Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 13466
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Zelda Zonk »

Jeremy Fox wrote:36 films et c'est un iranien qui m'était totalement inconnu qui remporte la palme


Mon quinté en images :


Image

Image

Image

Image

Image
Très content pour "Phantom Thread" et "Le redoutable" ; surtout pour ce dernier en fait, car on est pas beaucoup à l'avoir aimé sur ce forum :)
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 13466
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Zelda Zonk »

Image

Le Bel Antonio

Grand film.

Si quelqu'un peut me dire si Pierre Brasseur avait la double nationalité Franco-italienne ou pas ? Ou était-il doublé ? Je n'ai pas réussi à trouver d'infos à ce sujet.
Il est bluffant dans son rôle de père sicilien macho et je n'ai décelé aucun accent français, d'où ma question.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93070
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

Zelda Zonk wrote:
Très content pour "Phantom Thread" et "Le redoutable" ; surtout pour ce dernier en fait, car on est pas beaucoup à l'avoir aimé sur ce forum :)
J'étais d'ailleurs ravi d'être tombé sur ton avis après avoir visionné le film :wink:
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16745
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Père Jules »

Encore un nombre de films vus totalement famélique ce mois-ci mais malgré tout un petit coup de coeur

Image
Valse d'amour de Dino Risi avec un Vittorio Gassman bouleversant.
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 13466
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Zelda Zonk »

Père Jules wrote:Encore un nombre de films vus totalement famélique ce mois-ci mais malgré tout un petit coup de coeur

Image
Valse d'amour de Dino Risi avec un Vittorio Gassman bouleversant.
Je le note, merci !

Je suis dans un cycle de cinéma italien en ce moment, ça tombe bien :)
User avatar
The Boogeyman
Accessoiriste
Posts: 1634
Joined: 25 Jul 13, 14:45
Location: Antartica - 1982

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by The Boogeyman »

Au rayon découvertes, un mois d'Avril dominé par Sidney Lumet.

Paradoxalement si le topic s'appelait "déception, déconvenue, navet... du mois" le réalisateur serait aussi en forte représentation (Avec Piege Mortel - 1982 / L’Avocat du diable - 1993 entres autres). Ca a été tout l'un ou tout l'autre.

Ce qui m'amène à évoquer un de ses films qui a quand même été présenté et sélectionné en compétition officielle au festival de Cannes en 1992 : Une étrangère parmi nous.
Film qui se targue d'une plutôt bonne réputation, qui s'offre même une critique positive et un 7/10 sur DVDClassik... tous cela ajoutant donc à la confusion de la vision du dit film car j'ai pour ma part assisté à une douloureuse séance face à un navet ; le mot étant encore trop timide je trouve ; l'ensemble m'ayant semblé d'un grande bêtise, d'un mauvais gout, des interprétations désastreuses (Melanie Griffith et John Pankow sont consternants) et des dialogues bêtifiants n'aidant pas les interprétations. Je n'ai absolument rien trouvé à sauver de ce film vraiment pénible.




1 • The Offence - 1973 / S. Lumet _ 8

Image

2 • L’Île aux chiens - 2018 / Wes Anderson _ 8

Image

3 • Mystery Train - 1989 / J. Jarmusch _ 7,5

Image

4 • La Colline des hommes perdus - 1965 / S. Lumet _ 7,5

Image

5 • À bout de course - 1988 / S. Lumet _ 7

Image
" Accélère minouche !" - Michel Poiccard /// “When you have to shoot shoot don't talk” - Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez /// "Alors tu vois où elles nous ont menées tes ondes négatives, tu devrais avoir honte.” - Oddball dit Le Cinglé /// "Wake up !... Time to die" - Leon Kowalski /// "C'est quoi minouche ?" - Patricia Franchini
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48617
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flol »

Pas de film prévu ce soir, donc le bilan de mon mois ressemble à ça :

1.
Image
Isle of Dogs - Wes Anderson

2.
Image
Je veux seulement que vous m'aimiez - Rainer Werner Fassbinder

3.
Image
L'Opéra - Jean-Stéphane Bron

4.
Image
The City of the Dead - John Llewellyn Moxey

5.
Image
Faute d'amour - Andreï Zviaguintsev
User avatar
El Dadal
Réalisateur
Posts: 6314
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by El Dadal »

The Boogeyman wrote: Ce qui m'amène à évoquer un de ses films qui a quand même été présenté et sélectionné en compétition officielle au festival de Cannes en 1992 : Une étrangère parmi nous.
Film qui se targue d'une plutôt bonne réputation, qui s'offre même une critique positive et un 7/10 sur DVDClassik... tous cela ajoutant donc à la confusion de la vision du dit film car j'ai pour ma part assisté à une douloureuse séance face à un navet ; le mot étant encore trop timide je trouve ; l'ensemble m'ayant semblé d'un grande bêtise, d'un mauvais gout, des interprétations désastreuses (Melanie Griffith et John Pankow sont consternants) et des dialogues bêtifiants n'aidant pas les interprétations. Je n'ai absolument rien trouvé à sauver de ce film vraiment pénible.
Une très belle scène de danse traditionnelle, une douceur globale dans l'approche et la photo, James Gandolfini jeune avec des cheveux... Pas un grand film, mais si on veut trouver des points positifs, on peut.
User avatar
The Boogeyman
Accessoiriste
Posts: 1634
Joined: 25 Jul 13, 14:45
Location: Antartica - 1982

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by The Boogeyman »

El Dadal wrote:James Gandolfini jeune avec des cheveux...
Ce n'est pas un argument valable :D
D'autant que la fameuse scène soit disant "sensible" (dixit la critique de Olivier Bitoun sur DVDClassik) concernant son personnage
est aussi mal interprétée et aussi mal dialogué que le reste.
El Dadal wrote:une douceur globale dans l'approche
Etant donné que le spectateur est introduit dans l'univers via le personnage comico-outrancié interprété par Melanie Griffiths qui a un jeu et des dialogues aussi subtiles qu'un semi-remorque, j'ai pas du tout ressenti cette approche. Non vraiment il n'y a rien qui pourrait me faire revoir le film autrement.
Mais ce n'est que mon expérience et mon ressenti et je salue celles et ceux qui ont réussis à y voir une oeuvre sensible et profonde sur la confrontation de 2 mondes.
" Accélère minouche !" - Michel Poiccard /// “When you have to shoot shoot don't talk” - Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez /// "Alors tu vois où elles nous ont menées tes ondes négatives, tu devrais avoir honte.” - Oddball dit Le Cinglé /// "Wake up !... Time to die" - Leon Kowalski /// "C'est quoi minouche ?" - Patricia Franchini
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4540
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by G.T.O »

Mon duo du mois:

Image

The Rider, Chloe Zhao

Image

You never really here, Lynne Ramsay
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48617
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flol »

Tu fais plaisir (pour les 2).
Tom Peeping
Assistant opérateur
Posts: 2330
Joined: 10 May 03, 10:20

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Tom Peeping »

J'ai vu en avril

Image

*** excellent / ** bon / * moyen / 0 mauvais

Annihilation (Alex Garland, 2018) 0
Cinq scientifiques femmes envoyées explorer une zone mystérieuse y découvrent d'inquiétantes mutations du vivant. Si le film était resté sur de la SF d'aventures avec du fond, il aurait sans doute été excellent. Hélas, la lenteur ampoulée du rythme, le jeu monolithique (comme souvent) de Natalie Portman, la laideur et l'inintelligibilité de la fin ajoutés à la prétention de l'ensemble ont raison de la patience et on finit par se dire tout ça pour ça ? Netflix

Instalife / Ingrid goes West (Matt Spicer, 2017) **
Une jeune femme instable s'installe à L.A. pour se rapprocher d'une starlette (Elizabeth Olsen) qu'elle suit sur Instagram. Pas la comédie attendue car les scénaristes ont choisi la détresse psychologique pour ce pamphlet qui décortique les tentations et les ravages du réseau social. Aubrey Plaza assure sur le fil l'incarnation d'un personnage peu aimable qui cristallise les excès d'individus fragiles dépendants à leur selfies et à leurs likes. Bien vu. BR DE

Hitlers Hollywood / Hitler's Hollywood (Rüdiger Suchsland, 2017) ***
A travers une pléthore d'extraits de films produits en Allemagne de 1933 à 1945, ce doc explore le vocabulaire, la grammaire et le symbolisme visuels du cinéma nazi, de la comédie à la propagande. Si la thèse (le IIIe Reich lui-même aurait été une réalisation au sens cinématographique) est captivante mais discutable, les fascinants extraits - on veut voir tous les films - montrent l'hypertrophie des sentiments et des messages véhiculés. Un essai brillant. DVD Z2 DE

My friend Dahmer (Marc Meyers, 2017) ***
En 1978, la dernière année scolaire de Jeffrey Dahmer. Cette adaptation de la BD de Derf Backderf (copain de classe de Dahmer), débute avec humour par les excentricités comportementales du futur serial killer et vire vers la franche inquiétude en suivant la plongée de celui-ci dans la psychose. Dans un rôle complexe, Ross Lynch (frais sorti de Disney Channel) est étonnant. Un film dérangeant, sorte de prequel hybride de "Carrie" et de "Elephant". BR US

Casting JonBenet (Kitty Green, 2017) **
En 1996, JonBenet Ramsey, reine de beauté de 6 ans, est retrouvée morte par ses parents dans leur maison du Colorado. De ce fait divers non élucidé qui obsède l'Amérique, la réalisatrice tire une galerie de portraits : ceux de candidats à un casting pour un film qui ne sera pas réalisé. Chacun y va de son avis, de son histoire personnelle, de ses fêlures. Le mix de confession, de performance, de cruauté et de propos de comptoir est fascinant. Netflix

Desert hearts (Donna Deitch, 1985) **
En 1959 près de Reno, Nevada, une enseignante de Columbia en attente de divorce et une jeune lesbienne du coin sont attirées l'une par l'autre. Un petit film indépendant dont l'histoire d'amour simple et apaisée entre deux femmes ne joue pas de provocation, de voyeurisme ou de jugement, ce qui en fait toute l'originalité et la force, aujourd'hui comme il y près de 35 ans. Helen Shaver et Patricia Charbonneau forment un couple d'écran rayonnant. BR UK

Ces folles filles d'Eve / Where the boys are (Henry Levin, 1960) **
Un weekend du Spring Break, quatre copines de fac partent rencontrer des garçons à Fort Lauderdale. Les prémices de la révolution sexuelle font une discrète apparition dans ce film du tournant des 60's où la sociologie à la sauce hollywoodienne panache avec l'humour avant de bifurquer vers le drame alarmiste, moins convaincant. Dolores Hart, Paula Prentiss, Yvette Mimieux et (dans une moindre mesure) Connie Francis sont super. BR US

La femme de feu / Ramrod (André de Toth, 1947) **
Dans l'Utah, le fille d'un propriétaire terrien demande à un ancien alcoolique de l'aider à établir son propre ranch malgré les menaces des concurrents. Un western aux accents de film noir et au scénario parfois emberlificoté où l'héroïne ment et manipule en faisant des victimes directes et collatérales. Veronica Lake (froide mais c'est elle et ça lui va bien) et Joel McCrea (très touchant) mènent un excellent casting dans de beaux paysages naturels. BR UK

L'atelier (Laurent Cantet, 2017) **
A La Ciotat, une femme écrivain anime un atelier d'écriture pour quelques jeunes. Le conflit couve avec l'un, ombrageux et attiré par la droite radicale. Si l'histoire enfonce des portes ouvertes (le désoeuvrement conduit à la délinquance ; la culture est un repère...), l'intensité du jeu de Matthieu Lucci, une révélation dans son premier rôle, est captivante. Marina Foïs, la seule actrice pro du film, semble par contraste presque fausse. A voir, pour lui. BR FR

The Big TNT Show (Larry Pearce, 1966) *
Capitalisant sur le succès du TAMI Show de 1964, la suite vient un an plus tard. Dans un auditorium de L.A. rempli d'ados excités, 11 invités performent (Ray Charles, Petula Clark, Bo Diddley, Joan Baez, The Ronettes, Roger Miller, The Byrds, Donovan...). Contrairement au dynamisme du TAMI Show, l'ensemble est inégal et poussif, les artistes ayant peu d'homogénéité. Tina Turner emporte le morceau avec un remuant "Please, please, please". BR US

Happy end (Michael Haneke, 2017) **
A Calais, trois générations d'une famille bourgeoise renfermée sur elle-même subissent l'assaut de leurs frustrations. On est d'abord assez perdu dans les conflits éclatés des personnages avant de s'y laisser guider par la tragique petite fille (Fantine Harduin, formidable) dans cette comédie féroce de noirceur qui ne laisse aucun de ses membres intact. Evidemment, la mise en scène de Haneke est brillante, le casting aussi (Trintignant notamment). BR FR

The kid (Charles Chaplin, 1921) **
Le vagabond trouve et élève un enfant abandonné. Le premier long métrage du réalisateur (à 55', c'est plutôt un moyen métrage) présente des moments de grâce inoubliables, tous lorsque le petit Jackie Coogan est à l'écran : son naturel radieux est irrésistible. Malgré la séquence du rêve à la fin, qui casse un peu la dynamique du film, l'humanité et la générosité des rapports entre les personnages principaux annoncent les plus grands Chaplin. BR UK

Beatriz at dinner (Miguel Arteta, 2017) ***
A Los Angeles, une sophrologue mexicaine se retrouve à un dîner chic où un des riches convives la traite avec condescendance jusqu'à l'affrontement. Un conte implacable dont les éléments de satire sociale font vite place à une tension psychologique qui tourne au malaise. Salma Hayek et John Lithgow, formidables, incarnent les deux faces et mentalités d'une Amérique au dialogue rompu. Sec et cruel, le premier film pamphlet sur l'ère Trump ? DVD Z1 US

Sarati le Terrible (André Hugon, 1937) **
A Alger, un entrepreneur crapuleux amoureux de sa nièce voit d'un mauvais oeil l'arrivée d'un docker atypique dont s'éprend la jeune femme. Sur un étonnant thème de désir incestueux, un film où le réalisateur discret a eu le flair de laisser le champ libre à une brochette d'acteurs qui font des numéros exceptionnels : Harry Baur, géant ; Jacqueline Laurent et Georges Rigaud, très bons ; Dalio sublime de cabotinage et Jean Tissier de veulerie. Enreg TV

Une soirée étrange / The old dark house (James Whale, 1932) **
Lors d'une tempête, des voyageurs trouvent refuge dans un manoir occupé par une famille d'inquiétants excentriques. Ce film méconnu du cycle d'horror Universal des Thirties, malgré son scénario trop bavard et statique, est sublimé par son humour, une mise en scène utilisant au mieux le décor gothique, le N&B contrasté et l'enthousiasmant casting (Melvyn Douglas, Charles Laughton, Ernest Thesiger, Gloria Stuart et Boris Karloff, génial). BR US

The Crown, Saison 1 (Peter Morgan/Netflix, 2016) *** Mon film du mois
La vie et la carrière d'Elizabeth Windsor, la reine Elizabeth II (ici, les débuts de 1952 à 1955). Ouvrir les portes de Buckingham Palace sur le quotidien et les affaires de la famille royale d'Angleterre, l'idée héritée de "The Queen" (Frears, 2006) fonctionne à plein régime dans ce drame intimiste porté par l'excellence de son scénario, de sa production et de ses acteurs. L'Histoire par un trou de serrure et le portrait touchant d'une femme sans équivalent. BR FR

La femme infidèle (Claude Chabrol, 1969) ***
Un assureur découvre que sa femme le trompe et tue l'amant. D'une histoire limpide, Chabrol tire une tragédie autour d'un couple glacé qui se réveille. Stéphane Audran et Michel Bouquet, déplacés dans le cadre comme des mannequins, désincarnent leurs personnages auxquels la figure crédule de Maurice Ronet fait opposition. La mise en scène qui touche à l'abstraction rengorge de symboles, tel le flic livide et silencieux de la fin. TV
... and Barbara Stanwyck feels the same way !

Pour continuer sur le cinéma de genre, visitez mon blog : http://sniffandpuff.blogspot.com/
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23430
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by AtCloseRange »

Vincente gagne sur le fil!

Image
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10601
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Alexandre Angel »

AtCloseRange wrote:Vincente gagne sur le fil!

Image
....et puis, comment résister à la "chanson du troll" :D ?

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93070
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

The Crown, Meet me in St Louis... ce mois de mai commence très fort 8)

Surtout que pour ma part superbe découverte pour le débuter avec ce film dont je n'ai pas fini de vous parler alors que je n'en attendais strictement rien :

Image

Un western aussi réjouissant qu'étonnant, aussi remuant que plastiquement splendide, qui fonctionne aussi bien comme comédie westernienne que comme western à part entière avec des séquences d'anthologies. Un des très grands Richard Lester malgré sa réputation plus que médiocre.