Impitoyable (Clint Eastwood - 1992)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Margo

Impitoyable (Clint Eastwood - 1992)

Post by Margo »

Revu ce soir pour la xième fois, et toujours aussi bon...

Plus je le vois, plus la mélancolie du film me transporte. Ces deux vieux bandits sur le retour, à peine capable de monter à cheval et qui souffrent de plus en plus des meurtres qu'ils sont amenés à commettre à nouveau sont parmi les plus beaux héros de ces dernières années. Tels deux fantômes, ils entrainent le film vers les rives du fantastique, sonnant le glas d'un certain western.

Comme chez le Ford de Liberty Valance, la réalité est bien différente des légendes écrites par les biographes de l'époque (superbe personnage du journaliste / écrivain). Ici, les héros sont fatigués, saouls, incapables de viser à plus de 10 mètres et surtout d'une finesse psychologique rare : les méchants ne le sont pas forcément tant que ça (Gene Hackman, salaud humain) et les héros pas si blancs non plus...

David Webb Peoples sert un des plus beaux scénarios de ces dernières années, la photo est splendide, Clint plus fort que jamais. Et les premiers et derniers plans me marqueront à jamais.

Chef d'oeuvre crépusculaire... 10/10 (rare que je donne une telle note) :D
harry callahan
Mogul
Posts: 11414
Joined: 13 Apr 03, 17:28
Location: Dans un snack de San Francisco, d'où il vaut mieux que je ne sorte pas

Post by harry callahan »

Premier ( et aussi dernier ) plan de toute beauté, c'est une évidence. Avec en plus cette petite mélodie mélancolique et le texte qui défile. Deux excellents souvenirs, bien gravés dans ma mémoire.

Je tiens à apporter ma pierre à l'édifice en soulignant le personnage du Kid de Schofield, faux dur à cuire, vrai fier à bras, profondément humain. La scène où il raconte son exploit du meurtre du cowboy désarmé dans mes chiottes, enthousiaste et excité au début, puis se liquéfiant au fur et à mesure pour révéler qu'en fait il n'a jamais tué personne, et que finalement il le regrette implicitement, et splendide. Les dialogues et le jeu d'acteurs sonnent incroyablement vrais.
Tout ça pendant que Will Munny, sous le choc après avoir appris la mort et la torture de son ami Ned, le seul non meurtier des trois, se remet à boire pour la première fois depuis qu'il a cessé d'assassiner sous les effets entre autres du whisky. Will Munny explique au Kid que ce n'est pas rien, d'un point de vue moral, que d'enlever la vie à quelqu'un, aussi pourri ce quelqu'un soit il, et on comprend d'après son regard et le fait qu'il se remette à boire que lui va tuer, des pourris et des pas pourris.

Enfin, la confrontation entre l'écrivain et Will Munny qui tourne court, l'assassin vengeur n'admettant pas qu'on soit fasciné et attiré par la mort, qu'on essaye de théoriser et de rendre la chose belle avec de jolis mots, quelques mensonges et de belles tournures, est très belle et très lourde de sens aussi.
[...]But being this a .44 magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you have to ask yourself one question : "Do I feel lucky ?". Well, do you, punk ?
wotan
Doublure lumière
Posts: 480
Joined: 5 May 03, 15:12

Post by wotan »

je l'ai decouvert il y a 15 jours le choc! voila un grand film !
c'est d'aillleurs ça qui m'a fait craquer pour les autres titres
Merci Monsieur Eastwood
Martin Quatermass
Overdosed on Gamma-ray
Posts: 9534
Joined: 14 Apr 03, 08:44

Post by Martin Quatermass »

Chef d'oeuvre. je n'ai pas d'autre mot. :wink:
Hank Quinlan
Doublure lumière
Posts: 362
Joined: 22 Apr 03, 17:28

Post by Hank Quinlan »

Derrière Dead man de Jarmusch, le meilleur western des années 90 :wink:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90437
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Puis je faire mon rabat joie ?

Non quand même pas en début de semaine :-)
L'étranger...
Introduit au Festival de Cannes
Posts: 8458
Joined: 13 Apr 03, 08:31
Location: Dans le dos de Margo et Roy !

