Barton Fink (Joel & Ethan Coen - 1991)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 48893
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Post by Boubakar »

Bien plus d'une fois, j'ai pensé au Festin nu, dans les difficultés d'un écrivain (ici, scénariste) à progresser dans son oeuvre, jamais à l'abri de la page blanche.
Mais il faut avouer que le film des frères Coen est supérieur de bout en bout, c'est est même à deux doigts d'être un chef d'oeuvre, c'est dire si j'ai adoré !

Le film n'est pas toujours accessible au premier abord, mais il faut se laisser entrainer dans ces dédales, dans ce récit labyrinthique, pour en apprécier davantage l'oeuvre.
Où l'on voit encore et davantage la difficulté d'être d'un scénariste, et qui plus est encore par le personnage de Barton Fink. (incroyable John Turturro, qui à mon avis, n'a pas l'air d'avoir eu la reconnaissance qu'il méritait)

Pour le reste, je préfère laisser MJ en parler plus haut, il le fait mieux :oops:, mais j'ai été littéralement séduit par ce film, moi qui ne connaissais les frères Coen que par leurs derniers films (Intolérable cruauté et Ladykillers, ainsi que Arizona Jr).
Reste plus qu'à voir The barber...

ed est quand même de bon conseil...
angel with dirty face
Six RIP Under
Posts: 4614
Joined: 7 Mar 07, 22:23

Post by angel with dirty face »

Barton Fink (1991) est Coen préféré suivie de près par Fargo (1996), Miller's Crossing (1990), et O Brother, Where Art Thou? (2000).
Bogus
Electro
Posts: 807
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Barton Fink (Joel et Ethan Coen, 1991)

Post by Bogus »

Découvert hier après Fargo (excellente soirée grâce à arte :D ) j'ai pris un énorme plaisir du début à la fin.
Moins une satire de Hollywood qu'un récit angoissant et cauchemardesque sur les difficultés de la création, le tout superbement mis en scène. Mon Cohen préféré, un chef-d'oeuvre!
Les meilleurs scènes du film se déroulent dans cet hôtel miteux (qui semblerait presque vivant) et les rencontres entre Barton et son étrange voisin de chambre interprété par John Goodman.
Last edited by Bogus on 20 May 15, 13:50, edited 1 time in total.
User avatar
locktal
Assistant opérateur
Posts: 2265
Joined: 19 Mar 11, 01:03
Liste DVD
Location: Dijon

Re: Barton Fink (Joel et Ethan Coen, 1991)

Post by locktal »

Ce n'est pas les frères Cohen, mais les frères Coen :wink:
"Vouloir le bonheur, c’est déjà un peu le bonheur"
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19824
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Barton Fink (Joel et Ethan Coen, 1991)

Post by Rick Blaine »

Mon Coen préféré aussi (au coude à coude avec Miller's Crossing). Il se dégage une atmosphère incroyablement marquante de ce film.
Bogus
Electro
Posts: 807
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Barton Fink (Joel et Ethan Coen, 1991)

Post by Bogus »

locktal wrote:Ce n'est pas les frères Cohen, mais les frères Coen :wink:
Image
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Barton Fink (Joel & Ethan Coen - 1991)

Post by Thaddeus »

Image


Page blanche et trou noir



La sortie du quatrième film des frères Coen, six mois après celle de l’éblouissant Miller’s Crossing, a été l’occasion de vérifier une chose assez rare : il existe peu de réalisateurs qui sont passés comme eux directement de la case jeunes espoirs à la case valeurs mûres et accomplies, en brûlant les étapes intermédiaires (tâtonnements, conquête de sûreté, montée en puissance). La chose était alors à peu près vérifiée que de cette nouvelle génération de bouffeurs d’images, la fratrie bicéphale était le talent le plus vif et le plus original. Aucun chichi, aucune complaisance pourtant, mais un jeu de cache-cache entre la valeur scénario et sa mise en scène, une espèce de fausse logique qui insiste sur des détails inutiles pour faire avancer un mécanisme déglingué et mieux nous perdre. Les Coen tiennent un propos classique et recherchent un vaste public sans jamais niveler par le bas : ils mettent la barre très haut, stimulant sans cesse l'imagination du spectateur, sollicitant davantage son intelligence que la plupart des cinéastes contemporains qui œuvrent dans le même système. L’esthétique centrifuge propre à la vidéo et au clip est ici totalement repensée dans la perspective d'un espace différent. Ainsi vivifiée, elle ne fonctionne plus à vide mais en phase avec le propos. Certes, elle chatouille l’œil, le surprend et le comble mais ne se satisfait jamais de ce résultat. Cette parfaite adéquation du verbe et de l'image trouve son expression la plus éclatante dans le plan final qui, lorsque les mots sont devenus vains, impose son troublant mystère : une baigneuse de dos, le regard obstinément tourné vers un horizon superbe et vide. Quand le héros a achevé son scénario, le tableau prend vie.


