Jean-Jacques Beineix

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by AtCloseRange »

cinephage wrote:
origan42 wrote:Je reste sur une telle révélation, une telle fascination de ce film (Diva) auquel j'avais mis les 5 étoiles du chef d'oeuvre, que j'ai peur aujourd'hui de le revoir et d'être déçu.
Le film a indéniablement vieilli, tant il se voulait à l'avant-garde d'une certaine approche cinématographique, et porte avant tout les caractéristiques de son époque. Mais je lui trouve un charme dont il ne s'est jamais départi, une stylisation ludique, certes outrancière, mais par là-même assez charmante dans son audace.
En tout cas, je n'ai pas vraiment été déçu par la révision de ce film.
Pareil. Même si je n'aime guère le reste de la filmo de Beineix (à part La lune dans Le Caniveau), j'adore ce film et je trouve au contraire que tous ses oripeaux 80s lui font gagner un charme fou avec les années.
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Demi-Lune »

J'ai d'ailleurs oublié de dire que les scènes où la Diva chante l'air de la Wally sont sublimes (le morceau aide beaucoup, il est vrai).
Le film se conclue en outre sur une idée très belle, quoique pas assez creusée à mon goût émotionnellement
Spoiler (cliquez pour afficher)
la cantatrice qui ne s'est jamais entendue chanter écoute sa voix pour la première fois de sa vie.
Quant au look 80's, c'est pour moi un des points forts du film, mais bon, je suis en l'occurrence très partial sur le sujet. :mrgreen:
mannhunter
Laspalès
Posts: 15856
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by mannhunter »

Bon souvenir de DIVA et LA LUNE DANS LE CANIVEAU,deux films que j'aimerais bien revoir.
Pas d'avis sur ROSELYNE ET LES LIONS?...celui-là m'intrigue assez.
mannhunter
Laspalès
Posts: 15856
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by mannhunter »

Demi-Lune wrote:Diva (1980)
Comme Subway de Luc Besson, autre grand film culte français des années 1980
Et pourtant... comme Subway, je n'arrive pas à être trop sévère.
tiens au fait tu l'as chroniqué ce film ou pas?...je ne sais même pas s'il a son propre topic. :oops:
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Demi-Lune »

mannhunter wrote:Pas d'avis sur ROSELYNE ET LES LIONS?...celui-là m'intrigue assez.
Il me semble qu'il a été récemment choisi comme film du mois par Nicolas Mag. Il faudrait lui demander. Je n'ai pas vu ce film, mais il y a au moins un plan que je connais : un travelling vertical qui part, de dos, des jambes de l'actrice qui joue Roselyne, nous fait bien profiter de ses formes, s'arrête sur sa chevelure, le tout sous fond de ralenti et d'effets de lumières brumeuses dans la cage aux lions. 80's et bougrement efficace, je trouve. :oops:
Edit : tiens, je l'ai trouvé :

tiens au fait tu l'as chroniqué ce film ou pas?...je ne sais même pas s'il a son propre topic.
Oui, j'ai écrit un commentaire dessus. Le film n'a effectivement pas de topic dédié, aussi l'ai-je mis dans le topic sobrement intitulé "Luc Besson".
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89524
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Jeremy Fox »

mannhunter wrote: Pas d'avis sur ROSELYNE ET LES LIONS?...celui-là m'intrigue assez.
Probablement ma pire séance de cinéma. En revanche, grâce surtout à la musique de Gabriel Yared et aux décors, j'avais beaucoup aimé La Lune dans le caniveau lors de sa sortie.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by AtCloseRange »

Jeremy Fox wrote:
mannhunter wrote: Pas d'avis sur ROSELYNE ET LES LIONS?...celui-là m'intrigue assez.
Probablement ma pire séance de cinéma. En revanche, grâce surtout à la musique de Gabriel Yared et aux décors, j'avais beaucoup aimé La Lune dans le caniveau lors de sa sortie.
Roselyne, c'est vrai que c'est bien raté.
Beineix avait juste envie de filmer sa compagne de l'époque, Isabelle Pasco sous toutes les coutures...
Image
mannhunter
Laspalès
Posts: 15856
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by mannhunter »

