Minuit dans le jardin du bien et du mal (C. Eastwood - 1997)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

George Kaplan
David O. Selznick
Posts: 12100
Joined: 14 Apr 03, 11:32
Location: Une poche pour la chocolatine ?

Post by George Kaplan »

Bizarre car j'avais adoré le roman et avais été trés déçu par l'adaptation d'Eastwood qui m'avait laissé assez froid. J'ai tout de même profité de la promo Eastwood Warner pour acheter le DVD et redonner une chance à ce film que beaucoup d'entre vous encensent.
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3727
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Post by joe-ernst »

Je ne l'avais pas beaucoup apprécié au moment de sa sortie, mais peut-être est-il temps de le ré-évaluer... :?
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22355
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Pour ma part, j'apprécie beaucoup ce film, que je rapprocherais Cookie's Fortune par son approche traitement du Sud des Etats-Unis et son traitement de l'enquête policière.

Véritable bal de têtes, le film met surtout en avant une ambiance, des personnages très atypiques, mais néanmoins attachants.

L'enjeu du film, à mon sens, est moins la résolution de l'enquête policière, à laquelle on aboutit néanmoins, que l'installation à Savannah du journaliste qui a été totalement séduit par l'étonnant caractère de cette ville (en cela, il est le pendant du spectateur, allant de surprise en surprise).

Il est certain que ce film est atypique, et, en tant que tel, difficile à apprécier pour qui n'aime pas sortir des sentiers battus. Mais, de l'interprétation à la caractérisation des personnages, on sort de ce film avec une galerie de personnages en tête. De formidables personnages.
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90009
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Tout simplement le film d'Eastwood que j'apprécie le plus, celui que je trouve le plus attachant. Une atmosphère à la fois douce, étrange et moite remarquablement sentie et décrite ainsi qu'une formidable galerie de personnages.
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17419
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Post by bronski »

cinephage wrote:Pour ma part, j'apprécie beaucoup ce film, que je rapprocherais de Cookie's Fortune par son approche traitement du Sud des Etats-Unis et son traitement de l'enquête policière.
Voilà :) Deux films que j'adore, et qui sont pour moi les meilleurs de leur auteur respectif (pas taper :lol: ).
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11542
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Ca doit être son film le plus réflexif (avec le raté Mémoires...), et l'une de ses -très- grandes réussites.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3727
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Post by joe-ernst »

Jeremy Fox wrote:Tout simplement le film d'Eastwood que j'apprécie le plus, celui que je trouve le plus attachant. Une atmosphère à la fois douce, étrange et moite remarquablement sentie et décrite ainsi qu'une formidable galerie de personnages.
D'accord avec toi sur les personnages et l'ambiance, mais j'avais cependant eu du mal à accrocher à l'histoire. Pas grave, je viens de le commander et j'aurais certainement du plaisir à revoir The Lady Chablis... :D
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3727
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Post by joe-ernst »

MJ wrote:(avec le raté Mémoires...)
:evil: :evil: :evil:
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Minuit dans le jardin du bien et du mal (C. Eastwood, 19

Post by Thaddeus »

Image


Les fantômes de Savannah



"Il n’y a pas de réponse." Ce pourrait être une des phrases clés du cinéma de Clint Eastwood, réplique offerte au lancinant "Pourquoi pas ?" de John Huston. C’est aussi un des leitmotivs de son vingtième long-métrage, décliné au hasard des rencontres à mesure que Kelso comprend que, justement, on ne saurait prétendre tout comprendre, tout expliquer, tout départager, tout juger. Message de tolérance, d’intelligence donc, que le cinéaste se garde bien s’asséner mais qu’il distille insidieusement, sans qu’on y prenne garde, comme s’impose le charme des chansons de Johnny Mercer, comme coulent les sensations nées du souffle du vent dans les feuillages, dès les premiers plans, sur la tombe de l’enfant le plus célèbre de Savannah, en Georgie. Minuit dans le Jardin du Bien et du Mal se situe aux antipodes du cinéma de l’efficacité, tranche par sa discrète élégance avec une obsession de la virtuosité, au point qu’à sa sortie, certains déplorèrent que son style détendu et néoclassique commençait à ressembler à un style de vieillard. Gros malentendu, tenant au fait qu’ici, l'explicitation des données objectives (l’intrigue, les personnages, le paysage urbain) soit totalement contaminée par la trame cachée, les lieux et les esprits manquants. D'où une atmosphère flottante, des ellipses nombreuses, des situations presque irréelles qui permettent à l'intrigue de progresser sur un mode de surplace aléatoire. D'où également un espace miné par un système de "trouées historiques" (les demeures du vieux Sud, l'ancien cimetière, les jardins d'autrefois) à travers lesquelles le présent est comme brouillé par le passé : parfois, le spectateur ne sait plus où il se situe dans le temps, alors que le récit est absolument contemporain. Cette fluidité sans apprêt se révèle donc le moyen idéal pour familiariser le spectateur avec l'atmosphère de cette ville quasi légendaire, qui sert non seulement de cadre au film mais en est l’un des principaux personnages.


