Topic films d'horreur

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15631
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

Colqhoun wrote:The Texas Chainsaw Massacre: The Beginning || Jonathan Liebesmann
Tout pourri. C'est chiant, il ne se passe rien, c'est filmé avec les pieds, tous les acteurs sont nuls, on nous sors des vieux prétextes moisis pour expliquer le pourquoi du comment du film de Nispel et alors c'est la foire aux incohérences. De cette série du renouveau du film de genre 70's je-sais-pas-quoi qui essaie d'être hardcore et dérangeant, ce machin est assurémment au sommet des "oeuvres" les plus misérables qui soient.
Poubelle.
Je suis absolument d'accord. Ridicule et sans aucun intérêt.
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22718
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Hostel 2, de Eli Roth

Alors que je m'attendais à pas grand chose, plutôt à un défilé de tortures gore, pivilégiant les effets spéciaux. Au contraire, il y a un intéressant scénario dans ce film (j'ignore s'il rend honneur au premier, que je n'ai jamais vu), qui pose de vraies question politiques, et y glisse de façon bien manoeuvrées quelques interrogations sur l'argent et les rapports nord-sud.

Du coup, je ressors enchanté de ce film, certes gore et dur, mais pas vain, loin s'en faut.
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
Gounou
au poil !
Posts: 9769
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Post by Gounou »

cinephage wrote:Hostel 2, de Eli Roth

Alors que je m'attendais à pas grand chose, plutôt à un défilé de tortures gore, pivilégiant les effets spéciaux. Au contraire, il y a un intéressant scénario dans ce film (j'ignore s'il rend honneur au premier, que je n'ai jamais vu), qui pose de vraies question politiques, et y glisse de façon bien manoeuvrées quelques interrogations sur l'argent et les rapports nord-sud.

Du coup, je ressors enchanté de ce film, certes gore et dur, mais pas vain, loin s'en faut.
N'en déplaise à un certain nombre, il y avait déjà tout cela en germe dans le premier, ce qui faisait déjà bien sûr son principal intérêt.
Image
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22718
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Gounou wrote:
cinephage wrote:Hostel 2, de Eli Roth
(...)pose de vraies question politiques, et y glisse de façon bien manoeuvrées quelques interrogations sur l'argent et les rapports nord-sud.
N'en déplaise à un certain nombre, il y avait déjà tout cela en germe dans le premier, ce qui faisait déjà bien sûr son principal intérêt.
Hé bien je vais vite m'en rendre compte par moi-même : la cinéphagette m'a offert ce film pour mon anniversaire !! :D
J'avoue qu'à présent, je suis bien curieux de voir ce premier opus.
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
Gounou
au poil !
Posts: 9769
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Post by Gounou »

cinephage wrote:
Gounou wrote: N'en déplaise à un certain nombre, il y avait déjà tout cela en germe dans le premier, ce qui faisait déjà bien sûr son principal intérêt.
Hé bien je vais vite m'en rendre compte par moi-même : la cinéphagette m'a offert ce film pour mon anniversaire !! :D
J'avoue qu'à présent, je suis bien curieux de voir ce premier opus.
Je l'ai revu récemment, après découverte du second... il est intéressant d'y constater un point de vue complètement reserré et subjectif, jusque dans le visuel du film, à l'inverse du second qui adopte le parti inverse, à savoir l'observation "omnisciente" des rouages de l'entreprise.
Il est donc cohérent que la première partie joue à fond sur les clichés touristiques et sexistes puisque c'est, d'une part, ce que recherchent les protagonistes et d'autre part ce que manie sciemment l'organisation pour les appâter et les piéger.
Image
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

cinephage wrote: J'avoue qu'à présent, je suis bien curieux de voir ce premier opus.
Je peux aussi te conseiller de regarder, si ce n'est déjà fait, son premier long, l'excellent je trouve Cabin Fever
Image

Je vote pour Victoria Romanova
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50018
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Post by Boubakar »

Devil's rejects

Bien loin de l'insupportable Hostel des six Saw, voilà un bon film d'horreur qui déménage !!! :twisted:
Mais finalement, en voyant ce film, on pense plus à Bonnie & Clyde (surtout à la fin), qu'à autre chose, mais les séquences gores et dérangeantes valent leur pesants de cacahuètes.
Une belle réussite (et avec une sacrée BO) :)
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

Colqhoun wrote:The Texas Chainsaw Massacre: The Beginning || Jonathan Liebesmann
Tout pourri. C'est chiant, il ne se passe rien, c'est filmé avec les pieds, tous les acteurs sont nuls, on nous sors des vieux prétextes moisis pour expliquer le pourquoi du comment du film de Nispel et alors c'est la foire aux incohérences. De cette série du renouveau du film de genre 70's je-sais-pas-quoi qui essaie d'être hardcore et dérangeant, ce machin est assurémment au sommet des "oeuvres" les plus misérables qui soient.
Poubelle.
Tu sais que tu me donnes très envie de le voir ?
Image

Je vote pour Victoria Romanova
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22718
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Dead Silence, de James Wan (2007)

Quelques mots pour signaler ce film du créateur de Saw aux amateurs du genre. Parce que je ne suis pas un fan de la franchise, je n'attendais pas grand chose de ce film. Et je suis sorti assez agréablement satisfait.

