La chute du faucon noir (Ridley Scott - 2001)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50760
Joined: 31 Jul 03, 11:50

La chute du faucon noir (Ridley Scott - 2001)

Post by Boubakar »

Image
[quote]Le 3 octobre 1993, avec l'appui des Nations Unies, une centaine de marines américains de la Task Force Ranger est envoyée en mission à Mogadiscio, en Somalie, pour assurer le maintien de la paix et capturer les deux principaux lieutenants et quelques autres associés de Mohamed Farrah Aidid, un chef de guerre local. Cette opération de routine vire rapidement au cauchemar lorsque les militaires sont pris pour cibles par les factions armées rebelles et la population, résolument hostiles à toute présence étrangère sur leur territoire.[/quote]
La théorié du "1 film sur 2" se vérifierait-elle encore pour Ridley Scott ?
Après un Gladiator réussi et un Hannibal assez moyen, le voici qui nous fait un excellent film de guerre, très réaliste, basé sur une histoire vraie.
Bien qu'étant produit par Jerry Bruckheimer, on n'y retrouve rien qui puisse être comparé à ses films de Tony Scott ou de Michael Bay, tellement le ton est adulte et dur (certaines mort sont assez violentes).
Les scènes de guérilla urbaines sont très bien faites, et le film a un petit côté Apocalypse now qui n'est pas pour déplaire (surtout dans les scènes avec les hélicos).
De par le sujet, et malgré l'appui de l'armée américaine, Scott réalise un film de guerre anti-propagantiste. Même les soldats commencent à douter de la folie de leur mission, au péril de leurs vies.

En gros, j'ai beaucoup aimé ce film de guerre. :)
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 16222
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

C'est un film que j'ai toujours trouvé un peu douteux, ce qui ne m'empêche pas de noter une mise en scène qui transcende complètement son sujet !

Scott use avec une habileté impressionnante la stylisation d'un conflit à zone réduite, dans lesquels il filme des hélicoptères comme des insectes charognards, des combats nocturnes à la couleur verte cauchemardesque, des séquences chocs percutantes !

Nous ne sommes pas devant un spectacle, mais bien devant une boucherie inutile !

Ambigu sur le fond, passionnant sur la forme !
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22997
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Paradoxalement, je trouve au contraire que le film montre bien combien la situation politique échappe totalement aux militaires, qui ne comprennent pas pourquoi ils sont là, sinon pour accomplir leur mission.
la ville devient donc un véritable champs de bataille, et un territoire intégralement hostile, pour ainsi dire, du fait de cette incapacité à dire qui est l'ami de l'ennemi (sans parler de la légitimité de l'intervention proprement dite, enjeu qui échappe totalement à nos militaires coincés).
C'est à mon sens ce qui distingue ce film, indéniablement film de guerre, de ce que peut être un film policier violent (on peut y détruire des hélicoptères, s'y fusiller avec toutes sortes d'armes, mais on reste dans le registre polar/thriller musclé/film d'action tant qu'on est dans un cadre dont on connait, peu ou prou, les règles, dans une ville, mais "avec" les habitants).
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 42629
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Post by Rockatansky »

Je ne vois pas trop non plus pourquoi il est douteux.
COmme le dit cinéphage, on voit trés bien le merdier dans lequel sont les américains, et jamais Scott ne justifie l'intervention.
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
L'étranger...
Introduit au Festival de Cannes
Posts: 8458
Joined: 13 Apr 03, 08:31
Location: Dans le dos de Margo et Roy !

Post by L'étranger... »

Rockatansky wrote:Je ne vois pas trop non plus pourquoi il est douteux.
COmme le dit cinéphage, on voit trés bien le merdier dans lequel sont les américains, et jamais Scott ne justifie l'intervention.
Pareil, je ne vois pas ce qu'il y a de douteux, Scott montre bien que les américains -qui, comme d'habitude, se mèlent de tout en se faisant passer pour les sauveurs de l'humanité- n'ont rien compris à ce qui se passait dans ce pays car ce n'est pas les bons d'un côté, les méchants de l'autre et, au final, il ne minimise pas non plus l'énorme branlée qu'ils se sont pris.
ImageImage
Le Chiffre
Assistant(e) machine à café
Posts: 226
Joined: 28 Jul 07, 20:00
Location: Casino Royale, Montenegro

Post by Le Chiffre »

Un film de guerre très sec, sans concessions, accompagné d'une mise en scène diablement efficace nous plongeant directement dans la boucherie.
Moi non plus, je n'ai rien soulevé de douteux dans l'histoire, je ne pense pas que le père Scott puisse tomber là-dedans.

Une oeuvre sous-estimée qui mérite d'être réevaluée, tant ses qualités sont nombreuses.
Nothing sinister...
User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4931
Joined: 13 Dec 07, 19:24

Post by nobody smith »

Sans trouver le film puant de démagogie, il faut quand même avouer qu’il y a un caractère quelques peu douteux dans l’orientation du spectacle qui verse souvent dans le sentimentalisme dès qu’un américain meurt alors qu’il ne s’attarde jamais sur les paquets du morts somaliens. Le regard politique de Scott sur l’attitude des américains a beau atténué grandement le coté particulièrement agaçant de la chose (la magnifique séquence de la tache de sang) mais ça demeure bien présent à mes yeux.

Ça ne m’empêche quand même pas de considérer black hawk down comme le meilleur film de guerre de ces dernières années avec sa renversante reconstitution de la guérilla urbaine.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 42629
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Post by Rockatansky »

La différence de traitement vient aussi du fait, que justement les américains n'ont aucunement soupçonné ce ras de marée de combattants somaliens, il en sort de partout, un tombe 10 se relevent. Il ne faut pas oublier qu'une 30 de soldats américains ont affrontés plus de 2000 combattants somaliens dans la réalité. Difficile d'accorder le même traitement aux deux factions à mon avis.
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Post by Jericho »

Pareil pour moi, je ne trouve pas grand chose de douteux dans le fond !
En ce qui concerne la forme, quelle claque ! :shock:
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22997
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

nobody smith wrote:Sans trouver le film puant de démagogie, il faut quand même avouer qu’il y a un caractère quelques peu douteux dans l’orientation du spectacle qui verse souvent dans le sentimentalisme dès qu’un américain meurt alors qu’il ne s’attarde jamais sur les paquets du morts somaliens. Le regard politique de Scott sur l’attitude des américains a beau atténué grandement le coté particulièrement agaçant de la chose (la magnifique séquence de la tache de sang) mais ça demeure bien présent à mes yeux.
Si cette privilégisation de la vie d'un Américain sur celle d'un autre est sans doute regrettable, c'est néanmoins un trait propre à tous les films de guerre qu'il m'aie été donné de voir, à 2-3 exceptions près.

Je ne suis pas certain que nous, français, ne souffrions pas du même travers... Je me souviens qu'à l'époque du tsunami (mais je pense pouvoir trouver facilement d'autres exemples), c'était le nombre de victimes françaises qui était privilégié par les média.
Cette tendance à être plus sensible au malheur d'un "proche" (un double assassinat en bas de chez moi m'émeut plus qu'un accident d'avion qui tue 150 Ougandais) est un fait. Qu'on le déplore ou le justifie (il y a matière à débat, c'est certain), il me parait en revanche logique/justifié/habile de jouer là-dessus dans un récit lorsque l'on vise l'émotion.

Enfin, sur un plan pratique, la stratégie militaire américaine développe également cette logique là : pour un militaire sur le terrain, on compte 3 ou 4 soutiens logistiques (transport/nourriture/suivi radio ou aérien...), et on a toujours un plan de repli à portée de main.

Ce n'est évidemment pas le cas (ou disons que cette logique n'est pas aussi mise en avant) chez des troupes moins structurées, où le nombre et la colère prennent le pas sur une logique tactico-politique qui impose de perdre le moins de vies possibles sur le champs de bataille.
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
Nimrod
Hypoglycémique
Posts: 26173
Joined: 13 Apr 03, 18:57

Post by Nimrod »

nobody smith wrote:Sans trouver le film puant de démagogie, il faut quand même avouer qu’il y a un caractère quelques peu douteux dans l’orientation du spectacle qui verse souvent dans le sentimentalisme dès qu’un américain meurt alors qu’il ne s’attarde jamais sur les paquets du morts somaliens. Le regard politique de Scott sur l’attitude des américains a beau atténué grandement le coté particulièrement agaçant de la chose (la magnifique séquence de la tache de sang) mais ça demeure bien présent à mes yeux.
C'est un parti pris. Le film traite le conflit du côté des américains. Forcément, il insiste plus sur la mort de ces mêmes soldats.

C'est plutôt classique, dans un film de guerre. C'est amusant, j'ai l'impression d'avoir déjà eu cette discussion il y a quelques années. Je prends toujours le même exemple (contestable, au fond, mais après tout) : parmi tous les films de guerre se déroulant pendant la 2de guerre, je n'ai jamais lu aucun commentaire reprochant de ne jamais insister sur la mort des soldats allemands, contrairement aux soldats américains.

Pour en revenir à Black Hawk, à mon avis Ridley Scott a certes réussi à imprégner son film de son point de vue sur la question. Par contre, il ne faut pas oublier non plus qu'il s'agit d'une production Bruckheimer. J'imagine mal ce dernier demander à Ridlyy Scott autre chose qu'un blockbuster, destiné à un public occidental.
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: La chute du faucon noir (Ridley Scott, 2001)

Post by Jericho »

Revu le film avec toujours autant de plaisir. Il faut une bonne demi-heure d'exposition et par la suite c'est que de l'action non stop.
Ce que je préfères dans ces séquences, ce sont toutes celles qui mettent en scène des hélicoptères, à chaque fois je trouve ça impressionnant.
Ce qui est marrant, c'est que dans mes souvenirs, il me semblait que Tom Sizemore (l'un de mes seconds couteaux préférés) ne faisait pas long feu sur le champ de bataille. Alors qu'en fait, il est présent et en un morceau du début jusqu'à la fin du métrage.

