Doppelganger (Kiyoshi Kurosawa - 2003)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

varock
Prince Adam
Posts: 1180
Joined: 18 Jun 03, 18:05
Location: Somewhere in Arkham

Doppelganger (Kiyoshi Kurosawa - 2003)

Post by varock »

Le dernier film Kiyoshi Kurosawa sorti en 2004 je crois (pas chez nous en tout cas), je voulais savoir si vous l'aviez vu, si une version DVD va sortir et si qq un a des infos sur son prochain film, parce que a part un court métrage du nom de Ghost Cop je ne trouve rien après ce film.....
Cinetudes
Accessoiriste
Posts: 1724
Joined: 14 Apr 03, 12:25
Location: Jersey ( Iles Anglo Normandes- Channel Islands)

u

Post by Cinetudes »

Hello,

j'ai vu le film au festival de Sitges en 2003 et si tu apprécié le sens de l'absurde et l'humour à froid de Kurosawa présent dans Charisma et Cure (moins dans Kairo) tu va te régaler.

C'est un film qui sur un thème classique (le double, maléfique ?) applique un traitement pas l'absurde qui personellement m'a souvent fait éclater de rire (bien noir le rire quand même).

Yakusho Kozi l'acteur fétiche de Kurosawa est comme à son habitude excellent et surprenant dans un rôle qui offre un rapport à la violence étonnant, une comédie noire qui fait mal.

Au début du film Kurosawa semble parodier son propre style puis la rupture de ton s'effectue jusqu'a un final quasi surréaliste et bien barré.

En bref si tu aimes l'univers de kurosawa et l'humour décalé tu sera servi sinon tu risque de trouver le film bien indigeste.

Stefan
Image
Requiem
David O. Selznick
Posts: 12124
Joined: 13 Apr 03, 10:37
Location: In the veins of the Dragon

Post by Requiem »

Film très sympa.

Il sort prochainement en Angleterre et aux USA en DVD.
Image
ENTER THE DRAGON...
Reine du bal masqué saison 11
varock
Prince Adam
Posts: 1180
Joined: 18 Jun 03, 18:05
Location: Somewhere in Arkham

Post by varock »

et bien merci !!!
Je suis très très réceptif à Kurosawa donc je pense que je me prendrais le zone 1 (quand sorti il sera !)
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: "Doppelganger" de Kurosawa

Post by Anorya »

Doppelganger (Kiyoshi Kurosawa - 2003).


Michio Hayasaki, ingénieur surdoué, travaille pour la recherche médicale. Ses employeurs fondent de grands espoirs sur son nouveau projet : une chaise roulante intelligente qui fait corps avec son malade. Soumis à cette forte pression, Michio Hayasaki traverse une crise difficile à gérer. Lors d'une expérience, il fait la connaissance de son "Doppelgänger", un double qui, d'après les croyances locales, annoncerait une mort prochaine...


Image Image



Rétrospective Kiyoshi Kurosawa, hopla.
L'auteur en profite régulièrement pour puiser dans ses thématiques et les renouveler constamment avec un soin et une application admirable. Ici, point de femme rouge ou de fantôme (malgré 20 premières minutes --captures ci dessus-- foutrement inquiétantes qui rappellent de par l'utilisation de la lumière, du cadrage et du son qu'on est bien en présence du maître qui a livré Kaïro) mais le retour de l'idée du double, le fameux doppelganger apparu brièvement dans le très riche Séance et qui, sans doute du fait de sa trop fugace apparition dans ce dernier, ne permettait pas une utilisation de toutes les potentialités que ça pouvait suggérer (rivalité/complicité/ubiquité/actions détournées et j'en passe...) et que le cinéaste va donc habilement combler avec ce film.


Image Image



Pour à la fois suggérer le conflit entre Michio (fabuleux Koji Yakusho que je retrouve là avec plaisir) et son doppelganger, Kurosawa va soigner à la fois sa mise en scène comme son histoire. Si dans de nombreux plans (grâce à un trucage similaire apparemment à celui de Faux-semblants ?) le cinéaste montre le bonhomme avec son double, il n'hésite pas dans un premier temps par des splits-screens aux bords élargis (qui rapprochent plus les cases de la composition artistique propre aux mangas et autres bandes dessinées) à montrer leur séparation (essentiellement éthique, le doppelganger ne s'embarrant pas d'états d'âmes et semble plus mauvais que l'original à première vue). Si Michio parle à son double, celui-ci ne le regarde pas, ou par la juxtaposition des cadres, ne le regarde pas directement, signifiant que l'entente n'est pas encore possible.

Malgré la peur d'une mort incertaine mais dès lors annoncée, l'ingénieur va plus ou moins s'accommoder de la présence de cet envahisseur, comprenant qu'il peut en tirer parti pour sa recherche. Devenu allié, les cadres disparaissent, les deux personnages rentrent dans le plan, mais pour combien de temps ? L'original continuant de penser que son double va finir par se débarrasser de lui d'une manière ou d'une autre. Avec cette disparition de bords-frontière, disparaît aussi progressivement toute éthique. Une phrase du double devenant alors plus ou moins prophétique (Ce n'est qu'une question de temps clame-t-il, puisqu'ils ne feront plus qu'un au final...), le spectateur peut sans doute s'apercevoir que le bon Michio, va progressivement au fil du film comme son double, se débarrasser de toute morale, quitte à faire ce que bon lui semble, même si beaucoup vont s'ingénier à lui barrer le passage. Il y a là une réflexion intéressante (qui ne manquera pas non plus d'intéresser Demi-Lune je pense ;) ) que l'on pourrait approfondir, la fin m'ayant fait réfléchir à de nombreux point que Kurosawa laisse volontairement en suspens.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Normalement Michio devrait s'être retrouvé écrasé par le camion mais il ressurgit au volent d'une voiture inconnue. Sauf qu'il a le nez fracassé et les vêtements en sang. Alors est-ce le Michio qu'on connait ou est-ce le doppelganger qui reprend les commandes pour finir en beauté, sachant que le double avait été battu presqu'à mort et enfermé ? Se serait-il libéré et viendrait-il au secours de Yuko ? Est-ce que cela ne justifie pas la prophétie qui disait qu'ils seraient réunis (cf dialogue du malfrat : combien de fois je vais devoir te tuer pour qu'on en finisse ?) ici au profit d'une certaine fusion ?

Image Image
Image Image



Le film commence comme un thriller angoissant pour continuer dans la farce grinçante violemment corrosive. Si l'on sent la critique évidente de l'égoïsme d'une certaine société qui ne serait intéressée que par les revenus et profits dégagés (notamment par la fameuse invention qui passe de mains en mains dans la seconde partie du film, mais notons aussi le personnage du supérieur de Michio qui le finançait et se révèle finalement corrompu et bordé d'argent sale) et qu'en sous-main une certaine invasion se profile (le doppelganger de l'étudiant du début, celui de Michio, celui, suggéré, du boss de Michio --cf la rencontre au bar où celui-ci lance ouvertement "allez n'en dis pas plus, tu n'es pas le vrai", ce qui laisse le collègue interdit), et en cela une fois de plus l'ami Kiyoshi reste fidèle à lui-même (cf Kaïro), c'est surtout l'humour qui prévaut, parfois très noir, laissant échapper beaucoup d'éclats de rire. Kurosawa se fait plaisir, s'amuse et se permet même une citation littérale du premier Indiana Jones, une boule disco ayant remplacé l'énorme boule poursuivant Indy. La poursuite absurde se terminant quand le jeune escroc se cache dans un renfoncement, croit échapper à la boule et qu'a l'instant, Koji Yakusho ouvre nonchalamment la porte sur sa tronche ( :uhuh: ).

Encore une fois, un Kurosawa sympathique qui malgré quelques baisses de régime en son milieu n'a pas à rougir de ce qu'il est. 4,5/6.
Image