Jeremy Fox wrote:
mannhunter wrote: Pas d'avis sur ROSELYNE ET LES LIONS?...celui-là m'intrigue assez.
Probablement ma pire séance de cinéma.
Un peu HS mais ça me rappelle une anecdote... :)

Une critique -que je ne nommerais pas- de Télérama avait copieusement insulté Isabelle Pasco après la projection au Max Linder,et ce en présence de l'équipe du film...un ami qui travaillait au Max Linder à l'époque était alors parti avec quelques potes crever les pneus de la voiture de la critique en question,histoire de se "venger" du comportement indigne de la "télérameuse"...fin de l'anecdote. :mrgreen: :uhuh:
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Demi-Lune »

ImageImageImage

La Lune dans le caniveau (1983)

Bon, ce n'est pas encore avec ce film-là que mon rapport au cinéma de Beineix va s'arranger. Et pourtant... pourtant, comme pour Diva, je n'arrive pas à être trop sévère. Beineix est un mec indéniablement ambitieux et sa Lune dans le caniveau une nouvelle démonstration de ce que son style était à cette époque sans équivalence dans le paysage cinématographique français. Le formalisme teinté de fraîcheur de Diva prouvait déjà le talent technique de son auteur, mais La lune dans le caniveau enfonce définitivement le clou : la caméra virevolte dans des travellings à l'américaine, les cadres sont méticuleux, l'ambiance plastique est étouffante et essentielle. En s'attaquant à David Goodis, Beineix ne se contente pas du luxe du matériau, il va façonner un film assez expérimental à la croisée d'Argento, Coppola, Godard et Ridley Scott, et construire un véritable univers interne comme l'on bâtit une cathédrale : on pénètre dans le film comme dans un rêve étrange, fiévreux et poétique, un rêve peuplé de dédales sombres, de taudis crasseux, d'érotisme moite, de néons multicolores, de bars mal famés, de femmes désirées et de gouttes de sang. Sans doute influencé par la forme et la technique de Coup de Cœur, le tournage en studio renforce pourtant ici un confinement nocturne inquiétant, tandis que le recours discret à des maquettes (je ne sais pas pourquoi mais la séquence de la cathédrale m'a quasiment fait penser au Batman de Burton) et la musique planante de Gabriel Yared suggèrent de façon lancinante une irréalité trouble, quelque part entre le rêve et le cauchemar. Les ambitions formalistes de Beineix n'ont jamais été aussi évidentes : La lune dans le caniveau est d'abord un spectacle rétinien, un féérie de couleurs soigneusement choisies et associées (l'utilisation du rouge et sa connotation sanglante est signifiante), se déclinant au travers des vêtements, des néons, des lumières scintillantes. Avec la caméra de Beineix, tout est prétexte à esthétisme, et les partis-pris rappellent immanquablement ce que Coppola faisait à la même époque.

ImageImageImage

Du Napoléon du Cinéma Beineix partage la soif de démesure - l'histoire semble bien étroite pour un tel déchaînement plastique -, mais en tout cas pas le sens narratif. Car si La lune dans le caniveau se montre remarquable dans sa proposition formelle, on ne peut pas dire que son histoire, ou tout du moins la manière dont elle est traitée par Beineix, soit très convaincante. Le pitch est intéressant mais très vite on se perd dans de fausses complexités psychologiques (les fantasmes des riches fascinés par la pauvreté, le frère tourmenté par le suicide de sa sœur...), des poses maniérées et une avancée scénaristique quasi nulle qui, comparativement à l'esthétisme déployé, montre que le film n'a finalement pas grand-chose à raconter. C'est long, long, long ! C'est beau mais qu'est-ce que c'est chiant ! Le film devient alors potentiellement irritant, brassant de l'air pour trois fois rien ; l'obsession formaliste de Beineix finirait presque par se retourner contre lui tant son talent paraît gaspillé en vain. Le jeu mollasson et étudié de Nastassja Kinski (belle à en crever) est hélas particulièrement pénible, tout comme celui du personnage de son frère. Plusieurs scènes agacent carrément dans leur posture théâtrale et grimacière : il faut notamment se pincer lors de la scène avec les deux putes au bar. Certains plans, certaines atmosphères, cueillent sporadiquement un intérêt qui s'évanouira rapidement, et il faut toute la douceur mêlée de bouillonnement de Depardieu et la sensualité volcanique de Victoria Abril pour aller jusqu'au terme du film.

