Light sleeper (Paul Schrader - 1992)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Light sleeper (Paul Schrader - 1992)

Post by Max Schreck »

Image
Écrit et réalisé par Paul Schrader
Avec Willem Dafoe, Susan Sarandon, Dana Delavy, David Clennon, Mary Beth Hurt, Victor Garber.


Vu l'autre soir à la Cinématek. Il s'agit là d'un très beau film, un New York by night en compagnie du magnifique Willem Dafoe, dealer en quête de rédemption. Le scénariste de Taxi driver et de La Dernière tentation du Christ s'offre ici un film au rythme cotonneux, aux couleurs chaudes (photographie remarquable de Edward Lachman), à la musique langoureuse (chansons de Michael Been) et aux mouvements de caméra gracieux, porté par le jeu tout en douceur et douleur de son protagoniste. Son portrait est complexe et très subtil. Ce n'est que par petites touches que procède Schrader pour le caractériser lui et son entourage. Il nous immerge immédiatement dans son quotidien (les livraisons de nuit) sans passer par une quelconque scène d'exposition. Il évite ainsi habilement les écueils qui semblaient menacer un tel sujet. On n'est ni dans le drame, ni dans le documentaire. Schrader propose une vision assez neuve du milieu de la drogue. Ici, les voyous des bas quartiers sont relégués loin au second plan. Employé par une Susan Sarandon top glamour et reine du commerce, Dafoe fournit exclusivement des yuppies, depuis l'agent de change ayant perdu pied avec la réalité jusqu'au gros bonnet adepte des soirées louches. Lors de ses tournées nocturnes, Dafoe se retrouve souvent à occuper la place d'une sorte de confesseur, témoin de la déliquescence de la société (la ville croule littéralement sous les ordures suite à une grève des éboueurs). Ses clients se confient à lui comme des pécheurs à un prêtre

Mais lui n'en a que faire, il a appris à se taire. Lorsque Susan Sarandon lui annonce qu'elle compte arrêter son bizness pour se reconvertir dans une activité licite (les produits de beauté), Dafoe se retrouve soudain confronté à sa propre existence. On le suit ainsi dans ses interrogations non formulées (l'homme peut-il s'écarter d'un chemin tout tracé ? tout est-il déjà écrit ?) s'accrocher à ce qui lui apparaît comme un signe de la providence : il croise ainsi deux fois de suite, par hasard, son ex-petite amie (excellente Dana Delavy). Quatre ans plus tôt, tous deux junkies, ils se sont aimés. Aujourd'hui ils sont clean, mais encore brisés par cette histoire. À cela s'ajoute une enquête policière à la suite de l'overdose d'une étudiante.

On le voit, le film offre de nombreuses portes d'entrée, mais sans jamais apparaître lourd, sans sentir l'effort. Je reviens sur le jeu de Dafoe. Plus je repense à ce film, plus je m'aperçois à quel point tout son corps semble exprimer quelque chose de diffus. Il promène sa mélancolie, constate que la mort n'est jamais loin de lui, sans forcément qu'elle soit liée à la drogue. Le film est très sombre, mais sans complaisance. Les dialogues sont brillants et souvent surprenants. Le final est assez déroutant, faisant soudainement exploser la violence qui était jusqu'ici extérieure aux personnages), et se finissant sur une image d'absolution assez osée.

Je me rends compte qu'il n'est pas trop évident de parler de ce film, tant il est plein de petits détails qui en font un objet finalement assez inhabituel et vraiment beau (notamment lors d'une étonnante scène de sexe). Je ne sais pas s'il a rencontré un quelconque succès à sa sortie, mais j'avais envie d'en dire du bien ici.

À noter qu'on y croise Sam Rockwell (Charlie's angels, Les Associés, Confessions of a dangerous mind) bien jeunôt dans un rôle de petit trafiquant.

Willem Dafoe, lui, retrouvera Schrader dans le très beau Affliction (1997) et son dernier opus officiel à ce jour Autofocus (2002).




Ce film a-t-il des amateurs ici ?
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
Martin Quatermass
Overdosed on Gamma-ray
Posts: 9534
Joined: 14 Apr 03, 08:44

Post by Martin Quatermass »

J'aimerai bien le voir, je suis plutôt amateur des films de Shrader.
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26808
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

Pas revu depuis la sortie cinéma donc souvenirs flous sinon que j'avais trouvé ça plaisant
Everybody's clever nowadays
Leopold Saroyan
Décorateur
Posts: 3918
Joined: 12 Apr 03, 19:46

Post by Leopold Saroyan »

Comme je l'ai dit dans le topic Rétro, j'adore ce film. Tu soulignes le côté diffus de l'ambiance, je suis entièrement d'accord. Je dirais même que c'est l'un des soucis premiers de Schrader que de donner de l'épaisseur et du mystère à ce "job" de dealer. Je pense notamment aux dialogues et à la mise en scène des évènements qui s'éloignent assez radicalement de ce que l'on est coutume de voir sur le sujet. J'en dis pas plus pour ne pas spoiler.
Il faudrait que je le revoie.
I don't wanna stay with you, I just wanna play with you
Fanning
Accessoiriste
Posts: 1699
Joined: 3 Oct 04, 14:10
Location: LA by night

Post by Fanning »

Il repasse d'ici janvier ?
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Fanning wrote:Il repasse d'ici janvier ?
Nein.
Je l'ai vu à sa seconde (et dernière) projection. C'est ce film qui a d'ailleurs ouvert la rétrospetive, en présence du réalisateur.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
Fanning
Accessoiriste
Posts: 1699
Joined: 3 Oct 04, 14:10
Location: LA by night

Post by Fanning »

Max Schreck wrote:
Fanning wrote:Il repasse d'ici janvier ?
Nein.
Je l'ai vu à sa seconde (et dernière) projection. C'est ce film qui a d'ailleurs ouvert la rétrospetive, en présence du réalisateur.
Je suis une merde. :cry:
tronche de cuir
Ophely, no soucy
Posts: 2541
Joined: 2 Jul 04, 14:32
Location: RIP !!!

