Gangs of New York (Martin Scorsese - 2002)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15433
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Gangs of New York (Martin Scorsese, 2002)

Post by Jordan White »

C'est un plaisir de revoir ce film.

Une fresque qui affiche à la fois le faste de la reconstitution historique avec son New York de 1846 recrée à Cinecitta, et la beauté des relations intimistes des différents protagonistes, si bien que leurs histoires rejoignent la Grande, apportant ainsi un intérêt à la fois cinématographique et culturel indéniable.
La mise en scène de Scorsese n'est peut-être pas à son apogée. Il l'a sans doute connu il y a un peu plus de dix ans en enchaînant "les Affranchis" puis "Casino", mais un seul plan suffit à reconnaître sa patte : mouvement de caméra nerveux et panoramiques "accélérés", utilisation du plan-séquence, cadrage et mouvements d'appareil virtuoses. On doit aussi cette réussite à la talentueuse Thelma Schoonmaker qui imprime un rythme dingue y compris durant les dialogues, empêchant au film d'être longuet et ennuyeux.

Côté interprétation ça reste quand même du haut niveau, j'ai toujours été étonné des critiques vis à vis de Di Caprio que je trouve très fort dans ce rôle. C'est à la fois un grand acteur de composition mais aussi quelqu'un qui fonctionne à l'instinct, et pour ce film c'est primordial. Daniel Day-Lewis est monstrueux et cabotine sans paraître insupportable, ce qui n'est pas un mince exploit. Reste Cameron Diaz convaincante mais un peu plus en retrait.
Reste que Gangs of New York malgré tout souffre de ses coupes, et si elles sont peu nombreuses à priori elles gâchent un peu le plaisir de se dire que Scorsese a mûri sans doute un film encore plus ample, plus lyrique. En l'état il tient la route, reste cohérent, mais il y avait peut-être dans un tiroir quelque part la version que Scorsese aurait voulu porter à l'écran sans contrainte, et qui n'y fait que reposer. Peut-être que je m'imagine des trucs finalement, c'est possible, mais c'est vrai que ce fantasme d'une version définitive est vivace.
Ainsi le combat final dans la rue dans le brouillard me semble toujours aussi court et certaines transitions trop abruptes. La musique m'a paru aussi bien peu entraînante, je ne l'ai pas remarqué, ce qui est mauvais signe
Hormis ces griefs, le réalisateur fait toujours dans la maestria, et Gangs risque de grandir encore et encore à chaque vision.
Pas un chef-d'oeuvre, pas le meilleur film de son auteur, mais un très grand film sur la civilisation américaine au XIXè siècle.
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Post by Johnny Doe »

Je comprend qu'on aime pas, j'avais du mal au début mais à la revision ça m'a sauté aux yeux. Le rythme est ultra-bancale. Pourtant je l'ai vu 2 fois et j'ai pris mon pied 2 fois.

C'est un de ces grands films malades. On assiste à un spectacle incroyable, du pur cinéma, brut et fort (comme l'or de maison du café). Ca fait bizzare de voir un cinéaste qui sait faire des films aussi parfait, acoucher d'un film aussi étrange. Les coupes y sont pour beaucoup dans le rythme et la frustration de certaines scènes, c'est forcé, mais le ton du film est pour le moin atypique. Entre la fresque historique, l'affrontement de deux générations, deux peuple, la guerre qui fesait rage, la construction d'une nation, l'ultra violence, le lyrisme et l'intimité incroyable de certaines scènes, le malaise de l'horreur de la violence et de l'être humain,... C'est un film ultra-foisonnant, respirant la passion à chaque plan, bourré d'une âme incroyable qui en fait probablement un des films les plus foutrement Scorsesien de son auteur. J'aime profondément ce film, faute de pouvoir objectivement (et subjectivement, frustration inside) le mettre sur un même niveau que les meilleurs Scorsese, j'ai rarement vu un film avec autant de tripes et je n'ai jamais vu Scorsese s'ouvrir autant à son audience.
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18278
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Post by Kevin95 »

Mon reve de cinephile : Voir le director's cut de ce chef d'oeuvre !
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Guybrush Threepwood
Doublure lumière
Posts: 707
Joined: 13 Apr 03, 10:58

Post by Guybrush Threepwood »

Une claque à sa sortie au cinéma, j'y étais retourné deux fois et à chaque fois c'etait un choc. Je vais sans doutes me le prendre en dvd, pour voir comment se passera une nouvelle vision à froid.
Image
“See what you have to ask yourself is what kind of person are you? Are you the kind that sees signs, sees miracles?"
(ex JarJar)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 94289
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

La vision au cinéma n'avait pas été concluante. Je n'ai pas pu aller jusqu'au bout en le revoyant sur DVD. Une séquence sublime cependant, le massacre du début totalement bluffant.

Par contre The Aviator, je le sens plus que bien.
Guybrush Threepwood
Doublure lumière
Posts: 707
Joined: 13 Apr 03, 10:58

Post by Guybrush Threepwood »

Jeremy Fox wrote:Une séquence sublime cependant, le massacre du début totalement bluffant.
C'est vrai que le début du film est d'une puissance assez incroyable et c'est peut être à cause de ça que certains n'apprécie pas le reste du film, ne retrouvant jamais une telle intensité.
Image
“See what you have to ask yourself is what kind of person are you? Are you the kind that sees signs, sees miracles?"
(ex JarJar)
DannyBiker
Ed Bloom à moto
Posts: 5545
Joined: 12 Apr 03, 22:28
Location: Bruxelles

Post by DannyBiker »

Kevin95 wrote:Mon reve de cinephile : Voir le director's cut de ce chef d'oeuvre !
Mon cauchemar de forumeur : lire cette phrase... :roll:
Image
Fanning
Accessoiriste
Posts: 1699
Joined: 3 Oct 04, 14:10
Location: LA by night

Post by Fanning »

On ne le répètera jamais assez : ce film est un chef-d'oeuvre, puissant et sauvage. Imparfait, certes, mais tellement plus beau que bien des films parfaits. 8)
tronche de cuir
Ophely, no soucy
Posts: 2541
Joined: 2 Jul 04, 14:32
Location: RIP !!!

