The Truman Show (Peter Weir - 1998)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

Le final me donne vraiment l'impression de contredire le film :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Les spectateurs se réjouissent de l'affranchissement de Truman. Il m'aurait semblé plus fort qu'ils sombrent dans une sorte de déprime hystérique vu que c'est la fin de leur drogue.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50027
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Post by Boubakar »

AlexRow wrote:Le final me donne vraiment l'impression de contredire le film :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Les spectateurs se réjouissent de l'affranchissement de Truman. Il m'aurait semblé plus fort qu'ils sombrent dans une sorte de déprime hystérique vu que c'est la fin de leur drogue.
D'ailleurs n'y avait-il pas une première fin, plus sombre, envisagée ?
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33435
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

AlexRow wrote:Le final me donne vraiment l'impression de contredire le film :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Les spectateurs se réjouissent de l'affranchissement de Truman. Il m'aurait semblé plus fort qu'ils sombrent dans une sorte de déprime hystérique vu que c'est la fin de leur drogue.
Je ne crois pas qu'il y ait de contradiction, je trouve cela au contraire assez naturel.
On suit un personnage, on vit ce qu'il vit, on est heureux de voir qu'il se prend en main et qu'il décide enfin de sa destinée. L'émancipation de Truman devient l'émancipation de tous ces téléspectateurs qui respirent avec lui.
"Give me all the bacon and eggs you have."
User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

Colqhoun wrote:On suit un personnage, on vit ce qu'il vit, on est heureux de voir qu'il se prend en main et qu'il décide enfin de sa destinée. L'émancipation de Truman devient l'émancipation de tous ces téléspectateurs qui respirent avec lui.
Ça me semble légitimer l'émission au lieu de la critiquer.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12333
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Post by Jack Griffin »

ça aurait été un peu trop cynique (le regard sur les spectateurs est amusé mais jamais condescendant) , trop gratuitement sombre et le film dépasse le cadre du discours sur les méfaits de la "la télé réalité".
Le choix de Weir accompagne émotionnellement la libération de truman.
User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

Jack Griffin wrote:ça aurait été un peu trop cynique (le regard sur les spectateurs est amusé mais jamais condescendant) , trop gratuitement sombre et le film dépasse le cadre du discours sur les méfaits de la "la télé réalité".
Le choix de Weir accompagne émotionnellement la libération de truman.
Je crois que j'aurais préféré un film plus cynique. Porter un regard tendre ou amusé sur l'instrumentalisation d'une vie me semble déplacé.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33435
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

AlexRow wrote:Ça me semble légitimer l'émission au lieu de la critiquer.
On reste chez Weir et ce dernier ne fait que brasser ses obsessions habituelles.
Il ne légitime pas, ne condamne pas vraiment, il ne fait que suivre son personnage prisonnier d'un tout qu'il ne comprend pas vraiment jusqu'à sa libération.
"Give me all the bacon and eggs you have."
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12333
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Post by Jack Griffin »

Le film se pose comme une fable métaphysique, moins une oeuvre à caractère sociologique.
User avatar
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Posts: 7834
Joined: 25 Jul 03, 14:58
Location: J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Post by Eusebio Cafarelli »

ou alors la fin est totalement géniale
Spoiler (cliquez pour afficher)
happy end ! Je viens de le découvrir, ce film, et à la fin je me suis surpris à espérer qu'il sorte, comme les specteurs de l'émission. C'est assez fort, de faire du spectateur dans la salle de cinéma (ou devant la télé) le complice du postulat de l'émission. Happy end et on passe à un autre programme : d'ailleurs, involontairement mais comme les deux flics, j'ai pris mon programme tv pour regarder ce qu'il y avait après...
C'est fou de penser que c'est deux ans avant la "télé-réalité" : le film a-t-il donné des idées ?
et même fin : le gagnant sort à la fin, et dans la joie du public...
L'hésitation constante entre la critique de la tv et la problématique humain/divin - humain qui a peur de sortir du cocon est très intéressante. La critique des banlieues américaines idylliques et finalement des quartiers réservés-sécurisés de plus en plus en vogue aux USA aussi.
Un grand film, passionnant.
Image
User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

Colqhoun wrote:On reste chez Weir et ce dernier ne fait que brasser ses obsessions habituelles.
J'ai un problème avec Peter Weir. C'est un réalisateur que j'ai envie d'aimer sans y arriver :
- Subjugué par le thème et le rythme de Witness, je sombre d'ennui devant les enjeux finalement exposés.
- Renversé par l'argument de Mosquito Coast, je trouve la progression de l'intrigue trop artificielle et reposant sur trop d'interventions extérieures, ce qui vide l'esprit initial de toute sa substance.
- Touché par la thématique du Cercle des poètes disparu, je déplore que son potentiel subversif (tellement mieux exploité dans le Zéro de conduite de Jean Vigo) pâlisse devant l'exposition mélodramatique de la relation du jeune poète à son père.

