Le Temps de l'innocence (Martin Scorsese - 1993)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Frank Bannister
The Virgin Swiss Hyde
Posts: 6874
Joined: 22 Feb 04, 18:02

Post by Frank Bannister »

moi ca me laisse de marbre tout ca mais j'aime beaucoup le couple Daniel Day-Lewis/ Michelle Pfeiffer.
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 11764
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Post by odelay »

Je reprends le commentaire que j'avais écrit pour mon top 20 qui avait été publié chez les voisins d'en face.


#7 Le temps de l'innocence :

Comment a-t-on pu dire que Scorsese avait réalisé un film académique en faisant LE TEMPS DE L’INNOCENCE ? Il faut vraiment être aveugle ou alors croire bêtement que le mot « académique » est le synonyme de « films en costumes ». On reconnaît pourtant dans chaque plan le style du metteur en scène, qui nous décrit un monde factice où les deux personnages principaux étouffent et n’arriveront pas à aller contre tous les principes de la riche société new-yorkaise de la fin du XIXème siècle. Ce déploiement de richesses, de beaux objets et décors est totalement justifié puisqu’il traduit visuellement cette prison dans laquelle sont enfermés D. Day Lewis et M. Pfeiffer (d’ailleurs le personnage principal, Newland Archer, n’est pas si différent d’autres héros Scorsesiens comme Henry Hill ou Travis Bickle : il n’est pas fait pour la société dans laquelle il vit ; seulement contrairement aux autres, il n’aura jamais la force d’aller à son encontre et vivre en marge).
Ce film est un modèle d’adaptation littéraire : Scorsese s’approprie complètement le superbe livre d’Edith Warton sans jamais en trahir le style ou le propos. Il réussit aussi son film le plus émouvant : comment ne pas être profondément bouleversé par les scènes où la comtesse Olenska se confie à Archer en lui racontant les subtiles mais fortes humiliations qu’elle subit ? Scorsese a offert à Michelle Pfeiffer plus beau rôle : on peut même dire qu’elle donne l’une des plus grandes compositions féminines des années 90.
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Post by Blue »

odelay wrote:Comment a-t-on pu dire que Scorsese avait réalisé un film académique en faisant LE TEMPS DE L’INNOCENCE ? Il faut vraiment être aveugle ou alors croire bêtement que le mot « académique » est le synonyme de « films en costumes ». On reconnaît pourtant dans chaque plan le style du metteur en scène, qui nous décrit un monde factice où les deux personnages principaux étouffent et n’arriveront pas à aller contre tous les principes de la riche société new-yorkaise de la fin du XIXème siècle.
Voilà bien un Scorsese à réhabiliter, à la fois un somptueux hommage à Visconti et en même temps une transposition convaincante des obsessions thématiques et esthétiques bien Scorsesiennes dans le cadre du film en costumes.
A la question "académique ou pas ?", je dirais que formellement le film jouit avant tout du savoir faire de Thelma Schoonmaker en terme de montage, un montage ici quasi expérimental sur les raccords - mais ne reniant pas pour autant une figure de style comme le champ/contrechamp -, alors que les mouvements d'appareil, l'ampleur de la mise en scène de Scorsese évoque naturellement le classicisme. Au passage, je trouve l'usage des fondus enchaînés un poil exagéré notamment dans le premier tiers du film où ça vire au tic (après ça se calme). Par contre, l'usage du montage cut lors d'un climax du film
Spoiler (cliquez pour afficher)
la brève succession de plans lorsque la Ryder se lève pour annoncer à Day Lewis qu'elle est enceinte
est carrément virtuose, de même lors d'un passage onirique
Spoiler (cliquez pour afficher)
où Day Lewis imagine se faire rejoindre par la Pfeiffer assise dans un fauteuil derrière lui
Le film n'est pas académique parceque même si l'intériorisation est de mise (ce qui est aussi le cas dans de grands Visconti), Scorsese ne craint jamais le recours à des figures de style frôlant le kitsch et l'excès (dans le bon sens du terme)
Spoiler (cliquez pour afficher)
comme par exemple la vision de Michelle Pfeiffer sur fond de coucher de soleil faisant carte postale, les éclairages expressionistes sur les visages des protagonistes ou encore l'insert symbolique - les bûches qui s'effritent dans la cheminée par exemple
Pas académique non plus du fait de la façon qu'à Scorsese de jouer sur la distance via une échelle de plans n'évoquant pas à travers la distance la peinture filmée à tout prix, et s'approchant toujours des personnages/tournant autour d'eux pour mieux coller à leurs émotions lors des passages intimistes.
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
angel with dirty face
Six RIP Under
Posts: 4644
Joined: 7 Mar 07, 22:23

Post by angel with dirty face »