ImageImageImage

La lune dans le caniveau demeure sans doute une expérience sans grande équivalence dans le cinéma français, c'est un film "admirable" au sens qu'on peut s'extasier sur ses propositions visuelles et son ambition, mais il n'en demeure pas moins à mes yeux que le reste, malgré toutes les bonnes volontés réunies, est quand même assez raté et pénible. Mais c'est une œuvre qui mérite assurément qu'on s'y attarde.

Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImage
La plus belle scène (onirique) du film.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Federico »

mannhunter wrote:
Jeremy Fox wrote: Probablement ma pire séance de cinéma.
Un peu HS mais ça me rappelle une anecdote... :)
Une critique -que je ne nommerais pas- de Télérama avait copieusement insulté Isabelle Pasco après la projection au Max Linder,et ce en présence de l'équipe du film...un ami qui travaillait au Max Linder à l'époque était alors parti avec quelques potes crever les pneus de la voiture de la critique en question,histoire de se "venger" du comportement indigne de la "télérameuse"...fin de l'anecdote. :mrgreen: :uhuh:
Que d'excès (des deux parts), surtout pour un film à oublier... Je crois deviner qui était cette critique (CMT, isn't it ?).
Marrant, si on veut, ma pire séance de cinoche fut avec 37,2 ° le matin. Comme quoi, Beineix... :mrgreen:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
mannhunter
Laspalès
Posts: 15856
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by mannhunter »

Outerlimits
Assistant opérateur
Posts: 2703
Joined: 26 Apr 08, 23:24

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Outerlimits »

Carrément :o :
"Un grand moment avec l’un des derniers génies du septième art français"
Momo la crevette
Et la tendresse... bordel ?
Et la tendresse... bordel ?
Posts: 15006
Joined: 13 Apr 03, 22:03
Location: En train de se faire un grec avec Tuesday... Pauvre Nikos !

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Momo la crevette »

mannhunter wrote:Interview carrière:

http://www.avoir-alire.com/rencontre-av ... -integrale
Interview passionnante sur les coulisses du cinéma.
styx wrote:Je comprends pas grand chose à vos salades, mais vous avez l'air bien sur de vous, donc zetes plus à même hein de parler, de sacrés rigolos que vous faites en fait, merde ça rime lourd là, je vais éditer. mdr
L'alcool, c'est mal.
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 40822
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Rockatansky »

Momo la crevette wrote:
mannhunter wrote:Interview carrière:

http://www.avoir-alire.com/rencontre-av ... -integrale
Interview passionnante sur les coulisses du cinéma.
Il rêgle surtout ses comptes, il est mégalo, mais il a la grande qualité de dire ce qu'il pense sans se soucier des conséquences
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
Momo la crevette
Et la tendresse... bordel ?
Et la tendresse... bordel ?
Posts: 15006
Joined: 13 Apr 03, 22:03
Location: En train de se faire un grec avec Tuesday... Pauvre Nikos !

Re: Jean-Jacques Beineix

Post by Momo la crevette »

Rockatansky wrote:
Momo la crevette wrote: Interview passionnante sur les coulisses du cinéma.
Il rêgle surtout ses comptes, il est mégalo, mais il a la grande qualité de dire ce qu'il pense sans se soucier des conséquences
Ca rejoint le débat autour de Kassovitz. Je trouve vivifiant qu'on ait encore des real mégalos, grande gueule qui essayent de faire bouger les lignes.
styx wrote:Je comprends pas grand chose à vos salades, mais vous avez l'air bien sur de vous, donc zetes plus à même hein de parler, de sacrés rigolos que vous faites en fait, merde ça rime lourd là, je vais éditer. mdr
L'alcool, c'est mal.