Van Gogh (Maurice Pialat - 1991)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Carlotta Montay

Post by Carlotta Montay »

C'est un très beau film. Elsa Zylberstein y est lumineuse.
Kurtz

Post by Kurtz »

ratatouille wrote:
Kurtz wrote:Pialat m'emmerde.
Qu'as-tu vu de Pialat ? :roll:
Passe ton bac d'abord et Sous le soleil de Satan
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 12778
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Post by Zelda Zonk »

Jeremy Fox wrote:Le chef d'oeuvre de Pialat et peut être l'un de mes films français préférés toutes époques confondues.
+1

Un pur moment de grace.
phylute
La France peut être fière
Posts: 25848
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Memento wrote:
Jeremy Fox wrote:Le chef d'oeuvre de Pialat et peut être l'un de mes films français préférés toutes époques confondues.
+1

Un pur moment de grace.
Et hop tout pareil !
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11592
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Van Gogh (Maurice Pialat, 1991)

Post by MJ »

Image
Image

Les derniers jours du peintre Van Gogh venu se faire soigner chez le docteur Gachet à Auvers-sur-Oise. Terribles derniers jours partagés entre une création intensive, des amours malheureuses et surtout le désespoir.


Toujours pas de topic sur ce qui est à mes yeux le plus beau film du cinéma français. A vrai dire je me sens parfaitement incapable d'en parler tant ce film me touche de manière viscérale.
Minelli avait déjà tenté une approche biopic du personnage, porté principalement par une approche très esthétique. Chez Pialat c'est tout le contraire, on travaille au couteau, on remue les plaies, on efface l'oeuvre (les faux tableaux esquisse du résultat à venir, les mêmes tableaux ignorés de tous durant toute la durée du film). Malgré le maniérisme de l'oeuvre, le film n'essaye jamais de "faire joli", ici on rue dans les branquards. Pour le cinéaste l'oeuvre d'art ne se lit qu'à travers le regard du contemporain, elle n'a rien de transcendante, c'est de la matière étalée sur une autre. On en revient un peu à cette idée grecque d'un art qui est une technique.
C'est ce qui rend le film passionant: il bouillonne de souffrance, de colère. On y parle finalement plus de honte et d'incompréhension que d'Art.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Les scènes de rangement après la mort de Van Gogh sont d'une cruauté inouïe, avant le "c'était mon ami" qui résume tout le credo du film.
Van Gogh c'est un acteur (Dutronc est Dieu), des femmes (Alexandra London qui n'a par la suite pas eu la carrière qu'elle méritait, Elsa Zylberstein dans son plus beau rôle évitant toujours le cliché de la "pute au grand coeur")
Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce film, l'un des plus beaux. Simplement, et ce n'est ici pas du tout usurpé, un chef-d'oeuvre. :)
Avec Bresson, Pialat aura été le plus grand cinéaste français. Ni plus, ni moins.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90440
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Van Gogh de Maurice Pialat

Post by Jeremy Fox »

MJ wrote:... ce qui est à mes yeux le plus beau film du cinéma français.
Peut-être pas LE pour moi mais il s'en rapproche très très près.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11592
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Van Gogh de Maurice Pialat

Post by MJ »

Jeremy Fox wrote:Peut-être pas LE pour moi mais il s'en rapproche très très près.
L'Argent, le Jour se Lève, Cet Obscur Objet du Désir... ma phrase ne tendait pas à oublier tout ces chef-d'oeuvres. Mais oui, pour moi Van Gogh reste LE film français et n'est pas loin d'être LE film.
Avec Bad Lieutenant de Ferrara et quelques autres c'est l'un des rares films récents où j'ai l'impression de retrouver les cîmes d'un Bergman, d'un Kubrick ou d'un Hitchcock.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Post by Strum »

Je vais aller un peu à contre-courant ici. C'est un très beau film, mais qui m'a également laissé parfois quelque peu perplexe.

Ce que je trouve singulier dans Van Gogh, c'est le peu d'affinités que j'ai perçu entre l'art de Pialat et celui du peintre Van Gogh, bien moins prosaïque que Pialat, bien plus mystique aussi, embrassant (embrasant ?) l'univers entier. Le soin extrême apporté par Pialat à sa mise en scène, que ce soit dans les cadrages, la composition des groupes de personnages, et le chatoiement des couleurs et des ombres, m'ont fait en revanche durablement penser à Auguste Renoir, dont le style, celui par exemple du Déjeuner des Canotiers, imprime une grande partie du film si je me souviens bien. A cette aune, et je ne m'en plains pas, étant sensible à la beauté picturale au cinéma, je trouve le film aussi esthétisant que celui de Minnelli, mais une esthétique impressionniste au lieu du baroque minnellien. Esthétisant au noble sens du terme, comme pouvait l'être le cinéma de Ford, lui aussi directement cité par Pialat (la danse de Fort Apache).

