Gangs of New York (Martin Scorsese - 2002)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25646
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Gangs of New York (Martin Scorsese - 2002)

Post by Ouf Je Respire »

Les passions sur GONY quelques peu atténuées, je pense qu'il est grand temps de discuter pleinement sur ce film.

C'est vrai qu'entendre Martin il y a un an d'une fresque de + de 4 h et n'en monter que les 2/3 (on sait pourquoi), c'est vrai que de toute façon c'est frustrant à mort et pas très vendeur. Alors quand il dit qu'il n'y aura jamais de version longue, doit on le croire ou en douter? Parce que là les rumeurs vont bon train.

D'où ma question: quelqu'un a-t-il des infos crédibles sur ce point?

Bon, une fois ce point fait, que pensez vous, à tête reposée, l'esprit zen, les pâquerettes dans la tête, de GONY? Réhabilitation ou naufrage?
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93035
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Retour sur Gangs of New York, entre nous

Post by Jeremy Fox »

Ouf Je Respire wrote: D'où ma question: quelqu'un a-t-il des infos crédibles sur ce point?

Bon, une fois ce point fait, que pensez vous, à tête reposée, l'esprit zen, les pâquerettes dans la tête, de GONY? Réhabilitation ou naufrage?
Ni l'un ni l'autre mais grosse déception du au fait du déséquilibre du scénario.
Une première heure époustouflante qui fait suite à une des scènes de violence les plus âpres et belles jamais filmées. Mais après, plus de scénario ou alors un truc qui tourne à vide et en rond pour finir par de l'esbrouffe dont on se serait bien passé (les dernières scènes de batailles loin d'avoir la force de la première).

Voilà, pas un mauvais film mais un Scorsese moyen pour ma part.
User avatar
John Anderton
Vintage
Posts: 7655
Joined: 15 Apr 03, 14:32
Location: A bord de l'Orca, au large d'Amity

Re: Retour sur Gangs of New York, entre nous

Post by John Anderton »

Jeremy Fox wrote:
Ouf Je Respire wrote: D'où ma question: quelqu'un a-t-il des infos crédibles sur ce point?

Bon, une fois ce point fait, que pensez vous, à tête reposée, l'esprit zen, les pâquerettes dans la tête, de GONY? Réhabilitation ou naufrage?
Ni l'un ni l'autre mais grosse déception du au fait du déséquilibre du scénario.
Une première heure époustouflante qui fait suite à une des scènes de violence les plus âpres et belles jamais filmées. Mais après, plus de scénario ou alors un truc qui tourne à vide et en rond pour finir par de l'esbrouffe dont on se serait bien passé (les dernières scènes de batailles loin d'avoir la force de la première).

Voilà, pas un mauvais film mais un Scorsese moyen pour ma part.
En fait, le film souffre principalement de ses coupes, à mon avis. Il y a un problème de rythme incontestable dans la 2e partie du film. Le final a beau être splendide, on sent qu'il manque des choses, ça a un côté expédié... ce ne sont peut-être que des impressions, mais le fait est là...
Image
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51391
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Post by Roy Neary »

A tête reposée, l'esprit zen, les pâquerettes dans la tête, etc.. je pense toujours la même chose du film de Scorsese. Aujourd'hui comme hier, j'aime énormément.
Comme je suis une grosse larve, je reposte ce que j'avais écrit sur le forum orange :


Un véritable opéra de bruit et de fureur, une plongée dans la violence tribale, source de la violence urbaine. Une fresque tragique, baroque et mystique qui ne recule devant aucunes compromissions (à part peut-être celle de la longueur du film, mais en l'état je trouve le film superbe). Scorsese reste un maître de la fluidité mêlée de changements de rythme.
Le génial cinéaste n'est jamais plus à l'aise que quand il filme des personnages regroupés en clans qui refusent vainement la marche du temps, adaptant la loi à leurs nécessités.
Scorsese donne une vision de l'Amérique qui se bâtit par la violence entre des personnes ayant le même but. Cette caractéristique construction/destruction en accéléré qui est la marque des Etats-Unis. Scorsese ne perd jamais la vison historique de son récit bien que le film se concentre sur un quartier et des personnages emblématiques.

