L'impasse (Brian De Palma - 1993)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
El Dadal
Réalisateur de seconde équipe
Posts: 5593
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by El Dadal »

Dale Cooper wrote:
El Dadal wrote:(qui se clôturent avec ce magistral fondu au noir - la musique de Patrick O'hearn à ce moment est touchée par la grâce) sont dans mon panthéon de Palmien pour toujours.
Patrick Doyle, tu veux dire ?
Je me demande bien ce que peut signifier ce lapsus. On va mettre ça sur le compte du digestif dominical.
Mais clairement, la BO de Patrick Doyle est merveilleuse.
Dale Cooper
Machino
Posts: 1029
Joined: 4 Nov 14, 23:03
Location: Twin Peaks

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by Dale Cooper »

El Dadal wrote:Mais clairement, la BO de Patrick Doyle est merveilleuse.
Pareil. On a beaucoup reproché l'utilisation mélo des violons à ce film. Je ne connais pas toute sa filmo, mais personnellement je n'ai jamais retrouvé chez Doyle une telle force et intensité (de mémoire, il a plus ou moins repris le même style pour Donnie Brasco). Ça passe ou ça casse, mais ça se marie parfaitement avec le style "outré" disons de De Palma. J'espérais même que Brian retravaille avec lui un jour (ça a failli être le cas sur Femme fatale).
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 41076
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by Rockatansky »

Il est fort ce Christophe
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by Thaddeus »

El Dadal wrote:Thaddeus, tu ne t'attardes pas vraiment sur la relation entre Carlito et Gail. Je sais que beaucoup risquent de se gausser en lisant ça, mais lors de mon dernier visionnage du film, c'était surtout cet aspect là qui m'avait séduit. J'aime vraiment beaucoup Penelope Ann Miller dans ce film, et j'ai du mal à envisager Melanie Griffith (pressentie à l'origine) dans le rôle, malgré les réécritures de son personnage. Peut-être simplement que j'avais un peu trop usé les autres cartes du film (la scène du billard m'était même devenue pénible) à coup de révisions ininterrompues à une époque, mais j'en doute. Lakmé sous la pluie ou les retrouvailles dans le diner (qui se clôturent avec ce magistral fondu au noir - la musique de Patrick O'hearn à ce moment est touchée par la grâce) sont dans mon panthéon de Palmien pour toujours.

Pour l'anecdote, j'avais écrit ce qui était sans doute ma plus complète chronique pour ce film, il y a environ 2 ans; j'ai tout perdu suite à une déconnexion inopinée. Suite à quoi j'ai décidé d’arrêter tout effort. Mais ton texte donne envie de s'y remettre.
Je signe des deux mains tout ce que tu dis là. Avec le bémol que tu me fais déjà tiquer sur mon texte et me donne envie d'y retourner pour accorder à la love-story Carlito-Gail la place qui lui revient. Elle est fondamentale dans la réussite du film, et d'ailleurs je n'ai pas attendu d'écrire ce texte pour l'avoir intégré, il y a quelques années, à ce top-ci. Preuve que je la trouve magnifique et que, comme toi, je n'ai absolument rien à reprocher à Penelope Ann Miller, très touchante dans un rôle qui cristallise en nous la même affection que le personnage principal.

Je compatis pour ta mésaventure, qui aurait permis de rectifier le manque de place réservée à cet aspect du film dans ma critique.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90442
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by Jeremy Fox »

Le texte de Thaddeus et l'ajout indispensable de El Dadal ; rien à ajouter pour ma part. Un très grand et beau film.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15192
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by Watkinssien »

Film magnifique, prenant, magistralement mis en scène. Quand De Palma devient romanesque, c'est souvent grandiose, premier degré et sans cynisme. Quand il est lyrique et sec dans son traitement de la violence, c'est un régal. Dans L'impasse, on a un mélange inspiré et inventif de tout cela. Une osmose entre un grand cinéaste et un acteur de génie, combiné avec tous les autres départements, cela donne forcément une oeuvre majeure.
Image

Mother, I miss you :(
mannhunter
Laspalès
Posts: 15972
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by mannhunter »

Rockatansky wrote:Il est fort ce Christophe
Tarantino est plus nuancé que Gans...il sauve deux scènes quand même:

"Je crois sincèrement qu'il n'y a que deux choses à retenir dans L'IMPASSE. Mais elles sont tellement bonnes qu'elles sauvent le film. La scène du billard, chef-d'oeuvre de suspense, et la poursuite dans le métro. je suis retourné quatre fois au cinéma, rien que pour voir cette poursuite. Elle commence quand il sort du club. A partir de là, pendant les vingt minutes qui suivent, vous êtes parti pour une fantastique leçon de cinéma."
User avatar
shubby
Machino
Posts: 1158
Joined: 27 Apr 08, 20:55

