Wim Wenders

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90486
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Wim Wenders

Post by Jeremy Fox »

Etonnant d'ailleurs que Si loin si proche ne soit jamais sorti en DVD ou Bluray en France. Curieux de le revoir. J'avais beaucoup aimé.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Wim Wenders

Post by Anorya »

Jeremy Fox wrote:Les Ailes du désir (Der Himmel über Berlin) - 1987

Hymne à la vie, hymne à l'amour, hymne à notre état de mortalité, hymne aux choses simples, hymne à l'enfance... hymne à l'humain. Vaste programme que Wenders, sans aucun cynisme et avec une sincérité totale, arrive à mener à son terme avec la grâce et la poésie qui ont dû lui être apportées par les anges de son film. Tant de tendresse, de beauté et d'humanité me laissent terrassé d'émotion. Mise en scène exceptionnelle, la caméra virevoltante de Wenders étant un personnage à part entière, texte sublime d'intelligence et de simplicité, comédiens tous extraordinaires et une scène finale entre Solveig Dommartin et Bruno Ganz qui, en 5 minutes, m'a bien plus fortement bouleversé que le long final de Paris Texas. J'avais trouvé ce film lourdingue, complexe et austère à sa sortie ; que j'étais nigaud à 20 ans ! Les sourires de Bruno Ganz et Solveig Dommartin me resteront désormais longtemps en tête.


Image
Bon, tu aimeras probablement Paris Texas dans 20 ans alors. :mrgreen:
Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Wim Wenders

Post by AtCloseRange »

Anorya wrote:
Jeremy Fox wrote:Les Ailes du désir (Der Himmel über Berlin) - 1987

Hymne à la vie, hymne à l'amour, hymne à notre état de mortalité, hymne aux choses simples, hymne à l'enfance... hymne à l'humain. Vaste programme que Wenders, sans aucun cynisme et avec une sincérité totale, arrive à mener à son terme avec la grâce et la poésie qui ont dû lui être apportées par les anges de son film. Tant de tendresse, de beauté et d'humanité me laissent terrassé d'émotion. Mise en scène exceptionnelle, la caméra virevoltante de Wenders étant un personnage à part entière, texte sublime d'intelligence et de simplicité, comédiens tous extraordinaires et une scène finale entre Solveig Dommartin et Bruno Ganz qui, en 5 minutes, m'a bien plus fortement bouleversé que le long final de Paris Texas. J'avais trouvé ce film lourdingue, complexe et austère à sa sortie ; que j'étais nigaud à 20 ans ! Les sourires de Bruno Ganz et Solveig Dommartin me resteront désormais longtemps en tête.


Image
Bon, tu aimeras probablement Paris Texas dans 20 ans alors. :mrgreen:
Karras, prépare ta gomme! :mrgreen:
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90486
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Wim Wenders

Post by Jeremy Fox »

J'ai bien aimé Paris Texas.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Wim Wenders

Post by Anorya »

Jeremy Fox wrote:J'ai bien aimé Paris Texas.
Jeremy Fox le 24 sept wrote:Il est de ces films que l'on aimerait tant aimer sans réserves tellement les thématiques, l'histoire, les lieux et les comédiens nous plaisent. Ce film de Wenders devrait donc logiquement me toucher profondément mais il n'y a rien à faire, malgré toutes ses immenses qualités, je m'y sens toujours un peu éloigné, encore lors de cette troisième vision.

