Hannah et ses soeurs (Woody Allen - 1986)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48553
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

Vazymollo wrote:
Anorya wrote:Tiens, il a 3 oscars ce Woody très basique au fait... :mrgreen: :lol:
Pour moi un Woody de base c'est déjà génial :o
Et un mauvais Woody, bah c'est juste un mauvais film (ex : Le Sortilège du Scorpion de Jade.....et en fait, c'est le seul exemple qui me vient en tête).
Sinon, je n'ai pas vu ce Hannah & her Sisters, mais Joshua va bientôt me le prêter.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11858
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Post by Anorya »

Le sortilège du scorpion de Jade j'ai failli le voir et un ami me l'a déconseillé vu que je n'avais pas aimé "escrocs mais pas trop"...Il est comment alors ? Pas terrible ? nul ? Juste moyen ? :?
Image
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48553
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

Anorya wrote:Le sortilège du scorpion de Jade j'ai failli le voir et un ami me l'a déconseillé vu que je n'avais pas aimé "escrocs mais pas trop"...Il est comment alors ? Pas terrible ? nul ? Juste moyen ? :?
Honnêtement ? Bon j'ai trouvé ça super laborieux et pas drôle. Même Small Time Crooks est un poil au-dessus, en comparaison...
User avatar
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Posts: 10171
Joined: 13 Apr 03, 20:28
Location: A la recherche de Zoltar

Post by Joshua Baskin »

Le sortilège du scorpion de Jade, que j'avais trouvé poussif au cinéma est bien mieux passé à la seconde vision.
Quant à Hannah et ses soeurs, c'est un chef d'oeuvre.
Laissez-moi passer, je suis Francis Moury
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 11011
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Post by odelay »

LE Scorpion de Jade est avec Hollywood endings le seul film de Woody Allen que je n'aime pas vraiment. Toutefois ce sont aussi les seuls films que je n'ai ni en VHS ni en DVD, donc peut être en leur redonnant une chance... mais je n'y crois pas trop. Par contre je trouve Small time crooks bien supérieur et il ne mérite pas le mépris qu'il suscite souvent.

Sinon pour en revenir à Hannah, c'est un grand film c'est sûr mais ce n'est pas mon préféré de la période Mia Farrow, loin de là. Je lui préfère Comédie érotique d'une nuit d'été, Zelig, Broadway Danny Rose, Une autre femme, Crime et délit, Alice et surtout La rose pourpre du Caire.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15630
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

odelay wrote:LE Scorpion de Jade est le seul film de Woody que je n'aime pas vraiment; bon ok avec Hollywood endings. Toutefois ce sont les seuls films que je n'ai pas ni en VHS ni en DVD, donc peut être en leur redonnant une chance... mais je n'y crois pas trop. Par contre je trouve Small time crooks bien supérieur et il ne mérite pas le mépris qu'il suscite souvent.

Sinon pour en revenir à Hannah, c'est un grand film c'est sûr mais ce n'est pas mon préféré de la période Mia Farrow, loin de là. Je lui préfère Comédie érotique d'une nuit d'été, Zelig, Broadway Danny Rose, Une autre femme, Crime et délit, Alice et surtout La rose pourpre du Caire.

Eh je pense que c'est le meilleur, l'opus 1986 de Allen.
Mais je comprends car les autres films que tu cites (tous excellents) mettent plus en valeur l'actrice, alors que dans Hannah and her sisters, Mia Farrow se fait "voler la vedette" par Barbara Hershey.
Image

Mother, I miss you :(
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11858
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Hannah et ses soeurs (Woody Allen, 1986)

Post by Anorya »

Hannah et ses soeurs (Woody Allen, 1986).

Image

La vie de trois soeurs New-Yorkaises et leur entourage au fil des saisons...


"En 1985, Mia Farrow se rend au Texas pour adopter la petite Dylan. Peu après, Woody Allen propose d'adopter lui aussi la petite fille, ainsi que Moses, un garçon de sept ans arrivé récemment dans la famille Farrow. A la même époque, il écrit Hannah et ses soeurs (1986), un portrait de groupe où l'on reconnaît aisément Mia Farrow, ses rapports d'amour et de rivalité avec ses deux soeurs, et sa mère, une ancienne actrice portée sur la bouteille. Allen se réserve le rôle de Mickey, un auteur comique persuadé d'avoir une tumeur au cerveau (une péripétie inspirée par une angoisse d'Allen lui-même à l'époque de Manhattan). Il met aussi de lui-même dans le personnage d'Elliot (Michael Caine), mari infidèle terrorisé par la paternité."
Woody Allen par Florence Colombani, éditions Cahiers du Cinéma/Le Monde, p.58.

Image Image

5 ans plus tard (le temps passe vite), mon appréciation de ce Woody n'a pas bougé d'un iota et place clairement ce film en haut du podium Allenien comme l'un de ses meilleurs films, avis généralement partagé par la communauté cinéphile. Comme toujours quand il dépeint la chronique douce-amère de ces New-Yorkais qui nous ressemblent, le cinéaste regorge d'originalité. Mais cette fois, à une narration brassant la foule de personnage (le casting reste merveilleux) par le biais de "chapitrages" (introduit par des cartons dont les phrases peuvent sembler sybillines, poétiques, ironiques ou neutre quand elles ne sont pas directement des citations littéraires), le cinéaste allait bien plus loin, touchant à sa propre sphère intime. Ainsi des rapports houleux de Mia Farrow avec ses soeurs et sa mère, lesquels reviendront un an plus tard dans September qui propose un personnage de mère sans doute encore plus pathétique. Ou bien encore les disputes du couple Allen-Farrow que le cinéaste incorpore au film dans un scénario remanié constamment durant tout le tournage. Ou l'amour évident d'Allen envers les Marx Brothers qui, transposé ici, devient non seulement un hymne au cinéma mais aussi tout bonnement au plaisir de vivre.

Image Image

C'est donc inspiré par sa propre vie que le cinéaste calque son film et sa structure chorale où l'histoire saute de temps en temps sur près de deux ans, où les couples se font et se défont, qu'on rencontre de nouveaux personnages ou qu'on en abandonne lentement d'autres (l'architecte, le peintre). Que certains s'interrogent sur leur vie, ce qui la modifie soudain, ce qui les fait évoluer. Hannah et ses soeurs devient tour à tour un portrait (é)mouvant où la palette des sentiments ressentis changent continuellement. Dans le même film, à l'instar des personnages, on aura sourit, rit, douté, réfléchi, bref on aura vécu.

Et comme souvent avec les grands films, l'écriture et la caractérisation des personnages est en tous points exceptionnelle. Elliot n'est au fond nullement un salaud mais quelqu'un qui fait les mauvais choix, porté plus par l'amour de Lee (Barbara Hershey, magnifique) que la raison, tombe dans une impasse et choisit de ne pas s'engager, de finalement rester avec sa femme, Hannah (Mia Farrow). Lee, touchée par les sentiments d'Elliot sortira avec lui avant de se faire une raison et sortir avec quelqu'un rencontré à ses cours d'université. Jamais les personnages ne sont jugés par une quelconque morale, jamais les personnages ne s'apitoient d'une manière qui verse dans le pathos. Les soeurs s'épaulent, se conseillent, se disputent. Elles ne se revoient plus, puis se revoient. L'amitié fraternelle est aussi partagée par la rivalité, celle des amis (April --Carrie Fisher alias Princesse Léïa-- qui essaye de récupérer le petit ami d'Holly (Dianne Wiest), puis l'audition de chant à laquelle elle participe) comme à un autre niveau, celle que les soeurs s'octroient (Holly reste persuadée que Hannah la critique constamment).