Post by L'étranger... »

Jeremy Fox wrote:Puis je faire mon rabat joie ? ;-)

Non quand même pas en début de semaine :-)
Qui c'est qu'a entendu un bruit au fond de la salle ?
...Personne ! :wink: :lol:
ImageImage
George Bailey
Monteur
Posts: 4876
Joined: 22 Apr 03, 14:12
Location: Francilien

Post by George Bailey »

JM wrote:Derrière Dead man de Jarmusch, le meilleur western des années 90 :wink:
Dead man, que j'adore, n'est pas un western à proprement parler mais plutôt une fable philisophique se déroulant aux Etats-unis dans les années 1870.

Sinon, impitoyable est bien le chef d'oeuvre du western des années 90.
Mes chéris
Mes préférés
Le coeur a ses raisons que la raison ne connait point. Pascal
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90437
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

vitobehm wrote: Sinon, impitoyable est bien le chef d'oeuvre du western des années 90.
Avoue qu'il n'a pas eu de mal : il y a eu combien de westerns dans les 90 ? mais perso, pour moi c'est "Danse avec les loups"
George Bailey
Monteur
Posts: 4876
Joined: 22 Apr 03, 14:12
Location: Francilien

Post by George Bailey »

Jeremy Fox wrote:
vitobehm wrote: Sinon, impitoyable est bien le chef d'oeuvre du western des années 90.
Avoue qu'il n'a pas eu de mal : il y a eu combien de westerns dans les 90 ;-) mais perso, pour moi c'est "Danse avec les loups"
J'aime aussi beaucoup Danse avec les loups pour le côté poétique, épique mais je trouve le film trop romancé avec des effets "fleur bleue" mais un très grand film tout de même.
Mes chéris
Mes préférés
Le coeur a ses raisons que la raison ne connait point. Pascal
Hank Quinlan
Doublure lumière
Posts: 362
Joined: 22 Apr 03, 17:28

Post by Hank Quinlan »

vitobehm wrote:
JM wrote:Derrière Dead man de Jarmusch, le meilleur western des années 90 :wink:
Dead man, que j'adore, n'est pas un western à proprement parler mais plutôt une fable philisophique se déroulant aux Etats-unis dans les années 1870.
Le saloon, les chasseurs de primes, l'Indien ... Dead man dérive lentement en road-movie, mais réutilise quand même plus ou moins beaucoup d'ingrédients du western.
John Constantine
Un Justicier dans la Cuisine
Posts: 10337
Joined: 4 Jun 03, 20:30
Location: Bolivie

Post by John Constantine »

Mmm, Impitoyable... je ne citerai que quelques uns de mes dialogues préférés.

William Munny: "mon fils, tue quelques poulets s'il le faut" :lol:

Et les dernières répliques de Hackman: "je ne méritais pas cela, j'étais en train de construire une maison" Yeah 8)
Puissant, corrompu et menteur
Image
You two do make a charming couple though, you're both, what's the expression, damaged goods.
see the man
M See Solaar
Posts: 425
Joined: 17 Apr 03, 11:26

Post by see the man »

Impitoyable voilà un film qui porte bien son nom

pour ma part j'adhere totalement à ce genre
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90437
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Serais-je donc le seul à me sentir éloigné de ce film crépusculaire, magnifiquement réalisé et écrit certes mais qui m'émeut moyennement ?

Dans le même genre, je préfère de très loin Coups de feu dans la sierra de Peckinpah
Simone Choule
antépiphoromaniaque
Posts: 4355
Joined: 13 Apr 03, 14:39
Location: Chez Trelkovsky...

Post by Simone Choule »

Jeremy Fox wrote:Serais-je donc le seul à me sentir éloigné de ce film crépusculaire, magnifiquement réalisé et écrit certes mais qui m'émeut moyennement ?
Tu n'es pas seul...
J'aime énormément le film mais je l'admire avec distance.
Contrairement à d'autres Eastwood peut être moins parfaits mais qui me touchent plus : Un Monde Parfait, Sur la Route de Madison, Minuit dans le jardin du Bien et du Mal...