Une réalisation foisonnante et précise à la fois. Une profusion de scènes qui mêlent l'efficacité narrative à l'intelligence et la pertinence des mouvements de caméra. Des effets de mise en scène, ainsi qu'un point externe (la voix off) qui portent la marque du réalisateur.
Que celui qui a parlé de téléfilm chausse ses lunettes, visionne une dizaine de Hollywood Night ou qu'il retourne à ses légos...

Il y a comme un aspect fantastique évident dans Gangs of New York. Les gangs sont comme formés de spectres qui hantent les lieux (le tout début du film est éloquent dans la présentation des personnages et du visuel). On rejoint l'idée des légendes urbaines avec leurs personnages romanesques et fantomatiques qui colportent les mythes fondateurs d'une cité. D'où aussi l'existence de cette "faune" bigarrée, bruyante et festive. Outre l'hommage évident à l'univers fellinien, Gangs of New York montre un monde étrange, à la frontière du réel et du fantasmé.
C'est aussi pourquoi je ne suis pas d'accord quand on parle de manque de visibilité de la première séquence de bataille. Scorsese met en scène un combat féroce avec des rites tribaux. Les humains sont réduits à l'état bêtes cruelles avec pour seules règles celles de leurs rituels particuliers. D'où le manque volontaire de stratégie militaire et un sentiment de déséquilibre violent de tous les instants.
Cette mise en scène est à mettre en parallèle avec la bataille impliquant les militaires à la fin. Ceux-ci ont une stratégie bien élaborée et Scorsese les filme méthodiquement avec une efficacité et un calme déconcertants.
A ce moment, la civilisation prend le pas sur la barbarie, la violence n'a de raison d'être que dans les mains de l'état. Les gangs ne comprennent pas ce qu'il leur arrive, ils sont dépassés. Leur aspect de spectre d'un ancien monde n'a jamais été aussi prégnant.
Le plan final, magnifique, nous l'affirme : sur les ruines d'un ancien monde fait de mythes fondateurs, où la folie cotoie la violence, se dresse le monde moderne qui a oublié jusqu'à l'existence de son terreau légendaire (le cimetière progressivement en jachère), mais qui ne peut se comprendre sans celui-ci.

Enfin, je crois que le débat sur la notion de chef-d'oeuvre contamine les forums. Gangs of New York chef-d'oeuvre ou pas ? Sans doute pas mais on s'en fout, et même, il est trop pour le savoir.
Un film n'a pas besoin d'être un chef-d'oeuvre pour être immense.
Image
mannhunter
Laspalès
Posts: 16314
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Post by mannhunter »

j'ai trouvé le film très inégal...de belles scènes(les 1ères minutes avant l'affrontement,la fin...) et d'autres moins convaincantes...je suis surtout déçu par l'inconsistante relative des personnages(Day Lewis en gros dur est bien mais bon...quant à Di Caprio,je l'ai trouvé un peu fadasse)et l'ensemble manque de souffle(il faudrait voir le "director's cut")...mais bon comme je l'ai déjà dit Scorsese ce n'est pas ma tasse de thé! :wink:
Niron
Bayrou d'honneur
Posts: 3577
Joined: 14 Apr 03, 09:40

Post by Niron »

mannhunter wrote:j'ai trouvé le film très inégal...de belles scènes(les 1ères minutes avant l'affrontement,la fin...) et d'autres moins convaincantes...je suis surtout déçu par l'inconsistante relative des personnages(Day Lewis en gros dur est bien mais bon...quant à Di Caprio,je l'ai trouvé un peu fadasse)et l'ensemble manque de souffle(il faudrait voir le "director's cut")...mais bon comme je l'ai déjà dit Scorsese ce n'est pas ma tasse de thé! :wink:
J'ai pas vu Gilbert Grape, mais j'ai l'impression que c'est une constante chez lui :P
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25646
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

Le côté expédié, c'est pas faux tout le temps. Mais alors:

1) imaginez une éventuelle version longue, vous auriez pas peur d'un déséquilibre par rapport à ce qu'il a à raconter? 3 heurs, c'est déjà pas mal, alors imaginez la chute qu'on connaît, mais au bout de 4h05!!! On serait encore plus frustré!!!