La deuxième singularité de Van Gogh, c'est ce refus absolu du psychologisme et de la subjectivité. Tout le film demeure externe à Van Gogh, servi par un Dutronc éthylique et transparent, dont le jeu neutre sert les visées de Pialat, si bien qu'à la fin du film, il nous est impossible de savoir qui est Van Gogh, ce que représentait son art, ce qu'il pensait de son art à part la conscience qu'il avait de ses déficiences techniques. Le film se serait appelé Van Borg, que cela ne lui aurait pas porté préjudice outre mesure. Il m'a semblé que c'était l'environnement de Van Gogh qui intéressait Pialat plus que Van Gogh lui-même ; sans doute, à son corps défendant, parce que Pialat ne croyait pas possible de pénétrer à l'intérieur du crane de Van Gogh, s'assignant alors une mission plus modeste et peut-être, selon lui, plus honnête intellectuellement consistant à décrire ce qui entourait Van Gogh pour s'en approcher le plus possible (en citant donc curieusement Renoir plutôt que Van Gogh lui-même), sauf à supposer que Pialat ne cherchait pas à s'approcher de Van Gogh. Et passé cet obstacle, on butte encore sur l'interprétation un peu monocorde de Dutronc, dont le visage lisse ne souffre aucune anfractuosité où l'on pourrait s'accrocher.

On peut dès lors projeter sur ce Van Gogh ce que l'on veut, admirer ce parti-pris tenu jusqu'au bout comme tu le fais MJ, ou rester un peu à distance, quoique toujours admiratif, comme je me suis surpris à faire.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11592
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Les points que tu soulèves Strum soint loin d'être des aberrations. C'est vrai que contrairement au Minelli, l'esthétique du film ne tient pas du tout de Van Gogh... lui-même en total décalage avec ses contemporains. L'homme est un visionaire parce qu'il pressent la gloire à venir. Son art ne peut que l'éloigner du monde qui l'entoure, tiraillé entre le doute et le refus d'une inertie, alors qu'il sent que quelque chose est en train de se passer. "Je préfére peindre les yeux des hommes que les cathédrales, car il y a quelque chose qu'il n'y a pas dans les cathédrales, même si elles sont majestueuses et qu'elles en imposent" écrivait-il dans ses lettres à son frère. Cette essence de Van Gogh, sur le fond comme sur la forme, Pialat l'a pleinement saisi.
Strum wrote:La deuxième singularité de Van Gogh, c'est ce refus absolu du psychologisme et de la subjectivité. Tout le film demeure externe à Van Gogh, servi par un Dutronc éthylique et transparent, dont le jeu neutre sert les visées de Pialat, si bien qu'à la fin du film, il nous est impossible de savoir qui est Van Gogh, ce que représentait son art, ce qu'il pensait de son art à part la conscience qu'il avait de ses déficiences techniques. Le film se serait appelé Van Borg, que cela ne lui aurait pas porté préjudice outre mesure.
C'est le gros reproche fait au film par ses détracteurs: prendre un artiste pour ne pas s'y intéresser, et donc l'insulter. A noter que la plupart de ses "ennemis" se référent à la vie "réelle" de l'artiste pour attaquer le film.
Oui Pialat refuse la psychologisation, mais de loin pas la réflexion. On existe toujours par rapport aux autres, cela il l'a très bien compris. Ce qui l'intéresse ce n'est pas le regard que l'on a aujourd'hui sur ce peintre mais celui qu'avait ses contemporains. Celui que Van Gogh a vécut en tant que sujet, mort il est objet de culture. Le cinéaste refuse d'aller dans la "boîte noire" mais il y est en réalité pleinement dès le début. Car l'univers de Van Gogh est Van Gogh.
Au contraire d'un sentiment d'extériorité je trouve l'immersion totale. Immersion dans un personnage seul, blessé et qui ne croit pas en lui-même. Tout ce qu'il y a au fond d'intéressant dans la personne. Le reste nous est venu par son oeuvre. Peut-être que ce qui dérange c'est que Pialat refuse la sacralisation de l'aaaartiste, la portée aux nues de l'acte de création. Ici on enfante dans la douleur et on travaille à la sueur de son front. Même dans les sombres régions de l'esprit.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Post by Strum »

