L'impasse (Brian De Palma - 1993)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Pour moi c facile, j'aime tous les acteurs dans ce film :)
George Bailey
Monteur
Posts: 4876
Joined: 22 Apr 03, 14:12
Location: Francilien

Post by George Bailey »

LE Film des années 90.

De palma est à son apogée et réussit tout dans ce film.
Bref, un chef d'oeuvre, un film que j'adooooooorrrre.
Mes chéris
Mes préférés
Le coeur a ses raisons que la raison ne connait point. Pascal
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 12665
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Post by Zelda Zonk »

A mon sens, le chef-d'oeuvre de De Palma, la perle de sa filmographie pourtant déjà exemplaire.

A ranger aux côtés de Godfather I & II (Coppola), de Miller's Crossing (frères Coen), de Goodfellas(b] (Scorsese) et de Once upon a time in America (Leone) et de Scarface dans le genre Mafia.
Et ne me demandez pas d'établir un classement pour ces 6 films, j'en serai bien incapable ! :? Que du Top...

Il est curieux de noter que ce film ne jouit pourtant pas d'une grande popularité en France. Je ne parle pas des cinéphiles, mais du grand public qui connaît surtout l'autre film de De Palma sur ce thème : "Les incorruptibles", bon film populaire certes, mais qui souffre tout de même de défauts manifestes, et en tous cas bien en dessous de "L'impasse", film en tous points remarquable.

Un seul reproche : A quand une édition DVD digne de ce nom pour un "must" pareil ? L'édition actuelle est tout ce qu'il y a de plus "cheap"...
David Locke
Electro
Posts: 809
Joined: 14 Apr 03, 12:29
Location: La Ville Lumière

Post by David Locke »

Memento wrote:A mon sens, le chef-d'oeuvre de De Palma, la perle de sa filmographie pourtant déjà exemplaire.

A ranger aux côtés de Godfather I & II (Coppola), de Miller's Crossing (frères Coen), de Goodfellas(b] (Scorsese) et de Once upon a time in America (Leone) et de Scarface dans le genre Mafia.
Et ne me demandez pas d'établir un classement pour ces 6 films, j'en serai bien incapable ! :? Que du Top...


Je suis également de ton avis.
D'ailleurs, le Leone, le Scorsese et le DePalma figurent dans mon top 20. J'ai cependant une petite réticence pour le film des Coen dont les personnages sont un peu caricaturaux (on dirait des gangsters tirés de Batman) et je pense que Coppola a fait mieux ailleurs...

Il est curieux de noter que ce film ne jouit pourtant pas d'une grande popularité en France. Je ne parle pas des cinéphiles, mais du grand public qui connaît surtout l'autre film de De Palma sur ce thème : "Les incorruptibles", bon film populaire certes, mais qui souffre tout de même de défauts manifestes, et en tous cas bien en dessous de "L'impasse", film en tous points remarquable.


Je me rappelle effectivement que l'accueil critique et public de L'Impasse était plus que froid à sa sortie. C'est ainsi que je l'ai découvert à Rennes dans la plus petite salle du cinéma du Colombier un jour de fête de cinéma en compagnie d'une dizaine d'autres spectateurs tout au plus.
En sortant, j'étais vraiment ému et enthousiasmé, et aussi complètement sidéré qu'on puisse balayer un tel film du revers de la main... :?

Depuis dix ans, je me le mate environ une fois par an sans la moindre lassitude et sans déceler la moindre faille :shock: :)
"There is Paramount Paris and Metro Paris, and of course the real Paris. Paramount's is the most Parisian of all."
Mon top 20
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Post by Jake Scully »

David Locke wrote:Je me rappelle effectivement que l'accueil critique et public de L'Impasse était plus que froid à sa sortie. C'est ainsi que je l'ai découvert à Rennes dans la plus petite salle du cinéma du Colombier un jour de fête de cinéma en compagnie d'une dizaine d'autres spectateurs tout au plus.
En sortant, j'étais vraiment ému et enthousiasmé, et aussi complètement sidéré qu'on puisse balayer un tel film du revers de la main... :?
Ah là là, ça fait mal aux yeux de lire ça... Ce film est un génial pourtant! Pas un bémol, rien! :cry: Mais il m'avait semblé qu'il ne fût pas un si grand échec commercial non plus... :?
David Locke
Electro
Posts: 809
Joined: 14 Apr 03, 12:29
Location: La Ville Lumière

