The Good Shepherd (Robert de Niro - 2006)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33435
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

The Good Shepherd (Robert de Niro - 2006)

Post by Colqhoun »

Après avoir aligné des rôles tous plus ou moins nazes ces dernières années (entre les Meets the Parents, Mafia Blues, des doublages de dessins-animés minables et des zéderies fantastico-neuneu), de Niro, pour la 2ème fois de sa carrière, derrière la caméra et nous livre rien de moins que l'histoire de la création de la C.I.A.. Et pour le coup, il s'entoure plutôt bien. Matt Damon dans le rôle titre avec, à ses côtés, Angelina Jolie, William Hurt, Billy Crudup, Alec Baldwin, Keir Dullea, Michael Gambon, Joe Pesci, Timothy Hutton, John Turturro et Bob lui-même dans le rôle d'un vieux général sur le point de mourir. Un casting aux petits oignons, une équipe technique en béton (entre autres, Richardson à la photo) et un scénario ambitieux.

Edward Wilson (Damon) est un jeune homme de bonne famille qui aura vite fait d'intégrer la très secrète organisation Skull & Bones. Alors qu'il caresse au départ l'idée de partir dans la poésie, ses pairs et mentors décideront bien vite de son sort en lui offrant la possibilité d'officier dans une agence nationale secrète en devenir. S'en suivront alors formation, séjour en Europe durant la 2GM, trahisons, mise à l'épreuve pour enfin retourner au pays et débuter alors une vie de famille chaotique. Les seuls véritables moments de joie de Wilson seront vite condamnés à disparaître au profit de la sécurité nationale et il finira par ne faire plus qu'un avec son métier, avec son agence.

The Good Sheperd nous plonge dans une histoire au ton constamment mélancolique et distant. Ce personnage qui passe totalement à côté de sa vie, coupable d'actes ignobles, qu'il exécute pourtant avec une froideur de fonctionnaire totalement détaché. Et de Niro de nous balader entre "présent" (ou plutôt, l'année 1961, sur laquelle débute le film) et passé, qui nous fait découvrir l'évolution de Wilson. Et si ce principe de récit n'est pas nouveau et que l'on aurait vite fait de tomber dans la facilité, de Niro et son scénariste Eric Roth (le bonhomme n'est pas un manche, il a bossé sur Ali, the Insider, Munich, Forrest Gump, etc..), s'en tirent plutôt bien, en laissant à plusieurs reprises le spectateur dans le flou, pour ensuite remettre le puzzle en place progressivement. Puzzle constitué d'une multitude de pièces, qui nous font passer ces 2h37 à un rythme plutôt soutenu. Peut-être que le montage ne met pas suffisamment en valeur chaque acteur et que certains rôlent font un peu remplissage (Alec Baldwin et William Hurt ne sont pas utilisés à leur juste valeur, l'unique scène de Joe Pesci fait un peu "vieux copain qui passe un coup sur le tournage" et Keir Dullea.. je ne sais même pas quand est-ce qu'il apparaît), peut-être aussi que sur la fin, on sent que le vieux Bob a quelque peine à conclure correctement son histoire (même si le plan final est bien pensé et pessimiste en diable) et qu'il se perd un peu dans certains détails, mais sur l'ensemble, cela ne sont que de maigres détails. On sera surtout étonné des quelques flambées de violence qui apparaissent soudainement (la mort d'un personnage important, la torture d'un autre), mais aussi d'une capacité à rendre émouvante certaines séquences "toutes simples", comme ce court passage où Wilson va changer son fils qui, paniqué, s'est uriné dessus. Ou encore ce petit montage parallèle entre découverte de preuves compromettantes et morceau de violon joué par un suspect. Belle surprise aussi avec la composition de deux à-peu-près inconnus, Bruce Fowler (ce premier étant surtout orchestrateur chez Hans Zimmer et ses potes de MV) et Marcelo Zarvos, qui livrent une musique nostalgique à souhait, toute en retenue.

Mais derrière l'histoire de cet homme brisé et quasiment dénué d'émotions se cache aussi, peut-être, un chant du cygne. Celui de de Niro, qui, à sa manière, nous dit qu'il est condamné à faire ce qu'il fait jusqu'à sa mort et que même si ce n'est pas forcément ce qu'il aurait voulu faire au départ, il s'est révélé être l'un des meilleurs (prétention ou non, cela reste bel et bien le cas). Difficile aussi de ne pas ignorer cette petite réplique de son personnage qui dit à Wilson que "dans un an, je serais probablement mort".

Robert de Niro fait partie de ces personnages que l'on imagine immortels, pourtant avec ce film il nous plonge dans une sorte de létargie doucement pessimiste, une sorte de retour à la réalité, qui nous montre "les meilleurs" sous un jour sombre, désespéré. L'innocence des débuts dévorée par le cynisme de l'accession au pouvoir. The Good Sheperd, c'est cette voix venue, comme dans le film, d'outre-tombe et qui sera entendue lorsqu'il sera trop tard. Déprimant.
"Give me all the bacon and eggs you have."
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25633
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

tu l'as vu?
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33435
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

Ouf vous nous devez 5 M € wrote:tu l'as vu?
:|
"Give me all the bacon and eggs you have."
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21840
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

Ouf vous nous devez 5 M € wrote:tu l'as vu?
Non, je pense qu'il a tout inventé pour faire son intéressant :mrgreen:

Plus sérieusement, le film sort en France sous le titre RAISON D'ETAT. Mais il faudra cependant attendre le 4 juillet pour le voir. C'est bien long...
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33435
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

Nestor Almendros wrote:Plus sérieusement, le film sort en France sous le titre RAISON D'ETAT.
Ici, ils l'ont sortis sous le titre français de SECRETS d'ETAT. :|
"Give me all the bacon and eggs you have."
Griff Bonnell
Assistant(e) machine à café
Posts: 226
Joined: 17 Oct 06, 12:32
Location: Paris (nobody's Perfect)

Post by Griff Bonnell »

J'ai beaucoup aimé ce film. Cette histoire des débuts de la CIA prend tous son sens dans l'analogie avec ce père psychorigide qui échoue à rendre sa famille heureuse, à éduquer son fils. La petite histoire explique la grande, et les opinions politiques des auteurs passent avec un minimum de subtilité.
Peut-être pas du grand art, mais un film très honnête.
"All right Mr DeMille, I'm ready for my close-up"
N. Desmond
"There comes a time that a piano realizes that it has not written a concerto."
L.Richards
"Chapter one: The night was humid and heavy"
Owen
frédéric
1st Degree
Posts: 13217
Joined: 28 Aug 04, 18:49
Location: Une galaxie lointaine, très lointaine

Post by frédéric »

Colqhoun wrote:
Nestor Almendros wrote:Plus sérieusement, le film sort en France sous le titre RAISON D'ETAT.
Ici, ils l'ont sortis sous le titre français de SECRETS d'ETAT. :|
Pourquoi ce report au 4 Juillet ? C'est pas vraiment un film d'été. Je pensais qu'il sortait ce mois-ci.
Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21840
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

Colqhoun wrote:
Nestor Almendros wrote:Plus sérieusement, le film sort en France sous le titre RAISON D'ETAT.
Ici, ils l'ont sortis sous le titre français de SECRETS d'ETAT. :|
Selon AlloCiné c'est RAISON D'ETAT. Selon Comme Au Cinéma c'est SECRETS D'ETAT. Dans les deux cas, la sortie est bien annoncée au 4 juillet
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25633
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

Selon Paris Boum Boum, c'est EH T'AS RAISON! :shock:
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48217
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

Nestor Almendros wrote:
Colqhoun wrote:Ici, ils l'ont sortis sous le titre français de SECRETS d'ETAT. :|
Selon AlloCiné c'est RAISON D'ETAT. Selon Comme Au Cinéma c'est SECRETS D'ETAT. Dans les deux cas, la sortie est bien annoncée au 4 juillet
Et dans les deux cas, c'est un titre bien lambda et bien nul.
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 22148
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Post by Major Tom »

Image
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10915
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Post by odelay »

Un film que j'attends bcp.
Et encore un bon point marqué par Matt Damon qui décidément est sans doute l'un des acteurs US qui choisit le mieux ses films.
Ubik
Ennemi d'état et du grand cinéma
Posts: 2165
Joined: 31 Dec 05, 02:47

Post by Ubik »

Bon. C'était une grosse attente. C'est une déception. On est trop loin du personnage. Certes : le film est mélancolique et aborde le point de vue d'un "fonctionnaire". Il n'empêche. Trop loin. Toujours trop loin. C'est propre. C'est soigné. Certainement trop d'ailleurs. Curieux montage. 1961 pendant 15 min puis on commence à comprendre que tout se passera en fait entre 39 et 61 avec des va et vient histoire de maintenir la "sauce". C'est pas mal joué. Le propos est passionnant. Ou devrait l'être. C'est un film faussement compliqué, finalement facile à suivre, qui manque cruellement d'enjeux. Les thématiques abordées sont trop classiques et vraiment rabattues, à aucun moment le film ne se démarque, à tel point qu'on ne comprend pas pourquoi De Niro ne traite pas son sujet de front (création de la CIA) en choisissant de suivre la vie de Matt Damon dont on finit - bien malheureusement mais plutôt logiquement - par se contrefoutre. Deuxième film, deuxième petit loupé, somme toute honnête, mais franchement chiant. De Niro réal, j'accroche pas.
Gounou
au poil !
Posts: 9769
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Post by Gounou »

J'attends pas mal de ce film. Le premier De Niro, bien que sous forte influence, était sympathique et personnel... un bon coup d'essai.
Je le crois tout à fait capable de mener une barque de cette ampleur.
Curieux, je suis, donc...
Image
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10915
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Post by odelay »

Ubik wrote:Curieux montage. 1691 pendant 15 min puis on commence à comprendre que tout se passera en fait entre 39 et 61 avec des va et vient histoire de maintenir la "sauce".
Le film ne remonte quand même pas si loin, je ne me souviens pas avoir vu de colons Anglais en tricorne... :D


Sinon, je l'ai vu aujourd'hui et j'ai été étonné par les grandes ambitions du films qui tient en grande partie ses promesses. On aurait peut être aimé que De Niro soit un peu moins sage dans sa mise en scène (sans forcément atteindre le lyrisme de Scorsese ou Coppola, mais déjà en se mettant au niveau de Pollack ou Pakula des 70s), mais cette sobriété voulue est en fait cohérente avec le propos et le personnage principal du film. La description (ainsi que l'interprétation) de ce dernier est d'ailleurs le point fort du film. Ce héros a été creusé et a une complexité qui n'est pas si courante que ça dans le cinéma d'aujourd'hui. Même si la longueur de 2h47 se fait sentir en de rares occasions, on reste fasciné par tout ce qui est décrit à travers ce personnage.

De Niro a réussi ici un film qui restera et qui est tout à fait à la hauteur de ses ambitions.

PS : le seul point vraiment négatif de ce film étant une musique très fonctionnelle et quelconque qu'on a déjà l'impression d'avoir entendu 100 fois et qui a qqfois tendance a entrainer le film dans une fadeur qu'il n'a pas à la base.