2) j'ai davantage ressenti le côté expéditif dans LOTR... :wink:
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25646
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

J'ai pas vu Gilbert Grape, mais j'ai l'impression que c'est une constante chez lui
Tu as faux, c'est vraiment son meilleur rôle à ce jour.
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93035
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Niron wrote:
mannhunter wrote:j'ai trouvé le film très inégal...de belles scènes(les 1ères minutes avant l'affrontement,la fin...) et d'autres moins convaincantes...je suis surtout déçu par l'inconsistante relative des personnages(Day Lewis en gros dur est bien mais bon...quant à Di Caprio,je l'ai trouvé un peu fadasse)et l'ensemble manque de souffle(il faudrait voir le "director's cut")...mais bon comme je l'ai déjà dit Scorsese ce n'est pas ma tasse de thé! :wink:
J'ai pas vu Gilbert Grape, mais j'ai l'impression que c'est une constante chez lui :P
Il est extraordinaire dans Gilbert grape et pourtant je n'aime pas souvent ce genre de 'démonstration d'acteur' : son naturel ici est époustouflant.
Bob Harris

Post by Bob Harris »

Ouf Je Respire wrote:
J'ai pas vu Gilbert Grape, mais j'ai l'impression que c'est une constante chez lui
Tu as faux, c'est vraiment son meilleur rôle à ce jour.
Non, non, il est largement meilleur dans "Titanic", "Catch me if you can" et même "Gangs of New York". :wink:
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51391
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Post by Roy Neary »

Pourquoi faut-il que ce type de topic aboutisse toujours sur un débat autour de Di Caprio et de sa soi-disante platitude. Essayons d'oublier le battage fait autour de Titanic et concentrons nous sur les films.
Image
phenryl
Producteur
Posts: 8162
Joined: 14 Apr 03, 12:38
Location: là oû tout fini...

Post by phenryl »

Roy Neary wrote:Pourquoi faut-il que ce type de topic aboutisse toujours sur un débat autour de Di Caprio et de sa soi-disante platitude. Essayons d'oublier le battage fait autour de Titanic et concentrons nous sur les films.
sans daniel day lewis ...ce film serait plus que moyen ...lewis donne de l'ame ,de l'énergie à ce film ,il est époustouflant;quand à une version longue ,je ne vois pas l'intêret vu que le film a tendance a s'endormir sur ces lauriers ...
...
User avatar
John Anderton
Vintage
Posts: 7655
Joined: 15 Apr 03, 14:32
Location: A bord de l'Orca, au large d'Amity

Post by John Anderton »

Roy Neary wrote:A tête reposée, l'esprit zen, les pâquerettes dans la tête, etc.. je pense toujours la même chose du film de Scorsese. Aujourd'hui comme hier, j'aime énormément.
Comme je suis une grosse larve, je reposte ce que j'avais écrit sur le forum orange :


Un véritable opéra de bruit et de fureur, une plongée dans la violence tribale, source de la violence urbaine. Une fresque tragique, baroque et mystique qui ne recule devant aucunes compromissions (à part peut-être celle de la longueur du film, mais en l'état je trouve le film superbe). Scorsese reste un maître de la fluidité mêlée de changements de rythme.
Le génial cinéaste n'est jamais plus à l'aise que quand il filme des personnages regroupés en clans qui refusent vainement la marche du temps, adaptant la loi à leurs nécessités.
Scorsese donne une vision de l'Amérique qui se bâtit par la violence entre des personnes ayant le même but. Cette caractéristique construction/destruction en accéléré qui est la marque des Etats-Unis. Scorsese ne perd jamais la vison historique de son récit bien que le film se concentre sur un quartier et des personnages emblématiques.

