines ne vire au drame et se transforme en cavale à la recherche d'un hypothétique bonheur qui se trouverait au bout de la route.
Ce que j'aime le plus dans ce film c'est la montée d'adrénaline qu'offre cette fuite en avant. D'abord une accumulation d'erreurs, l'étau qui se resserre puis c'est trop tard, tout est foutu, on ne peut plus faire machine arrière, c'est la liberté ou la mort.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Thaddeus »

Image


La Thunderbird de la liberté



Ridley Scott serait-il l’un des plus grands filmeurs de femmes du cinéma contemporain ? La question peut sembler incongrue, voire franchement hasardeuse, mais il convient de rappeler que notre homme fut celui qui immortalisa Sigourney Weaver en amazone du futur, figure à jamais totémique du cinéma de SF, celui qui fit de Sean Young (et Daryl Hannah, et Joanna Cassidy) des nouvelles idoles techno-humaines, les anges exterminateurs peuplant la brume électrique de Blade Runner, ou bien encore celui qui, même dans un polar relativement mineur comme Traquée, renversa les habituels stéréotypes genrés pour faire de l’épouse du flic l’élément fort, actif et dominant de leur couple. À l’aune de ces considérations, rien de surprenant à ce qu’on le retrouve derrière Thelma et Louise, qui offre non seulement deux magnifiques portraits de femmes, mais qui est aussi devenu au fil des ans un titre-étendard du cinéma d’affirmation et de revendication féministe. A priori pourtant, on ne s'attend pas à croiser le réalisateur anglais, habituellement peu enclin aux peintures domestiques, dans la cuisine. Encore moins en compagnie de Thelma, jeune Américaine normalement moyenne, mariée à un vendeur de moquette et affairée à sa vie de femme au foyer. Pas évident non plus, à l'autre bout du téléphone, la plongée dans un coffee-shop où travaille comme serveuse Louise, la meilleure amie de Thelma, elle aussi suburbo-réglo. Challenge donc, le cinéaste s'intéresse aux ordinary people et à une non moins ordinary story. Quoi de plus banal : les deux copines se mitonnent un week-end en célibataires à base de bungalow à la montagne et de pêche dans les grands lacs. Ce qu'elles appellent "s'éclater" avec force fou-rire, trois fois trop de bagages, une épuisette bleue, le Polaroïd et un cabriolet Thunderbird vert amande — ainsi que, dans la boîte à gants, comme une blague, un revolver pour parer aux éventuelles mauvaises surprises. Des vraies vacances, puisqu'elles laissent derrière elles leurs conjoints plus moins déficients : le mari crétin de Thelma, un rêve de beauf borné avé la gourmette en or, qui la traite comme une petite fille et que joue Christopher McDonald avec un sens inénarrable de la dérision, et le fiancé distant de Louise, qu’elle ne parvient pas à chasser de sa mémoire malgré la période de crise que traverse leur relation.


Image



D’un point de vue topographique et esthétique, on pourrait dire que ce film est la réponse de Scott au Paris, Texas de Wim Wenders. Les cordes d’Hans Zimmer ont remplacé celles de Ry Cooder, s’adjoignant un enivrant juke-box qui enchaîne les chansons les plus soigneusement choisies pour nous enchanter l’oreille. Les paysages immenses de l’Arkansas, de l’Oklahoma, du Nouveau-Mexique et de l’Arizona, quant à eux, semblent répondre à ceux qu’arpentait quelques années plus tôt l’errant hagard interprété par Harry Dean Stanton. Dès le départ en escapade des héroïnes, l’œil du cinéaste est accordé aux beautés naturelles d’un espace qu’il saura magnifier comme personne. Peu de réalisateurs peuvent se revendiquer avec une telle légitimité peintres d’un décor. La première étape est un délicieux bar-halte où la convivialité des clients (attifés comme des cow-boys, en bottes et Stetson) est moussée par l’ardeur d’un groupe country qui jette tout le monde sur la piste de danse. Une ambiance à faire tourner la tête ; d’ailleurs Thelma a un petit coup dans le nez, elle se fait allumer par un Roméo local et ça tourne au vinaigre sur le parking. Tentative de viol. Louise veille, met en joue l’impudent dragueur et, à l'instinct, pour trois mots de trop qui résonnent très mal dans sa conscience, lui colle une balle en plein cœur. Très vite, il leur faut prendre une décision. Comme un grain de folie qui germerait soudain en elles, une impulsion les empêche de réagir logiquement et de se rendre à la police. Commence alors une équipée tragi-comique qui va donner enfin un sens à leur vie et leur permettre de foncer à toute allure sur la route chaotique de l'irréparable, avec flicaille aux trousses, bouteille de bourbon à portée de main, et le Mexique (où elles songent à se réfugier) en ligne de mire. C'est reparti donc, mais pour un road movie cette fois fouetté par l’urgence et le risque, un film de fuite en scope qui emprunte les itinéraires bis des grands déserts du Sud américain.