Avec un scénario bien ficelé, qui ne manque pas de références, mais est tellement éloigné du slasher de base qu'il en est rafraichissant, une mise en scène souvent efficace (et bien moins hystérique que dans Saw) et un score efficace donnent à ce film une ambiance effrayante efficace.
Moins gore qu'effrayant, Dead Silence brigue l'intéret en évitant l'écueil du gars qui ne crois pas au surnaturel. Ici, on y croit, le héros n'est pas spécialement bête, et on essaie avec lui de comprendre ce qui se passe. Wan a intégré la leçon des maîtres asiatiques de la frayeur, et, globalement, réussit ses séquences stressantes. Après Saw, Wan semble amateur de poupées effrayantes, mais ici, le traitement donne à la chose une place centrale. L'usage de la bande sonore évoque un peu Argento, ce qui m'a surpris de ce réalisateur.

Bref, à tous les amateurs curieux échaudés par Saw, ce film est très différent, et mérite le regard (enfin, uniquement des amateurs du genre, qu'il ne transcende en rien).
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
Aragorn Elessar
Accessoiriste
Posts: 1938
Joined: 17 Apr 06, 13:18

Post by Aragorn Elessar »

Son futur Death Sentence est pas mal aussi a ce qu'il parait.

Image

Et là il s'attèle à l'adaptation live de DBZ. :shock:
Image
Si la vie réelle est un chaos, en revanche une terrible logique gouverne l'imagination.
Ôtez le mensonge vital à un homme moyen, vous lui ôtez le bonheur, du même élan.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18195
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Post by Kevin95 »

ARAGORN elessar wrote:Son futur Death Sentence est pas mal aussi a ce qu'il parait.

Image
Après avoir vu des extraits, j'attends grave ce film ci !!!!
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5761
Joined: 28 Jul 05, 18:33
Location: Allemagne

Post by Truffaut Chocolat »

Je vous sollicite encore car je vais avoir besoin de vos lumières:

Voilà le portrait-robot de ce que je cherche: des films d'horreur/fantastique avec des morts-vivants, des fantômes, des maisons hantées (j'aime énormément ça), des murs poisseux...
Si l'ambiance est crédible c'est vraiment un avantage, mais plus important: le scénario et la réal doivent insister sur l'abandon et la solitude totale du personnage face à sa peur...

Donc si vous avez des titres à conseiller qui correspondent avec ça, n'hésitez pas je suis tout ouï.
takezo
Réalisateur
Posts: 6140
Joined: 16 May 03, 15:23
Location: East Coast

Post by takezo »

cinephage wrote:Hostel 2, de Eli Roth

Alors que je m'attendais à pas grand chose, plutôt à un défilé de tortures gore, pivilégiant les effets spéciaux. Au contraire, il y a un intéressant scénario dans ce film (j'ignore s'il rend honneur au premier, que je n'ai jamais vu), qui pose de vraies question politiques, et y glisse de façon bien manoeuvrées quelques interrogations sur l'argent et les rapports nord-sud.
Est-Ouest plutôt non ?
Sur les rapports Nord-Sud, voir Turistas.
The gospel was told, some souls it swallowed whole
Mentally they fold, and they eventually sold
Their life and times, deadly like the virus design
But too, minute to dilute, the scientist mind.
Wu.
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22718
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

takezo wrote:
cinephage wrote:Hostel 2, de Eli Roth

Alors que je m'attendais à pas grand chose, plutôt à un défilé de tortures gore, pivilégiant les effets spéciaux. Au contraire, il y a un intéressant scénario dans ce film (j'ignore s'il rend honneur au premier, que je n'ai jamais vu), qui pose de vraies question politiques, et y glisse de façon bien manoeuvrées quelques interrogations sur l'argent et les rapports nord-sud.
Est-Ouest plutôt non ?
Sur les rapports Nord-Sud, voir Turistas.
Le rapport est clairement celui qui distingue un pays du G8 d'un pays émergent, dans lequel l'argent "autorise tout". J'emploie le terme sud au sens économique, le plus large, même si, ici, il s'agit d'un pays de l'est. :wink:
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22718
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Truffaut Chocolat wrote:Je vous sollicite encore car je vais avoir besoin de vos lumières:

Voilà le portrait-robot de ce que je cherche: des films d'horreur/fantastique avec des morts-vivants, des fantômes, des maisons hantées (j'aime énormément ça), des murs poisseux...
Si l'ambiance est crédible c'est vraiment un avantage, mais plus important: le scénario et la réal doivent insister sur l'abandon et la solitude totale du personnage face à sa peur...

Donc si vous avez des titres à conseiller qui correspondent avec ça, n'hésitez pas je suis tout ouï.
Deux films "évidents" me sautent immédiatement en tête : les Autres, d'A.Amenabar, et Sixième sens, de Night Shyalaman.
2 soeurs, de Kim Jae-Woon

Plus rigolo et moins terrifiant (on n'est plus seul face à sa peur), mais il réunit avec un certain succès tous les schémas des films de maison hantée : Rose Red (un film direct to video). The Haunting, de Robert Wise, est aussi un modèle dans le genre (même s'il ne m'a pas vraiment effrayé).
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell