The Abyss (James Cameron - 1989)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

The Abyss (James Cameron - 1989)

Post by Jordan White »

Peut-être que ce n'est pas le film de James Cameron le plus parfait au sens technique ( Titanic étant un mastodonte dans la catégorie). Peut-être film n'a pas la même ambition sociologique, mais pour moi, The Abyss est bel et bien le meilleur film de James Cameron, tant il explore les obsessions du cinéaste et devance de quelques années la future prouesse technique que constituera Titanic. Tout James Cameron est dans cet opus : la recherche scientifique, la crédibilité de l'histoire, les personnages, l'apparition du merveilleux dans le quotidien, l'emploi du Scope pour l'une des premières fois ( la première même ?). Presque un film-somme, sauf qu'il est bien plus que cela. C'est une gigantesque fresque d'une poésie et d'une beauté de tous les instants, avec un Ed Harris et une Mary Elisabteh Mastrantianno parfaits dans le rôle de ce couple à la fois déchiré par ses contradictions et unis dans les moments difficiles. Certaines scènes sont inoubliables ( le doigt coincé dans le sas et sauvé par l'alliance, la lente dérive de Michael Biehnn, le sacrifice et la réanimation, le final). Du beau, du grand spectacle, intelligent et ludique.
Image
Martin Brody
Machino
Posts: 1048
Joined: 13 Apr 03, 11:15
Location: Recherche Plus Gros Bateau, désespérément

Post by Martin Brody »

Tout à fait d'accord!
Un des rares Cameron à ne pas être handicapé par son côté bourrin. L'histoire d'amour est peut-être un petit peu trop classique, le scénario est peut-être un peu léger (surtout dans sa version longue avec son couplet pacifiste), mais on sent que le film est porté par un enthousiasme formidable. Qui plus est, lorsqu'on connait l'aventure qu'a été le tournage (je pense que tout le monde ici connait le passionnant doc Under Pressure - The Making of The Abyss), on ne peut être qu'encore plus admiratif vis-à-vis du résultat !
We always were the curious kind
Troma
Régisseur
Posts: 3409
Joined: 13 Apr 03, 10:25
Location: Moulès (13)

Post by Troma »

Mon film préféré de Cameron, en version courte. La VL m'ennuie pas mal. Le semi-échec du film obligera Cameron à limiter la prise de risques dans ses projets suivants. La charge émotionnelle qu'on peut percevoir ici ou là dans les moments forts d'Abyss se fait clairement désirer dans les films qui suivirent.
Image
harry callahan
Mogul
Posts: 11414
Joined: 13 Apr 03, 17:28
Location: Dans un snack de San Francisco, d'où il vaut mieux que je ne sorte pas

Post by harry callahan »

Je suis assez d'accord avec Martin Brody. La direction d'acteurs est nettement meilleure que sur d'autres de ses films ( au hasard Titanic ). De plus, on ne passe pas son temps à vider des chargeurs dans tous les sens. Originalité appréciablé. Et ce huis clos est bien rendu, avec un Michael Biehn inquiétant sans cabotiner. Seul bémol : quelques moments trop "gentillets", trop cucul la praline, de la guimauve larmoyante pas indispensable. Mais ceci dit, dans mes souvenirs, je préfère la version longue ( sacré raz de marée ! ).
[...]But being this a .44 magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you have to ask yourself one question : "Do I feel lucky ?". Well, do you, punk ?
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 50969
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Post by Roy Neary »

T R O M A wrote:Mon film préféré de Cameron, en version courte. La VL m'ennuie pas mal.
Cette version courte et boiteuse n'a aucun sens. Le final est incompréhensible, on ne sait pas où Cameron veut en venir tant les scènes manquantes font cruellement défaut.
harry callahan wrote:Seul bémol : quelques moments trop "gentillets", trop cucul la praline, de la guimauve larmoyante pas indispensable. Mais ceci dit, dans mes souvenirs, je préfère la version longue ( sacré raz de marée ! ).
Comme je le disais dans le topic sur Terminator, Cameron est bien plus à l'aise dans sa thémathique de l'opposition humain/machine, avec ce savoir-faire exigeant et méticuleux propre au scientifique qui le caractérise. Mais dans The Abyss, il commence à se livrer, à faire preuve de moins de froideur. Il est peut-être moins à l'aise que d'autres cinéastes dans l'approche mélodramatique et spirituelle mais son film transpire la sincérité, ce qui importe avant tout.
Et il est donc naturel de privilégier la version longue si l'on veut connaître les tenants et les aboutissants de son propos.
Image
Nimrod
Hypoglycémique
Posts: 26173
Joined: 13 Apr 03, 18:57

Post by Nimrod »

Je fais aussi partie de ceux qui préfèrent la version courte, mieux rythmée et qui nous épargne (en partie) cette fin pathétique. je n'ai rien contre les bons sentiments, mais uniquement quand c'est bien fait et bien amené... visiblement Cameron ne sait pas faire.