Un film de Martin Scorsese qui avait été très injustement descendu par certaines critiques à sa sortie. J'ai même connu des lascars à la culture cinématographique limitée (pour qui Luchino Visconti et Michael Powell & Emeric Pressburger étaient synonymes de hiéroglyphes) qui comparaient The Age Of Innocence à Dangerous Liaisons (1988) de Stephen Frears pour mieux dénigrer le film de Martin Scorsese... Est-ce la présence de Michelle Pfeiffer ou le fait qu'il s'agissait d'un film en costumes qui les conduisaient à une telle comparaison? Je ne veux même pas le savoir... Moi, en tout cas, je me prenais une nouvelle claque cinématographique dans un Gaumont (66, avenue des Champs-Elysées, Paris, 8e) qui depuis une huitaine d'année est devenu un magasin Benetton... A quand le chiche-kebab?
A souligner: Un des plus beaux génériques de Saul Bass et une musique magnifique de Elmer Bernstein.
Tom Peeping
Assistant opérateur
Posts: 2341
Joined: 10 May 03, 10:20

Post by Tom Peeping »

Et l'utilisation sublime de la voix-off de Joanne Woodward. Et le bruit des sabots de chevaux sur les pavés à la fin du générique final. Et tout le reste... Un des très rares films parfaits.
... and Barbara Stanwyck feels the same way !

Pour continuer sur le cinéma de genre, visitez mon blog : http://sniffandpuff.blogspot.com/
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 51032
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

Tom Peeping wrote:Et l'utilisation sublime de la voix-off de Joanne Woodward. Et le bruit des sabots de chevaux sur les pavés à la fin du générique final. Et tout le reste...
Comme la musique absolument sublime de Bernstein...
Gounou
au poil !
Posts: 9768
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Post by Gounou »

Ratatouille wrote:Comme la musique absolument sublime de Bernstein...
Ah ça y est... papy s'est réveillé de sa sieste pour faire sa petite tournée radotage... ?

:mrgreen:
Image
User avatar
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 12105
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Du strict point de vue du découpage, peut-être le meilleur film de Thelma Schoonmaker... non?
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Post by Blue »

MJ wrote:Du strict point de vue du découpage, peut-être le meilleur film de Thelma Schoonmaker... non?
Si tu penses que ça surpasse le travail fait sur "Raging Bull", "Goodfellas" et "Casino"... why not, mais perso j'irais pas jusque là.
Il y a dans "Le temps de l'innocence", des moments de pure grâce à ce niveau, qui cotoient aussi - c'est mon avis - un usage gadget des saccades lorsque la caméra se substitue aux jumelles dans la séquence de l'opéra au début, ainsi que la profusion de fondus enchaînés. D'où un premier tiers du film dont les expérimentations ne me semblent pas toujours pertinentes. D'ailleurs, dans cette partie là du film, c'est plutôt le plan séquence - rappelant "Goodfellas" - ou la présentation des personnages sur fond de voix off et avec les ralentis discrets, qui m'ont le plus enchanté - donc les moments les plus économiques en terme de découpage :wink: .
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
User avatar
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 12105
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Blue wrote:Si tu penses que ça surpasse le travail fait sur "Raging Bull", "Goodfellas" et "Casino"... why not, mais perso j'irais pas jusque là.
Dépasser je ne sais pas... mais égaler, en tout cas.
Il y a dans Age of Innocence un nombre incroyable de raccords stupéfiants: la scène de l'opéra (celle avec une iris) où une "nimbe" intime se crée successivement autour des deux personnages, la salle de fête qui s'anime au cours des saisons, les fondus enchaînés sur les cartes de courtoisie, les fleurs et les lettres d'amour. C'est un travail moins évident à la première vision mais tout aussi puissant.
La première déclaration de Newland à la comtesse Olenska, en terme de découpage je pense sincèrement que c'est ce qu'elle a fait de mieux pour Scorsese.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Supfiction
Charles Foster Kane
Posts: 20586
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Le temps de l'innocence (Martin Scorsese, 1993)

Post by Supfiction »

Vérifiant régulièrement la sortie d'un blu ray qui n'en finit pas de se faire attendre (surement en raison du potentiel peu commercial du film.. néanmoins j'ai un petit espoir suite au 3ème Oscar qui se profile pour Daniel Day Lewis en février prochain), je viens de tomber par hasard sur la fiche de ce dvd.
Irene Dunne y tient le rôle d'Ellen Olenska. A découvrir en VO non STF donc, même si on atteint surement pas la perfection du film de Scorcese et son luxe.

Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14756
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Le temps de l'innocence (Martin Scorsese, 1993)

Post by Demi-Lune »

MJ wrote:
Blue wrote:Si tu penses que ça surpasse le travail fait sur "Raging Bull", "Goodfellas" et "Casino"... why not, mais perso j'irais pas jusque là.
Dépasser je ne sais pas... mais égaler, en tout cas.

Il y a dans Age of Innocence un nombre incroyable de raccords stupéfiants: la scène de l'opéra (celle avec une iris) où une "nimbe" intime se crée successivement autour des deux personnages, la salle de fête qui s'anime au cours des saisons, les fondus enchaînés sur les cartes de courtoisie, les fleurs et les lettres d'amour. C'est un travail moins évident à la première vision mais tout aussi puissant.

