Fast Food Nation (Richard Linklater - 2006)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16063
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Fast Food Nation (Richard Linklater - 2006)

Post by Profondo Rosso »

Image

Adapté du best-seller de Eric Schlosser, un pamphlet anti malbouffe saisissant remarquablement adapté par Richard Linklater décidément un touche à tout de génie. Tout les aspects polémique y passent de manières tout à fait crédible et très bien documentée : viande avariée en circulation, main d'oeuvre immigrées exploitées, élevages surpeuplés, lacheté des dirigeants qui laissent faire et engrangent les bénéfices...
Une foison de personnages refletent chacune des facettes du film sans perdre le spectateur car tous très bien écrit. La derniere scene du film dans les abattoirs est particulierement glauque (on est pas pret de manger un hamburger ou un steak après ça) tant du niveau de la crudité des images que de la situation du personnage au moment où il y pénetre.
Quelques guest sympa à signaler avec Kris Kristorferson en fermier cynique, Bruce Willis en belle ordure et Ethan Hawke (habitué de Linklater) en conscience politiquedécontractée. 5/6
Super Seb le Bat Coco
Artist from Outer Space
Posts: 36116
Joined: 13 Apr 03, 18:41
Location: Sous la fontaine de Genève...

Post by Super Seb le Bat Coco »

j'etais plutot déçu de voir un film aussi decousus que celui là. l'univers est tres rarement montré. mais ça va j'etais pas degouté avant. j'avais deja vu comment marchait un abattoir.

mais le film part sur de bons sentiments pour finir explosé en pleins milles dans du grand n'importe quoi.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15192
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

Un film effectivement éparpillé sans réelle tenue d'ensemble.
Composite et inégal, le film est néanmoins intéressant, grâce à la cocasserie de certaines situations et la qualité des comédiens.
Image

Mother, I miss you :(
Jean Claude Dus
Postman Sans Gêne
Posts: 9206
Joined: 12 Apr 03, 14:11
Location: In front of a convenience store in New Jersey

Post by Jean Claude Dus »

Trop inégal, de bonnes idées, mais pour moi, l'histoire s'attarde trop sur la vie des clandés méxicains.
Image
Image
Alphonse Tram
Réalisateur
Posts: 6686
Joined: 7 Jul 03, 08:50

Post by Alphonse Tram »

Ce film a fait un bide ?
Très peu d'avis en tout cas.
Je suis d'accord avec les avis précédants : un film assez décousu, genre choral mais qui se termine de manière trop abrupte.

Linklater a le mérite de faire front sur un sujet difficile : l'exploitation de la main d'oeuvre étrangère, c'est le plus important. Car finalement on ne sait pas si la viande est vraiment avariée : il est normal de retrouver une certaine quantité de coli dans la viande hachée selon des procédés industriels. Les conditions de travail ne sont pas remises en cause non plus : l'usine est propre, les ouvriers sont protégés par des cotes de mailles. Par contre, comme le dit Kristoferson : Une machine a pris le contôle, et cette âpreté au gain engendre un cynisme atroce (la scène avec le DRH au moment de l'accident).
Les scènes de l'abattoir ne m'ont pas choqué non plus, et pour finir je cite la voix off du sang des bêtes, de Franju : ... Parce qu'il faut bien manger chaque jour, et faire manger les autres, au prix d'un très pénible et souvent dangeureux métier.
Un bon film.
8/10
Souhaits : Alphabétiques - Par éditeurs
- « Il y aura toujours de la souffrance humaine… mais pour moi, il est impossible de continuer avec cette richesse et cette pauvreté ». - Louis ‘Studs’ Terkel (1912-2008) -
kyle reese
3D Maximal
Posts: 9791
Joined: 13 Apr 03, 13:53
Location: Back to real life !

Post by kyle reese »

L'affiche est terrible.
Très bien pensé les hamburgers à la place des gros lolo.
There is something very important that we need to do as soon as possible.
What's that?
Fuck !
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

Intéressant. Bancal, autant équilibré qu'un Big Mac, mais intéressant. Linklater se penche sur la tranche de vie de plusieurs personnages (clandestins mexicains, étudiants, vice-président du fast food, éleveur, intermédiaire), sur leurs rapports à cet empire de la mal-bouffe et aux conséquences qui en découleront. S'il a quelque peine à garder une certaine vue d'ensemble de ses protagonistes en s'éternisant un peu trop sur certaines situations, le réalisateur ne loupe pas le coche en pointant du doigt du manière plutôt efficace tout ce qui entoure la production de ces hamburgers. On pourra aussi lui reprocher quelques scènes bien trop dialoguées, mais il se rattrapera avec les dernières scènes du film, évocatrices en diable (même si le coup de l'abattoir ne m'a pas vraiment fait d'effet... un abattoir c'est fait pour abattre, pas pour planter des fleurs et manger des bonbons). Je ne sais pas quel genre d'accueil il a pu recevoir aux usa, certains passages du film étant vraiment très clairs sur les idées de son réalisateur, mais vu d'ici, le tout paraît peut-être un brin "enfonçage de portes ouvertes", même si bien plus intelligent que l'expérience sadomasochiste Supersize Me.
"Give me all the bacon and eggs you have."
User avatar
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7683
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Post by 7swans »

Colqhoun wrote: On pourra aussi lui reprocher quelques scènes bien trop dialoguées
La Linklater Touch :D

Effectivement, ça se prete moins dans FFN que dans les Before Sunrise/Sunset ou Waking Life, voir Tape (ce dernier que je recommande vraiment chaudement, un des huis clot les plus interessant que j'ai pu voir).

Sinon, le film en lui meme me parait d'une grande sincérité, quant au besoin d'informer. La construction tient bien la route, et les acteurs livrent pour la plupart de grandes performances (J'aime bcp K Kristofferson dedans). Il manque peut etre au projet un peu d'envergure, dans la mise en scène, un peu plus "d'esbroufe" ou de maestria. Linklater se voulant plus decripteur, il film dans une esthétique tres "figuratif".

(sinon, le documentaire sur le DVD est assez décevant, sans aucun parti pris ou ligne directrice, il part un peu dans tout les sens, se contentant parfois de filmer le tournage... En parlant de ça, je suis étonné que les moments de post productions ne soient pas plus montré que ça dans les documentaire dvd en général. Nous montrer le montage en lui meme, l'étalonnage, le mix, etc... un regard sur la technique quoi....)
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.
kayman
Réalisateur
Posts: 6765
Joined: 14 Apr 03, 10:30
Last.fm
Location: neuftrois

Post by kayman »

Alphonse Tram wrote: Les scènes de l'abattoir ne m'ont pas choqué non plus, et pour finir je cite la voix off du sang des bêtes, de Franju : ... Parce qu'il faut bien manger chaque jour, et faire manger les autres, au prix d'un très pénible et souvent dangeureux métier.
Franju n'etait peut etre pas au courant, ca date faut dire, qu'on peut ne pas manger d'animaux. quand au difficile et dangereux mêtier, je me permets de ne pas compatir.
Seul contre tous.
top hebdo lastfm
Image
Ben Castellano
Décorateur
Posts: 3689
Joined: 23 Jan 05, 12:07

Post by Ben Castellano »

Colqhoun wrote:Je ne sais pas quel genre d'accueil il a pu recevoir aux usa, certains passages du film étant vraiment très clairs sur les idées de son réalisateur, mais vu d'ici, le tout paraît peut-être un brin "enfonçage de portes ouvertes", même si bien plus intelligent que l'expérience sadomasochiste Supersize Me.
Aux USA ça a été un gros plantage alors que le livre de base est culte, un accueil critique mitigé et un pauvre million de dollars au box office (deux fois moins que "Waking Life!'")... Linklater n'a pas eu de chance l'an dernier, avec ses deux films présenté à cannes et boudés, alors que ça aurait pu être un moyen de le faire exploser un peu en Europe. Concernant "Fast Food Nation", il faudra que je le revois, mais sa bancalité me posait aussi problème. On voit que ce qui a plus au réal c'est de mettre à nu un véritable réseau aux multiples ramifications, car c'est aussi l'une des thématiques de son cinéma, et il apparait en ce sens comme une sorte de versant concret à ce que l'on voyait dans "A scanner Darkly"... Et pourtant le film touche moins, est moins fort dans ce "réel", peut-être aussi parce qu'il arrive trop tard concernant son sujet ou que tout le monde est devenu blasé vis à vis de celà. A l'instar de "Scanner", le constat se fait plus mélancolique qu'autre chose. La scène de l'abattoir m'a fait quand même bien mal à la gorge, bon je m'était mis en même temps au vert six mois avant.

Je trouve que c'est son plus faible avec les "Newton Boys" (enfin pas encore vu "Bad New Bears").

Le Passage avec Willis est vraiment excellent :lol:
User avatar
7swans
Nuits de Sheen...
Posts: 7683
Joined: 17 Feb 06, 18:50

Post by 7swans »

Ben Castellano wrote:
Je trouve que c'est son plus faible avec les "Newton Boys" (enfin pas encore vu "Bad New Bears").

Un tres mauvais film, et c'est un fan de RL qui parle. Je m'attendais au mieux a un Bad Santa meet School of Rock (comme beaucoup de monde, j'imagine), s'épanouissant dans un ton cynique mais tendre.

Au contraire, on tombe rapidement dans de l'humour galvaudé, une mise en scène molle, des acteurs horripilant (greg kinear, toujours aussi lisse. BBT en roue libre), et une morale intacte, sans parler d'un vrai probleme de rythme...
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

Ben Castellano wrote:il apparait en ce sens comme une sorte de versant concret à ce que l'on voyait dans "A scanner Darkly"...
Oui, je me suis aussi fait la réflexion. Les deux films sont très proches dans leur approche du sujet, mais la stylisation et l'aspect sf de A Scanner amenait finalement à quelque chose de plus fort.

Reste que la conclusion de FFN est aussi très forte (enfin, la triple conclusion: l'abattoir, les gamins et le retour dans la salle de réunion de Mickey's qui conclut le film sur une note bien cynique).
"Give me all the bacon and eggs you have."
Ben Castellano
Décorateur
Posts: 3689
Joined: 23 Jan 05, 12:07

Post by Ben Castellano »

7swans wrote:
Un tres mauvais film, et c'est un fan de RL qui parle. Je m'attendais au mieux a un Bad Santa meet School of Rock (comme beaucoup de monde, j'imagine), s'épanouissant dans un ton cynique mais tendre.

Au contraire, on tombe rapidement dans de l'humour galvaudé, une mise en scène molle, des acteurs horripilant (greg kinear, toujours aussi lisse. BBT en roue libre), et une morale intacte, sans parler d'un vrai probleme de rythme...
arf... j'attendais pas forcément plus que du sous "School of Rock" mais pas à ce point, hum. J'étais limite à le commander, je vais attendre que ça tombe très très bas niveau prix :?
Happy Charly
Assistant opérateur
Posts: 2582
Joined: 16 Nov 03, 12:10
Location: Loin de la civilisation... dans l'trou-du-cul du monde, quoi !