Pour moi, la version longue s'apparente à un remake (plagiat) de 2010 (le film, bien plus que le bouquin) : même scénario, mêmes enjeux, mais sous l'eau. Alors, effectivement, 2010 n'a rien d'un chef d'oeuvre, mais ça me gêne quand même un peu.

Quand aux films suivants : True Lies m'ennuie profondément. Je préfère à la limite La Totale, qui n'est pourtant déjà pas terrible.

Titanic, hé bien euuuuh, c'est gênant. Je fais partie des 3 derniers habitants de cette planète à ne pas l'avoir vu (et c'est mal parti : pas motivé) :oops:
Martin Brody
Machino
Posts: 1048
Joined: 13 Apr 03, 11:15
Location: Recherche Plus Gros Bateau, désespérément

Post by Martin Brody »

Je suis partagé entre la version courte et la director's cut. Il y a des qualités et des défauts dans les deux. C'est vrai que la courte est plus concise et que l'impressionnante séquence de la vague est foutue en l'air par sa justification (l'amour de deux êtres qui rachète l'humanité, rhooo, c'est bô ! :? ).

Mais y'a des choses que j'aime beaucoup dedans : quelques répliques ("Pourquoi t'as la main bleue, Bud ?"), de belles scènes (j'adore celle où l'équipe reprend en choeur une chanson de Linda Ronstadt), et la menace d'une 3ème guerre mondiale, qui est rendue plus présente. On comprend mieux certains détails de l'intrigue, et il est clair qu'il est difficile de revenir à la version courte après avoir vu la longue. Je suis tout de même admiratif de la manière dont Cameron est arrivé à monter tout ça sans plomber la compréhension de l'intrigue.
We always were the curious kind
tuco dunn
Vélodrame
Posts: 5701
Joined: 13 Apr 03, 17:00

Post by tuco dunn »

c'est le seul film de cameron auquel j'adére totalement, et je préfére la version longue, je suis assez d'accord avec roy à ce sujet...
"Que celui qui n'a pas traversé ne se moque pas de celui qui s'est noyé"
George Kaplan
David O. Selznick
Posts: 12100
Joined: 14 Apr 03, 11:32
Location: Une poche pour la chocolatine ?

Post by George Kaplan »

Je n'ai vu que la version courte que j'ai trouvé plombée par ce final ridicule. D'autant plus dommage que j'ai été porté par cette histoire fantastique et poétique, cette ambiance aquatique que Cameron aime manifestement et l'interprétation du couple Mastrantonio/Harris.

Bref, il faut que je vois la VL ...
Troma
Régisseur
Posts: 3409
Joined: 13 Apr 03, 10:25
Location: Moulès (13)

Post by Troma »

Roy Neary wrote:
T R O M A wrote:Mon film préféré de Cameron, en version courte. La VL m'ennuie pas mal.
Cette version courte et boiteuse n'a aucun sens. Le final est incompréhensible, on ne sait pas où Cameron veut en venir tant les scènes manquantes font cruellement défaut.
Je préfère la fin abrupte et évasive de Cameron, qui n'est pas si incompréhensible que cela (si les aliens ont envie de se montrer, pourquoi pas, je connais un certain film ou ils sont encore plus incompréhensibles, tu vois de quoi je parle...) à celle de la VL, pesante, naïve et interminable.

Je préfère une fin ratée de 5 minutes à une fin ratée de 30.

Je préfère imaginer ce qui va se passer, que d'avoir affaire à de laborieuses explications plombant tout le mystère du film.

