Blake Edwards (1922-2010)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

mannhunter
Laspalès
Posts: 15977
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by mannhunter »

Oui un film très touchant...je viens de vérifier il y a un dvd américain sorti en 2000 mais hors de prix et recadré en plus...bref on espère une restauration de ce petit bijou en Blu Ray! :wink:
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by Thaddeus »

Jeremy Fox wrote:Ca me parait même indispensable. Pour moi son plus beau film (avec une musique sublime) avec That's Life.
Je n'avais jamais entendu parler de ce film, ni même de Skin Deep. Merci donc de titiller ma curiosité et d'étoffer encore un peu plus une watch-list que dix vies ne suffiront pas à combler.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 46022
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by Flol »

Père Jules wrote:
Ratatouille wrote:C'est bien Skin Deep ?
Chef-d'oeuvre !
Bon eh bien c'était effectivement très sympa. Déjà parce que John Ritter est génial, et ensuite parce qu'il y a certains gags visuels vraiment hilarants (le combat de bites phosphorescentes, le chien au plafond, Ritter pris de convulsions qui s'attaque à un pauvre vieux non-voyant).
Et puis cette patine typique de la fin des années 80, avec brushings féminins improbables, bandeaus fluos et vestes à épaulettes, perso j'aime beaucoup.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9071
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by Alexandre Angel »

Ratatouille wrote:Et puis cette patine typique de la fin des années 80, avec brushings féminins improbables, bandeaus fluos et vestes à épaulettes, perso j'aime beaucoup.
Oh oui, alors celui-là, de ce point de vue, c'est banco! Je l'ai revu très récemment avec un certain plaisir. Ça me renvoie à une époque où j'ai vu à leur sortie tous les BE des années 80, sauf Micki et Maude, que je ne suis pas sûr d'avoir vu du tout. Ils prennent une bonne patine, dans l'ensemble (SOB est vraiment délirant).
Mais je crois que mon top 1 est Victor, Victoria.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90498
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by Jeremy Fox »

Saute sur Micky et Maude. Un régal.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9071
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by Alexandre Angel »

Jeremy Fox wrote:Saute sur Micky et Maude. Un régal.
Merci, je vais surveiller!
Sinon, pas d'accord avec un truc
Thaddeus wrote:La party
Lors d’une dernière demi-heure en forme de miction fleuve, le film décolle pleinement (villa hollywoodienne transformée en piscine à bulles, jeunes hippies déchaînés, éléphant multicolore – un festival presque psychédélique) et la charge balistique de la satire impose pleinement sa marque, mais pour en arriver à ce capharnaüm délirant le temps paraît assez long. 3/6
C'est un peu le contraire pour moi : après une telle tension burlesque qui nous empêche presque de respirer pendant la première heure, le délire final, fatalement, tire un peu à la ligne et on fatigue un tantinet. A un moment donné, le film a brûlé ses cartouches..
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90498
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by Jeremy Fox »

Alexandre Angel wrote:
Jeremy Fox wrote:Saute sur Micky et Maude. Un régal.
Merci, je vais surveiller!
Sinon, pas d'accord avec un truc
Thaddeus wrote:La party
Lors d’une dernière demi-heure en forme de miction fleuve, le film décolle pleinement (villa hollywoodienne transformée en piscine à bulles, jeunes hippies déchaînés, éléphant multicolore – un festival presque psychédélique) et la charge balistique de la satire impose pleinement sa marque, mais pour en arriver à ce capharnaüm délirant le temps paraît assez long. 3/6
C'est un peu le contraire pour moi : après une telle tension burlesque qui nous empêche presque de respirer pendant la première heure, le délire final, fatalement, tire un peu à la ligne et on fatigue un tantinet. A un moment donné, le film a brûlé ses cartouches..
Plutôt d'accord avec toi. En fait je crois que je me suis ennuyé tout du long :oops:
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9071
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by Alexandre Angel »

Tout le monde ne réagit pas pareil à ce film. Moi, la première heure me fait hurler de rire: du pastiche de Gunga Din à "Birdie Num, Num" en passant par la main dans le caviar, je demande grâce..
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15198
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by Watkinssien »

Et moi, c'est mon Edwards préféré, film drôle, mais en filigrane assez terrifiant sur ce qu'il raconte.
Image

Mother, I miss you :(
bruce randylan
Mogul
Posts: 11511
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by bruce randylan »