MJ wrote:Les points que tu soulèves Strum soint loin d'être des aberrations.
Tu es trop bon.
MJ wrote:On existe toujours par rapport aux autres, cela il l'a très bien compris. Ce qui l'intéresse ce n'est pas le regard que l'on a aujourd'hui sur ce peintre mais celui qu'avait ses contemporains. Celui que Van Gogh a vécut en tant que sujet, mort il est objet de culture....Peut-être que ce qui dérange c'est que Pialat refuse la sacralisation de l'aaaartiste, la portée aux nues de l'acte de création. Ici on enfante dans la douleur et on travaille à la sueur de son front. Même dans les sombres régions de l'esprit.
Ce que tu dis s'agissant du regard des contemporains de Van Gogh et de la démythification de l'artiste par Pialat est tout à fait juste. Pialat traite Van Gogh comme un artisan quelconque et non comme le porteur d'une grâce divine parce qu'il souhaite que nous le voyions au travers du regard de ses contemporains. Quelque part, il rejoint là aussi Ford, qui clamait à qui voulait l'entendre qu'il était un artisan (seulement, il y a chez Ford un lyrisme et une poésie qu'il n'y a pas chez Pialat). On peut cependant se demander si Pialat en tenant ce discours pense à Van Gogh, ou davantage à lui et à sa conception générale de l'artiste, Van Gogh servant alors de porteur d'eau ou de symbole, si bien que Pialat tout autant que ceux qui nimbent Van Gogh d'une auréole aujourd'hui projeterait sur Van Gogh sa propre conception de l'artiste maudit.

Quoiqu'il en soit, ce refus apparent chez Pialat du regard rétrospectif et ce souhait du réalisme rendent parfois ce beau film assez ingrat pour le spectateur. Tu me rétorqueras sans doute que c'est là que réside sa valeur.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11592
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Strum wrote:Tu es trop bon.
On essaye d'être gentil avec les gens et voilà ce que ça donne, du sarcasme bon marché. Ma bonté me perdra :|
Strum wrote:Tu me rétorqueras sans doute que c'est là que réside sa valeur.
Tu le fais si bien tout seul. :lol:
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Post by Strum »

MJ wrote:On essaye d'être gentil avec les gens et voilà ce que ça donne, du sarcasme bon marché. Ma bonté me perdra :|
Cela t'apprendra à vouloir cacher ta gentillesse sous une formule alambiquée ! :mrgreen:
Strum wrote:Tu le fais si bien tout seul. :lol:
J'ai toujours aimé faire les questions et les réponses. :wink:
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5667
Joined: 28 Jul 05, 18:33

Post by Truffaut Chocolat »

Essayé plusieurs fois, je n'y arrive pas.

Si parfois un comédien interiorise un personnage, cela vaut aussi parfois pour un cinéaste, Pialat étant un de ceux qui incarnent le mieux cette idée amha. Seulement voilà, là où la retenue, la pudeur font parfois exploser telle une évidence tout ce qui était caché, secret, ici, tout me laisse perplexe. Comme si cela sonnait faux, artificiel. Pire: comme si c'était joué (même sentiment avec Nous ne vieillirons pas ensemble). Lorsqu'on découvre un film ou un artiste, on a parfois l'impression de le rencontrer, d'échanger avec lui. Aussi, face à quelqu'un qui faisait des films aussi personnels et habités, on peut se sentir totalement étranger et c'est le cas avec Pialat. Fin bref, tout cela est bien subjectif et ne fait pas avancer le schmilblik, car il est évident que Van Gogh est un film passionnant pour des tas de raisons. Mais la forme me laisse totalement sur le carreau.
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12237
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Post by Jack Griffin »

Strum wrote: Ce que je trouve singulier dans Van Gogh, c'est le peu d'affinités que j'ai perçu entre l'art de Pialat et celui du peintre Van Gogh,
Par contre, les tableaux de Pialat s'y rapprochaient un peu plus dans mes souvenirs.
Nicolas Brulebois
Usant jusqu'à la Coen
Posts: 960
Joined: 16 Apr 05, 09:24

Post by Nicolas Brulebois »

Dans un monde idéal, Van Gogh aurait dû être à Alexandra London (qui joue la fille du Docteur Gachet) ce qu'A Nos Amours a été pour Sandrine Bonnaire: le révélateur d'un talent formidable et l'ouverture vers une "carrière" conséquente.

Je ne comprends pas qu'elle ait si peu tourné ensuite. :cry: A mon sens, c'est un véritable gâchis, tant sa prestation était inoubliable.