Étrange séduction (Paul Schrader - 1990)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

angel with dirty face
Six RIP Under
Posts: 4642
Joined: 7 Mar 07, 22:23

Re: Étrange séduction (Paul Schrader, 1990)

Post by angel with dirty face »

Ratatouille wrote:et le thème de Badalamenti est sans doute ce qu'il a composé de plus beau de toute sa carrière.
On peut encore trouver le soundtrack sur Amazon. C'est vraiment un must.
Image
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16737
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Étrange séduction (Paul Schrader - 1990)

Post by Père Jules »

Magnifique découverte ! Un film entêtant comme cette musique sublime de Badalamenti, comme les travellings extraordinaires de fluidité de Schrader et comme l'interprétation hypnotique de Christopher Walken. Demi-Lune a (comme toujours) déjà tout dit. Mon troisième film du scénariste (pas ici)/réalisateur et sans problème mon préféré jusqu'ici. Film du mois en puissance !
Shin Cyberlapinou
Accessoiriste
Posts: 1632
Joined: 1 Feb 09, 09:51

Re: Étrange séduction (Paul Schrader - 1990)

Post by Shin Cyberlapinou »

J'avais gardé du film un sentiment mitigé, malgré le casting, malgré Venise, malgré la photo de Dante Spinotti, malgré certaines connexions (involontaires?) avec le giallo j'avais trouvé que tout ça tournait un peu à vide, et je trouve que les films de Schrader sont bien souvent des occasions manquées (Mishima, Hardcore, Escort Boy, cet Etrange séduction donc), notamment dans l'exploration un peu systématique des sexualités "autres" (le contrecoup de sa notoire éducation calviniste?). Et pourtant je reviens régulièrement vers lui (je fonde pas mal d'espoirs dans Blue collar), car il a une voix bien à lui, peut-être devrais-je redonner sa chance au film qui nous occupe... 6/10 pour l'instant.
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Re: Étrange séduction (Paul Schrader - 1990)

Post by Blue »

Un film qui a quelque chose d'inabouti, mais je dirais que c'est presque ce qui fait son charme. Schrader ne fait pas ici dans le storytelling, mais son film fonctionne quand même car il est fascinant, presque aphrodisiaque. On se laisse porter dans ce cadre vénitien magnifié par la photo de Spinotti. Le score fabuleux de Badalamenti et le casting dont un Walken qui porte encore les stigmates de Frank White ("The King Of New York" a été présenté quelques mois avant), rattrapent les limites de Schrader cinéaste. Il y a des contrastes énormes, entre déambulations/discussions interminables et explosions de violence baroque. On passe ainsi du film de vacances d'un couple qui se remet en question au film de frousse, et on guette chaque apparition de Walken et Mirren qui forment un couple au charme vampirique. "Etrange Séduction", c'est un peu comme si Antonioni se mettait au giallo. Un film qu'il sera difficile d'oublier tant il est particulier.
7,5/10
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
User avatar
El Dadal
Réalisateur
Posts: 6428
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Étrange séduction (Paul Schrader - 1990)

Post by El Dadal »

Père Jules wrote:Demi-Lune a (comme toujours) déjà tout dit.
Il me semble pourtant qu'on peut, sur ce film, magnifique effectivement, continuer l'exploration.

Par exemple, je suis très curieux de lire vos avis sur le symbolisme de l'histoire narrée à plusieurs reprises par Christopher Walken. Le recours qu'il fait à certaines figures récurrentes a également un double sens délicat à déchiffrer.
Par exemple, sur la fin du film, Robert et Colin s'arrêtent une seconde sur le front de mer après le dernier passage dans le bar (où Robert lui demandait pourquoi il était revenu). À la question éludée des photos prises à l'insu de Colin, Robert lui rétorque que son père et son grand-père fréquentaient le barbier devant lequel ils sont postés, mais fréquentent désormais le cimetière de l'autre côté de la lagune. Robert est-il réellement persuadé que Colin comprend métaphoriquement ce vers quoi il s'avance, ou n'est-il qu'un illuminé? Le film regorge de moments à double sens comme celui là. Peut-on donner du crédit à ces paroles?

Obligé d'admettre toutefois m'être senti moins impliqué dans ces vingt dernières minutes. La chronique de couple de la première partie m'avait bien plus séduit, jusqu'à cette scène de passion retrouvée absolument époustouflante, Schrader étant alors en pleine possession de ses moyens. Le final qui termine d'obscurcir une intrigue aux ramifications déjà nombreuses m'aura donc laissé un peu de côté (mais qui sont ces gens? :o )
Quoi qu'il en soit, le film est si riche qu'il me faudra à n'en point douter y revenir, plus vite que jamais.
The Eye Of Doom
Accessoiriste
Posts: 1711
Joined: 29 Sep 04, 22:18
Location: West of Zanzibar

Re: Étrange séduction (Paul Schrader - 1990)

Post by The Eye Of Doom »

Pris la BO a la bibliotheque samedi.
Magnifique !
On entends par instant comme des premises de Twin Peaks.
Je ne sais pas si Badalamenti a d’autres B.O de cette tenue cachees qcqpart dans sa production.
Pas de bluray avec stf dispo je crois ?