Thaddeus wrote:
Jeremy Fox wrote:Ca me parait même indispensable. Pour moi son plus beau film (avec une musique sublime) avec That's Life.
Je n'avais jamais entendu parler de ce film, ni même de Skin Deep. Merci donc de titiller ma curiosité et d'étoffer encore un peu plus une watch-list que dix vies ne suffiront pas à combler.
Découvert le mois dernier et si That's life est un film éminemment personnel (comme pas mal de ses films des années 80), j'ai trouvé ça assez ennuyeux (comme pas mal de ses films des années 80). La réalisation est molle, en plus d'être assez terne visuellement, les rares touches d'humour tombent à plat (le discours à l'église :| ) et surtout le personnage de Jack Lemmon m'a profondément agacé. Reste Julie Andrews bien mieux traitée et touchante ainsi que les dernières séquences avec la fête d'anniversaire qui parviennent enfin à émouvoir. Mais tout le reste est assez pénible pour moi.
Comme, je suis déjà moyennement fan de Skin Deep, Ten ou Micky & Maude, j'ai un peu peur de découvrir son remake de l'homme qui aimait les femmes.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17929
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by Kevin95 »

A SHOT IN THE DARK (1964) révision

Deuxième opus de la saga Pink Panther pour les comptables, même si le film fut tourné quasiment dans le foulée de The Pink Panther par un duo Blake Edwards / Peter Sellers voulant se marrer à peu de frais sans se rendre compte qu'ils sont en train de mettre en marche une locomotive pour une série de films à succès et donner un champs libre à l'un des personnages les plus populaire du cinéma comique. David Niven ou le scénario du premier film n'étant plus dans les pattes, Blake et son comédien soufflent et explosent l'adaptation d'une pièce (inspirée d'une autre de Marcel Achard) par un torrent de gags et de situations absurdes. Sellers alors maitre à bord, fait courir le film au rythme de sa dinguerie, pousse les meubles pour qu'on ne regarde que lui et ses trouvailles comiques. A Shot in the Dark rit de ceux qui voudrait suivre l'intrigue et embarque les clients de ce type d'humour dans un grand huit déconnant. A la fois extrêmement soigné (voir l'utilisation du scope ou la musique de Henry Mancini), le film peut se voir rétrospectivement, comme les débuts de la deuxième partie de filmo d'Edwards, celle consacrée majoritairement à la grosse poilade qui ne s'excuse pas (avant le retour d'une forme plus mélancolique dans les seventies).
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
DearHunter
Doublure lumière
Posts: 632
Joined: 21 Aug 17, 15:31

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by DearHunter »

Alexandre Angel wrote:
Thaddeus wrote:La party
Lors d’une dernière demi-heure en forme de miction fleuve, le film décolle pleinement (villa hollywoodienne transformée en piscine à bulles, jeunes hippies déchaînés, éléphant multicolore – un festival presque psychédélique) et la charge balistique de la satire impose pleinement sa marque, mais pour en arriver à ce capharnaüm délirant le temps paraît assez long. 3/6
C'est un peu le contraire pour moi : après une telle tension burlesque qui nous empêche presque de respirer pendant la première heure, le délire final, fatalement, tire un peu à la ligne et on fatigue un tantinet. A un moment donné, le film a brûlé ses cartouches..
Tout à fait d'accord, pour moi le final n'est pas tout à fait à la hauteur du festival burlesque qui précédait.
(Il n'en demeure pas moins que https://www.amazon.co.uk/dp/B0748YN1CJ :D )

Tout l'inverse de la "Panthère Rose", film globalement très inférieur, mais où la "party" finale aurait presque pu sauver le film (le flic en zèbre, à lui seul...).
"When we championed trash culture we had no idea it would become the only culture."
- Pauline Kael

I once spent a year in Philadelphia, I think it was on a Sunday.
― W.C. Fields
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by AtCloseRange »

Souvent les films les plus célébrés d'Edwards ne sont pas les plus intéressants et j'ai d'ailleurs de plus en plus de mal avec les Panthère Rose.
Je trouve largement plus mon compte ailleurs.
Image
User avatar
DearHunter
Doublure lumière
Posts: 632
Joined: 21 Aug 17, 15:31

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by DearHunter »

Les Panthère Rose, c'est

- au pire, dans le premier film, un Clouseau largement en rodage. Etonnant à quel point le COUPLE Clouseau fait pschitt dès le départ (même les séquences en chambre ne m'ont jamais vraiment convaincues)

- au mieux - A Shot In The Dark - plutôt très réussi, avec un Clouseau enfin amené à maturité (si j'ose dire)

- en moyenne, des gags irrésistibles dans à peu près chacun des films des 70's...
"When we championed trash culture we had no idea it would become the only culture."
- Pauline Kael

I once spent a year in Philadelphia, I think it was on a Sunday.
― W.C. Fields
xave44
Machino
Posts: 1087
Joined: 20 Nov 11, 22:07

Re: Blake Edwards (1922-2010)

Post by xave44 »

La dernière décennie du réalisateur a accouché de certains de ses meilleurs films :
Outre Victor, Victoria, on a aussi et surtout S.O.B. qui est peut-être pour moi son chef d’œuvre, puis Blind Date et enfin Skin Deep, son feu d'artifice (John Ritter est parfait).
Le tournant de la dernière partie de la carrière de Edwards, celui qui va en donner le ton, c'est 10
Si je ne devait en retenir qu'un, ce serait S.O.B.