Post by David Locke »

The Rider wrote:
David Locke wrote:Je me rappelle effectivement que l'accueil critique et public de L'Impasse était plus que froid à sa sortie. C'est ainsi que je l'ai découvert à Rennes dans la plus petite salle du cinéma du Colombier un jour de fête de cinéma en compagnie d'une dizaine d'autres spectateurs tout au plus.
En sortant, j'étais vraiment ému et enthousiasmé, et aussi complètement sidéré qu'on puisse balayer un tel film du revers de la main... :?
Ah là là, ça fait mal aux yeux de lire ça... Ce film est un génial pourtant! Pas un bémol, rien! :cry: Mais il m'avait semblé qu'il ne fût pas un si grand échec commercial non plus... :?
Moins de 275.000 entrées à sa sortie :(
"There is Paramount Paris and Metro Paris, and of course the real Paris. Paramount's is the most Parisian of all."
Mon top 20
De Niro
Assistant(e) machine à café
Posts: 278
Joined: 18 May 03, 22:20

Post by De Niro »

David Locke wrote:
The Rider wrote: Ah là là, ça fait mal aux yeux de lire ça... Ce film est un génial pourtant! Pas un bémol, rien! :cry: Mais il m'avait semblé qu'il ne fût pas un si grand échec commercial non plus... :?
Moins de 275.000 entrées à sa sortie :(
déja c'est pas un film grand public et puis il devait y avoir de la concurrence le jour de la sortie :?
Image Image
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

David Locke wrote:je pense que Coppola a fait mieux ailleurs...
Des Coppola que j'ai vu, les 2 parrains sont vraiment les meilleurs, et n'ont vraiment pas à rougir de L'Impasse :?
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by Thaddeus »

Image


Brian’s way



Depuis Sunset Boulevard, la mort est un départ. Ici, elle frappe en noir et blanc sur un quai de Grand Central Station, à New York. L’image spirale, hoquette, ralentit. Une pub en couleurs crie : "Escape to Paradise !" Deux heures et demie, c’est ce que dure L’Impasse. Mais pour Carlito Brigante, il ne s’agit que de deux minutes, le temps qui lui est imparti pour relater le passage du paradis à l’enfer. Il est placé devant le même dilemme que Shéhérazade : raconter afin de prolonger d’un soupir son existence et convaincre le calife-spectateur de lui accorder ces quelques instants de grâce supplémentaires. Retour en arrière. Carlito vient de tirer cinq ans de prison pour trafic de drogue quand le juge doit soudain le libérer, grâce à l’un de ces micmacs dont la procédure pénale américaine fait parfois profiter ses clients. Comme pour une remise d’oscar, il remercie le monde entier, y compris David Kleinfeld, son avocat marron, cocaïné jusqu’au plafond. Il arpente Spanish Harlem (ça a bien changé), retrouve la fille qu’il aime (elle ondule topless sur les Bee Gees) et rêve de se ranger définitivement du sale business qui l’a mis au trou. Après sa longue absence, il a l’occasion de s’apercevoir à quel point il est devenu un mythe pour tous les membres de sa communauté, une statue vivante, quasiment un domaine public. Il lui suffit de tendre l’oreille pour entendre cette rumeur de la rue qui colporte ses faits d’armes, "le grand manitou de la poudre" comme le surnomme un des gamins du quartier qui tient absolument à être vu en sa compagnie. Il ne s’appartient plus, il est devenu un emblème devant lequel on se pâme et se compare. Mais le propre des légendes est d’être un jour dépassées par les événements et de finir par succomber au réel et aux lois du marché. Comme tous les chevaux de retour, qu’ils soient propriétaires de boîte à Pigalle ou shérifs en Arizona, qu’ils soient incarnés par Jean Gabin ou Gary Cooper, Carlito ne reconnaît plus son univers.