Image



Comme avec Sur la route de Madison deux ans auparavant, Eastwood adapte ici un énorme succès de librairie. L’argument est à la fois très simple est propice aux plus sinueuses échappées romanesques : venu en touriste à Savannah, un journaliste, John Kelso, tombe amoureux de la ville, de ses rites, de ses idiosyncrasies, de son style de vie qui ne cessent de le surprendre. Il s'y installe et y vit pendant huit ans, sans toutefois rompre entièrement ses attaches avec New York. Il va non seulement rencontrer mais devenir le familier d'une multitude de personnalités locales, y compris Jim Williams, antiquaire et restaurateur de maisons historiques, célèbre parmi les habitants pour son hospitalité et en particulier sa grande fête de Noël annuelle. Kelso sert de médiateur entre le spectateur et l'univers très particulier de la bonne société de Savannah : c'est à travers ses yeux que nous la découvrons et que nous partageons son étonnement. Face à ce monde déporté entre luxe et volupté, archaïsme et magie noire, grand art et scandales, il n'a qu'une réaction : il ouvre la bouche, surpris et béat. Jusqu'au moment où s'insinuent en lui quelques-uns de ces troubles secrets, quelques-unes de ces humeurs alanguies, et où il se voit peu à peu défait par la ville et par ses habitants, comme ravi par elle et par eux, capturé, emporté, tenu prisonnier. Kelso finit par se fondre dans Savannah, corps étranger peu à peu absorbé par le non-dit, l'incertain, la moiteur et les fantômes du temps qui passe.

Au tout début du film, une voix féminine chante doucement une ballade. La caméra se déplace souplement dans un parc superbe. Est-ce un cimetière, ce jardin dont parle le titre ? L’affirmer serait simpliste mais c'est au moins l'avis de Minerva, prêtresse vaudoue rondouillarde et souriante qui observe d'un air entendu un avion en descente sur la ville. À Savannah, il y a vingt-quatre jardins publics (cimetières non compris), de splendides demeures d'avant la guerre de Sécession, une douceur de vivre aussi suave que les mouvements d’appareil, et donc Jim Williams. Spécialiste de l'ambiguïté, de la menace, il occupe une position incertaine et marginale dans une communauté dont il est paradoxalement l'un des piliers. Il est à la fois un homme du passé, par sa passion pour les beautés anciennes, sa façon de réincarner un idéal de contenance, de tenue, et un homme du secret menant une double vie, tout en organisant le ballet mondain de l’aristocratie sudiste. Il inspire à ses pairs des sentiments partagés : admiration, envie, ressentiment, méfiance... Célibataire parmi des couples traditionnels, donc suspect, il ne cache pas exactement son homosexualité, mais on lui sait gré de ne pas en faire état, moyennant quoi, les apparences étant sauves, on peut faire "comme si de rien n'était". En tuant son jeune boyfriend, par légitime défense ou non, il rompt cette entente tacite, et on ne lui pardonnera pas. Riche, séduisant, mystérieux, il paraît devoir devenir le héros à la place de Kelso. Erreur. Il n'y a pas de héros dans ce film. Et plus le nombre de personnages croît, plus les rebondissements s'accumulent, moins on sait à quel protagoniste se vouer, dans quel genre s'installer, sur quel repère compter. Ce qui est exactement l'enjeu du projet, sans doute l’un des plus ambitieux et complexes dans lesquels se soit lancé le cinéaste. L’ouverture aura pu laisser croire à un film fantastique ; l'arrivée de Kelso, à une chronique provinciale ; la fête donnée chez Williams, à une parabole sociale au faste viscontien. Un crime survenant, le procès et les péripéties qui s'ensuivent suggèrent les nombreuses variantes de film noir, à suspense ou récit d'audience. Tous ces genres poussent dans le Jardin de Clint Eastwood, et la musique, et l'amour, et l’amitié, et la comédie.