Image Image

Mais c'est justement ce qui au fond donne des raisons à la vie. Hannah et ses soeurs l'a plus que compris. Les 3 oscars reçus la même années le prouvent si besoin est, j'en reste profondément persuadé.
6/6.
Image
Vieux parasite
Assistant(e) machine à café
Posts: 213
Joined: 15 Jan 12, 20:24

Re: Hannah et ses soeurs (Woody Allen - 1986)

Post by Vieux parasite »

Ne sachant pas que regarder, je me suis "rabattu" sur Hannah et ses soeurs, un Allen basique (c'est le souvenir que j'en avais) - et franchement, voilà un film que j'avais mésestimé.

Ce film est peut-être au niveau de Manhattan, que ce soit pour le mélange de tons, la manière dont New-York est filmé, la délicatesse des portraits esquissés (féminins évidemment, mais aussi masculins), les sentiments mouvants - et le personnage de Mickey est remarquablement nuancé, assagi oui, comme lu ici, et ses tourments existentiels crédibles (même si c'est caricatural).

Si j'aime inconditionnellement les W. Allen "sérieux" (September, Another woman, Interiors, Crimes et délits) et si j'apprécie son comique à la limite du burlesque (par exemple, et comme on en parle dans ce topic, je trouve que la première partie de Small time crooks est l'une des choses les plus drôles que je connaisse, la suite est beaucoup moins intéressante, le film inégal et plutôt raté en définitive), les Allen basiques méritent d'être revus :D - encore un ensemble conséquent de films à revoir :mrgreen:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Hannah et ses soeurs (Woody Allen - 1986)

Post by Jeremy Fox »

Je viens de le revoir et je pense qu'il s'agit définitivement de mon Woody Allen préféré, celui qui me parle et me touche le plus par sa profonde mélancolie, celui que je trouve le plus équilibré et harmonieux dans son mélange des tons, son rythme et sa construction, le choix des extraits musicaux, les vues de New York... Et puis, à l'instar du personnage joué par Woody Allen, trouver le sens (ou non-sens) de la vie en allant voir un film des Marx Brothers, se décider d'un coup, au lieu de perpétuellement s'interroger, à en profiter un maximum avant le 'on ne sait quoi' qui pourrait s'avérer être le néant, j'adhère totalement. Et puis Michael Caine et Barbara Hershey chez Woody Allen, c'est quand même un sacré plaisir !
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11858
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Hannah et ses soeurs (Woody Allen - 1986)

Post by Anorya »

Et Max Von Sydow, Jérémy ! :D
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Hannah et ses soeurs (Woody Allen - 1986)

Post by Jeremy Fox »

Anorya wrote:Et Max Von Sydow, Jérémy ! :D
En effet ; même si je n'aurais pas spécialement eu envie de fréquenter son personnage dans la vie de tous les jours :mrgreen:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Hannah et ses soeurs (Woody Allen - 1986)

Post by Jeremy Fox »

En cette fin d'année, même sans actualités, pourquoi ne pas se faire plaisir en mettant en avant l'un des grands opus de Woody Allen. C'est Justin Kwedi qui s'est chargé de le chroniquer et du coup nous avons eu l'idée de faire notre top.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15630
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Hannah et ses soeurs (Woody Allen - 1986)

Post by Watkinssien »

Qui correspond aussi avec l'actualité, car il y a Carrie Fisher dans ce Woody.
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Hannah et ses soeurs (Woody Allen - 1986)

Post by Jeremy Fox »

Watkinssien wrote:Qui correspond aussi avec l'actualité, car il y a Carrie Fisher dans ce Woody.
:idea: Pur hasard !
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18665
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Hannah et ses soeurs (Woody Allen - 1986)

Post by Supfiction »

Jeremy Fox wrote:En cette fin d'année, même sans actualités, pourquoi ne pas se faire plaisir en mettant en avant l'un des grands opus de Woody Allen. C'est Justin Kwedi qui s'est chargé de le chroniquer et du coup nous avons eu l'idée de faire notre top.
Mettre Cafe Society au-dessus de Manhattan et Annie Hall, quand même t'abuses! :D