Re: Fast Food Nation (Richard Linklater, 2006)

Post by Happy Charly »

UP !! sur ce film que certaines vieilles pleine de naphtalines semblent connaître mais ne pas spécialement apprécier :

Après le questionnement sur mon éducation alimentaire – à savoir si je continue à être carnivore ou fais le choix de devenir végétarien voire végétalien - que je vous ai exposé au début du mois lors de ma critique du film « EARTHLINGS » de Shaun Monson, ce n’est sans doute pas par hasard que je continue ce cheminement décisionnaire personnel en vous proposant, ce soir, de parler de cet autre film engagé en ce qui concerne mon et notre alimentation :

Image

« FAST FOOD NATION » de Richard Linklater

Adapté du livre-enquête sur la fabrication de ce qu'on appelle la Junk-Food ou malbouffe « Fast Food Nation » ( « Fast Food Nation, The Dark Side of the All-American Meal », « Le Pays de la restauration rapide, le côté obscur d'un repas bien américain », de son titre complet ) du journaliste d’investigation ou fouille-merde ( selon vos positions idéologiques ou économiques ) Eric Schlosser, le film de Richard Linklater s’en éloigne pourtant un peu.
Si, en 2001, le journaliste new-yorkais, qui a publié dans « Rolling Stone », « Vanity Fair » ou « The New Yorker » et a été récompensé ( le National Magazine Award en 1994 pour ses articles sur le trafic de drogues aux USA et le Sidney Hillman Foundation Award en 1995 ), dénonçait dans son best-seller les pratiques discriminatoires et autres manipulations - jusqu’à l'impact local aux Etats-Unis et d’un point de vue mondial - de cette industrie de la bouffe rapide et sur le pouce, le film du réalisateur multi-casquettes Texan, lui, ne va pas en développer tous les chapitres sans pour autant en rester aussi incisif.
Alors que dès sa prépublication dans « Rolling Stone », à partir de 1999, Schlosser examine la naissance et le développement de la restauration rapide au sein de la culture populaire et suburbaine américaine en parallèle avec l’émergence des automobiles et les modifications de conditions de travail dans des entreprises en pleine évolution, le scénariste ( mais aussi réalisateur ) de « DAZED AND CONFUSED ( GENERATION REBELLE ) » en 1993 ou « SLACKER » en 1991 ( dans lequel il apparait également en tant qu’acteur ), Linklater, lui, ne va pas revenir sur cette pourtant forte intéressante et primordiale étape constructive d’une telle investigation dans le cheminement de ce qu’il entama comme un documentaire en août 2005.
Mais son film n’en reste pourtant pas moins intéressant.
A travers l’enquête de qualité d’un ponte d’une chaine de restaurants ( si on peut appeler ça des restaurants ) fictive, qui a découvert des résidus de merde dans la viande de leurs burgers, les deux hommes – Eric Schlosser et Richard Linklater signant à quatre mains cette adaptation, dont l’écrivain est aussi producteur – vont ainsi faire découvrir au spectateur curieux de savoir ce qu’il peut ingurgiter dans ces établissements à l’hygiène douteuse ce qu’il en est, en fait, de leur prétendu steak et de ce fictif Big One, qui n’est pas sans rappeler le trop célèbre Big Mac du non-moins célèbre Clown distributeur de gastros et autres intoxications alimentaires en tout genre.
L’entrée illégale sur le territoire américain de trois clandos Mexicains ( Wilmer Valderram, Catalina Sandino Moreno et Ana Claudia Talancon ) appuyant en parallèle les conditions de travail lamentables ou plutôt d’exploitation sociale et professionnelle d’une partie du petit personnel de cette industrie alimentaire. Travailleurs sans papiers qu’on retrouve aussi chez nous en France, je vous rassure, mais d’origines africaines ou pakistanaises, entre autres…