Le retour à la surface est malheureusement libératoire et pourrait correspondre à un cycle maniaco-dépressif sur la VL : Aprés 2 heures excitantes et opressantes dans les profondeurs, s'installe l'ennui du retour à la surface accompagné d'une lénifiante philosophie à la Monsieur Pas Beau : Pas Beau la guerre ! Pas Beau la Pollution ! Pas Beau La haine :? .
Au moins la version courte se termine sur un message d'amour traité avec violence, comme si on tirait un coup rapidement dans un coin. Un besoin urgent vite expédié, comme dans la vie, parfois... Non, vraiment, viva la version courte !
Image
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

Pour moi, The Abyss ne prend tout son sens et toute son énergie qu'en version longue. Je pense qu'on passe à côté de beaucoup de choses avec la versioon courte, car elle met de côté certaines péripéties et dialogues très importants (comme à la moitié du film). La version longue n'est pas un artifice ou un caprice de réalisateur pour empouler sa démonstration, c'est avant tout la version dans laquelle il s'exprime le mieux sans avoir à couper certains plans.
Brice Kantor
Mister Ironbutt 2005
Posts: 7489
Joined: 13 Apr 03, 09:15

Post by Brice Kantor »

Trouvant la scène de la vague absolument raté, je me rangerai du côté des partisans de la version courte... Mais comme Martin Brody, je pense aussi que les deux ont leurs défauts et leurs qualités. Sans doute est-ce pour celà que la version longue cohabite si bien avec la courte, alors que la tendance actuelle est plutôt de faire disparaitre les montages inintiaux au profits des "director's cut"... Pour "Abyss", les deux version sont "Director's cut", le film restant malade dans les deux cas.
Troma
Régisseur
Posts: 3409
Joined: 13 Apr 03, 10:25
Location: Moulès (13)

Post by Troma »

Jordan White wrote:Pour moi, The Abyss ne prend tout son sens et toute son énergie qu'en version longue. Je pense qu'on passe à côté de beaucoup de choses avec la versioon courte, car elle met de côté certaines péripéties et dialogues très importants (comme à la moitié du film). La version longue n'est pas un artifice ou un caprice de réalisateur pour empouler sa démonstration, c'est avant tout la version dans laquelle il s'exprime le mieux sans avoir à couper certains plans.


Allez, je reviens dessus une dernière fois, avant de me faire torpiller par robocop...

La version courte nous épargne ce paradoxe stupide qui veut que des aliens terrés au fond de la mer, aprés avoir dézingués plusieurs équipages de sous-marins, en semant leurs réacteurs nucléaires au fond de l'océan, font enfin surface et terrorisent la population en arguant du fait que leur choix, leur vision des choses est bien entendu la voie à suivre, quasi-religieusement. Il n'y a rien de mieux qu'un miracle pour ébaubir les foules, et ce procédé biblique souligne le final lui aussi vieux comme hérode. Quand on ne sait pas finir une tragédie grecque, on balance un deux ex machina, et tant si c'est plutot contradictoire avec ce qu'on a vu avant, tant pis si ça dégouline de bons sentiments (avec une hypocrisie typique "faites ce que je dis, pas ce que je fais"), aprés la formidable pression et les moments chocs du films qui sont déjà passés.

La version courte permet d'entretenir un mystère, et surtout, de mettre aliens et humains au même niveau. Chacun découvre l'autre, chacun peut apprendre de l'autre. Le fait de faire surface parce qu'il n'y a peut être pas d'autres solutions pour sauver ed harris et ses collègues se conjugue avec la volonté d'apparaitre et de se faire connaitre. Rideau ! une nouvelle histoire commence ! Qu'on ne nous administre pas une morale à deux balles pseudo-écolo-pacifiste d'une finesse pachydermique, alors que le film vient de faire état d'une hallucinante rencontre.
Image
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 50969
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Post by Roy Neary »

T R O M A wrote:Allez, je reviens dessus une dernière fois, avant de me faire torpiller par robocop...
Pour quoi je passe moi ?! :lol:

En fait ton explication se tient même si je ne la partage pas.
J'accorde plus de crédit à la vision originale de l'artiste.
Cameron a été obligé d'abréger son film en rognant sur ce qui était sa volonté de départ.
Le temps et l'argent lui ont permis de faire exister par la suite sa vision initiale, celle qui l'a amené à tourner les scénes qui existent indépendamment des versions courtes et longues. Des scènes qui se justifient dramatiquement les unes par rapport aux autres en tenant compte de l'architecture du scénario original (donc celui de la version longue).
Image
ctiss
Electro
Posts: 818
Joined: 10 May 03, 15:02
Location: yvelines

Post by ctiss »

un chef d'oeuvre pour moi


la scène ou Ed Harris réanime Mary Elisabteh Mastrantianno est magnifique et me donne les larmes aux yeux à chaque fois que la vois.


Je l'ai vu quand lors de sa sortie au cinéma: une claque dans la gueule.