Image



Dix ans après Scarface, Brian De Palma retrouve donc Al Pacino en truand hispano-américain. Que le réalisateur cherche ainsi à renouer avec un succès qu'il n'a plus connu depuis longtemps laisse peu de place au doute. On ne saurait pour autant l'accuser de redite. Bien qu'ils aient en commun la mort d'un caïd perdu par excès d'idéalisme, les deux opus se rattachent à des courants distincts du cinéma criminel américain (le premier reprend le canevas du film de gangsters des années trente quand le second s'inscrit dans la tradition du film noir) et diffèrent entre eux autant que le Scarface de Hawks et, mettons, Assurance sur la Mort. À chaque fois, De Palma adapte son esthétique spectaculaire à une dramaturgie particulière. Sa vision opératique de l'ascension et de la chute de Tony Montana, grisé par son propre pouvoir, n'aurait pu convenir au récit halluciné de Carlito Brigante. Car, à l'opposé de l’immigré cubain qui imposait sa violence au monde, le personnage de L’Impasse n'en finit plus d'esquiver les agressions de l'extérieur. S'il replonge dans l'engrenage du milieu alors qu'il n'aspire qu'à une retraite paisible aux Caraïbes, c'est par fidélité à sa manière d'être. L’action se situe dans les années 70, époque de la révélation de De Palma comme l'hypothèse postmoderniste d'un cinéma hollywoodien dialoguant avec ses origines. Mais s’il en conserve le brio, le ressassement, la dilatation, ce moment historique est ici revu telle l'adolescence d'un art qui doit désormais se pencher sur lui-même et faire le constat de sa maturité, des risques qu'il y a à affronter un présent sans illusions. Cette distance est concrètement présente dans le film, où toute l'énergie s'est assagie et concentrée dans la quête, par un personnage mûri, d'une seconde chance. D'où le titre Carlito's Way, autrement plus astucieux que sa traduction française qui perd le jeu sur le mot central : la voie de Carlito, c'est aussi son style.

Le générique indique tout de suite la nature du récit que le réalisateur va conter. Aux images documentaires des marielitos débarquant à Miami dans Scarface correspond ici la séquence stylisée de l’assassinat du héros, prélude à un long flash-back à la première personne. L’Impasse débute sur un dispositif qui programme le récit comme un voyage mental où la frontière entre imaginaire et réalité est indiscernable, où l'esprit se propulse au sein d'un monde chimérique. Ce "chemin de Carlito", désigné d'ores et déjà comme une impasse, c'est le parcours d'un gangster qui tente de réaliser sa rédemption, de construire les conditions d'un futur édénique, fût-il celui d’images illusoires. Son échec sera moins la conséquence d'un atavisme tragique que de la contamination par le mal du monde entier, de tous les autres : la génération qui lui succède, la société (voir les méthodes peu scrupuleuses du district attorney), et surtout son plus proche ami, incarné par un Sean Penn permanenté, méconnaissable avec ses boucles rousses, ses rouflaquettes et ses complets aux longs revers. Ici les gestes relèvent moins des déterminations du système codé qui sert de référent aux actes des personnages (l’habitus des brigands portoricains et de leur code d'honneur — qu'une réplique renverra, en fin de film, à son insignifiance), que de celles d'une logique de l'inconscient, du défilement que les fantasmes imposent. Les mois qui séparent la sortie de taule et la fin violente à la gare sont restitués comme un itinéraire somnambulique, ponctué d'envols et de déplacements subtils. De glissements justement, dont l'ultime image est fournie par l'escalier mécanique sur lequel Brigante allongé abat les mafiosi, derniers obstacles à l'accomplissement de son projet. Le conflit qui s'énonce est celui qui oppose la pesanteur du tangible à l'élévation du rêve. Ainsi l'ancien compagnon de Carlito (coucou Viggo, dans un de ses premiers rôles), qui tente de le tromper en dissimulant un micro sur lui, est symboliquement cloué sur un fauteuil roulant.


