Jerzy Skolimowski

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Thaddeus »

Image



(en italiques : films découverts en salle à leur sortie)


Walkover
Si l’on parvient à discerner quelques ébauches d’intentions dans cette déambulation existentielle, on y verra un étudiant, boxeur amateur, errer à la recherche d’un but et ne rencontrant que du vide autour de lui. Le cinéaste cherche sans doute à explorer l’univers d’une Pologne corsetée où les jeunes essaient de faire sauter quelques verrous, et à exprimer le désarroi d’une génération sans avenir dont le dénominateur commun est cet isolement qui fait de l’homme un étranger au monde. Malgré sa durée concentrée, le film procède d’une indécision permanente rendant son expérience soporifique, peu propice à quelque implication que ce soit : l’humour narquois ne prend jamais, la nervosité du filmage ne rencontre aucun achoppement, et le propos est flou jusqu’à l’évanescence. 2/6

Le départ
L’argument tient sur un confetti : comment, en l’espace de deux jours, un coiffeur passionné d’automobile va-t-il trouver l’argent pour concourir à la course de rallye à laquelle il rêve de participer ? Skolimowski a beau brancher son esthétique sur celle de la Nouvelle Vague, avec ses jump cuts, son dandysme nonchalant, son agitation burlesque et juvénile, quelque chose cloche sévèrement. Peut-être un problème de fantaisie, qui glisse trop souvent sur le terrain d’une hystérie mal canalisée. Ou bien un souci d’inconséquence, cette impression de vide persistant qui se dissimule derrière le mouvement épileptique, les raccords brusques, la gestuelle irruptive. Plus probablement, je crois que les tribulations de ce jeune immature assigné à un but dérisoire, je m’en tamponne un peu le coquillard. 3/6

Deep end
Dans une piscine de l’East Side, une jolie jeune femme, amusée du trouble qu’elle provoque chez un innocent garçon, le précipite dans une spirale de fantasmes puis d’obsession dans laquelle elle est à son tour entraînée. L’occasion pour Skolimowksi d’entamer la marche funèbre du Swinging London et d’une Angleterre encore bercée des sixties, qui s’aperçoit à peine de son état de décomposition avancée. Sa chronique du désir fou, de la frustration et du passage à l’âge adulte est un joyau dont le vernis pop s’écaille au contact de la réalité, et dont la succulente drôlerie burlesque n’enlève rien à la cruauté – jusqu’au dénouement tragique qui laisse coi. Quant à Jane Asher, avec ses minijupes fleuries et ses bottes de skaï blanches, son grand regard brun et sa flamboyante chevelure rousse, elle est… violente. 5/6
Top 10 Année 1970

Travail au noir
Londres, un monde poli et policé, clos et oppressant. Venus restaurer la maison d’un riche compatriote capitaliste, trois ouvriers bernés (tel le peuple polonais) obéissent aux ordres d’un petit chef (qui ressemble comme un frère à Jaruzelski). Lui-même est soumis à l’influence d’un puissant protecteur, son patron – l’image de l’URSS. L’allégorie est limpide, et le film manifeste de la pensée d’un apatride qui ne peut plus éluder le drame de son pays. Du labeur clandestin comme structure de survie et ascèse libératrice, le réalisateur tire paradoxalement une fable navrée sur les mécanismes de la tyrannie et de sa composante principale : le mensonge. Avec lui le cinéma politique devient ambigu, incisif et captivant : sa cruauté est celle d’une fatalité ridicule, et sa dérision grinçante une marque de lucidité. 4/6

Le bateau phare
Faut-il que meurent les pères pour que se libèrent les fils ? Et comment abolir entre eux le malentendu originel pour qu’ils se reconnaissent identiques et, peut-être, apprennent à s’aimer ? Ces questions forgent le cœur de ce huis-clos sur un rafiot immobile, scellant en quelque sorte la rencontre de Joseph Conrad et du Huston de Key Largo. Même contrarié par son ancrage solide au large des côtes de Virginie, il a les traits de l’aventure maritime. Même confiné à son espace sévèrement mesuré, il a les charmes sophistiqués d’un thriller travaillé par les enjeux de la liberté, du droit, de la soumission à la violence ou à l’autorité. Il s’organise en une succession de duels ambigus où le mal court telle une houle, où la vérité de chacun tangue jusqu’à ce que la mort signifie enfin l’accalmie, la conclusion du jeu. 4/6

Quatre nuits avec Anna
Une bourgade polonaise glauque et crasseuse, encerclée par la brume verdâtre des frustrations inassouvies. Dans ce no man’s land lugubre, un gardien mutique s’éprend d’une blonde infirmière blessée par la vie, la suit, la guette, la veille à son chevet. Skolimowski filme cette relation à sens unique comme la rencontre de la plus pure innocence et de la plus inquiétante névrose. Son héros est un inadapté qui ne parvient pas à mettre en mots ses sensations, intériorise ses pulsions et se fait piéger par le jugement réducteur d’une société incapable d’appréhender ce qui ne relève pas de la norme. Conte désespéré sur la solitude et le voyeurisme, le fantasme et l’irréductible incompréhension des altérités humaines, le film est mis en scène avec une irréalité doucereuse qui renforce son pouvoir de fascination. 5/6

Essential killing
D’un point de vue théorique, le projet est assez stimulant. Abrité au début par les canons de l’action movie, il propose une inversion de point de vue et cherche à porter toute l’empathie du spectateur sur un taliban fugitif, à endosser la lutte très physique d’un être apeuré et bestial qui n’a rien d’un guerrier. Antihéros beckettien devenu proie, privé de sa langue, de son identité, de sa patrie, l’homme survit à force de décharges d’énergie, il grimpe, glisse, tue, court et court encore dans un paysage de neige, jusqu’à l’épuisement. Le suspense se nourrit des bruits et des agressions d’une nature toujours hostile et d’une caméra intensément subjective, résumant l’existence en une fuite effrénée. Il lui manque juste l’essentiel : une âme, un cœur qui dépasseraient la litanie assez verrouillée du procédé. 4/6


Mon top :

1. Deep end (1970)
2. Quatre nuits avec Anna (2008)
3. Travail au noir (1982)
4. Le bateau phare (1985)
5. Essential killing (2010)

Peu à peu je découvre la carrière de ce réalisateur de grande notoriété. De la lumière disparate apportée par le découverte de ces quelques films, dont les plus récents, me vient le ressenti hétérogène d’un artiste plutôt radical, porté par une grande exigence formelle et peu frileux devant les propositions inédites.
Last edited by Thaddeus on 30 Jul 19, 20:52, edited 1 time in total.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Alexandre Angel »

De ta liste, je n'ai pas vu 4 nuits avec Anna .

De ceux qui n'y figurent pas, celui que je connais le mieux car j'y étais retourné à sa sortie (je l'aimais beaucoup) était Le Bateau-phare.
Quant aux autres que j'ai vus, il y en a un qui ne m'a pas emballé pour des raisons similaires à celles que tu invoques concernant Essential Killing, c'est Le Cri du Sorcier, que je vais prochainement réessayer.

Haut-les-mains, Roi, Dames, Valet et Le Succès à tout prix me laissent le souvenir lointain d'une sophistication à la fois inventive et distante, diffusément hermétique mais néanmoins stimulante.
Je m'étais bien distrait aux Aventures du Brigadier Gérard, d'après Conan Doyle.

Sinon, j'ai toujours énormément aimé Travail au noir et beaucoup plus récemment pour moi : Deep end, of course.
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 22632
Joined: 31 Dec 04, 14:17
Location: Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Jack Carter »

Son dernier film, 11 minutes, passe ces jours çi sur Cine + Club, on peut trouver l'exercice de style vain, mais en ce qui me concerne, beaucoup aimé. Sortie technique pour ce film l'an dernier (donc tres vite disparu de l'affiche des quelques salles françaises qui l'ont projeté) qui ne le meritait pas.

Image
Last edited by Jack Carter on 22 Aug 18, 09:57, edited 1 time in total.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Alexandre Angel »

Jack Carter wrote:Son dernier film, 11 minutes, passe ces jours çi sur Cine + Club
:idea: merci!
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 22632
Joined: 31 Dec 04, 14:17
Location: Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Jack Carter »

Alexandre Angel wrote:
Jack Carter wrote:Son dernier film, 11 minutes, passe ces jours çi sur Cine + Club
:idea: merci!
https://www.programme-tv.net/cinema/8164946-11-minutes/
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Alexandre Angel »

Que des horaires de merde pour moi!
Ne reste plus que la solution replay.
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 22632
Joined: 31 Dec 04, 14:17
Location: Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Jack Carter »

Alexandre Angel wrote:Que des horaires de merde pour moi!
Ne reste plus que la solution replay.
ou le dvd qui sort bientot chez Blaq Out :wink:
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Alexandre Angel »

Jack Carter wrote:
Alexandre Angel wrote:Que des horaires de merde pour moi!
Ne reste plus que la solution replay.
ou le dvd qui sort bientot chez Blaq Out :wink:
mais je ne suis pas sûr de l'acheter comme ça sans le tester avant (même si je te fais confiance :mrgreen: ).

Je me précipiterais, par contre,volontiers sur un coffret bien conçu réunissant quelques films que j'ai cités et qui sont rares (je verrais bien Tamasa faire ça).
Chapichapo
Assistant(e) machine à café
Posts: 289
Joined: 1 Apr 11, 14:20

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Chapichapo »

Moi je recherche toujours "Ferdydurke" et "Roi, dame , valet".
manuma
Accessoiriste
Posts: 1743
Joined: 31 Dec 07, 21:01

Re: Jerzy Skolimowski

Post by manuma »

Chapichapo wrote:Moi je recherche toujours "Ferdydurke"
Pas du tout accroché à celui-là. Une farce absurde extrêmement pesante, me concernant.

Skolimowsky, ça restera toujours pour moi l’incroyablement oppressant Moonlighting, titre découvert un jeudi soir (seconde partie de soirée) sur La Une au début des années 90.

Autrement, on est visiblement peu nombreux dans ce cas, mais j'avais bien aimé Torrents of Spring (et plus encore son score original, signé Stanley Myers). Faudrait que je tente une revoyure...
bruce randylan
Mogul
Posts: 11497
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Jerzy Skolimowski

Post by bruce randylan »

Assez décevant en effet ce 11 minutes, ça marche 30 minutes pour son côté intriguant mais la suite est de plus en plus agaçante.
manuma wrote:
Chapichapo wrote:Moi je recherche toujours "Ferdydurke"
Pas du tout accroché à celui-là. Une farce absurde extrêmement pesante, me concernant.
Voila, vraiment pas facile d'accès et trop incompréhensible mais le livre est réputé inadaptable.
manuma wrote: Autrement, on est visiblement peu nombreux dans ce cas, mais j'avais bien aimé Torrents of Spring (et plus encore son score original, signé Stanley Myers). Faudrait que je tente une revoyure...
C'est justement celui qui me reste à voir/trouver (avec les aventures du Brigadier Gérard, il me semble désormais bloqué par Skolimowski qui le renie)
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 22632
Joined: 31 Dec 04, 14:17
Location: Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Jack Carter »

Malavida devrait sortir Le Bateau Phare en salles l'année prochaine :)
Chapichapo
Assistant(e) machine à café
Posts: 289
Joined: 1 Apr 11, 14:20

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Chapichapo »

bruce randylan wrote:Assez décevant en effet ce 11 minutes, ça marche 30 minutes pour son côté intriguant mais la suite est de plus en plus agaçante.
manuma wrote: Pas du tout accroché à celui-là. Une farce absurde extrêmement pesante, me concernant.
Voila, vraiment pas facile d'accès et trop incompréhensible mais le livre est réputé inadaptable.
manuma wrote: Autrement, on est visiblement peu nombreux dans ce cas, mais j'avais bien aimé Torrents of Spring (et plus encore son score original, signé Stanley Myers). Faudrait que je tente une revoyure...
C'est justement celui qui me reste à voir/trouver (avec les aventures du Brigadier Gérard, il me semble désormais bloqué par Skolimowski qui le renie)
Image
19,99$ sur amazon.com (il reste un exemplaire)
bruce randylan
Mogul
Posts: 11497
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Jerzy Skolimowski

Post by bruce randylan »

Ah je n'étais pas au courant de cette sortie ! Merci.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jerzy Skolimowski

Post by Jeremy Fox »