Non pas que je n'y ai pas pris de plaisir, loin de là, mais j'ai à nouveau parfois trouvé le temps un peu long, notamment lors de ces deux interminables séquences dans le Peep Show. Et pourtant je ne me lasse pas des sanglots de Nastassja Kinski, des regards bouleversants de Harry Dean Stanton, de la douceur et du sourire d'Aurore Clément, de la profonde gentillesse de Dean Stockwell, de certains accords déchirants de Ry Cooder, de la somptueuse photographie de Robby Müller, de l'immensité de certains plans d'ensemble, des routes américaines à perte de vue, de la sublime séquence du film en super 8... Malgré tout, l'émotion reste trop souvent fugitive et j'en suis le premier peiné. Très beau film néanmoins.
Bien aimé certes mais pas la joie totale non plus comme tu le disais ("interminables", la durée est presque la même que pour la confrontation finale entre Solveig Dommartin et Bruno Ganz dans Les ailes du désir, hein. Bon ça dure pas 30 minutes non plus hein, les séquences dans ces deux films sont plus longues que ce qu'on peut attendre généralement mais elles ont le mérite d'installer le moment dans la durée comme pratiquement des segments à part dans le film, instants fugaces et hors du temps. :) ). ;)
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90486
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Wim Wenders

Post by Jeremy Fox »

Bien aimé certes mais pas la joie totale non plus

Ben oui ; j'ai bien aimé quoi :mrgreen:
la durée est presque la même que pour la confrontation finale entre Solveig Dommartin et Bruno Ganz dans Les ailes du désir, hein
Euh pas vraiment ; la séquence ne dure qu'environ 5 minutes contre une trentaine concernant les deux séquences du Peep Show :wink:
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Wim Wenders

Post by Anorya »

Jeremy Fox wrote:
la durée est presque la même que pour la confrontation finale entre Solveig Dommartin et Bruno Ganz dans Les ailes du désir, hein
Euh pas vraiment ; la séquence ne dure qu'environ 5 minutes contre une trentaine concernant les deux séquences du Peep Show :wink:
A ce point ? Pour moi c'était passé tout seul côté durée dans les deux cas tellement il y avait de passion et de retenue dans ces scènes. Bon, on dira que c'est très subjectif alors. 8) :wink:
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90486
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Wim Wenders

Post by Jeremy Fox »

Le principal est qu'un Wenders soit entré dans mon top 100 :wink:

Prochaine étape : le redécouverte de Jusqu'au bout du monde dans sa version longue pour la sortie du Bluray ; j'ai confiance.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90486
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Wim Wenders

Post by Jeremy Fox »

L'Ami américain (Der Amerikanische Freund) - 1977

Jonathan (Bruno Ganz), restaurateur de tableaux à Hambourg, croit qu'atteint d'une leucémie il n'en a plus pour longtemps à vivre. L'ayant appris, les mystérieux Ripley (Dennis Hopper) et Raoul Minot (Gérabrd Blain) lui font une étonnante proposition. Finalement Jonathan accepte d'assassiner un criminel, la somme reçue pour ce contrat lui permettant d'assurer la sécurité financière de son épouse et de son fils une fois qu'il aurait succombé à la maladie...

Pas facile de raconter l'intrigue qui n'est d'ailleurs pas toujours très nette. Mais peu importe, ce n'est pas ce qui compte le plus dans cet exercice de style et ce film d'atmosphère dans lequel Wim Wenders s'amuse, en prenant son temps, avec les codes du film noir américain tout en décrivant avec un immense talent les villes traversées que sont surtout Hambourg et Paris. De superbes scènes de filature, de beaux moments de suspense (dans le train notamment, hommage évident à Hitchcock, tout comme précédemment la séquence de la vente aux enchères) et des personnages à la fois mystérieux et pour certains attachants. Photographie magnifique de Robby Müller qui joue beaucoup sur les contrastes gris/couleurs vives, une musique entêtante de Jurgen Knieper et une mise en scène constamment inventive d'un Wim Wenders en pleine possession de ses moyens. Parfois un peu brumeux et obscur mais constamment captivant de par son ton, les chemins de traverse empruntés, le mystère de son intrigue et certains des personnages qui la peuplent (marrant de voir aussi Samuel Fuller ou Nicolas Ray). Belle surprise.
Gounou
au poil !
Posts: 9769
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Re: Wim Wenders

Post by Gounou »

Et toujours pas vu. Je rêve d'un beau bluray comme ceux de Paris Texas et Les Ailes du Désir !
Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Wim Wenders

Post by AtCloseRange »

Jeremy Fox wrote:L'Ami américain (Der Amerikanische Freund) - 1977

Jonathan (Bruno Ganz), restaurateur de tableaux à Hambourg, croit qu'atteint d'une leucémie il n'en a plus pour longtemps à vivre. L'ayant appris, les mystérieux Ripley (Dennis Hopper) et Raoul Minot (Gérabrd Blain) lui font une étonnante proposition. Finalement Jonathan accepte d'assassiner un criminel, la somme reçue pour ce contrat lui permettant d'assurer la sécurité financière de son épouse et de son fils une fois qu'il aurait succombé à la maladie...

Pas facile de raconter l'intrigue qui n'est d'ailleurs pas toujours très nette. Mais peu importe, ce n'est pas ce qui compte le plus dans cet exercice de style et ce film d'atmosphère dans lequel Wim Wenders s'amuse, en prenant son temps, avec les codes du film noir américain tout en décrivant avec un immense talent les villes traversées que sont surtout Hambourg et Paris. De superbes scènes de filature, de beaux moments de suspense (dans le train notamment, hommage évident à Hitchcock, tout comme précédemment la séquence de la vente aux enchères) et des personnages à la fois mystérieux et pour certains attachants. Photographie magnifique de Robby Müller qui joue beaucoup sur les contrastes gris/couleurs vives, une musique entêtante de Jurgen Knieper et une mise en scène constamment inventive d'un Wim Wenders en pleine possession de ses moyens. Parfois un peu brumeux et obscur mais constamment captivant de par son ton, les chemins de traverse empruntés, le mystère de son intrigue et certains des personnages qui la peuplent (marrant de voir aussi Samuel Fuller ou Nicolas Ray). Belle surprise.
Qui se rappelle d'un film du début des années 90 (92-93) qui reprend la même idée (ou une autre adaptation de Highsmith mais je ne suis pas sûr), je crois bien? Un film qui se passe en Allemagne réalisé par un américain il me semble.
EDIT: bon, je crois bien que c'est ça
http://www.premiere.fr/film/Loin-de-Berlin-137135
Il me semble que le film évoquait pas mal cet Ami Américain.
Image
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12240
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Re: Wim Wenders

Post by Jack Griffin »

Gounou wrote:Et toujours pas vu. Je rêve d'un beau bluray comme ceux de Paris Texas et Les Ailes du Désir !
Criterion le sort bientôt je crois. UN des meilleurs Wenders.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90486
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Wim Wenders

Post by Jeremy Fox »

Jack Griffin wrote: Criterion le sort bientôt je crois.
feb wrote:Sorties de janvier.
Image
odds against
Electro
Posts: 814
Joined: 9 Oct 09, 16:42

Re: Wim Wenders

Post by odds against »

J'attends avec impatience la sortie en combo de "Jusqu'au bout du monde" chez TAMASA; la sortie déjà repoussée au 17/11/2015 n'est déjà plus sûre; AMAZON note bientôt disponible.
Par contre j'ai un doute sur le format : le combo de TAMASA est indiqué en 1.66 alors que le DIGIPACK 3 DVD sorti en Allemagne par STUDIO CANAL en mai 2015 est en 1.78.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90486
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Wim Wenders

Post by Jeremy Fox »

Sur Amazon
On a eu la chance avant-hier de voir Wenders présenter son film dans un cinéma à Paris, salle comble, tous ravis (près de 5h quand même !) L'image est sublime, le son magnifique. Wenders nous a raconté, entre autres choses intéressantes, qu'il avait pris la peine de régler ses couleurs differemment pour la salle et pour le DVD/Bluray, donc j'attends la sortie du bluray avec impatience. Il a dit qu'il avait tourné son film en super 35mm et qu'il voulait que l'image soit présentée en 1:66. Les cinephiles informés comprendront ce choix puisqu'a mon sens le cadrage 1:66 se prête mieux au 2K que le 1:85. Chaque image est belle à être encadrée et la bande son est un grand bonheur pour les oreilles.
Je n'ai pas tout techniquement compris mais hâte moi aussi ; d'autant plus que nous sommes partenaires sur ce combo.