Image



Lors de l'audience où se décide la mise en liberté du héros, celui-ci tient au juge le discours classique du truand repenti, jurant de s'amender et de rentrer dans le droit chemin. Combien de fois ce discours a-t-il été entendu dans les films de gangsters — et repéré aujourd'hui par le spectateur — comme une vaine, mensongère et parfois clownesque figure de rhétorique ? Ici, le protagoniste va très exactement essayer de mettre en pratique cette entreprise impensable, provoquant la déroute d'un investissement dont aurait pu se rendre comptable, dès le début du film, un spectateur soucieux des lois du genre. Quant au personnage de Sean Penn, il est "l'autre", pas seulement le traître qui annihilera leur amitié mais celui qui prendra sur lui la mauvaise part de la fiction, qui tracera un parcours (de la respectabilité au devenir-gangster) inverse à celui de Brigante. Il incarne cette dialectique, propre au cinéma de De Palma, qui oppose la trivialité à la noblesse, l'attraction/répulsion de la vulgarité comme épreuve obligée. La scène où Kleinfeld reproche aux malfrats qu'il a invités de mal se conduire durant sa garden-party illustre l'obligation, pour qui veut être un voleur, de s'affronter à la bassesse de la réalité. Comme le cinéaste lui-même, en volant le cinéma d'Hitchcock, a dû le confronter à sa propre contemporanéité, celle de l'évidence, de l’obscénité, du détail sexuel sordide. À cet égard, le film retrouve un mauvais goût (musique disco, étreintes furtives dans les chiottes...) qui correspond à l'imaginaire de ses personnages sans qualités et témoigne, en même temps, de leur incroyable vitalité. Dans un monde où accepter une faveur peut tuer plus vite qu'une balle de revolver, la principale menace viendra donc du magistrat, qui jouera sur la corde sensible pour entraîner le héros dans une fatale affaire de meurtre et de vengeance.

Le film constitue une élégie à une époque qui, au moment de sa sortie, n’avait jamais bénéficié d’élans de nostalgie. Le premier choc pétrolier, l’enfoncement des ghettos dans la toxicomanie et la violence aveugle, les humiliations internationales : on pouvait encore faire pleurer un Américain en lui disant "Jimmy Carter". Mais ce fut aussi, pour la jeunesse, l’intelligentsia et les artistes, un moment de fabuleuse liberté alimentée par une énergie qui procédait aussi bien de l’euphorie procurée par quelques victoires (la démission de Richard Nixon) que de la découverte et de l’emploi intensif des drogues dures. Ce temps faussement glorieux forge précisément le cercueil des idéaux du protagoniste. Prisonnier de sa célébrité, contraint de tuer pour se défendre alors qu’il n’aspire qu’à vivre une existence tranquille et à louer des Ford Pinto aux Bahamas, traqué par un jeune loubard du Bronx impatient de se faire un nom en lui trouant la peau, Carlito n’a plus la force d’endosser un costume désormais trop large pour lui. Il est aussi largué avec son flingue que Don Quichotte avec son armure, prisonnier d’un code chevaleresque (il ne cesse de le répéter : "Je ne baiserai pas mon meilleur ami") qui ne signifie plus rien. L’amplification de cette réalité qu’il ne maîtrise plus, parallèle à l'accélération des événements racontés, trouve un écho dans le présent du narrateur qui sent sa fin approcher. En attendant ce dénouement grandiose, L'Impasse ressemble à une cocotte-minute prête à exploser. Les obstacles s'accumulent, la tension monte, et De Palma multiplie fausses pistes et alertes trompeuses afin de brouiller les cartes. Soudain la caméra s’énerve, s'abandonne à un mouvement complexe à la Steadycam ou adopte un angle inattendu pour mieux cadrer l'action : voir la prodigieuse séquence du guet-apens chez de minables revendeurs de drogue qui voit le héros déblayer tout ce qui bouge, ou bien la découverte de la boite de nuit futuriste dont Carlito a accepté la gérance. Ironiquement baptisé "Paradise" en souvenir d'un certain "Phantom", l'établissement, avec ses fenêtres en hublot et son mobilier high tech, ressemble à un paquebot échoué dans les rues et préfigure un autre navire, celui du rendez-vous avec la mort. L'atmosphère enfumée du night-club cèdera alors la place aux brumes nocturnes de l'East River.