Post by tronche de cuir »

En effet, un trés beau film à l'ambiance délicieusement cottoneuse, hanté par le superbe couple de noctambule- Sarandon/Daffoe- et vrai film d'insomniaque. Envoûtant. :wink:
PS: à noter une incroyable photo d'Ed Lachman. ( il me semble)
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1874
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Light sleeper, de Paul Schrader (1992)

Post by Barry Egan »

Poursuite du périple Schrader.

Un peu cueilli à froid par l'ambiance musicale très 80s au départ (déjà obsolète en 1992), puis conquis par les pérégrinations mentales du sieur Dafoe, bien en peine de se retrouver un destin alors que toutes ses relations veulent l'oublier d'une manière ou d'une autre. Malgré tout, malgré ce contexte doré où les règlements de compte entre collègues de classe ne sauraient arriver de temps en temps, malgré la drogue, la mort, le meurtre, il y a un fonds d'optimisme, à travers une rencontre entre un homme et une femme qui aurait dû avoir lieu plus tôt, qui ne se sont jamais considérés comme étant à la recherche l'un comme l'autre de la sortie du cercle infernal de la maltraitance du corps et de l'âme. C'est ce dénouement "heureux" qui permet au film de ne pas être un décalque de l'excellent "American Gigolo", de se ménager un ton différent, de constituer une variation intéressante sur le même thème.
Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 24348
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Light sleeper, de Paul Schrader (1992)

Post by AtCloseRange »

Barry Egan wrote: 24 Apr 22, 11:25 Poursuite du périple Schrader.

Un peu cueilli à froid par l'ambiance musicale très 80s au départ (déjà obsolète en 1992), puis conquis par les pérégrinations mentales du sieur Dafoe, bien en peine de se retrouver un destin alors que toutes ses relations veulent l'oublier d'une manière ou d'une autre. Malgré tout, malgré ce contexte doré où les règlements de compte entre collègues de classe ne sauraient arriver de temps en temps, malgré la drogue, la mort, le meurtre, il y a un fonds d'optimisme, à travers une rencontre entre un homme et une femme qui aurait dû avoir lieu plus tôt, qui ne se sont jamais considérés comme étant à la recherche l'un comme l'autre de la sortie du cercle infernal de la maltraitance du corps et de l'âme. C'est ce dénouement "heureux" qui permet au film de ne pas être un décalque de l'excellent "American Gigolo", de se ménager un ton différent, de constituer une variation intéressante sur le même thème.
Musique épouvantable en effet.
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1874
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Light sleeper, de Paul Schrader (1992)

Post by Barry Egan »

AtCloseRange wrote: 24 Apr 22, 11:29Musique épouvantable en effet.
Ça a failli me faire sortir du film, jusqu'au moment où je me suis rendu compte que le dealer de drogue annoncé ne servait que de la clientèle aisée, passait son temps dans une voiture avec chauffeur, et là, je me suis dit que ça collait parfaitement au ton.
Image
User avatar
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 12097
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Light sleeper, de Paul Schrader (1992)

Post by MJ »

Barry Egan wrote: 24 Apr 22, 12:47Ça a failli me faire sortir du film, jusqu'au moment où je me suis rendu compte que le dealer de drogue annoncé ne servait que de la clientèle aisée, passait son temps dans une voiture avec chauffeur, et là, je me suis dit que ça collait parfaitement au ton.
Un sacré défilé Armani à ce titre... (Je ne critique plus que les costumes dans les films.)
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1874
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Light sleeper (Paul Schrader - 1992)

Post by Barry Egan »

Même dans les X ?
Image
User avatar
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 12097
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Light sleeper (Paul Schrader - 1992)

Post by MJ »

Barry Egan wrote: 24 Apr 22, 13:14 Même dans les X ?
Là je me préoccuperais plus des conseils en matière d'investissements, mais fin du HS.

Un des meilleurs Schrader à part ça - et une matrice (en plus limpide) de The Card Counter. Avec en plus un personnage de dealer (plutôt très réaliste) de la part de Dafoe loin de ce qu'on voit ordinairement dans ce registre. Tout le casting est sensationnel, de toute façon.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1874
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Light sleeper (Paul Schrader - 1992)

Post by Barry Egan »

MJ wrote: 24 Apr 22, 15:43Un des meilleurs Schrader à part ça - et une matrice (en plus limpide) de The Card Counter. Avec en plus un personnage de dealer (plutôt très réaliste) de la part de Dafoe loin de ce qu'on voit ordinairement dans ce registre. Tout le casting est sensationnel, de toute façon.
Image

Ces yeux ! :oops:
Image