Car, oui, si l’action du film se déroule au Texas ( comme beaucoup d’autres des films du réalisateur ), les effets catastrophiques d’une telle entreprise ( et je ne parle pas que de cette société fictive Mickey’s qui en désigne tant d’autres ) sont bel et bien mondiaux. Malheureusement.
« FAST FOOD NATION » ne se contentant pas de dénoncer le massacre quotidien dans des conditions d’hygiènes déplorables de milliers de bovins, même si le début du film veut bien vous laisser croire le contraire comme au personnage de Don Anderson ( ce ponte de chez Mickey’s ). Le discours de ce film de 2006 dénonçant en 114 minutes l’extermination spéciste de milliers de vaches ( complètement stupides pourrions-nous croire lors d’une scène du film avant de se reprendre et se souvenir qui sont les monstres dans le crescendo sanglant de la découverte des entrailles de l’abattoir ), les dégâts écologiques qu’entraînent un tel élevage massif de bovins dont la merde contamine les sols comme la merde qu’ils deviennent entre deux tranches de pains bousilleront votre corps, les risques sanitaires que prennent alors les consommateurs de telles viandes avariées, contaminées ou qui risquent d’être mal préparées ( « faites cuire la viande et tout sera réglé » se défend l’un des personnages ), les risques criminels encourus par le personnel de ces fast-foods ( avec la multiplication des hold-ups dans le coin dont ne cessent de parler les trois jeunes employés ) et les accidents quotidiens d’un travail excessif et dangereux des employés de ces abattoirs, le travail au noir de ces clandestins sur lequel ces grandes sociétés s’appuient mais fermeront les yeux au moindre couac, etc, etc. Les infractions ou flirts avec l’infraction des animaleries évoquées dans une courte phrase de la mère d’un des personnages étant à compter dans ces « etc »…
Et même si ce film semble ne pas être resté sans réaction et avoir eu du succès, du moins en terres américaines où ce film que The New-York Times décrivit comme le film politique américain le plus important depuis « FAHRENHEIT 9/11 » de Michael Moore provoqua de nombreux débats quant au fonctionnement concret et réel d’une telle industrie, je dois avouer que jusqu’à aujourd’hui et en parcourir la fiche IMDB et ce qu’il en était sur la toile je l’aurais pris pour un inédit.
Coproduction franco-américano-britannique ( La Fabrique de Films associée avec la Fox et Tartan Films ) tournée entre le Mexique et les Etats-Unis, et terminée en octobre 2005, « FAST FOOD NATION » est donc sorti dans l’anonymat chez nous le 10 novembre 2006 ( après une Première au Festival de Cannes de la même année ), engrangeant un petit million de dollars bien que classé R ( car contenant, il est vrai, des images chocs, de la sexualité, de l’usage de drogues et un certain langage peu châtié par moments ) et basé sur une écriture cinématographique documentaire – ce qui n’aide pas au pays des popcorns movies dont on ne loupe rien en revenant des gogues ( où l’on pourrait avoir été vomir son burger ).
Mais ce n’est pas parce que ce film pourrait vous paraître inconnu qu’il vous faudra passer à coté. Et c’est pourquoi je vous le conseillerai aussi et encore ce soir.
Entre ce « EARTHLINGS » dont je vous reparlais en ouverture et le plus connu « SUPER SIZE ME » de Morgan Spurlock sorti en 2004 ( dans lequel le discret Eric Schlosser apparait dans une interview pour les bonus du DVD de ce film sur lequel je reviendrai aussi ), deux documentaires chocs, « FAST FOOD NATION » n’en reste pas moins un intéressant docu-fiction critique, où les cinéphiles pourront retrouver des stars hollywoodiennes dans d’étonnants et non-moins intéressants rôles.