Image



Machine délicieusement perverse, histoire de lapsus et d’écriture où les cinéastes dessinent subtilement le visage d’une autre Amérique, le film commence sur un succès à Broadway, en 1941. Temps d’un théâtre social à la Arthur Miller, qui entend délaisser les téléphones blancs pour "l’homme de la rue". Un article dans le Herald, quelques mondains en délire, une ambiance façon All About Eve : un soir, Barton Fink est devenu l’auteur à la mode que tout le monde réclame. C’est un type introverti aux cheveux frisés en bombonne et aux lunettes aussi rondes que le ventilateur de sa chambre, le hublot de son bureau ou la silhouette de son gentil voisin de palier. On ne sait pas grand-chose de lui, sinon qu'il est un dramaturge de gauche, travaillé par l'obsession d'un théâtre accessible aux masses. Ce fantasme, il va le vivre à rebours, perdu au cœur d'Hollywood, où d'emblée il devra honorer la commande d'un film sur le catch. Comment écrire une histoire qu'on n'a pas vécue, voilà bien la question qui se pose à lui. À son insu, il va vivre l'aventure qui lui permettra de résoudre un douloureux problème d'inspiration. Du catcheur, Charlie, que Barton rencontre bien vite et dont la seule activité visible est de transpirer, a l'étoffe et le physique. Pourtant, il est agent d'assurance. C'est du moins ce qu'il affirme. Faux ange gardien et vrai démon, il va nouer avec l’écrivain une relation étrange, sur laquelle le film, jamais tout à fait comédie, jamais complètement drame sanglant, trace une chaîne implacable en dévoilant insidieusement un niveau d’absurdité qui monte et se contient jusqu’à l’explosion d’un dénouement infernal. Toujours la mise en scène déroute, jamais les séquences n’arrivent quand on les attend. Et dans ce délire ésotérique qui frise la paranoïa, le spectateur est amené à jouer le rôle de partenaire actif.

Le nom du personnage est à lui seul tout un programme, véritable signifiant à entrées multiples : Fink c'est aussi think. Car Barton Fink, à l’instar de Shining dont il reprend les motifs de l’hôtel-labyrinthe et de la panne artistique, est un film-cerveau. On plonge ainsi dans l'œil d'un cyclone cérébral, quasi biologique : corridors pourpres et organiques comme des tubes digestifs, texture visqueuse de certaines matières, humidités vaguement répugnantes… Cet hôtel, dont on ne voit jamais la façade, est tout à la fois surpeuplé (surtout par des bruits, des cris, des chuchotements entendus derrière les portes) et désert, lieu de glissements, de décrochages, de distorsions, espace de claustrophobie où l’on croise ici un liftier momifié et là un groom bizarre et servile, aux yeux globuleux, qui émerge des sous-sols comme des profondeurs de l’enfer. Le long du couloir qui semble aller tout droit vers un inquiétant nulle part, et duquel peuvent surgir les visions les plus horrifiques, des paires de souliers s’alignent le soir devant les portes, pour disparaître le matin. La chambre de Barton est dégoulinante, d’une déliquescente moiteur avec son papier peint qui se décolle, et auxquels répondent toutes sortes d'épanchements corporels. Chambre forte qui, du point de vue sonore c'est-à-dire de l'oreille interne, communique avec celle de Charlie, comme deux hémisphères entre eux, l'un caché, l'autre visible, unis par le même cortex. Enfin, il y a cette boîte énigmatique en forme de paquet cadeau, dont on ne connaîtra jamais le contenu exact et que Barton Fink promène avec lui pendant toute la seconde moitié du film. Part maudite, obscur objet de son désir qui permet toutes les dérives, toutes les projections possibles et imaginables. Si bien que cette caverne à trois dimensions dessine une poétique de l'espace intérieur. Microcosme et macrocosme s'alliant pour figurer une tempête sous un crâne.


