Andrei Konchalovsky

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

mannhunter
Laspalès
Posts: 15866
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Andrei Konchalovsky

Post by mannhunter »

Quelle est votre opinion sur ce cinéaste?

On lui doit au moins deux (très) bons films pour la Cannon :mrgreen: ,"Maria's lovers" et "Runaway train".
Son "Tango et cash" (qu'il n'a d'ailleurs pas signé jusqu'au bout...) est un buddy movie plutôt sympathique...j'aimerais bien voir son "Shy People"/"Le Bayou",avec la grande Barbara Hershey.

La filmo du Mr:

http://www.imdb.com/name/nm0464846/
Last edited by mannhunter on 22 Jan 13, 11:42, edited 1 time in total.
frédéric
1st Degree
Posts: 12979
Joined: 28 Aug 04, 18:49
Location: Une galaxie lointaine, très lointaine

Post by frédéric »

THE INNER CIRCLE me tente beaucoup depuis un moment.
Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"
mannhunter
Laspalès
Posts: 15866
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Post by mannhunter »

à propos de "Tango et Cash",malgré les punchlines de Sly et Kurt,on pense pas mal à "Runaway Train" dans la description assez âpre de l'unvivers carcéral. :wink:

"According to his own book of memoirs he was fired after three quarter of production was filmed. All final chases and fights were directed by Albert Magnoli."
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Ses premiers films russes sont très réputés: "Le Premier Maître" et "Le Bonheur d'Assia".
J'aimerais bien les voir.
Image
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 15863
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Andrei Konchalovsky

Post by Profondo Rosso »

Ah ben finalement retrouvé le topic dans les profondeurs

Maria's Lovers de Andreï Kontchalovski (1984)

Image

Après avoir passé plusieurs années de captivité dans un camp japonais, Ivan rentre en Pennsylvanie. Seul, un rêve fou lui a permis de surmonter cette terrible épreuve: épouser a son retour, la plus belle fille du pays. Mais à Brownsville, Maria est déjà très convoitée.

Maria's Lovers est le premier film américain du réalisateur russe Andreï Kontchalovski qui signe d'emblée un coup de maître. Ancrage profond dans l'histoire de son pays d'accueil, mythologie, psychanalyse et une âme russe néanmoins toujours vivace, Kontchalovski triomphe sur tous les points dans ce mélodrame puissant. En 1997 Kontchalovski avait réalisé une assez médiocre adaptation de L'Odyssée pour la télévision américaine, sauf que finalement sa vraie vision du poème d'Homère il l'avait déjà signée de manière toute personnelle avec Maria's Lovers.

Après plusieurs années au front à affronter les japonais durant la Deuxième Guerre Mondiale, Ivan (John Savage) est de retour au pays en Pennsylvanie. Dès son retour il n'espère qu'une chose, retrouve celle dont le doux souvenir l'a aidée à traverser toute les épreuves et privation, Maria (Nastassja Kinski) son amour d'enfance et de toujours. Seulement Maria et sa beauté ravageuse est courtisée par tous les mâles de la région mais contre toute attente elle ne l'a pas oubliée non plus et ils vont pouvoir se marier et s'aimer. La première partie du film s'amorce comme un rêve éveillé où les rares nuages (Savage narrant ses terribles souvenirs à son amante d'un soir) ne laissent pas présager de la suite et l'on est émerveillé par les paysages de cette Pennsylvanie provinciale (photo somptueuse de Juan Ruiz Anchía), la candeur touchante de John Savage en vétéran timide et amoureux et bien sûr par la sensualité charnelle et les regards ardents d'une Nastassja Kinski qui n'a jamais été aussi belle, aussi désirable. Ivan/Ulysse après avoir guerroyé à Troie/ Pacifique est revenu en Ithaque/Pennsylvanie, a vaincu les prétendants de Maria/Penelope dans une réinterprétation qui semble même adoucir la plus sanglante conclusion d'Homère.

ImageImage

Un problème se pose pourtant à notre Ulysse moderne, il n'a pas laissé derrière lui les cyclopes, sirènes et magiciennes rencontrés durant sa quête et ils continuent à le hanter. Cela se manifeste par un terrible et sordide souvenir des maltraitances au sein des geôles japonaises qui nous sont d'abord narré par un John Savage encore transi d'effroi, puis qui s'illustrera de manière symbolique tout au long du film à travers des visions cauchemardesques récurrentes avec l'apparition d'un rat ensanglanté. Pire, celle dont l'image l'aura aidé à surmonter toutes ses horreurs leur est définitivement associée et Ivan va s'avérer incapable de coucher avec Maria dont le moindre contact le rend soudain impuissant. L'Odyssée selon Kontchalovski peut alors réellement commencer avec le lent chemin de croix du couple.

Image

Ivan rongé par la culpabilité et la honte (le film multipliant les figures d'hommes virils renvoyant le héros à sa faiblesse notamment l'imposant patriarche joué par Robert Mitchum) s'éloigne et rejette Maria, cette dernière blessée réfrénant un désir inassouvi et de plus en plus pressant. Les deux acteurs délivrent de très grandes prestations où Konchalovsky les fait alterner entre les registres tout en retenu et en non-dits (Ivan feignant d'être endormi lorsqu'il est sollicité par Maria, les embrassades timides qui tournent court, le malaise dès que Maria est dans une tenues affriolantes) avec une outrance où ce mal être explose avec fureur. John Savage masque de douleur contenu excelle dans la sobriété tandis que Nastassja Kinski est incandescente en femme n'étant plus que désir et frustration, s'abandonnant de façon déconcertante tel ce moment où elle se caresse fiévreusement (ou encore lorsque la séduction agressive de Keith Carradine la met dans tous ses états).

Image

C'est donc au terme d'un nouvel et terrible affrontement avec ses démons (dans une scène de cauchemar tétanisante) et après avoir cette dû réellement terrasser son rival qu'Ivan pourra enfin achever son odyssée intérieure et reconquérir sa Pénélope qui n'a cessé de l'attendre. Grand film romanesque, intimiste et passionné dont on se demande encore par quel miracle il a pu être produit par la Cannon, firme plutôt habituée aux exploits musclés de Chuck Norris dans des nanars bas du front. 5,5/6
mannhunter
Laspalès
Posts: 15866
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Andrei Konchalovsky

Post by mannhunter »

Profondo Rosso wrote:photo somptueuse de Juan Ruiz Anchía
c'était un très bon chef op' ce Juan Ruiz Anchia, son travail sur "Comme un chien enragé" était également remarquable.

Très bon souvenir de ce "Maria's lovers" que je vais revoir incessamment sous peu...en espérant qu'un éditeur dvd/blu ray songe à nous déterrer "Shy People"...
Profondo Rosso wrote:on se demande encore par quel miracle il a pu être produit par la Cannon
ils n'ont pas produit que des bêtises.. :)
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 15863
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Andrei Konchalovsky

Post by Profondo Rosso »

mannhunter wrote:
Profondo Rosso wrote:on se demande encore par quel miracle il a pu être produit par la Cannon
ils n'ont pas produit que des bêtises.. :)
Oui tu as raison surtout au tout début avec du Goadrd, Altman, Cassavetes mais c'est vrai que dans l'inconscient Cannon = Delta Force, Portés Disparus , Over the top et Superman 4 donc un petit choc en voyant le logo Cannon en début de film :mrgreen:
mannhunter
Laspalès
Posts: 15866
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Andrei Konchalovsky

Post by mannhunter »

Perso j'aime bien...:

1985 Lifeforce (Tobe Hooper)
1985 Runaway Train (Andreï Konchalovsky)
1985 Le Justicier de New York (Death Wish 3, Michael Winner)
1985 Berlin Affair (Liliana Cavani)
1986 L'Invasion vient de Mars (Invaders from Mars, Tobe Hooper)
1986 Massacre à la tronçonneuse 2 (The Texas Chainsaw Massacre 2)
1987 Paiement cash (52 Pick-Up, John Frankenheimer)
1987 Barfly (Barbet Schroeder)
1987 Les Vrais durs ne dansent pas (Tough Guys don't Dance, Norman Mailer)
1987 Street Smart (Jerry Schatzberg)
1988 Haunted Summer (Hivan Passer)
1989 Cyborg (Albert Pyun)

Ils avaient aussi produit un autre Konchalovsky, "Duo pour une soliste".
manuma
Accessoiriste
Posts: 1722
Joined: 31 Dec 07, 21:01