Pour ce qui est de la qualité du blu ray, je suis agréablement surpris: c'est l'une des premières galettes vendues sur le marché, et pourtant la qualité est bel et bien au rendez vous. L'image claque bien la rétine que ce soit lors des gros plans sur les visages ou alors sur les plans larges (avec la profondeur de champ notamment). Par moment il y a du grains (c'est probablement voulu) mais ce n'est pas dérangeant ou dégueulasse, mêmes les scènes en basses lumières sont bien gérées. Bref on est loin d'un dvd upscalé pour le coup !
Image
semmelweis
Accessoiriste
Posts: 1688
Joined: 10 Feb 09, 21:30
Location: Bordeaux

Re: La chute du faucon noir (Ridley Scott, 2001)

Post by semmelweis »

Rarement,un film ne m'aura paru aussi schizophrène dans la forme et le fond.Parlons deja du contenu.A mes yeux, le film est plus que douteux sur ses intentions.Des que les personnages parlent, c'est pour vanter le courage de se battre.Lors d'une séquence avec Harnett, l'un des soldats blessé lui demande de dire à ses parents qu'il s'est battu jusqu'au bout.Harnett répond qu'il leur dirait lui meme.Je pouvais prévoir à l'avance sa réponse.C'est vraiment extremement cliché.De meme, à la fin ,Eric Bana explique qu'il retourne aux combats pour sauver les potes.Enfin ,je ne vois absolument aucune remise en question de la part des soldats de leur mission.De plus, l'un des ralentis finales (de mauvais gout) semble etre plus proche d'un clip de recrutement des marines qu'autre chose.Le scénario n'est pas passionnant, on se fiche complètement de la mort de tel ou tel personnage .De toute facon ,ils sont tous pareils...
Ensuite, la forme est,quant à elle,passionnante.Scott filme une véritable boucherie comme le disait Watkinssien.Rien nous est épargné , le film est d'une violence inouie , ce qui contrebalance avec un scénario et des personnages hypercaricaturaux.Aujourd'hui,on voit de plus en plus de films de guerre tournés caméra à l'épaule(ex:Démineurs),ce qui est souvent une facilité pour produire du mouvement, de l'action dans l'action.Il faut pouvoir suivre tous les camps,etre exhaustif dans l'action tout en étant lisible.Et c'est là que Scott est incroyable.En effet,il n'utilise quasiment pas de caméra à l'épaule et choisit des cadres fixes et surtout tout passe par un montage très clair.On comprend tout ce qui passe alors que c'est le chaos dans la ville.La mise en scène met vraiment en exergue ce petit enfer avec des plongées sur les hélicoptères absolument saisissantes faisant des hommes de vulgaires cafards parmi le sable.
Le film aurait mérité un 7,5/8/10 pour sa mise en scène .Mais des ralentis insupportables, un fond partisan et un scénario sans aucun intéret font du Black Hawk Down un film moyen du réalisateur anglais
5/10
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: La chute du faucon noir (Ridley Scott - 2001)

Post by Jericho »

On dirait que pour certaines personnes: pour qu'un film de guerre soit digne d'intérêt il faudrait qu'il véhicule l'idée selon laquelle la guerre c'est mal et que les soldats soient stupides ou alors qu'ils se remettent en question en plein affrontement (alors qu'au préalable ils sont vachement conditionnés)... :roll:
Sans ça, c'est forcément patriotique, partisan, etc...

Personnellement, je trouve que Ridley Scott évite de se mouiller (si il y a procès à son égard, ce serait plus de cet ordre), en ne fustigeant/glorifiant aucun des deux camps.
Ce que j'ai vu dans Black Hawk Down, ce sont des mecs qui font leur taf, plus ou moins bien préparés (et qui sont plus ou moins illuminés), essayant de sortir du merdier dans lequel ils se sont embourbés avec la plus grande arrogance du monde.
Image
semmelweis
Accessoiriste
Posts: 1688
Joined: 10 Feb 09, 21:30
Location: Bordeaux

Re: La chute du faucon noir (Ridley Scott - 2001)

Post by semmelweis »

Je n'ai jamais dit que le parti pris était le seul facteur qui rendait le film "moyen" à mes yeux.Ce que je reproche le plus au film, c'est son absence de point de vue.On voit une boucherie terrifiante mais aucun des personnages n'a d'existence propre.Personnellement, je me fichais pas mal duquel allait mourir le premier.C'est le principal défaut du film,on s'ennuie car on se fout totalement des hommes qui font cette guerre.Je n'ai donc pas réussi à etre touché par ce qu'ils leur arrivent.De plus, j'ai aussi dit que l'abus de certains ralentis gachait la cohérence de la mise en scène.
Et en aucun cas, un film a besoin d'etre pour ou contre pour etre bon.Mais si on ne veut pas juger, on doit mettre sur un pied d'égalité les deux camps,ce qui n'est pas fait ici.J'aime certains films dont le contenu n'est pas bien pensant comme Antichrist , on ne peut donc me taxer de manichéisme concernant mon propos sur la chute du faucon noir.