Image



De La Mecque du cinéma, on ne voit qu’un producteur en costume blanc dans un grand bureau ensoleillé, le même au bord de la piscine, la partie du studio réservée aux cabines des scénaristes et qui ressemble au chemin de ronde d’une prison. Le Hollywood des frères Coen est une absence. Il est la vacance de l’imagination en panne, et on n’y a pas encore inventé le Témesta-Valium-Vodka. Barton fait les cent pas, punaise la tapisserie qui continue à suinter sa colle épaisse, écoute le couple dans la pièce d’à-côté, puis finit par taper un mot : "Poissonniers". Trois nuits et trois lignes plus loin, il demande conseil à un un alcoolique distingué qui vomit en s’agenouillant sur son mouchoir : c’est William Faulkner (sous un pseudo). L’autre s’en va en sifflotant un negro spiritual. Parler de lui, de ses problèmes existentiels, empêche Barton de se noyer à tout jamais dans le vertige du vide hollywoodien, où les apparences sont trompeuses, plus encore qu’ailleurs. Rien n’est jamais stable, rien n’est jamais sûr, seulement l’impossible. Il s’y joue une passe de deux entre le trou noir et la page blanche, dont le moteur est l'impuissance. C'est que les Coen donnent à ces objets une autonomie individuelle, comme si le tourbillon-même de l'écriture se projetait sur l'écran. On tourne autour, on se perd dans la virginité du papier, et les touches de l'Underwood portative deviennent des machines qui virevoltent sous nos yeux. Frustration poisseuse à laquelle répond l'obsession du trou noir. Il est probable que Barton Fink soit aussi vierge que la page qu'il essaie désespérément de remplir. Le trou noir, c'est à la fois le personnage, sujet plein d’espaces à combler et dont le somnambulisme engendre des monstres, et ce par quoi il devra en passer pour que sa feuille cesse d'être blanche. La caméra se perd sur la page de machine à écrire sur laquelle s’acharne Barton — fondu au blanc. Elle se perd sur le tuyau de la salle de bain lorsqu’Audrey rejoint le héros pour coucher avec lui — fondu au noir. Elle pénètre à l'intérieur de l'évier, devenu abîme sans fond, et escamote de l’image l’abomination qui se commet pendant le sommeil du protagoniste. Sur la bande-son, seulement des bruits repoussants, d’infâmes gargouillis. Une ellipse à rendre Hitchcock jaloux. Au matin, Fink écrase un moustique sur l’épaule de la dame. Elle ne se réveille pas. Un filet de sang se répand sous elle et imbibe les draps.

Alors tout se décoince, et le héros peut enfin écrire. Ce qui ne veut pas dire la fin de ses tourments, au contraire. L’imaginaire et le réel étroitement imbriqués, l’artiste broyé par sa propre angoisse, les lois édictées par le "gros bon sens" du patron de ce foutoir, sans illusion ni tendresse, mais homme de spectacle : c’est ça le cinéma, la création, cet espace sans contours où tout file entre les doigts. Le plus fort, c’est que le film que Barton invente est sans doute aussi celui que les Coen tournent dans le même temps. Hollywood est bien ici comme l'inscription carnavalesque des moyens de production à l'intérieur d'un projet fondé sur la demande d'expression personnelle d'un auteur. Il y aurait donc comme deux films dans Barton Fink, l'un, celui que les cinéastes ont su mener à terme ; l'autre, celui qu'ils auraient pu tourner mais qu'ils ont détourné, celui de la carte postale sans profondeur qui s'anime finalement. Dupé par le leurre absolu de l'image, Barton Fink a basculé dans la photo accrochée au mur. Pris au piège de la toile d’araignée qu’il tisse sans le savoir autour de lui-même, on le voit à un moment d’en haut, allongé tout habillé sur son lit comme le cloporte de La Métamorphose. Mais de tout cela, les réalisateurs ne font pas une montagne. Ils ne brodent peut-être qu'une série B d'auteur autour d'un sujet un peu inhabituel pour le cinéma américain. Cette modestie, allant de pair avec un regard oblique qu'on peut appeler l'ironie, est le gage même de la réussite du film. Elle prouve que les auteurs ne se montent pas la tête, ne se prosternent ni devant la forme, pourtant superbement achevée, ni devant l'industrie, et qu’ils ne se soucient pas de donner une quelconque morale à leur histoire. Ce sont juste, eux aussi, des hommes de spectacle, même si le "gros bon sens" chez eux prend les couleurs de l’enfer.


Image
Last edited by Thaddeus on 11 Feb 18, 17:47, edited 3 times in total.
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26663
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Re: Barton Fink (Joel & Ethan Coen - 1991)

Post by Billy Budd »

J'avais adoré au moment de sa sortie, mais lors d'un récent visionnage, le premier depuis le cinéma il me semble, je me suis terriblement ennuyé au point de me demander si je n'avais pas aimé à l'époque par obligation ou que sais-je encore.
Everybody's clever nowadays