La première déclaration de Newland à la comtesse Olenska, en terme de découpage je pense sincèrement que c'est ce qu'elle a fait de mieux pour Scorsese.
De toute façon, Schoonmaker a accompli tellement de miracles qu'il difficile de dire quel est son travail le plus achevé... tous ses films sont dignes d'éloges. Sa relation professionnelle avec Scorsese a d'ailleurs ceci de passionnant qu'on peut mesurer dans le temps l'évolution de cet art : c'est toujours plus chirurgical, plus acéré. Cela dit, comme toi je pense personnellement que Le Temps de l'Innocence, conjointement avec Casino, sont les plus beaux travaux de Schoonmaker (et de Scorsese par la même occasion). L'inspiration et la recherche visuelles y sont constantes, sans jamais que ça finisse par tourner à la démonstration poseuse parce que tout est au service de l'émotion. Dans La Couleur de l'argent par exemple, les tours de force sont principalement circonscrits aux affrontements au billard, où aucune partie n'est jamais mise en scène et montée de la même façon. Dans Le Temps de l'innocence, n'importe quelle juxtaposition de deux images devient l'occasion pour le tandem Scorsese/Schoonmaker de repousser l'art du montage, du raccord, dans une effervescence racée et presque expérimentale. Casino est mû de la même frénésie. Une frénésie qui, à mon sens, trouve en permanence l'équilibre entre l'insatiabilité formelle et la fluidité d'un tempo fait pourtant de ruptures (ce panoramique incroyable fait de fondus enchaînés et de rapprochement d'échelle lorsque Newland observe l'assistance à l'opéra avec ses jumelles), de flamboyances (les explosions de couleur à la Powell pour faire la transition entre deux scènes), d'imprévisible.
Le Temps de l'innocence est de ces quelques films qui, perso, me font chialer par la maestria émotionnelle d'une simple coupe, d'un ballet d'images fondues les unes aux autres. On pourrait égrener les exemples, le premier qui me vient en tête est cette scène où la comtesse Olenska tend à Archer le télégramme de May. Un réalisateur banal aurait montré Day-Lewis lire le télégramme, et on aurait entendu par-dessus la voix-off de Ryder expliciter le contenu de ce billet tandis que l'acteur aurait froncé des sourcils pour bien montrer ses émotions par rapport à sa lecture intérieure. Là non, coupe, on quitte le salon pour se retrouver le temps d'un plan devant un mur de fleurs avec Winona Ryder qui récite gaiement son télégramme à voix haute en regardant la caméra qui s'avance inexorablement pour cadrer ses yeux. Et seulement là on revient au salon entre Pfeiffer et Day-Lewis, la coupe faisant la jonction sur le télégramme lu et tenu d'une main abattue par l'acteur. Je ne sais pas pour vous, mais moi je trouve ça extraordinaire. A ce titre, je le rapprocherais d'ailleurs volontiers de son contemporain Dracula.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 16287
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Le temps de l'innocence (Martin Scorsese - 1993)

Post by Watkinssien »

C'est vrai que le film recèle de nombreuses subtilités comme cet exemple souligné par Demi-Lune.
Un beau film, d'une élégance revendiquée et jamais en porte-à-faux, des comédiens exceptionnels, une maîtrise cinématographique évidente. Il faut que je le revoies maintenant pour confirmer mon souvenir solide mais lointain...
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Supfiction
Charles Foster Kane
Posts: 20586
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Le temps de l'innocence (Martin Scorsese - 1993)

Post by Supfiction »

Dans Le temps de l'innocence, une grande dame a obligatoirement son portrait pour assoir son statut social dans la bonne société ..

Image
Regina Beaufort

Image
Mrs. Mingott

Image
Louisa Van Der Luyden (j'en profite pour préciser que ce personnage est joué par Alexis Smith..)

Image
Hélène Olenska ? Une femme sans visage car sans statut social. Quand Archer la voit lors de son passage à Boston, assise sur un banc, il la découvre au préalable dans le tableau d'un peintre impressionniste peignant les gens assis dans le parc. Encore une fois, elle est sans visage, floue.
Last edited by Supfiction on 5 Sep 13, 15:43, edited 1 time in total.
User avatar
Supfiction
Charles Foster Kane
Posts: 20586
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Le temps de l'innocence (Martin Scorsese - 1993)

Post by Supfiction »

Ce n'est donc pas un hasard si Scorsese apparaît en photographe dans ce film, il nous dit combien les peintures (et bientôt les photographies) ont d'importance dans le film..

Scorsese dans Le temps de l'innocence :

Image

Caméo clin d’œil à son propre caméo, Scorsese dans Hugo Cabret :

Image

Autre clin d’œil du cinéaste, Newland Archer/Daniel Day Lewis regardant au début du film cette peinture du Dernier des Mohicans, film qu'il vient de tourner en 1992.. Une manière aussi de revenir à son thème de prédilection, la violence partie prenante de l'Histoire de l'Amérique et la violence cachée sous les apparences convenables de la bonne société new-yorkaise.

Image
Last edited by Supfiction on 24 Oct 15, 12:32, edited 2 times in total.