Ethan Hawke ( à l’affiche ce mois-ci dans le film de vampires « DAYBREAKERS » où il cherche à sauver le bétail humain : décidemment !! ), acteur fétiche du réalisateur Richard Linklater ( « BEFORE SUNRISE » en 1995, « LE GANG DES NEWTON » en 1998, « WAKING LIFE » et « TAPE » en 2001 avant le prochain « UNTITLED 12 – YEAR RICHARD LINKLATER PROJECT » en 2013 ), y apparaissant dans le rôle de cet oncle Pete un brin anarchiste de la jeune protagoniste Amber. Une apparition dont le discours ne fait que conforter le rôle de poil à gratter de ce film et va peut-être modifier les vues d’esprit de sa nièce sans vous spoiler le film.
La jeune Ashley Johnson ( la petite Chrissy Seaver de la série « Quoi de Neuf, Docteur ? » vue récemment dans « TOY BOY » ) étant cette ado : Amber, lycéenne aux aspirations aéronautiques travaillant en attendant comme serveuse chez Mickey’s ( mais non vous ne verrez pas de souris à grandes oreilles dans ce film. Des rats, oui, mais pas de souris de dessin animé ) pour payer ses études et aider sa mère. Avec pour collègue le jeune et cynique punk-goth Brian : Paul Dano, vu dans « THE GIRL NEXT DOOR » et revu dans ce « THERE WILL BE BLOOD » sur lequel Eric Schlosser a été aussi producteur exécutif.
La mère d’Amber, Cindy, étant interprétée par la jeune et insouciante Alabama de « TRUE ROMANCE » qui se cache sous les aventures télévisées d’Allison Dubois ( « Medium » ), Patricia Arquette, dont les aventures amoureuses semblent être catastrophiques pour cette employée d’animalerie ( sic ! ).
Lou Taylor Pucci ( « SOUTHLAND TALES » et « FANBOYS » ) et la chanteuse canadienne Avril Lavigne, dans son premier rôle, incarnant deux étudiants post-soixante-huitards épris de révolutions auxquels va s’associer Amber.
Greg Kinnear ( pathétique Captain Amazing dans l’excellent « MYSTERY MEN » ) y étant ce ponte de Mickey’s, Don Anderson, dont l’équipe a créé ce fameux Big One, venant enquêter pour savoir dans quelles conditions sont préparés leurs futurs steaks…
L’éternel Whistler de « BLADE », le cowboy Kris Kristofferson, y étant l’un de ces éleveurs de vaches que va rencontrer Don Anderson. Son personnage permettant d’aborder les transactions entre éleveurs et distributeurs mais aussi l’avenir incertain de ces éleveurs avec l’expansionnisme immobilier menaçant leurs terres.
Bruce Willis ( éternel John McLane de la saga « DIE HARD », lui ) y trouvant l’un de ces caméos les plus horribles – dans l’idéologie et l’éthique consuméristes et commerciales de son personnage. L’un de ses rôles méconnus et à un tarif syndical les plus intéressants.
L’acteur Bobby Cannavale ( découvert dans l’excellente série « New-York 911 » ) tenant dans ce film le rôle de ce genre de salaud qui existe dans de nombreuses entreprises : ces petits chefs qui abusent de leur position pour profiter du personnel et plus particulièrement lorsque ces jolies jeunes femmes sont clandestines et tiennent absolument à travailler.
Luiz Guzman ( vu dans « Oz » mais également « MYSTERY MEN » ) poursuivant cette panoplie de portraits de salauds profitant de la misère de certains en incarnant le passeur Benny qui permet à tous ces clandestins de venir espérer une vie meilleure dans les usines américaines.
Et ce sera sur ce casting que je terminerai cet article en vous conseillant encore une fois ce film de 2006 : « FAST FOOD NATION », plus fictif que « SUPER SIZE ME » et moins intolérable que l’excellent « EARTHLINGS ».

Vous pouvez maintenant éteindre votre télévision et regardez attentivement ce steak dans votre assiette ( ou entre ces deux tranches de pain )… :fiou:

Et non, je ne le trouve pas si décousu et peut-être même moins que certains films d'un certain Tarantino que vous encenseriez s'il en avait été le réal'. Non ?
Image
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Fast Food Nation (Richard Linklater, 2006)

Post by Jericho »

Un film injustement passé inaperçu, qui sous ses apparats de comédie contestataire est en quelque sorte un drame humain assez déprimant. Ce qui est vraiment dommage, c'est que Fast Food Nation n'a pas eu l'honneur d'une plus grande diffusion (malgré son casting hétéroclites de stars) dans le monde. Décidément, Richard Linklater est un cinéaste qui me plait beaucoup. A défaut, d'avoir une mise en scène de virtuose, il va là où on ne l'attends pas et varie ses sujets avec aisance.
Image