Re: Andrei Konchalovsky

Post by manuma »

A l'époque, j'avais bien aimé son Homer and Eddie, film flingué par l'intégralité de la critique. Je serais curieux de le revoir...
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Andrei Konchalovsky

Post by AtCloseRange »

mannhunter wrote:Perso j'aime bien...:

1985 Lifeforce (Tobe Hooper)
1985 Runaway Train (Andreï Konchalovsky)
1985 Le Justicier de New York (Death Wish 3, Michael Winner)
1985 Berlin Affair (Liliana Cavani)
1986 L'Invasion vient de Mars (Invaders from Mars, Tobe Hooper)
1986 Massacre à la tronçonneuse 2 (The Texas Chainsaw Massacre 2)
1987 Paiement cash (52 Pick-Up, John Frankenheimer)
1987 Barfly (Barbet Schroeder)
1987 Les Vrais durs ne dansent pas (Tough Guys don't Dance, Norman Mailer)
1987 Street Smart (Jerry Schatzberg)
1988 Haunted Summer (Hivan Passer)
1989 Cyborg (Albert Pyun)

Ils avaient aussi produit un autre Konchalovsky, "Duo pour une soliste".
Une bien belle brochette de navets :mrgreen: à quelques exceptions près.

C'est quand même triste qu'on finisse par toujours parler autant de cette pauvre Cannon (ici ou ailleurs). S'il y avait un logo qui a compté pour moi dans les années 80, c'est Orion. Je ne sais pas qui se cachait derrière (l'identité était sans doute moins forte) mais c'était très souvent un gage de qualité. On finit toujours par parler moins de la qualité que de ce qui fait du bruit (et la Cannon en faisait... elle ne faisait même souvent que cela).

Mais je digresse...
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89597
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Andrei Konchalovsky

Post by Jeremy Fox »

AtCloseRange wrote: C'est quand même triste qu'on finisse par toujours parler autant de cette pauvre Cannon (ici ou ailleurs). S'il y avait un logo qui a compté pour moi dans les années 80, c'est Orion. Je ne sais pas qui se cachait derrière (l'identité était sans doute moins forte) mais c'était très souvent un gage de qualité. On finit toujours par parler moins de la qualité que de ce qui fait du bruit (et la Cannon en faisait... elle ne faisait même souvent que cela).

Mais je digresse...
Pareil
User avatar
El Dadal
Directeur photo
Posts: 5306
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Andrei Konchalovsky

Post by El Dadal »

Orion? Vous parlez de la fameuse firme qui a coulé la franchise RoboCop avec ses suites débilisantes? :o
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Andrei Konchalovsky

Post by AtCloseRange »

El Dadal wrote:Orion? Vous parlez de la fameuse firme qui a coulé la franchise RoboCop avec ses suites débilisantes? :o
Génial...
Image
mannhunter
Laspalès
Posts: 15866
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Andrei Konchalovsky

Post by mannhunter »

AtCloseRange wrote:Une bien belle brochette de navets :mrgreen: à quelques exceptions près.
Eventuellement "Le justicier de New York" et "Cyborg", le reste je trouve que ça se tient..
AtCloseRange wrote:S'il y avait un logo qui a compté pour moi dans les années 80, c'est Orion.
Il y a déjà un topic sur la Cannon tu pourrais créer celui sur Orion? :wink:
Perso j'aimais bien Orion et aussi Hemdale.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Andrei Konchalovsky

Post by AtCloseRange »

mannhunter wrote:
AtCloseRange wrote:Une bien belle brochette de navets :mrgreen: à quelques exceptions près.
Eventuellement "Le justicier de New York" et "Cyborg", le reste je trouve que ça se tient..
T'as mis des Tobe Hooper dedans :mrgreen:
mannhunter wrote:Il y a déjà un topic sur la Cannon tu pourrais créer celui sur Orion? :wink:
Perso j'aimais bien Orion et aussi Hemdale.
J'y pense et puis j'ai la flemme sans trop savoir quoi dire si ce n'est qu'en regardant tout ce qu'ils ont produit, pratiquement tous mes films préférés des années 80 y sont.

Hemdale aussi, c'était très bien.
Image