Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Tom Peeping
Assistant opérateur
Posts: 2318
Joined: 10 May 03, 10:20

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Tom Peeping »

J'ai vu en février

Image

*** excellent / ** bon / * moyen / 0 mauvais

Sibyl (Justine Triet, 2019) *
Une psychanalyste accepte de prendre en charge une patiente au-delà de ses obligations professionnelles. Virginie Efira et Adèle Exarchopoulos jouent la manipulation mutuelle dans ce thriller psychologique au scénario à la complexité forcée du sens et de la structure. Si le sujet de base est intéressant, le portrait de cette analyste paumée part dans trop de directions pour convaincre. Et au bout, on ne sait pas trop ce que le film a voulu dire. BR FR

Prospect (Zeek Earl & Chris Caldwell, 2018) 0
Un père et sa fille astronautes vont sur une planète à la recherche de quelque chose. La planète est couverte d'une forêt dense très belle et superbement photographiée. C'est tout. Le reste est d'un ennui terrible (ils marchent en scaphandre dans la forêt), les péripéties rares et l'objet de leur quête sans aucun intérêt. J'en ai vu 40', la suite en accéléré. Le film entier semble être une démo pour une prospection de job visant Hollywood. BR DE

Judy (Rupert Goold, 2019) 0
L'onstage et le backstage du dernier tour de chant de Judy Garland à Londres en 1968/1969. Renée Zellweger est très bien dans un rôle évidemment taillé pour l'Oscar qu'elle a eu. Le reste n'a pas grand intérêt, ni au niveau de la dramaturgie linéairement monotone (on regarde la souffrance ininterrompue d'une Judy au bout d'elle-même) ni au niveau de la mise en scène, d'une affligeante platitude. Un biopic fabriqué sur formule. BR UK

Sully (Clint Eastwood, 2016) **
L'enquête officielle pour faute professionnelle qui suivit l'amerrissage dans l'Hudson par son pilote d'un Airbus en perdition en janvier 2009. Derrière la reconstitution factuelle qui évite avec soin l'outrance dramatique et le pathos, une ode au courage individuel et au civisme collectif par Eastwood l'Américain. La discrétion du scénario et de la mise en scène en renforcent la dignité, à l'image du jeu posé de Tom Hanks et Aaron Eckhart. Netflix

Bait (Mark Jenkin, 2019) *
Dans un village de pêcheurs de Cornouailles, la cohabitation compliquée des autochtones et des touristes. Un très bon sujet (l'irruption du tourisme de masse dans l'équilibre d'une communauté) est malmené par le choix du réalisateur d'avoir tourné son film en 16mm granuleux postsynchronisé. L'artifice produit des images picturales belles mais trop démonstratives. Le fil de l'histoire aussi est artificiellement alambiqué. Au final, on s'ennuie. BR UK

En chair et en os / Carne tremula (Pedro Almodovar, 1997) ***
A Madrid, un jeune homme sorti de prison déstabilise deux couples. Une fois passée la première séquence plutôt drôle d'accouchement dans un bus, le drame prend la relève dans cette adaptation de Ruth Rendell. Film de personnages pétris de culpabilité et de rancoeur, la brillante construction du récit leur donne la place d'évoluer dans des directions inattendues. Le casting est excellent, mené par Liberto Rabal, prodige d'un seul film. BR FR

Greta, la tortionnaire / Ilsa, ultimes perversions / Le pénitencier des femmes perverses / Greta, Haus ohne Männer / Ilsa, the mad butcher (Jess Franco, 1977) **
Dans un pays totalitaire d'Amérique Centrale, la directrice sadique d'une prison pour femmes sexuellement déviantes abuse de ses prisonnières. Les multiples titres de ce pur produit d'Exploitation vont droit au but : outrance et titillation en sont les deux mamelles. A ce propos, la formidable Dyanne Thorne reprend son personnage d'Ilsa, virago grimaçante de menace et de luxure. Moi j'aime ça, mais je comprends que vous ne compreniez pas. BR DE

The dead don't die (Jim Jarmusch, 2019) **
Dans une petite ville américaine, les morts sortent de leur tombes. Le dérèglement géophysique de la planète est la raison du chaos, traité sur le mode ironique de la comédie nihiliste truffée de pop culture. On peut y voir une fable sur l'Humanité condamnée, une charge anti-Trump, une farce entre potes (le casting est sympathique) ou un hybride des trois. Ca ne révolutionne pas le film de zombies mais on ne s'ennuie pas une seconde. BR DE

Les habitants (Raymond Depardon, 2016) *
De Calais à Nice, de Morlaix à Villeneuve Saint Georges, Depardon invite une quinzaine de couples de passants à poursuivre leur conversation de rue dans une caravane avec une caméra. La Vraie France qui se dessine est celle de gens qui s'inquiètent de leurs budgets, qui se sont séparés, qui cherchent à tirer leur coup... Bref, des anonymes à la fois touchants et sans intérêt dont l'exotisme provincial a exalté les critiques germanopratins. BR FR

Les carrefours de la ville / City streets (Rouben Mamoulian, 1931) ***
Entré dans la pègre, un jeune forain voit sa fiancée convoitée par son boss. Un excellent film de gangsters Pre-Code à la mise en scène inventive (les nombreux actes de violence sont tous évoqués hors-cadre), aux éclairages expressionnistes et dont le couple formé par Gary Cooper et Sylvia Sidney est l'un de plus physiquement séduisants du cinéma hollywoodien. D'après Hammett, une pépite matricielle des premières années du parlant. BR FR

Le dossier noir (André Cayatte, 1955) **
Un jeune juge (Jean-Marc Bory) nommé en province met à jour une affaire criminelle enterrée et déstabilise les notables de la ville. Derrière l'enquête, c'est l'état dégradé de la Justice de l'après-guerre et les compromissions de la mentalité bourgeoise qui sont les vrais thèmes de ce film de scénario et d'acteurs aux dialogues acérés. Noël Roquevert et Bernard Blier étincellent. Du cinéma de papa d'accord mais papa n'avait pas toujours tort. BR FR

Les enfants loups, Ame et Yuki / Ookami kodomo no Ame to Yuki / Wolf children (Mamoru Hosoda, 2012) *
Une jeune veuve élève à la campagne ses deux enfants dont le père était un homme-loup. Un film d'animation japonais dont l'histoire d'altérité part d'un bon sentiment mais qui se prend les pieds dans une surexploitation de l'émotion avec des larmes (y a-t-il un animé où les personnages pleurent autant ?) et de la musique mélancolique à gogo. L'animation est splendide et la courte scène de zoophilie au début est vraiment très surprenante. BR UK

Notre héros / Lazybones (Frank Borzage, 1925) *** Mon film du mois
Dans l'Amérique rurale des années 1910, un bon à rien recueille et élève une petite fille abandonnée. Un mélodrame doux-amer où les liens du sang et du coeur au fil des années qui passent tiraillent les personnages. La mise en scène et la direction d'acteurs (Buck Jones est épatant) de Borzage sont d'une simplicité limpide et l'humanité qui se dégage a superbement résisté au temps. Un beau film muet sur un improbable héros du quotidien. DVD Z1 US

Propriété privée / Private property (Leslie Stevens, 1960) *
Deux vagabonds s'imposent chez une femme désoeuvrée dont le mari est en déplacement. Un thriller à petit budget qui a pour lui l'irradiation du soleil de Los Angeles et la thématique de la frustration sexuelle dont le traitement est assez direct pour l'époque. Corey Allen et Warren Oates sont très bien mais Kate Manx (qui se suicidera peu après) est très mauvaise. Un film maladroit mais intéressant dans le contexte du cinéma du tournant des 60s. BR US

Le dernier sou (André Cayatte, 1943/1946) *
La complice d'un escroc s'éprend d'une de leurs victimes, un chômeur. Le dernier film produit par la Continental est sorti en salles après la Libération et tombé aux oubliettes. Il manque quelque chose dans le scénario et la mise en scène pour tenir l'intérêt et Gilbert Gil est bien peu charismatique. Mais l'histoire de la réalisation du film est intéressante, Noël Roquevert est magnétique et Ginette Leclerc savait faire la gueule comme personne. BR FR

Une grande fille / Dylda / Beanpole (Kantemir Balagov, 2019) 0
En 1945 à Leningrad, deux jeunes femmes liées par un drame tentent de se reconstruire. Un sujet fort et deux formidables actrices sont engloutis par le narcissisme de la mise en scène maniérée, à l'image du filtrage coloré de la lumière et des dialogues en chuchotis de gravité. Une scène d'une rare puissance émotionnelle au début restera gravée dans ma mémoire. Pour le reste, heureusement que les télécommandes ont des fast forward. BR FR
... and Barbara Stanwyck feels the same way !

Pour continuer sur le cinéma de genre, visitez mon blog : http://sniffandpuff.blogspot.com/
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45981
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flol »

Tom Peeping wrote:The dead don't die (Jim Jarmusch, 2019) **
(...)
on ne s'ennuie pas une seconde
Chanceux.
À part ça, toujours un plaisir de te lire.
User avatar
Karras
Mogul
Posts: 11860
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Karras »

Jeremy Fox wrote:On a bien fait de l'évoquer dernièrement :wink:
Tout à fait. Une belle découverte qui doit le placer quelque part dans mon top 5 du réalisateur. 8)
User avatar
origan42
Décorateur
Posts: 3813
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

FILM DE FÉVRIER

Image

POSTMEN IN THE MOUNTAINS (Jianqi Huo, 1999) *****


Le reste du mois, par ordre de préférence :
Spoiler (cliquez pour afficher)
La tour des lys (Tadashi Imai, 1953) ****
Lissy (Konrad Wolf, 1957) ****
Un amour impossible (Catherine Corsini, 2018) ****
La maison de l'ange (Leopoldo Torre Nilsson, 1957) ****

Illusions perdues (Ernst Lubitsch, 1941) ***
Le bel âge (Pierre Kast, 1960) ***
Mon cœur et mes millions / Her night of romance (Sidney Franklin, 1924) ***
À couteaux tirés (Rian Johnson, 2019) ***
Les frères siciliens (Martin Ritt, 1968) ***
Le monte-charge (Marcel Bluwal, 1962) ***
Jusqu'à ce que mort s'ensuive (Marc Allégret, 1948) ***
La pièce maudite (John Brahm, 1947) ***
Apollo 11 (Todd Douglas Miller, 2019) ***
Alice et le maire (Nicolas Pariser, 2019) ***
L'école buissonnière (Jean-Paul Le Chanois, 1949) ***
Evil dead 2 (Sam Raimi, 1987) ***
Mademoiselle Mozart (Yvan Noé, 1936) ***
Les fleurs du miel (Claude Faraldo, 1976) ***

Pourquoi pas ! (Coline Serreau, 1977) **
Joker (Todd Phillips, 2019) **
La moucharde (Guy Lefranc, 1958) **
Tournée (Mathieu Amalric, 2010) **
La beauté des choses (Bo Widerberg, 1995) **
D'après une histoire vraie (Roman Polanski, 2017) **
Le Mans 66 (James Mangold, 2019) **
Le désert de la peur (Jack Lee Thompson, 1958) **
Terminator Genisys (Alan Taylor, 2015) **
Une fille facile (Rebecca Zlotowski, 2019) **
Les deux flemmards / Me and my pal (Charley Rogers / Lloyd French, 1933, c.m.) **
Chatterbox (George Nichols Jr., 1936) **
Fraternité / Proud Flesh (King Vidor, 1925) **
Le meilleur (Barry Levinson, 1984) **
Rocambole - La revanche de Baccarat (Jacques de Baroncelli, 1948) **
Rocambole (Jacques de Baroncelli, 1948) **
Persona non grata (Roschdy Zem, 2019) **
Donne-moi des ailes (Nicolas Vanier, 2019) **
Point ne tueras / High Treason (Maurice Elvey, 1929) **
L'école buissonnière (Nicolas Vanier, 2017) **
Terminator - Dark fate (Tim Miller, 2019) **
Les vieux fourneaux (Christophe Duthuron, 2018) **

Jojo Rabbit (Taika Waititi, 2019) *
Les doigts croisés (Dick Clement, 1971) *
À pied, à cheval et en Spoutnik (Jean Dréville, 1958) *
Le trésor des hommes bleus (Edmond Agabra, 1961) *
Qui m'aime me suive (José Alcala, 2019) *
La folie Almayer (Chantal Akerman, 2011) *

RE-VISIONS
Ulysse (Mario Camerini, 1954) *** ↑
Coup double (Jeff Kanew, 1986) ° →
INTERPRÉTATION FÉMININE DU MOIS : VIRGINIE EFIRA Rachel Steiner dans Un amour impossible
INTERPRÉTATION MASCULINE DU MOIS : MELVYN DOUGLAS Larry Baker dans Illusions perdues
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16068
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Profondo Rosso »

Film du mois

1 Freud, passions secrètes de John Huston

Image

2 Séjour dans les monts Fuchung de Gu Xiaogang

Image

3 Nomad de Patrick Tam

Image

4 Queen and Slim de Melina Matsoukas

Image

5 My heart is that eternal rose de Patrick Tam

Image
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16068
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Profondo Rosso »

Beule wrote:
Image
THE GARDEN OF WORDS (Makoto Shinkai - 2013)

Image
LOVE LETTER (Shunji Iwai - 1995)

Image
A DISTANT CRY FROM SPRING (Yôji Yamada - 1980)

Image
HANA ET ALICE MÈNENT L'ENQUÊTE (Shunji Iwai - 2015)

Image
SWALLOWTAIL BUTTERFLY (Shunji Iwai - 1996)

Ca c'est du combo Shunji Iwai/Makoto Shinkai qui fait plaisir ! Et curiosité titillée por le Yamada que je n'ai pas vu :wink:
User avatar
John Holden
Régisseur
Posts: 3163
Joined: 1 Sep 14, 21:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by John Holden »

Top 5 de Février :

Strangers When We Meet (Liaisons secrètes) ...Richard Quine (1960)

Image

Okaasan (La mère)...Mikio Naruse (1952)

Image

Underworld...Josef von Sternberg (1927)

Image

Le Temps des Gitans...Emir Kusturica (1989)

Image

Lettres d'amour...Claude Autant-Lara (1942)

Image

Tout Février :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Films découverts/Films revus/redecouverts

Strangers When We Meet (Liaisons secrètes) ...Richard Quine (1960) : 9/10
Okaasan (La mère)...Mikio Naruse (1952) : 9/10

Underworld...Josef von Sternberg (1927) : 8/10
Le Temps des Gitans...Emir Kusturica (1989) : 8/10
Lettres d'amour...Claude Autant-Lara (1942) : 8/10
Schlußakkord...Douglas Sirk (1936) : 8/10
Non coupable...Henri Decoin (1947) : 8/10

Das Mädchen vom Moorhof (La fille des marais)...Douglas Sirk (1935) : 7.5/10
Gāv (La vache)...Dariush Mehrjui (1969) : 7.5/10

Der Mann, der seinen Mörder sucht (L'Homme qui cherche son assassin)...Robert Siodmak (1931) : 7/10
So Dark the Night...Joseph H. Lewis (1946) : 7/10
The Fallen Sparrow...Richard Wallace (1943) : 7/10
Murder Without Crime...J. Lee Thompson (1950) : 7/10
Stützen der Gesellschaft (Les Piliers de la société)...Douglas Sirk (1935) : 7/10
Wonderstruck...Todd Haynes (2017) : 7/10
Avec André Gide...Marc Allégret (1952) : 7/10
The Girl on the Bridge...Hugo Haas (1951) : 7/10

The Man in the White Suit...Alexander Mackendrick (1951) : 6.5/10
The Unsuspected...Michael Curtiz (1947) : 6.5/10
Outlaw's Son...Lesley Selander (1957) : 6.5/10
Giallo napoletano...Sergio Corbucci (1979) : 6.5/10

Framed (Traquée)...Richard Wallace (1947) : 6/10
Cigalon...Marcel Pagnol (1935) : 6/10
Le Caïd...Bernard Borderie (1960) : 6/10
À cause des filles..?...Pascal Thomas (2019) : 6/10
Maison de danses...Maurice Tourneur ( 1930) : 6/10
Bric à Brac et Compagnie...André Chotin (1931) : 6/10

Toâ...Sacha Guitry (1949) : 5.5/10
E'piccerella...Elvira Notari (1922) : 5.5/10
Valse royale...Jean Grémillon (1935) : 5.5/10

L'Aile ou la Cuisse...Claude Zidi (1976) : 5/10

The Disaster Artist...James Franco (2017) : 2/10
vic
viking
Posts: 3559
Joined: 26 Apr 03, 18:37
Location: IHTFP

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by vic »

G.T.O wrote:1. BARBEROUSSE (Akira Kurosawa)
Magnifique ! :D

Il faut que je mette la main sur Smash Place et Sleeping Dogs....
Image Insane Insomniac Team

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.
User avatar
Flavia
My Taylor is rich
Posts: 3681
Joined: 4 Jun 11, 21:27

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flavia »

Classement de février

Film du mois

The fortress (2017 - Hwang Dong-hyeok)

Image



Opération Beyrouth (2018 - Brad Anderson)

Image

Mon roi (2015 - Maïwenn)

Image

La folle journée de Ferris Bueller (1986 - John Hughes)

Image

Plein la gueule (1974 - Robert Aldrich)

Image

La religieuse (2013 - Guillaume Nicloux)

Image
vic
viking
Posts: 3559
Joined: 26 Apr 03, 18:37
Location: IHTFP

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by vic »

Février 2020


1. Au revoir l'été (Hotori no Sakuko - Kōji Fukada, 2013)
Image

2. Le Voyage de la peur (The Hitch Hiker - Ida Lupino, 1953)
Image

3. Gonza the Spearman (Yari no gonza - Masahiro Shinoda, 1986)
Image

4. L'Hôpital (The Hospital - Arthur Hiller, 1971)
Image

5. Carrefour (Jūjiro - Teinosuke Kinugasa, 1928)
Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
(re) L'Auberge du Printemps (King Hu, 1973) 6.5/10
(re) Hell in the Pacific (John Boorman, 1968) 8.5/10
The Mikado (Victor Schertzinger, 1939) 7/10
Security Unlimited (Michael Hui, 1981) 5/10
Fin de l'agent W4C par l'intermédiaire du chien de Monsieur Foustka (Václav Vorlíček, 1967) 7/10
(re) Manie Manie : Les Histoire du Labyrinthe (Rintarō, Yoshiaki Kawajiri & Katsuhiro Ōtomo) 7/10
(re) Le Samouraï du crépuscule (Yōji Yamada, 2002) 8/10
Jay and Silent Bob Reboot (Kevin Smith, 2019) 6/10
(re) Serenity (Joss Whedon, 2005) 6.5/10
Joe Hill (Bo Widerberg, 1971) 7.5/10
(re) Lawrence of Arabia (David Lean, 1962) 8.5/10
Regeneration (Raoul Walsh, 1915) 6/10
The Hospital (Arthur Hiller, 1971) 7.5/10
The Hitch Hiker (Ida Lupino, 1953) 8/10
Office (Johnnie To, 2015) 5/10
Au revoir l'été (Koji Fukuda, 2013) 8/10
(re) La Servante et le samouraï (Yōji Yamada, 2004) 8/10
(re) Paprika (Satoshi Kon, 2006) 6.5/10
Carrefour (Teinosuke Kinugasa, 1928) 7.5/10
Jiraiya the Hero (Shōzō Makino, 1921) 6/10
Ochiri (Buntarō Futagawa, 1925) 7/10
(re) Robot Carnival (Katsuhiro Otomo, Kōji Morimoto, Hidetoshi Ōmori, Yasuomi Umetsu, Hiroyuki Kitazume, Mao Lamdo, Hiroyuki Kitakubo &Takashi Nakamura, 1987) 7/10
Gonza the spearman (Masahiro Shinoda, 1986) 7.5/10
(re) Nemuri Kyoshiro 10: Hell is a woman (Tokuzō Tanaka, 1968) 6.5/10
(re) La Pivoine rouge 1 : Lady Yakuza (Kōsaku Yamashita, 1968) 7/10
Image Insane Insomniac Team

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4341
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by G.T.O »

vic wrote:
G.T.O wrote:1. BARBEROUSSE (Akira Kurosawa)
Magnifique ! :D

Il faut que je mette la main sur Smash Place et Sleeping Dogs....

Oui, le Kurosawa est magnifique ! Esthétiquement l'un des impressionnants que j'ai pu voir du réalisateur, aussi beau que Ran. Dans la thématique, la bienveillance, l'humanisme qui s'en dégage exempte de sentimentalisme, on songe à Montaigne. Les Roger Donaldson, je te recommande, du moins Smash Palace. Je pense que tu vas aimer mon Capitaine, du moins le premier, n'ayant pas vu le 2ème. C'est un Boubakar's approved !
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15193
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Watkinssien »

G.T.O wrote:
vic wrote: Magnifique ! :D

Il faut que je mette la main sur Smash Place et Sleeping Dogs....

Oui, le Kurosawa est magnifique ! Esthétiquement l'un des impressionnants que j'ai pu voir du réalisateur, aussi beau que Ran. Dans la thématique, la bienveillance, l'humanisme qui s'en dégage exempte de sentimentalisme, on songe à Montaigne.
Rien que la séquence avec la patiente "folle", et j'en ai des frissons. Oeuvre majeure, en effet.
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4341
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by G.T.O »

Watkinssien wrote:
G.T.O wrote:

Oui, le Kurosawa est magnifique ! Esthétiquement l'un des impressionnants que j'ai pu voir du réalisateur, aussi beau que Ran. Dans la thématique, la bienveillance, l'humanisme qui s'en dégage exempte de sentimentalisme, on songe à Montaigne.
Rien que la séquence avec la patiente "folle", et j'en ai des frissons. Oeuvre majeure, en effet.
Scène inouïe. Quasi Hypnotique, comme une danse de la mort, qui vient de nouveau accomplir le cheminement, l'élévation, du jeune médecin.
Beule
Cadreur
Posts: 4303
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Beule »

Profondo Rosso wrote: Ca c'est du combo Shunji Iwai/Makoto Shinkai qui fait plaisir ! Et curiosité titillée pour le Yamada que je n'ai pas vu :wink:
Iwai/Shinkai, je suis clairement conquis. Seule désillusion (sévère :oops: ), All about Lily Chou-Chou, mais je ne doute pas qu’il s’agisse d’un simple incident de parcours. Malheureusement, pas réussi à dégoter la version live de Hana et Alice dont l’animé est la préquelle.

Je n'ai vu qu'une poignée de Yamada mais, jusqu'ici, je n'ai jamais été déçu. Celui-ci se hisse en tête de liste aux côtés de La Servante et le samouraï. Un charme presque indéchiffrable opère, qui tend moins à dépoussiérer le classicisme de la mis en scène, que d’aucuns pourraient juger presque anachronique, qu’à le sertir de sa limpide évidence pour renouer avec une forme de cinéma originel, étranger à tout effort, à tout calcul ou second degré. Cette probité objective, qui jamais ne fait obstruction à l’humour décalé ni au relevé sarcastique, aimante la captation de l’apprivoisement sentimental du couple, pivot du film, vers l’auscultation souverainement dédramatisée des frémissements du cœur. Et c’est la reconduction de ce précepte, à mille lieues de l’exhortation affective propre au mélodrame, qui restitue à la séquence finale, maintes fois vue, l’éclat virginal de sa capiteuse beauté apaisée. Un bijou qui appelle urgemment à la découverte des Mouchoirs jaunes du bonheur, le road movie tourné par Yamada trois ans plus tôt qui réunissait déjà le couple Ken Takakura/Chieko Baishô dont l’alchimie crève l’écran. (édité en BR par Twilight Time mais zone A locked :cry: )
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90463
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

Allez hop, celui-ci devrait tenir tout le mois à priori ; très grande redécouverte. Je devais l'avoir vu dans les années 80 et probablement en VF.

Image