After Hours (Martin Scorsese - 1985)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93360
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: After Hours (Martin Scorsese - 1985)

Post by Jeremy Fox »

Un bien beau HS. Mon Kubrick préféré désormais aussi.
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5786
Joined: 28 Jul 05, 18:33
Location: Allemagne

Re: After Hours (Martin Scorsese - 1985)

Post by Truffaut Chocolat »

Hier soir à la cinémathèque, le scénariste Joseph Minion a confié que lorsqu'on lui demandait quel réalisateur il voulait pour son script, il a répondu... Polanski !
Le locataire est son influence n°1, notamment pour l'aliénation.
Sinon, bah encore et toujours un film que j'apprécie de plus en plus à chaque vision, sans pourtant rien y comprendre. :o
The Eye Of Doom
Accessoiriste
Posts: 1714
Joined: 29 Sep 04, 22:18
Location: West of Zanzibar

Re: After Hours (Martin Scorsese - 1985)

Post by The Eye Of Doom »

Revu hier 35 apres sa decouverte en salle.
Comme à l’epoque j’ai adoré. La scene
Spoiler (cliquez pour afficher)
De la mort de Marcy
est, je trouve, bouleversante et le coeur de la raison d’etre du film. Sans elle le film ne serait qu’un comedie acide mais un peu vaine. Il serait trop facile de ne voir dans Paul qu’un brave gars embarqué dans une nuit cauchemardesque au pays des frapadingues. C’est tout de meme ses propres névroses qui sont a l’origine du drame.
Spoiler (cliquez pour afficher)
La scene où il denude le corps est d’une violence ! Justement parce que bien sur, on trouve son geste normal
Il n’est fondamentalement pas different des personnages qu’il vas croisé mais ne le réalise pas. A la fin de la nuit où il a sauvé si péniblement sa peau, on oublie
Spoiler (cliquez pour afficher)
Qu’une femme est morte par sa faute
Certains trouvent que le malheureux fait souvent de bien mauvais choix mais finalement instable et débordé il ne se montre pas plus intelligent que les autres.
Cette peinture d’une névrose généralisée serait glaçante si le film n’était si drôle.
Entre le trajet en taxi en accéléré du debut et le dialogue des deux voleurs pied nickelés sur la valeur de l’art a la fin, on a régulièrement le fou rire.
J’adore personnellement les scenes avec le videur du Club Berlin (putain, franchement, qui a envie d’entrer a 3h du mat dan un truc qui s’appelle le Club Berlin ?).
D’un coup, ca me rappelle le « bucher des vanités » dont le principe est proche. Mais comme indiqué plus haut, Scorsese vas plus loin en placant son film sous le signe de la mort, alors que Wolfe/De Palma reste au niveau de la prison.
Encore une fois ce parti pris place le film au delà de l’exercice de style (meme brillant)
Un grand Scorsese pour moi.

J’ai plus qu’a revoir Eyes Wide Shut maintenant pour fermer la boucle (voir page précédente).
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10864
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: After Hours (Martin Scorsese - 1985)

Post by Alexandre Angel »

J'aime beaucoup ce film également. Il illustre une veine sans doute sous-jacente dans quelques uns des films new-yorkais de Scorsese mais ici traitée sans détour : c'est ce que j'appellerais la veine arty de Marty.
Pas la veine "esthète" (celle-là est encore à venir), non, la veine arty au sens où le New York dépeint est bohême, bourré d'ateliers... Trois personnages au moins sont des artistes versés dans la sculpture de plâtre ou de papier mâché. Tout cela sent la peinture fraîche, le papier mouillé, collé... Scorsese décrit admirablement l'ambiance de ces quartiers bobos plus bohêmes que bourgeois.
Cette atmosphère, il la retrouvera dans l'excellent Life Lessons, qui ouvre le film à sketchs New York Stories, dans lequel Nick Nolte campe un peintre plus vrai que nature.
Et c'est à peu près tout car pour explorer d'autres déclinaisons de cet univers, il faudrait se tourner vers le cinéma indépendant new yorkais des années 80, 90 et 2000, certains Woody Allen compris.
Mais la contribution de Scorsese à la peinture de ce milieu fut puissamment évocatrice.

J'ajouterais qu' After Hours présente frontalement une des facettes les moins remarquées, commentées ou étudiées de son auteur : son talent comique.
Je suis un peu injuste : c'est souvent dit ou écrit mais toujours par la bande, au détour d'un texte critique (on lit souvent, dans les critiques d'époque de Goodfellas, de Casino ou de The Irishman, qu'on rit beaucoup, que c'est parfois hilarant). Mais l'on impute jamais cela à un talent particulier du réalisateur, à une corde qu'il peut ajouter à son arc.
Or, quand il se pique d'être drôle, Scorsese peut se montrer l'égal de Woody Allen.
Certains moments d'After Hours sont hilarants mais il y en a aussi un paquet dans King of Comedy, grâce notamment à l'extraordinaire Sandra Bernhard. Plus modestement, on en trouve dans Color of Money (les pitreries de Tom Cruise), dans New York New York (celles de De Niro), dans Alice n'est plus ici (celles des gamins et le magnifique "So long, suckers!", de Jodie Foster).
Il y a également tous les petits gags, les grandes petites vannes essaimés ici ou là dans Goodfellas, Casino, The Irishman la bouffonnerie énorme du Loup de Wall Street, les uns ou deux moments poilants d'A tombeaux ouvert.
On peut sans crainte se pencher sur l'humour de Martin Scorsese.
Last edited by Alexandre Angel on 28 Nov 20, 12:00, edited 3 times in total.
User avatar
Jean-Pierre Festina
Electro
Posts: 999
Joined: 13 Nov 07, 12:55

Re: After Hours (Martin Scorsese - 1985)

Post by Jean-Pierre Festina »

The Eye Of Doom wrote: 27 Nov 20, 23:39 Revu hier 35 apres sa decouverte en salle.
Comme à l’epoque j’ai adoré. La scene
Spoiler (cliquez pour afficher)
De la mort de Marcy
est, je trouve, bouleversante et le coeur de la raison d’etre du film. Sans elle le film ne serait qu’un comedie acide mais un peu vaine. Il serait trop facile de ne voir dans Paul qu’un brave gars embarqué dans une nuit cauchemardesque au pays des frapadingues. C’est tout de meme ses propres névroses qui sont a l’origine du drame.
J'ai pris un petit vent de panique en lisant ton CR et en repensant à toutes les copines que j'ai dû suicider sans le savoir à la suite d'un mouvement d'humeur.
Heureusement, juste après, mes névroses et moi on est allés manger des glaces.
LU SUR FORUM A MONTRES : "(...) maintenant c'est clair que Festina c'est plus ce que c'était(...)"


Non mais ALLOOOO quoi
The Eye Of Doom
Accessoiriste
Posts: 1714
Joined: 29 Sep 04, 22:18
Location: West of Zanzibar

Re: After Hours (Martin Scorsese - 1985)

Post by The Eye Of Doom »

Chacun s’accomode avec sa conscience, et une bonne glace reconcilie avec la vie. :)
Il y a deux/trois bonus sur le dvd acheté a tres bas prix chez Noz, il faut que j’y jete un oeil.
Meme si c’est pas original, j’ai repensé à la derniere femme rencontrée: c’est une figure maternelle, protectrice qui finalement :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Vas renvoyé le personnage a une posture de foetus. Il ne plus bouger ni parler et deviens invisible.
L’ouverture du portail etant une renaissance. D’ailleurs le personnage est encore tout froissé, souillé de la matrice originelle.