Une réalisation foisonnante et précise à la fois. Une profusion de scènes qui mêlent l'efficacité narrative à l'intelligence et la pertinence des mouvements de caméra. Des effets de mise en scène, ainsi qu'un point externe (la voix off) qui portent la marque du réalisateur.
Que celui qui a parlé de téléfilm chausse ses lunettes, visionne une dizaine de Hollywood Night ou qu'il retourne à ses légos...

Il y a comme un aspect fantastique évident dans Gangs of New York. Les gangs sont comme formés de spectres qui hantent les lieux (le tout début du film est éloquent dans la présentation des personnages et du visuel). On rejoint l'idée des légendes urbaines avec leurs personnages romanesques et fantomatiques qui colportent les mythes fondateurs d'une cité. D'où aussi l'existence de cette "faune" bigarrée, bruyante et festive. Outre l'hommage évident à l'univers fellinien, Gangs of New York montre un monde étrange, à la frontière du réel et du fantasmé.
C'est aussi pourquoi je ne suis pas d'accord quand on parle de manque de visibilité de la première séquence de bataille. Scorsese met en scène un combat féroce avec des rites tribaux. Les humains sont réduits à l'état bêtes cruelles avec pour seules règles celles de leurs rituels particuliers. D'où le manque volontaire de stratégie militaire et un sentiment de déséquilibre violent de tous les instants.
Cette mise en scène est à mettre en parallèle avec la bataille impliquant les militaires à la fin. Ceux-ci ont une stratégie bien élaborée et Scorsese les filme méthodiquement avec une efficacité et un calme déconcertants.
A ce moment, la civilisation prend le pas sur la barbarie, la violence n'a de raison d'être que dans les mains de l'état. Les gangs ne comprennent pas ce qu'il leur arrive, ils sont dépassés. Leur aspect de spectre d'un ancien monde n'a jamais été aussi prégnant.
Le plan final, magnifique, nous l'affirme : sur les ruines d'un ancien monde fait de mythes fondateurs, où la folie cotoie la violence, se dresse le monde moderne qui a oublié jusqu'à l'existence de son terreau légendaire (le cimetière progressivement en jachère), mais qui ne peut se comprendre sans celui-ci.

Enfin, je crois que le débat sur la notion de chef-d'oeuvre contamine les forums. Gangs of New York chef-d'oeuvre ou pas ? Sans doute pas mais on s'en fout, et même, il est trop pour le savoir.
Un film n'a pas besoin d'être un chef-d'oeuvre pour être immense.
Merci de le dire, je commence à me lasser de le répéter à tout bout de champ... :D :wink:
Image
DannyBiker
Ed Bloom à moto
Posts: 5545
Joined: 12 Apr 03, 22:28
Location: Bruxelles

Post by DannyBiker »

John Anderton wrote:
Roy Neary wrote:A tête reposée, l'esprit zen, les pâquerettes dans la tête, etc.. je pense toujours la même chose du film de Scorsese. Aujourd'hui comme hier, j'aime énormément.
Comme je suis une grosse larve, je reposte ce que j'avais écrit sur le forum orange :


Un véritable opéra de bruit et de fureur, une plongée dans la violence tribale, source de la violence urbaine. Une fresque tragique, baroque et mystique qui ne recule devant aucunes compromissions (à part peut-être celle de la longueur du film, mais en l'état je trouve le film superbe). Scorsese reste un maître de la fluidité mêlée de changements de rythme.
Le génial cinéaste n'est jamais plus à l'aise que quand il filme des personnages regroupés en clans qui refusent vainement la marche du temps, adaptant la loi à leurs nécessités.
Scorsese donne une vision de l'Amérique qui se bâtit par la violence entre des personnes ayant le même but. Cette caractéristique construction/destruction en accéléré qui est la marque des Etats-Unis. Scorsese ne perd jamais la vison historique de son récit bien que le film se concentre sur un quartier et des personnages emblématiques.