Image



Le film retient du rêve une construction étrange, une contraction temporelle s'élargissant de plus en plus pour parvenir à cette extraordinaire demi-heure finale, cet étirement au terme duquel le héros semble ne jamais aboutir, courant tout en restant sur place. Il est structuré comme une enfilade de passages, de séquences entières filmées en plans très longs où des figures spectrales traversent des espaces lumineux et sonores décalés, saturés de musique, des lieux correspondant à la quête de l'ivresse que procure un état second, entre la veille et le sommeil. L'interprétation magnifique d’Al Pacino, barbe de jais, regard à la fois vif et usé, apporte au personnage la lassitude de celui qui revient après ("I'm so tired" est le dernier mot du film). On l’aime, on s’y attache profondément, on tremble pour lui, on vibre en espérant éperdument qu’il s’en sorte. Peu de cinéastes sont parvenus, comme De Palma ici, à retrouver les ombres fatiguées des rescapés du cinéma de genre. Son art a définitivement fait le deuil de l'innocence des images, qui ont perdu leur virginité, qui ne peuvent plus désormais escompter une adhésion aveugle de la part du spectateur. Et pourtant le récit s’accorde aux songes du héros, et pourtant la toute-puissance du désir d’affranchissement, de réussite et de liberté imprègne la totalité d'un univers rendu absolument crédible et vécu selon les lois de la réalité. Comment croire à l'image de Pacino s'enfuyant vers son paradis puisqu'on l'a vu touché à mort dès les premières images ? La force bouleversante du film tient dans ce pari : reconstruire une croyance alors que les jeux sont faits. Le cinéaste retrouve le chemin d'un lyrisme authentique, d’un romantisme sans frein, qui se fondent sur l’attention accordée à ses personnages, sur la sincérité bâtissant la superbe histoire d’amour entre le truand repenti et la danseuse au cœur d’or qui l’illumine, et pour laquelle il est prêt à renverser les montagnes. Filmée comme une marche funèbre et haletante, la trajectoire du héros finit par faire transparaître le meurtre de l’espérance : il n’y a pas de seconde chance. La forme maniériste et convulsive flambe régulièrement en d’ahurissants morceaux de bravoure, mais elle se teinte d’un désenchantement qui fait de ce journal intime et crépusculaire une poignante méditation sur l’échec, la fatalité, le vieillissement. Résultat : les larmes du spectateur, un échec commercial pour le cinéaste. Cohérent avec la thématique du film : ce monde est trop injuste.


Image
Last edited by Thaddeus on 24 Feb 18, 09:57, edited 2 times in total.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16312
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by Supfiction »

Note pour plus tard : si un jour j'oublie à quel point j'adore ce film, je reviendrai lire ton texte.
User avatar
El Dadal
Directeur photo
Posts: 5437
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by El Dadal »

Thaddeus, tu ne t'attardes pas vraiment sur la relation entre Carlito et Gail. Je sais que beaucoup risquent de se gausser en lisant ça, mais lors de mon dernier visionnage du film, c'était surtout cet aspect là qui m'avait séduit. J'aime vraiment beaucoup Penelope Ann Miller dans ce film, et j'ai du mal à envisager Melanie Griffith (pressentie à l'origine) dans le rôle, malgré les réécritures de son personnage. Peut-être simplement que j'avais un peu trop usé les autres cartes du film (la scène du billard m'était même devenue pénible) à coup de révisions ininterrompues à une époque, mais j'en doute. Lakmé sous la pluie ou les retrouvailles dans le diner (qui se clôturent avec ce magistral fondu au noir - la musique de Patrick O'hearn à ce moment est touchée par la grâce) sont dans mon panthéon de Palmien pour toujours.

