Georgia (Arthur Penn - 1981)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Bogus
Electro
Posts: 812
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by Bogus »

Découvert il y a quelques semaines suite à l'enthoudiasme débordant de Sandrine Kiberlain pour ce film dans l'émission ciné de canal.
Bon ben je me range du côté des déçus.
En fait malgré quelques jolis moments ça fait parti de ces films où les personnages principaux s'évertuent à faire des mauvais choix et foutre leur vie en l'air alors que tout aurait pu être beaucoup plus simple...
Remarque très juste d'ACR sur les deux autres membres de ces "four friends" qui servent juste d'aimables bouches-trous.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16739
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by Supfiction »

Quel étrange film..
Ça commence très bien, la première partie est formidable et je commençais même un peu à tomber amoureux de Jodi Thelen (et son petit air de Phoebe Cate avec un soupçon de Natalie Wood).
Et puis le film s’enlise et l’accumulation de ruptures de ton (c’était déjà un peu le cas dans Little big man) finit par déstabiliser complètement et lasser, le pompon étant cette scène de mariage totalement hallucinante (mais comment peut-on valider ça ?) qui m’a fait sortir du film. Et ça recommence avec la scène de bagarre au vomi. Par contre je ne blâmerai pas les acteurs qui sont très biens lorsque la scène est bien écrite. Et ils arrivent à faire croire dans cette amitié malgré la faible présence des deux autres (je me suis demandé pendant tout le film d’où je connaissais jim metzler avant de tilter : dans Nord et Sud).

Par contre.. Zemeckis a payé des droits pour faire Forrest Gump ? Le pompage est vraiment flagrant même si Penn est beaucoup plus subtil dans sa peinture historique de l’Amerique.
Cela dit, Georgia lorgne aussi lui-même un petit peu sur le Bogdanovich.
User avatar
primus
Electro
Posts: 821
Joined: 27 Jun 17, 00:18

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by primus »

Elle est très puissante dans la rupture de ton qu'elle provoque la scène du mariage. Je ne vois pas où est le problème, à moins d'avoir des attentes qui ne correspondent pas.
L'impermanence de la vie.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16739
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by Supfiction »

primus wrote:Elle est très puissante dans la rupture de ton qu'elle provoque la scène du mariage. Je ne vois pas où est le problème, à moins d'avoir des attentes qui ne correspondent pas.
L'impermanence de la vie.
La scène est très mal écrite et trop soudaine par rapport au ton du film. Ce n’est pas qu’on était dans une pure comédie mais quand même..là ça ne fonctionne pas je trouve. Pour le dire autrement: la scène est un peu ridicule.

Cela dit à chaque fois que j’écoute la chanson de Ray Charles maintenant j’ai envie de revoir le film.. et comme je le disais j’ai quand même beaucoup aimé la première moitié au point que j’étais proche du coup de cœur. La suite fut donc une désillusion. Ça reste un film globalement positif.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9053
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by Alexandre Angel »

Supfiction wrote:La scène est très mal écrite et trop soudaine par rapport au ton du film.
Aucun problème non plus avec cette scène qui me semble conforme à ces ruptures de ton déjà présentes dans Bonnie and Clyde, Alice's Restaurant et surtout Little Big Man.
En outre, il y a là une vision des riches WASP assez caustique qu'on retrouve dans d'autres œuvres américaines réalisées et/ou écrites par des européens de l'Est (le Forman de Hair, le Passer de Cutter's Way et ici le yougoslave Tesic).
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15193
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by Watkinssien »

Pareil, un grand moment dans ce film, parmi d 'autres.
Image

Mother, I miss you :(
angel with dirty face
Six RIP Under
Posts: 4615
Joined: 7 Mar 07, 22:23

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1982)

Post by angel with dirty face »

angel with dirty face wrote:
Joe Wilson wrote:Un film étrange, souvent ardu à aimer.
J'ai toujours eu du mal avec ce film...
Joe Wilson wrote:mais cet élan est soutenu par une interprétation outrancière qui, dans son exubérance, offre à chaque scène un contrepoint tragicomique. L'engagement de type "Actor's Studio" est poussé jusqu'à l'extrême, avant que la mise en scène ne place une distance fébrile révélant l'essouflement des protagonistes.
Et tu viens de mettre le doigt sur la raison qui fait que je ne suis pas particulièrement fan de film.
Dix ans ont passé, j’ai continué à revoir ce film qui par sa forme bizarre et le thème qu’il traite est obsédant et j’ai fini par devenir un véritable inconditionnel du film. C’est un des rares films qui à chaque vision me le fait aimer un peu plus. Et j’en suis à cinq ou six depuis 2009 où c’était déjà ma troisième fois. Merci à ceux qui sur le forum ont un avis positif sur le film, et sans qui je n’aurais certainement pas continué à le revoir...
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15193
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1982)

Post by Watkinssien »

angel with dirty face wrote: Merci à ceux qui sur le forum ont un avis positif sur le film, et sans qui je n’aurais certainement pas continué à le revoir...
Image
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16739
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Georgia - Four friends (Arthur Penn - 1982)

Post by Supfiction »

angel with dirty face wrote:
angel with dirty face wrote: J'ai toujours eu du mal avec ce film...