Une réalisation foisonnante et précise à la fois. Une profusion de scènes qui mêlent l'efficacité narrative à l'intelligence et la pertinence des mouvements de caméra. Des effets de mise en scène, ainsi qu'un point externe (la voix off) qui portent la marque du réalisateur.
Que celui qui a parlé de téléfilm chausse ses lunettes, visionne une dizaine de Hollywood Night ou qu'il retourne à ses légos...

Il y a comme un aspect fantastique évident dans Gangs of New York. Les gangs sont comme formés de spectres qui hantent les lieux (le tout début du film est éloquent dans la présentation des personnages et du visuel). On rejoint l'idée des légendes urbaines avec leurs personnages romanesques et fantomatiques qui colportent les mythes fondateurs d'une cité. D'où aussi l'existence de cette "faune" bigarrée, bruyante et festive. Outre l'hommage évident à l'univers fellinien, Gangs of New York montre un monde étrange, à la frontière du réel et du fantasmé.
C'est aussi pourquoi je ne suis pas d'accord quand on parle de manque de visibilité de la première séquence de bataille. Scorsese met en scène un combat féroce avec des rites tribaux. Les humains sont réduits à l'état bêtes cruelles avec pour seules règles celles de leurs rituels particuliers. D'où le manque volontaire de stratégie militaire et un sentiment de déséquilibre violent de tous les instants.
Cette mise en scène est à mettre en parallèle avec la bataille impliquant les militaires à la fin. Ceux-ci ont une stratégie bien élaborée et Scorsese les filme méthodiquement avec une efficacité et un calme déconcertants.
A ce moment, la civilisation prend le pas sur la barbarie, la violence n'a de raison d'être que dans les mains de l'état. Les gangs ne comprennent pas ce qu'il leur arrive, ils sont dépassés. Leur aspect de spectre d'un ancien monde n'a jamais été aussi prégnant.
Le plan final, magnifique, nous l'affirme : sur les ruines d'un ancien monde fait de mythes fondateurs, où la folie cotoie la violence, se dresse le monde moderne qui a oublié jusqu'à l'existence de son terreau légendaire (le cimetière progressivement en jachère), mais qui ne peut se comprendre sans celui-ci.

Enfin, je crois que le débat sur la notion de chef-d'oeuvre contamine les forums. Gangs of New York chef-d'oeuvre ou pas ? Sans doute pas mais on s'en fout, et même, il est trop pour le savoir.
Un film n'a pas besoin d'être un chef-d'oeuvre pour être immense.
Merci de le dire, je commence à me lasser de le répéter à tout bout de champ... :D :wink:
moi c'est plutôt le débat version longue qui me..... :twisted:
Image
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Post by Johnny Doe »

A tête reposé je me suis surpris à lui trouvé des défauts.
Même si le film reste pour moi un immense bonheur, je sais lui reconnaître objectivement certains défaut que j'avais du mal à concrétiser à chaud.

Comme on l'a cité la seconde partie fait face à de grosse baisse de rythme, notamment la fuite de Vallon. Le jeu de Di Caprio s'avère tout de même bon, malgré son aspect uni-émotionnel une fois de plus dans la seconde partie.
Maintenant on a beaucoup parlé de cette fin trop vite expedié... C'est un des moments le plus fort et poignant de l'oeuvre du cinéma brute qui m'a epoustouflé, mais le problème c'est justement que ça fini juste après avoir commencé, lorsqu'on est dans l'action on ne se rend compte de rien, mais en y repensant c'est frustrant. Le problème alors, est que cette fin au rythme ahurissant ne perde de sa puissance si on la rallonge...

Au final et à tête reposé, tout en me foutant du statut de chef-d'oeuvre que l'on veut, ou non, lui aposé, je qualifie Gang of New-York comme une claque et sans conteste un grand film.