Image



Mais le réalisateur ne s’engage pas pour autant dans le portrait doux-amer d'une cité peuplée de figures intrigantes. Chaque personnage a droit à son heure de gloire devant la caméra. Même le plus dingue, comme cet érudit hypocondriaque qui se balade entouré de ses mouches, avec des hannetons vivants attachés à ses habits et un flacon avec lequel il menace d'empoisonner toute la ville. Même le plus pittoresque, comme la charismatique Lady Chablis, travesti extraordinaire, drag-queen noire entre deux âges, star underground dans son propre rôle qui prend l'ascendant sur le récit et à laquelle Eastwood, visiblement fasciné, offre des scènes sur mesure, la filmant durant son spectacle et semblant oublier jusqu'à l'histoire qu'il avait commencé à raconter. Même le plus fruste, comme Billy, le beau loubard, giton de Jim Williams que celui-ci a abattu au terme de la soirée la plus chic du tout-Savannah — dont devait rendre compte Kelso. Le film fonctionne sur des rituels (le cercle de la bourgeoisie noire, le club des femmes mariées, la prison, la cour de justice, le dandysme sudiste, les supporters de l'équipe de football…). Étant entendu que les rituels ne sont jamais mieux mis en évidence que par leur transgression — à quoi s'appliquent les nombreux excentriques qui peuplent le récit comme les éléments d’une mosaïque. C'est un monde en harmonie que décrit la caméra, jusqu'au titre : le bien et le mal ne sont pas ennemis, mais d'une symétrie dont il convient d'user avec un peu d'eau pure et une poignée de piécettes, loin des manichéismes et des simplismes sur lesquels sont construites trop de productions hollywoodiennes.

Avec nuance et conviction, Eastwood continue ainsi d’explorer un territoire toujours en friche, celui des fondements identitaires de son pays. Film-procès et œuvre intime, ce faux polar méditatif pose un regard aigu sur la justice américaine, à la fois étendard d’une liberté constitutive et antichambre paradoxale du système. Mais si sa caméra-mémoire examine les croyances dogmatiques et leur dérive sociale, si elle met brillamment en perspective des notions aussi absolues que la loi et le crime, le droit et le devoir, elle magnifie avant tout le charme impalpable d’une ballade sur le fil de l’invisible. Au terme du récit, un étranger arrivé dans la ville est resté, a créé des liens, a été adopté par les habitants. Émiettée, confite dans ses codes et ses rites, la collectivité retrouve donc la possibilité d'intégrer de nouveaux membres, comme au temps du melting-pot — qui était, aussi, celui de ce grand cinéma américain dont Eastwood est l'un des rares héritiers. Avec une logique secrète et sereine, les personnages les plus surprenants, les plus extravagants, les plus différents trouvent l’accord parfait, au sens musical du terme. Cet accord se fonde sur la règle du jeu, communément admise et acceptée, aussi bien par les humbles qui promènent des chiens morts que par les nantis les plus en vue. C’est ainsi que le monde est monde — un monde parfait, pour rester chez Eastwood. Souriante sagesse dans le cimetière, que symbolise la statue tenant égaux deux plateaux sur l'affiche. Souriante et étrange comme ce film dont il est difficile de se défaire des vapeurs vénéneuses, de la séduction indolente, des volutes funèbres et joyeuses. Lorsque le générique final défile, on est un peu comme Kelso, happé par l’esprit du vieux Sud, captif consentant de l’esprit d’un lieu : on a beau penser qu’on en sort, en vérité on y est resté.


Image