Et tu viens de mettre le doigt sur la raison qui fait que je ne suis pas particulièrement fan de film.
Dix ans ont passé, j’ai continué à revoir ce film qui par sa forme bizarre et le thème qu’il traite est obsédant et j’ai fini par devenir un véritable inconditionnel du film. C’est un des rares films qui à chaque vision me le fait aimer un peu plus. Et j’en suis à cinq ou six depuis 2009 où c’était déjà ma troisième fois. Merci à ceux qui sur le forum ont un avis positif sur le film, et sans qui je n’aurais certainement pas continué à le revoir...
On se dit rendez-vous dans dix ans. J’espère suivre le même chemin.
User avatar
Barry Egan
Machino
Posts: 1396
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by Barry Egan »

Je me joins aux avis positifs. Si cette scène ne se démarquait pas autant, elle ne serait pas aussi puissante et obsédante. Autant que peut l'être l'excellente Jodie Thelen qui est l'âme de ce film !

Image
Image
User avatar
primus
Electro
Posts: 821
Joined: 27 Jun 17, 00:18

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by primus »

Ce tout petit rôle dans Twin Peaks (photo du post précédent) je le considère comme un clin d'oeil de Lynch au film de Penn. Jodi (sans e) Thelen, inoubliable dans Georgia mais rien d'autre de notable. Très peu de films, le rôle de sa vie d'actrice.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9053
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by Alexandre Angel »

primus wrote:Ce tout petit rôle dans Twin Peaks (photo du post précédent) je le considère comme un clin d'oeil de Lynch au film de Penn. Jodi (sans e) Thelen, inoubliable dans Georgia mais rien d'autre de notable. Très peu de films, le rôle de sa vie d'actrice.
Absolument pas capté que c'était elle dans Twin Peaks (The Return, on est d'accord?).
Mais elle est inoubliable, dans Georgia, d'une personnalité incroyable, une nature, comme on dit (la scène où elle accouche :shock:).
User avatar
primus
Electro
Posts: 821
Joined: 27 Jun 17, 00:18

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by primus »

Oui saison 3.
Quand je pense que j'ai découvert ce film à sa sortie. J'étais ado et j'avais pris une claque monumentale. L'histoire, la scène du mariage, Jodi Thelen, tout. J'aurais beaucoup aimé vivre ce genre d'histoire d'amour à retardements avec une fille pareille. Les ex que je me suis amusé à recontacter, bien des années plus tard (essayez, c'est rigolo) c'était plutôt douche froide, tant je m'étais bonifié, en toute fausse modestie :mrgreen:, alors qu'elles euh... voilà voilà, content de t'avoir revu, saluuuut! :fiou:
Bref, L'identification marche depuis presque 40 piges... la vache, 40 piges. Je craquais pour cette foldingue réjouissante, j'étais ému de la reconnaitre dans Twin peaks comme on retrouve une vieille connaissance pas vue depuis longtemps. Et là pas de déception, juste la vieillerie plutôt bien portée. Le reste, je projette. La magie du cinéma :)
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16739
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by Supfiction »

D’accord pour Jodi meme dans ses excès. En revanche je continue de trouver la scène en question grotesque. Mais peut-être était-ce l’effet recherché?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Qui se comporte ainsi en 1960 ? Si vraiment le père ne voulait pas de ce mariage, on aurait dû le sentir plus intransigeant et menaçant dans les scènes qui précèdent. Or, il reçoit quand même son futur gendre, pas aimable du tout d’accord mais il y a de la marge avec le comportement d’un psychopathe. Et il participe au mariage naturellement l’air de rien.
Ça passait dans Naïs de Zola adapté par Pagnol mais c’était une autre époque et dans un autre contexte social, le comportement du père bien qu’extrême était cohérent.
angel with dirty face
Six RIP Under
Posts: 4615
Joined: 7 Mar 07, 22:23

Re: Georgia (Arthur Penn - 1981)

Post by angel with dirty face »

Supfiction wrote:D’accord pour Jodi meme dans ses excès. En revanche je continue de trouver la scène en question grotesque. Mais peut-être était-ce l’effet recherché?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Qui se comporte ainsi en 1960 ? Si vraiment le père ne voulait pas de ce mariage, on aurait dû le sentir plus intransigeant et menaçant dans les scènes qui précèdent. Or, il reçoit quand même son futur gendre, pas aimable du tout d’accord mais il y a de la marge avec le comportement d’un psychopathe. Et il participe au mariage naturellement l’air de rien.
Ça passait dans Naïs de Zola adapté par Pagnol mais c’était une autre époque et dans un autre contexte social, le comportement du père bien qu’extrême était cohérent.
Je pensais exactement comme toi et je pense que c’était justement cette scène en particulier qui me posait le plus de problème. Et j’ai finalement lâché tout réalisme pour accepter une telle scène. Je ne te cache pas que la lecture des deux romans (publiés en France : Karoo et Price) du scénariste m’a beaucoup aidé à comprendre comment fonctionnait Steve Tesich. Je te recommande vivement de les lire.
Last edited by angel with dirty face on 26 Jan 20, 21:16, edited 1 time in total.