Post by tronche de cuir »

Un scorsese bancal vaut toujours mieux qu'un film d'un tacheron. Je me rallie au concert de louanges concernant la scène d'ouverture du film, mélange étonnant de modernité et d'archaisme, mais, je serais bien plus circonspect en ce qui concerne le reste. Incontestablement des fulgurances traversent le film, le commentaire sur l'histoire américaine et sur l'origine des lois du pays sont pertinents, la mise en scène est régulièrement enlevée mais la petite historiette d'amour entre Di Caprio et Cameron Diaz est terriblement convenue pour ne pas dire décorative ainsi que la vendetta sur laquelle repose, pour l'essentiel, le film.
Nibbler
Jacques Dutronc
Posts: 9287
Joined: 13 Apr 03, 17:57
Location: Sur le Galactica

Post by Nibbler »

JarJar wrote:
Jeremy Fox wrote:Une séquence sublime cependant, le massacre du début totalement bluffant.
C'est vrai que le début du film est d'une puissance assez incroyable et c'est peut être à cause de ça que certains n'apprécie pas le reste du film, ne retrouvant jamais une telle intensité.

Voius parlez de la scène de bataille du début avec du U2 en fond sonore?
Je la trouve insupportable. Enfin juste la bataille en elle meme, j'adore comment elle est amenée.

Sinon j'adore ce film, mais s'il est loin d'être parfait.
Image
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15433
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

"SPOILER"


La séquence d'ouverture nous prend aux tripes, mais elle n'est pas la seule. La séquence de la Pagode Chinoise durant laquelle Amsterdam essaie de tuer Bill, avant que celui-ci ne lui mette deux coups de tête, ou encore l'assassinat du "futur" shériff. La séquence finale possède aussi sa dose de barbarie même si elle bien trop courte pour arriver à la force dont est pourvu le massacre originel.
Le film en le revoyant m'a quand même surpris par sa violence. Ce n'est pas un film bourrin, mais un film sur la sauvagerie. La Guerre Civile qui faisait ravage est retranscrite avec réalisme, et l'on sent une constante tension tout au long.
tronche de cuir
Ophely, no soucy
Posts: 2541
Joined: 2 Jul 04, 14:32
Location: RIP !!!

Post by tronche de cuir »

Jordan White wrote:"SPOILER"


La séquence d'ouverture nous prend aux tripes, mais elle n'est pas la seule. La séquence de la Pagode Chinoise durant laquelle Amsterdam essaie de tuer Bill, avant que celui-ci ne lui mette deux coups de tête, ou encore l'assassinat du "futur" shériff. La séquence finale possède aussi sa dose de barbarie même si elle bien trop courte pour arriver à la force dont est pourvue le massacre originel.
Le film en le revoyant m'a quand même surpris par sa violence. Ce n'est pas un film bourrin, mais un film sur la sauvagerie. La Guerre Civile qui faisait ravage est retranscrite avec réalisme, et l'on sent une constante tension tout au long.

"SPOILER":

Terrifiante, en effet, les scènes d'émeute où l'on voit un noir se faire égorgé et lynché par la foule hystérique et haineuse... Cela fait presque documentaire.
mannhunter
Laspalès
Posts: 16549
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Post by mannhunter »

un film inégal...l'arrière-plan historique est intéressant,mais je suis moins convaincu par l'intrigue en elle-même,notamment la relation entre Di Caprio-falôt- et cameron Diaz,et j'ai également des réserves sur certains effets de style (ralentis et -surtout-l'utilisation du flashback)
une saga ambitieuse avec ses quelques fulgurances,mais qui manque de souffle (les coupes y sont certainement pour quelque chose :roll: ...)

PS: je viens de me rendre compte que j'en pense à peu près la même chose que Tronche de Cuir! :mrgreen:
Guybrush Threepwood
Doublure lumière
Posts: 707
Joined: 13 Apr 03, 10:58

Post by Guybrush Threepwood »

Je me suis peut être mal fait comprendre, mais je ne parlais pas pour moi concernant la baisse d'intensité apres la premiere scene, j'essayais juste d'expliquer pourquoi Gony avait pu etre frustrant pour certain. Sinon en plus des scènes que tu cites Jordan, je rajouterais le climax d'un lyrisme exeptionnel. A force d'en parler j'ai de plus en plus envie de le revoir :D
Image
“See what you have to ask yourself is what kind of person are you? Are you the kind that sees signs, sees miracles?"
(ex JarJar)
DannyBiker
Ed Bloom à moto
Posts: 5545
Joined: 12 Apr 03, 22:28
Location: Bruxelles

Post by DannyBiker »

Le film ne pourra être jugé que dans quelques années, quand tout le foin autour de sa production sera oublié. Certains ont beaucoup de mal à le prendre pour un film et pas "un projet incroyable, avec des problèmes au montage, DeNiro qui est remplacé par Day-Lewis, DiCaprio chez Scorsese !, Bernstein viré pour la musique !!, etc."
Image