On peut faire confiance à l'homme aux 3.000 pubs qui tient la caméra : entre les néons des night-clubs et les poids lourds chromés, la densité des régions industrielles et l’infini des étendues sauvages, la rectitude des autoroutes et la poussière des stations-services, aucune image étincelante ne manque à son inventaire des mythologies américaines. Cette réclame pour le patrimoine US relève pourtant d’une vraie nécessité. Thelma et Louise ne demandent pas mieux : elles veulent flamber dans un environnement qui frime. L'Amérique est aussi faite pour ça : filer sur les freeways en hurlant à tue-tête les tubes de l'autoradio synchrone avec la brutalité et la splendeur des lieux traversés. Mais c'est une autre réalité qui leur colle au train : d'abord les maris, puis les flics, et enfin carrément le FBI. Comment agir dans cette galère de couleurs laquées ? À chaque problème, elles vont d'abord considérer que "It’s probably not the good idea right now" et néanmoins plonger dans la plus dangereuse des solutions : braquer un drugstore, prendre en stop un jeune voyou trop canaille, faire sauter le gros camion phallique d'un routier misogyne et vulgaire et enfermer dans le coffre de sa voiture de patrouille un policier qu'elles ont d’abord jugé nazi mais qui s’avérera aussi inoffensif qu’un bébé apeuré. Bonnes filles radicales, dès qu'elles font une bêtise, elles s'excusent avec des mines d'effrontées. La comédie fait rage et on en viendrait presque à oublier un suspense qui leur mord les reins, et pour lequel on devine pourtant très vite, même inconsciemment, l’issue : vont-elles s'en sortir vivantes ? Chaque seconde qui passe les enfonce un peu plus dans la merde, leur rappelle au téléphone l’inspecteur qui les poursuit. Elles se défont peu à peu puis luttent, repartent dans cette entreprise insensée qu'elles savent sans échappatoire. Et de fait, il y a une vraie coïncidence entre le chahut de leur destin et le barouf du décorum. Louise et Thelma vont muter. La première, autoritaire et vaillante, cœur chaud et tête froide, se laisse aller à la déprime, consent à faire face à son passé. La seconde, poupée inconséquente, devient risque-tout et se révèle un as du hold-up décontracté, une reine de la cambriole humoristique.