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by shubby »

Film culte pour ma pomme, mais je l'ai trop vu.
La scène de danse qd Pacino se protège de la pluie avec un couvercle de poubelle, les scènes précités, les scènes de boîte de nuit - la fausse conversation cool - ; tout ce qui conduit au meurtre de son avocat -sean penn monstrueux ! - etc etc.
De palma a succédé à Hitchcock ; je ne vois pas trop qui a pris la relève. Dites-moi. Il s'est passé qq chose de notable avec Satoshi Kon, pour le reste...
Si, par exemple le 3ième opus des Infernal affairs est intéressant, même s'il n'atteint pas le niveau. Y'a 13 ans quoi, déjà.
Peut-être côté séries. Il y en a tellement que je m'y perds. Certaines, peu suivies médiatiquement, sont parfois surprenantes. Ou alors chuis aux fraises :)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90442
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: L'impasse (Brian De Palma - 1993)

Post by Jeremy Fox »

StateOfGrace
Stagiaire
Posts: 88
Joined: 7 Jan 11, 12:09

Re: L'impasse (Brian De Palma - 1993)

Post by StateOfGrace »

Un panneau publicitaire s’anime sous les yeux de Carlito Brigante…Sur une île paradisiaque, Gail, son amour, danse dans les dernières lueurs du crépuscule, le soleil brûle encore, il semble vouloir mordre les ombres et ne jamais s’éteindre…

Carlito aimerait tant être avec elle, mais il le sait que ce n’est qu’un rêve, son ultime rêve, car il est là, en train d’agoniser sur un brancard, dans une gare, à des milliers de kilomètres du paradis, on entend sa voix qui s’éteint, on peut presque toucher son souffle qui diminue, qui n’est plus qu’un lointain filet…Et Gail, à ses côtés, pleure les larmes qu’il ne versera plus, des larmes d’amour et de mort…

Carlito aura rêvé aux Bahamas, il aura rêvé jusqu’à s’en épuiser, jusqu’à ce qu’un truand de troisième zone lui tire deux coups de feu dans la poitrine, là, sur ce quai de gare, au moment de prendre le train vers le paradis.

Il sort de prison au bout de 5 ans, au lieu des 30 années qu’il aurait dû purger, grâce à Kleinfeld, son avocat, pourri jusqu’à la moelle… Mais ça, Carlito ne le saura que plus tard, bien trop tard, à l’instant précis où Kleinfeld défoncera à coup de batte le crâne d’un ancien client, en pleine mer, sur un bateau, au milieu des brumes qui flottent sur l’eau, une eau qui brusquement se teinte d’écarlate.

Carlito ne veut plus se souiller les mains avec le sang des truands, trafiquer de l’héro, flirter avec la mort, celle qui le guette fatalement s’il continue à vivre en gangster. Alors il monte une boîte de nuit, il retrouve Gail, il l’aime… Mais son passé l’accompagne, son passé le suit à la trace. Il aurait voulu redémarrer à zéro, Carlito, mais on n’est pas dans un rêve, seulement dans la vraie vie, celle des amis qui trahissent, celle de la mort qui rôde et des espoirs qui se crament comme on allume une clope.

Alors Carlito fuit, il entame un ballet funèbre dans cette gare. Et la mort le rattrape, la mort l’agrippe. Pachanga, l’ami de toujours, le garde du corps dévoué, l’a vendu pour quelques billets à Benny Blanco, une petite frappe arriviste que Carlito a eu le malheur d’humilier, et pire encore, d’épargner…

Carlito s’éteint doucement, la vie le quitte, mais il y a ce panneau, et Gail qui danse…

Gail qui danse sous les lumières ébréchées du crépuscule, elle est heureuse, elle danse, elle danse jusqu’à la fin du jour et peut-être jusqu’à la fin du monde.
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 12778
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Re: L'impasse (Brian De Palma - 1993)

Post by Zelda Zonk »

Encore un Blow Up bien foutu :



Je précise que je ne bosse pas pour Arte :P
User avatar
Mosin-Nagant
Cadreur
Posts: 4348
Joined: 12 Jun 14, 19:36
Location: "Made in America"

Re: L'impasse (Brian De Palma - 1993)

Post by Mosin-Nagant »

C'est pas comme toutes ces mauvaises vidéos postées par les plus mauvais Youtubeurs ciné du moment. Ça fait du bien.
Every day's a gift. It's just... does it have to be a pair of socks?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
User avatar
shubby
Machino
Posts: 1158
Joined: 27 Apr 08, 20:55

Re: L'impasse (Brian De Palma - 1993)

Post by shubby »

Le coup des briques rouges est excellemment bien vu :)