Pour l'anecdote, j'avais écrit ce qui était sans doute ma plus complète chronique pour ce film, il y a environ 2 ans; j'ai tout perdu suite à une déconnexion inopinée. Suite à quoi j'ai décidé d’arrêter tout effort. Mais ton texte donne envie de s'y remettre.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16312
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by Supfiction »

El Dadal wrote:J'aime vraiment beaucoup Penelope Ann Miller dans ce film, et j'ai du mal à envisager Melanie Griffith (pressentie à l'origine) dans le rôle, malgré les réécritures de son personnage.
Ah oui, elle fait beaucoup dans la réussite du film. On comprend la motivation de Carlito! Il parait que De Palma n'était pas totalement enthousiaste à son sujet. Elle est pourtant magnifique et en plus elle danse à merveille.
Mélanie Griffith avait sans doute la même douceur et convenait au rôle. Je ne suis pas sûr qu'elle ait eu réellement l'occasion de refuser le rôle. La même année, elle jouait dans le mémorable remake de Born Yesterday avec Don Johnson.
Dale Cooper
Machino
Posts: 1029
Joined: 4 Nov 14, 23:03
Location: Twin Peaks

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by Dale Cooper »

El Dadal wrote:(qui se clôturent avec ce magistral fondu au noir - la musique de Patrick O'hearn à ce moment est touchée par la grâce) sont dans mon panthéon de Palmien pour toujours.
Patrick Doyle, tu veux dire ?

Un de mes De Palma favoris. J'hésite parfois à le mettre à la première place de mon panthéon perso, mais ça change tout le temps.
À sa découverte, j'étais encore dans ma période "film de mafieux des années 90 se déroulant dans les années 60-70", style Les Affranchis ou Donnie Brasco. Mais avec Carlito's Way, que j'ai dû découvrir en dernier, je venais vraiment de me prendre une claque, plus qu'avec les deux autres cités en exemple. Tout... tout, de l'histoire à la mise en scène, en passant par la musique ou la distribution impeccable (Pacino bien sûr, mais surtout Sean Penn, excellent, qui a probablement eu dans ses connaissances un avocat, un cocaïnomane, ou un avocat cocaïnomane, pour s'en inspirer tant il est crédible), tout était génial, parfait, et en faisait à mes yeux un "classique" du film noir contemporain. Plus tard, je suis arrivé sur Classik et c'est là que j'ai découvert avec horreur que le film avaient (beaucoup) de(s) détracteurs...
Je donne moins de 24h à mannhunter pour ressortir la critique merdique de Christophe Gans, allez on parie ?
mannhunter
Laspalès
Posts: 15917
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by mannhunter »

Dale Cooper wrote:Plus tard, je suis arrivé sur Classik et c'est là que j'ai découvert avec horreur que le film avaient (beaucoup) de(s) détracteurs...
Je donne moins de 24h à mannhunter pour ressortir la critique merdique de Christophe Gans, allez on parie ?
J'arrive, j'arrive...donc le Gansounet en 1996 déclarait...:

(...) "Ce n'est pas un hasard si la carrière de Verhoeven a suivi celle de De Palma. Leurs deux carrières sont bâties sur le cynisme et c'est ce qui est en train de les tuer. Voir RAISING CAIN ou BASIC INSTINCT, c'est quand même effrayant en comparaison avec leurs premières oeuvres respectives.
CARLITO'S WAY m'a abasourdi: c'est son pire film. C'est effrayant de bout en bout. Voir la pétasse de Martin Bregman, Penelope Ann Miller,filmée avec des filtres de merde comme un film des années 70 avec Barbra Streisand réalisé par Arthur Hiller, tu te demandes "Comment le cinéaste qui m'a fait aimé le cinéma en est arrivé à cette daube infâme? c'est monstrueux,c'est le zéro absolu du cinéma.
(...) Tant qu'il se complaisait dans son cynisme mais qu'il restait sur la frange, c'était parfait car il faisait des films en réaction contre le reste de la production américaine. CARLITO'S WAY est un film dans la m..... C'est insupportable. J'en ai autant pour le DRACULA de Coppola.
Quand je vois ce genre de films, je me demande si j'aime encore le cinéma. Et puis heureusement,quelques jours après,je vois un bon film et je me dis que ce n'est pas moi qui débloque!"

Encore! Encore!
Last edited by mannhunter on 4 Oct 15, 16:00, edited 1 time in total.
Dale Cooper
Machino
Posts: 1029
Joined: 4 Nov 14, 23:03
Location: Twin Peaks

Re: L'impasse (Brian De Palma, 1993)

Post by Dale Cooper »

10 minutes, tu es en forme. 8)