Image



Point sensible : à sa sortie, des voix se sont élevées contre le traitement prétendument caricatural, voire misandre, des hommes qui peuplent cette histoire. Aux spectateurs défendant une telle lecture, on suggérera de bien reconsidérer la nature des deux protagonistes masculins principaux. Le premier, Hal Slocumb, interprété par Harvey Keitel, est un flic bienveillant et humain qui a tout compris de la panade dans laquelle les cavaleuses se trouvent, de l’enchaînement des événements qui les a fourrées dans leur situation, et qui se démène pour trouver une sortie qui leur soit favorable. Fana du romanesque de jadis, on le voit se délecter avec ses collègues d'un mélo hollywoodien qui passe à la télé et que la télécommande de cet abruti de Darryl vient interrompre en faveur d'un match de base-ball, dans l’une de ces saillies hilarantes dont le film est parsemé. Chaque scène où il apparaît exalte son discernement, son sens de la mesure, sa juste appréciation des choses : ce type-là est fait d’or. Le second, Jimmy, le petit ami de Louise, est incarné avec une rugosité généreuse et rassurante par Michael Madsen. Instinctif, sensible, aux antipodes de l’imbécile que Thelma a épousé, il sait exprimer derrière des manières bourrues le plus grand respect pour l’indépendance et l’épanouissement de celle qu’il aime. Lorsqu’il apporte à Louise la bague de fiançailles qui, il l’espère, lui prouvera définitivement son attachement et son affection, il affirme que la seule chose qui lui importe, c’est qu’elle soit une femme heureuse, et l’on a alors la certitude que rien ne saurait être plus sincère que cet aveu. La séquence a lieu pendant l’escale au motel, à mitan du récit, qui est l’occasion d’un superbe effet de parallélisme. Dans une chambre, Louise et Jimmy se livrent à une dernière explication, et la douceur de leurs échanges acquiert une dimension d’autant plus poignante qu’ils pressentent tous les deux qu’à cet instant ils se font leurs adieux — leur dernière étreinte, au petit matin, mènera cette conviction jusqu’aux larmes. Dans l’autre, Thelma découvre pour la première fois l’impétuosité de son propre désir et l’ivresse d’y succomber avec un amant de passage : l’ultra-sexy JD, pur fantasme féminin sculpté dans le corps parfait d’un Brad Pitt juvénile. L’une abandonne son ancienne vie avec un lancinant regret, l’autre embrasse sa nouvelle dans l’extase.


Image



Cette course en avant est filmée par Scott avec un bonheur infaillible, estampillé de sa griffe classieuse et sophistiquée. On y reconnaît ses éclairages élaborés, sa façon nerveuse de conduire un récit, sur l’accélération des temps morts. On y admire aussi une remarquable capacité à figer le mouvement de l’action, à le suspendre dans des moments de poésie qui tirent régulièrement le film vers la contemplation ou la mélancolie. C’est le regard croisé entre Louise et une dame âgée qui l’observe à travers une fenêtre ; c’est le troc muet avec un vieillard assis sur le banc d’une bicoque perdue au milieu de nulle part ; c’est encore la voiture sillonnant de nuit les reliefs de l’Arches National Park tandis que coule la Ballad of Lucy Jordan de Marianne Faithfull et que les deux femmes, fatiguées mais épanouies, se relaient au volant avec une symbiose synergique. En toile de fond, deux dérèglements majeurs insinuent leur étrangeté. D'une part le climat, jamais tempéré, qui oscille de soleil de feu en orages violents. D'autre part, véritable furet qui affole le film, une invasion de machines à transport : des autos très mobiles, une pelleteuse, des camions, des trains, une arroseuse, des chevaux, des motos, des avions, des hélicos et même un mountain-bike monté par un rasta Black hallucinogène qui plane sur Johnny Nash. Ce ne sont pas seulement des apparitions express, c'est une symphonie mécanique, un océan de véhicules en réseau, un chant à la locomotion, cette motion même dont on fait les pictures. Thelma et Louise frôlent sans cesse le carambolage, slaloment au milieu des semi-remorques, ratent de peu un motard, font marche arrière à fond la caisse mais c'est finalement elles qui orchestrent la circulation et donnent ainsi son sens unique au film : "Vas-y, fonce !" sera l’ultime réplique des Sœurs Suicide. Conclusion sublime, scellée par leur photo qui s’envole dans un coup de vent tandis que la musique célèbre leur geste d’affranchissement et son indomptable panache.