A ce jour, Master and Commander est le seul de ses films que j'ai vus qui m'enthousiasme totalement et sans réserve aucune.
Je veux maintenant voir Pique-nique à Hanging Rock, Gallipoli et l'Année de tous les dangers pour approfondir ma connaissance de son univers.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

Jack Griffin wrote:Le film se pose comme une fable métaphysique, moins une oeuvre à caractère sociologique.
J'ai aussi essayé de le prendre comme ça, mais ça tourne trop vite à "trompera / trompera pas la caméra" pour que je me laisse prendre. Je ressens comme un décalage entre l'ambition profondément intellectuelle et la mise en oeuvre finalement très conventionnelle de ce récit (comme une version fade du Prisonnier).
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33435
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

AlexRow wrote:A ce jour, Master and Commander est le seul de ses films que j'ai vus qui m'enthousiasme totalement et sans réserve aucune.
Je veux maintenant voir Pique-nique à Hanging Rock, Gallipoli et l'Année de tous les dangers pour approfondir ma connaissance de son univers.
Tu peux aussi noter Fearless (avec Jeff Bridges) et surtout The Last Wave, sans problème l'un de ses meilleurs films avec Hanging Rock et Master & Commander.

Je te rejoins toutefois sur Dead Poet Society que je trouve passablement paresseux et gentiment pleurnichard.
"Give me all the bacon and eggs you have."
User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

Colqhoun wrote:Tu peux aussi noter Fearless (avec Jeff Bridges) et surtout The Last Wave, sans problème l'un de ses meilleurs films avec Hanging Rock et Master & Commander.
Ok. Je note ces recommandations :wink:
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10893
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Post by -Kaonashi Yupa- »

Jack Griffin wrote:Le choix de Weir accompagne émotionnellement la libération de truman.
que les spectateurs semblent souhaiter de tout coeur parce que, eux, ne peuvent plus se libérer du flot d'images tv qu'on leur refourgue.
Personnellement je vois beaucoup d'amertume dans cette fin, dans le geste final des deux gars dont le premier réflexe, une fois le Truman Show terminé, et de vouloir trouver autre chose à regarder, vite.
Pour ce n'est pas une happy end puisque l'avenir de Truman hors du dôme ne promet rien de bon, même s'il est libre, et le regard des spectateurs n'a pa vraiment changé face à ce geste libérateur, cette rage de vivre sans suivre ce qu'on leur ddit de faire, de voir, de penser, etc.
User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

-Kaonashi Yupa- wrote:Personnellement je vois beaucoup d'amertume dans cette fin, dans le geste final des deux gars dont le premier réflexe, une fois le Truman Show terminé, et de vouloir trouver autre chose à regarder, vite.
Oui, certes. Ils changent... de CHAÎNE.
le regard des spectateurs n'a pa vraiment changé face à ce geste libérateur
Ça me paraît assez vite expédié. Quelques vignettes sur un couple de vieilles dames, des serveuses et des gardiens pour évoquer le public "type TF1" (enfin une chaîne commerciale du genre quoi...), c'est trop peu pour sentir l'aliénation d'une partie de la population par un programme de cette ampleur (ça fait retomber l'hyperbole de ce studio visible depuis la surface de la lune). C'est comme cette idée extraordinaire du tout début
Spoiler (cliquez pour afficher)
Un spot tombe du ciel. Truman s'approche et lit dessus le nom d'une étoile d'une constellation. Il regarde la voûte immaculée abasourdi puis reprend son chemin.
Quel fantastique terrain d'expérimentation s'ouvre ! Hélas, on ne s'y aventure pas avant la toute fin lorsque
Spoiler (cliquez pour afficher)
le bateau de Truman touche le bord du monde, très belle image inversée des peurs des premiers navigateurs et devenue ici symbole d'espoir.
Je trouve ça dommage.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages