Amadeus (Milos Forman - 1984)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

C'est quoi ce truc ?

Un chef-d'oeuvre absolu du cinéma mondial ?
41
76%
Un divertissement sympathique ?
8
15%
Un monument de prétention et d'ennui ?
5
9%
 
Total votes: 54

User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15102
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by Watkinssien »

Préparons nos mouchoirs pour cette culture étalée... :mrgreen:
Image

Mother, I miss you :(
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by julien »

Demi-Lune wrote:
julien wrote:J'ai trouvé. C'est un extrait de la messe en Ut Mineur K 427 de Mozart. Sacré Forman !
T'es sûr de toi cette fois ? :mrgreen: Merci. Tu serais capable de me dire de quel morceau précis il s'agit ?
Si c'est ça, la Messe aura été bien utilisée dans le film. Pour le Kyrie eleison, on entendait déjà le solo de la soprano dans la scène précédente des feuillets ; et l'introduction du morceau, sombre et chorale, à un autre endroit du film.

Edit : c'est le Qui tollis.
Aprés réflexion, je me suis dit. Obligé Forman il a mis un truc religieux là-dessus. Donc j'ai tapé Messe et en cherchant un peu sur youtube, je suis tombé sur l'extrait en question. Oui par contre je n'ai pas trouvé le titre précis du passage mais ça doit sûrement être ça.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26663
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by Billy Budd »

Putain, sept ans.
Everybody's clever nowadays
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by AtCloseRange »

Nikita n'aime toujours pas et tient à le faire savoir.
Image
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by julien »

Pas même l'opéra-rock ?



Il parait que Forman avait était spécialement invité pour la première. J'aurais payé cher pour voir sa gueule, juste après le baissé du rideau.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
Dunn
Producteur Exécutif
Posts: 7397
Joined: 20 Aug 09, 12:10
Location: Au pays des merveilles

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by Dunn »

AtCloseRange wrote:Nikita n'aime toujours pas et tient à le faire savoir.
Je me sens moins seul.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by Thaddeus »

Image


Le rire d’un génie



Derrière une lourde porte fermée, un homme crie, hurle à la mort, implore : "Pardonne, Mozart, pardonne à ton assassin !" On frappe, on tambourine, on tente d'appâter l'homme avec d'appétissants gâteaux ruisselant de crème, mais rien n'y fait. Les deux valets forcent la porte, tombent sur un vieillard ensanglanté, le cou tranché. On le transporte en hâte sur un brancard, il neige. C'est Vienne, en 1823, l'ouverture d’Amadeus. Les images défilent, chaotiques, impressionnantes : le clair-obscur d’une cellule, des yeux qui regardent en dedans et qui flamboient sous les rares cheveux blancs d'une tête ridée, couleur de parchemin moisi par le temps. En face, un jeune prêtre écoute avec stupeur. On se croirait dans un conte d'Hoffmann. D'emblée, le récit est placé sous l'emprise de la demande, du péché, donc de la confession. L'homme qui crie, Antonio Salieri, vit un calvaire depuis trente ans, et ne redeviendra vraiment lui-même que s'il se confie, s'il avoue son crime. Par l'intermédiaire du curé, le spectateur entre dans la fiction, il va enfin comprendre de quels remords il s'agit, et de quel crime. Le film s'inscrit à l'intérieur d'un récit rétroactif, d’une pseudo-pénitence. Pourquoi pseudo ? Parce qu’elle est profondément païenne. En racontant cette histoire, il dresse avant tout son propre portrait, celui de l'abjection, et il jouit en blasphémant. Lorsque le prêtre lui rappelle que tous les hommes naissent égaux devant Dieu, Salieri lâche un sourire amer. Pour lui, depuis longtemps Dieu a choisi son camp : avec son adversaire, Mozart, caché dans sa musique. Et si Dieu est avec Mozart, celui-ci, innocent, inconscient, libertin, ne le sait pas — c’est là toute l’ironie, la grande farce de l’histoire. Le dispositif du film met Salieri en position de contrôle (il n'a pas cessé de regarder vivre le célèbre compositeur, de l'analyser, sans que l'autre n'en sache rien), mais de contrôle hystérique : Mozart est de toute évidence, même pour lui, un maître. À la faveur de la narration, le vieillard va pouvoir se libérer pour finir en paix, rieur, illuminé. Avec la bonne humeur d’un moribond sadien, il se proclame le "Roi des Médiocres", leur Saint. Donc la confession commence, et on bascule dans le passé.


Image



Pour Forman, les retours en arrière ne sont pas des figures de style. Sans le suicide manqué, sans la folie rôdant dans les couloirs de l'hôpital, sans les éclairs de lucidité grondant dans l’esprit du vieil homme, les visions extravagantes qui surgissent n'auraient pas de sens. Premier point : la mise en scène est subjective, prend en charge les souvenirs et leur déformation par la psychanalyse sauvage du septuagénaire s'adressant au prêtre. Deuxième point : le réalisme historique des maisons, des palais (le rococo viennois dix-huitième siècle reconstitué grâce aux richesses architecturales de Prague), des décors et des costumes, authentifie l'époque. Qu'importe si, à la cour de l’empereur Joseph II (qu’interprète savoureusement Jeffrey Jones, avec son œil gallinacé futé), les personnages parlent anglais. Leur vérité est dans leurs apparences et leur comportement. Troisième point : le conflit sous-tendant le ressentiment de Salieri, motivant ses actes, est celui de la création musicale considérée comme un don de Dieu. Ce don n'est pas allé au compositeur italien fécond, fêté et respecté, mais à un être qu'il en juge indigne. Cette musique-là vient du ciel, qui l'a donnée à un ange impur aux dépens de Salieri, son fidèle serviteur. Celui-ci jettera au feu son crucifix, signe blasphématoire du combat engagé contre l'ange. Au milieu des intrigues de palais, des bals masqués délirants, des concerts, des représentations théâtrales, il tisse sa toile de haine. Il lui faut défier Dieu et s'approprier la musique de Mozart. Mais son but est inatteignable, son projet porte en lui-même son propre échec : c’est parce qu’il est le seul à avoir identifié le génie de son adversaire, à s’en préoccuper, et parce qu’il en est le plus grand admirateur, que Salieri ne peut supprimer ni l’œuvre ni cet homme vulgaire qu’il méprise.

Amadeus est donc l'histoire d'un impossible tandem, car si la figure de Salieri n'existe que dans une relation avec Mozart, hantée par la jalousie, le calcul, l'obsession de l'observation, celle de Mozart au contraire se suffit à elle-même : le jeune homme est un charmeur effronté, grossier, picoleur, turbulent, brûlant la vie par les deux bouts, mais aussi un artiste insolemment, outrageusement, évidemment génial. Il a les traits contemporains d'une pop star punk ou d'un super champion (un Federer de la musique), il est une incarnation moderne d'enfant-roi, iconoclaste au regard des mœurs de son temps. Toute la force dramatique du film tient dans la non réversibilité du duel Salieri/Mozart. La rivalité exacerbée ne joue que dans un sens, elle grandit d'autant qu'elle ne trouve aucun répondant chez l'autre, qu'elle n'est pas réciproque. On pourrait presque dire que le génie de Mozart est quasi-autistique (il rit du rire des idiots), ce qui ne fait que rendre plus folle encore l'obsession de son adversaire. S'il y a un mot qui dit bien à quoi ressemble cette structure, c'est celui de panoptique. On ne voit Amadeus que par les yeux de Salieri, carriériste distingué qui se voudrait artiste de droit divin, et même chantre de Dieu. Le héros tragique, c'est lui. Mozart, de son côté, ne se pose pas ce genre de questions : il vit, il s'amuse, il sait que sa musique est bonne parce qu’il est vantard et connaisseur, mais il ne cherche pas à donner dans le sublime. Il ne théorise pas sur la mystique de l'art, il crée simplement car c’est dans sa nature. C'est un élu. De la statue du commandeur à papa Leopold, du cabaret à la fosse commune, rien d’essentiel ne manque au récit de sa vie. Sauf qu’il ne s’agit pas d’un tableau mais d’un "thriller dans un milieu musical", comme le définit judicieusement le cinéaste, trop profondément homme de spectacle pour ne s’intéresser au noyau dur de son film, à l’os du sujet, sans l’habiller de ce qu’il faut de chairs crédibles et de falbalas d’époque.


Image



La lutte entre Salieri et Mozart est ainsi contée avec plus que du brio : une plénitude constante dans l’expression, propre aux vraies œuvres inspirées. Les plans sont coupés au ras de leur durée nécessaire, les transitions sont continuellement inventives (voir ce moment où Salieri froisse une partition : le bruit se prolonge dans le vacarme assourdissant d’un coup de tonnerre), les couleurs sont plus vraies dans leur symbolique que les objets colorés qu'elles représentent, le mouvement est plus dansé que joué. Tout particulièrement, Forman fait un usage admirable de la musique, d’opéra surtout, plaçant des extraits superbes aux plus hauts points de tension. Son statut ne cesse de changer d’une seconde à l’autre : dramatique, décorative, écrite, fredonnée, jouée... Elle semble réellement divine ; elle se crée, on peut dire, sous nos yeux. Elle s'élève dans les décors bariolés, à la faveur de mises en scène dépourvues de grâce, elle se génère sur un lit de tortures, elle peut s'improviser dans des lieux de débauche. Ce qu'il reste d'enfantin chez Mozart adulte n'a rien de merveilleux, ce n'est pas la part de poésie qu'il a conservée mais ses tics hérités d'une éducation de chien savant. Vieillard dément ou homme mûr pétri de jalousie dévorante, de fureur rentrée, d'esprit de vengeance, F. Murray Abraham est aussi formidable que Tom Hulce, dissipant son talent et son argent en distractions stupides avant d'accéder à l'ascèse par la hantise du père, la pauvreté, l'approche de la mort. Lorsque Salieri se travestit en homme noir venant commander le Requiem, puis se montre, à visage découvert, un faux ami qui arrache à Mozart mourant les notes de l’œuvre inachevée et découvre alors l'ineffable création, Amadeus atteint son sommet. Forman réussit à filmer un processus magique : Mozart compose comme il respire, et s'il respire mal vu qu'il agonise, il compose génialement, de façon visionnaire, tel un médium. Il imagine sa musique, fait danser les notes devant lui, devant Salieri qui, pourtant expert, a du mal à suivre. Préposé à la dictée, ce dernier est le passeur entre nous et Mozart. En faisant culminer son film dans cette séquence, Forman joue moins à "l'un contre l'autre" — Mozart contre Salieri — qu'à "l'un faisant la courte échelle à l'autre", par un amour commun de la musique. L'exploit est presque redevable des deux, unis dans un effort transcendant : le premier est seul dans son acte créateur, le second nous le rend tangible.

L’une des forces du cinéma de Forman a toujours résidé dans son talent à portraitiser ses protagonistes au plus profond de leurs vérités psychologiques. Ici, le principe transite souvent par des antinomies : Mozart prend un plaisir fou à la parodie grotesque de son Don Juan, la salle entière reprend en chœur La ci darem… Tout le film contredit l’imagerie convenue en même temps qu’il s’en sert sans vergogne. Le dessin est inséparable du mouvement, il est lié à une structure, à un montage par l'action, à un sens remarquable du cadre et du plan, à l'immanence d'un propos politique qui ne s'avoue pas comme tel mais qu'il est impossible de ne pas lire en creux. Ce propos est indissolublement rattaché aux personnages, à la variété des caractères qui transparaissent, à leur position par rapport à la Loi (c'est évident dans l'opposition des figures de Mozart et de Salieri). S’il dresse avec une infaillible précision de trait la peinture d’une époque, de ses coutumes, de ses codes sociaux, s’il analyse les rapports du pouvoir, du spectacle et de la culture, Forman fait aussi une œuvre subversive, en tordant le cou à toutes les règles établies de la biographie filmée. Auréolée d’un prestige jamais démenti, consacrée par une Académie des Oscars qui, comme cela lui arrive parfois, ne s’est pas trompée, son entreprise demeure toujours aussi étonnante de richesse et de beauté.


Image



Et voici l'une des plus grandes bandes-annonces de l'histoire (oui, oui) :

Last edited by Thaddeus on 28 Jun 19, 16:43, edited 1 time in total.
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13090
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by hansolo »

Retour par MisterFox sur le désastre du redoublage de Amadeus!
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by AtCloseRange »

hansolo wrote:Retour par MisterFox sur le désastre du redoublage de Amadeus!
mais ça intéresse qui à part Demi-Lune?
Image
User avatar
Mosin-Nagant
Cadreur
Posts: 4083
Joined: 12 Jun 14, 19:36
Location: "Made in America"

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by Mosin-Nagant »

AtCloseRange wrote:
hansolo wrote:Retour par MisterFox sur le désastre du redoublage de Amadeus!
mais ça intéresse qui à part Demi-Lune?
Image
viewtopic.php?f=13&t=39159&p=2842274#p2842274

Every day's a gift. It's just... does it have to be a pair of socks?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Grimmy
Assistant opérateur
Posts: 2879
Joined: 1 Feb 04, 11:25

Re: Amadeus (Milos Forman - 1984)

Post by Grimmy »

Hé bé, 15 minutes pour dire ça... piou piou piou...