Entre Thelma et Louise, l'amitié pulse, toujours plus vite, chaque fois plus fort, jusqu'à s'envoyer en l'air dans un patin de la dernière chance. Ni martyres d’une cause quelconque ni porte-drapeaux castratrices, ce sont seulement deux femmes qui, ayant enfin pris leur destin en main et goûté à une liberté trop longtemps refusée, iront jusqu'au bout pour la revendiquer, désormais seules tutrices de leur vie et de leurs choix, chacune responsable de l’autre également. Elles se trouvent, se révèlent à elles-mêmes, se délestent d’une existence étriquée et absurde. Les films sur l’amitié virile ne se comptent plus. Pour l’amitié féminine, celui-ci est non seulement une grande première, mais peut-être le plus beau de tous. Qui sont-elles donc, ces deux folles, ces deux rouquines dans la bagarre, ces Indiennes acculées par les tuniques bleues au bord du Grand Canyon, comme dans les westerns d’antan ? Deux actrices absolument formidables. L'une, Susan Sarandon, flamboyante aventurière aux yeux de noyée existentielle, concilie la vigueur et l’intelligence, le charme et la maturité, l’irréductibilité de la conviction et la fulgurance de l’à-propos. Son charisme incendiaire et sa force tranquille en ont fait l’une des héroïnes les plus chères à mon cœur, l’une des figures-clés de mon imaginaire personnel. L'autre, Geena Davis, est une sorte de B.B. texane avec sa voix de fumeuse de Gitanes et son physique de baby doll. Grande tige délurée, elle combine la drôlerie la plus vive et la détermination la plus inflexible, jusqu’à envoyer valdinguer le passé qui l’oppresse dans un nuage d’euphorie. L’une comme l’autre existent humainement, psychologiquement, avec une chaleureuse intensité, et dévoilent au fil des péripéties une personnalité, une richesse toujours plus inattendues. Elles sont drôles, elles sont rayonnantes, elles représentent le nec plus ultra de l'audace dans une Amérique prude et prudente. Quoi qu’elles fassent, on est de leur côté, on les comprend, on les aime éperdument. Toutes les deux explosives et implosées, belles et défaites, vulnérables et énergiques, déconneuses et réfléchies, légères et graves, en miroir d'une œuvre morale comme un mystère. Qui sont-elles ? C'est bien simple : toi Thelma, moi Louise.


Image
Last edited by Thaddeus on 27 Nov 19, 11:20, edited 3 times in total.
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26663
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Billy Budd »

Le film le plus prévisible du monde.
Everybody's clever nowadays
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15102
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Watkinssien »

La beauté des forums. Une personne se permet d'écrire son amour pour un film avec des arguments et des paragraphes passionnés et une autre le lapide en une petite phrase (sans verbe s'il vous plaît)...

:mrgreen: :mrgreen: :twisted:
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
harry
Je râle donc je suis
Posts: 1433
Joined: 1 Feb 06, 19:26
Location: Sub-espace, en priant tout les jours pour l'arrivee de l'apocalypse Spielbergo-Lucasienne.

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by harry »

Thaddeus
Image
Image
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 40881
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Rockatansky »

Watkinssien wrote:La beauté des forums. Une personne se permet d'écrire son amour pour un film avec des arguments et des paragraphes passionnés et une autre le lapide en une petite phrase (sans verbe s'il vous plaît)...

:mrgreen: :mrgreen: :twisted:
C'est vrai un forum est totalement injuste, j'ai lu en entier la sortie de Billy Budd alors que j'ai à peine fini la première phrase de Thaddeus. Mais j'aime bien Thelma et Louise sinon :mrgreen:
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Thaddeus »

C'est bien le seul avantage d'écrire des textes d'une certaine longueur : on peut y mettre ce qu'on veut comme conneries, on est à peu près sûr que personne ne les lira et viendra donc nous les reprocher. :mrgreen:
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 40881
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Thelma et Louise (Ridley Scott - 1991)

Post by Rockatansky »

Ah mais je suis sur que certains lisent, mais pas moi ça c'est sur mais bravo à vous de vous donner cette peine.
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky