Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 18956
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by gnome »

Mr-Orange wrote:
Pas sûr que tu aies compris le film...
Oh si, je l'ai parfaitement compris. Juste pas adhéré. Ça arrive, parfois....
Si tu as compris le film et le procédé qui le sous-tend, je ne comprends pas comment tu peux dire :
Parce que tous les retours en arrière que proposent les témoins ne sont pas loin d'être inintéressants.
C'est différents témoignages sont l'essence du film !
Mr-Orange wrote:
C'est ton premier film japonais ? Parce que globalement, ce style de jeu se retrouve dans presque tous les films de cette époque et pire avant.
Non, ce n'est pas mon premier, j'ai plusieurs Mizoguchi et Kurosawa à mon actif, mais en effet, c'est un cinéma que je ne connais presque pas. D'ailleurs, je compte voir Harakiri bientôt...
Et de ce que j'ai vu, le jeu des acteurs est souvent bien plus beau que ce que fait Mifune dans Rashomon. 10 ans plus tard, il est bien plus beau et marquant dans Sanjuro.
Rashomon est peut-être plus théatral que Sanjuro, mais cette théatralité, ces excès sont inhérents au cinéma japonais classique. Il y a souvent quelque chose d'excessif dans leur jeu, même si à côté il peut être extrêmement introspectif. Regarde les Imamura jusque dans les années 70. Regarde pas mal d'Oshima de la même époque...
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22305
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by cinephage »

Pour ce que j'ai pu en observer, le jeu d'acteur japonais conjugue deux axes principaux.
Soit une retenue massive, contenue, les émotions sont maitrisées par une pudeur et/ou un code social qui interdisent de perdre la face ou de se déconsidérer par une attitude impropre, et recommande une attitude stoïque (bon, le terme est malheureux, mais c'est un terme compréhensible) face à l'émotion, soit, au contraire, si la retenue est abandonnée, un abandon complet aux émotions, généralement outrancier, des cris et des larmes, des gesticulations, soit un excès d'expressivité qui démontre, justement, que l'émotion est si forte que la retenue est ici inapplicable, que la digue est débordée. C'est le cas dans Rashomon...
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 18956
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by gnome »

cinephage wrote:Pour ce que j'ai pu en observer, le jeu d'acteur japonais conjugue deux axes principaux.
Soit une retenue massive, contenue, les émotions sont maitrisées par une pudeur et/ou un code social qui interdisent de perdre la face ou de se déconsidérer par une attitude impropre, et recommande une attitude stoïque (bon, le terme est malheureux, mais c'est un terme compréhensible) face à l'émotion
C'est ce que je voulais dire par jeu introspectif...
cinephage wrote:soit, au contraire, si la retenue est abandonnée, un abandon complet aux émotions, généralement outrancier, des cris et des larmes, des gesticulations, soit un excès d'expressivité qui démontre, justement, que l'émotion est si forte que la retenue est ici inapplicable, que la digue est débordée. C'est le cas dans Rashomon...
Tout à fait, ça crie et ça gesticule toujours beaucoup dans les films japonais. Ca me semble inhérent à leur manière de vivre excessive.
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Blue »

Ça m'étonne que vous n'ayez pas mentionné l'influence du théâtre traditionnel japonais (kabuki, nô), qui me semble être une clé de compréhension évidente de la manière dont sont joués et mis en scène bon nombre de films japonais de l'époque.
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 18956
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by gnome »

Blue wrote:Ça m'étonne que vous n'ayez pas mentionné l'influence du théâtre traditionnel japonais (kabuki, nô), qui me semble être une clé de compréhension évidente de la manière dont sont joués et mis en scène bon nombre de films japonais de l'époque.
:idea:
En effet...
aelita
Accessoiriste
Posts: 1769
Joined: 28 Dec 13, 18:34

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by aelita »

Blue wrote:Ça m'étonne que vous n'ayez pas mentionné l'influence du théâtre traditionnel japonais (kabuki, nô), qui me semble être une clé de compréhension évidente de la manière dont sont joués et mis en scène bon nombre de films japonais de l'époque.
Comme gnome :idea: Surtout quand il s'agit de sujets situés dans le Japon ancien, comme Rashomon justement.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? (pensée shadok)
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22305
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by cinephage »

Blue wrote:Ça m'étonne que vous n'ayez pas mentionné l'influence du théâtre traditionnel japonais (kabuki, nô), qui me semble être une clé de compréhension évidente de la manière dont sont joués et mis en scène bon nombre de films japonais de l'époque.
Tu as certainement raison, mais pour n'avoir vu qu'une séance de no (que je n'ai pas bien comprise), et jamais de kabuki, je ne ne connais pas assez ce théâtre pour me sentir capable d'en pointer les influences sur les films japonais, je n'en ai donc pas parlé :oops: . Mais cette influence est selon toute vraisemblance assez forte, en effet.
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12778
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by hellrick »

Candidat très sérieux pour un film assuré de terminer dans mon top10 de l'année

Image


Mais bon il y a aussi Expendables 3 et Les Gardiens de la Galaxie qui arrivent ce mois-ci donc wait and see :D
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10635
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by -Kaonashi Yupa- »

cinephage wrote:
Blue wrote:Ça m'étonne que vous n'ayez pas mentionné l'influence du théâtre traditionnel japonais (kabuki, nô), qui me semble être une clé de compréhension évidente de la manière dont sont joués et mis en scène bon nombre de films japonais de l'époque.
Tu as certainement raison, mais pour n'avoir vu qu'une séance de no (que je n'ai pas bien comprise), et jamais de kabuki, je ne ne connais pas assez ce théâtre pour me sentir capable d'en pointer les influences sur les films japonais, je n'en ai donc pas parlé :oops: . Mais cette influence est selon toute vraisemblance assez forte, en effet.
Effectivement ça me emble tenir de la tarte à la crème un peu facile que de sortir la référence et l'influence d'un jeu théâtrale typiquement japonais sans développer plus : au pire on s'en doute qu'il y a ce lien, au mieux on y voit réellement des références, des liens, si on connait quelque chose au nô et au kabuki... Et à moins d'être un spécialite de la culture japonaise en général et sur ce point en particulier, et d'avoir vu et compri pluieurs représentations, ce n'est pas évident de faire ce lien et de l'étayer pour rendre l'affirmation crédible.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Federico »

1er coup de coeur pour ce documentaire au charme poétique burlesque du au formidable Victor Kossakovsky (Svyato, ¡Vivan las Antipodas!...)

Image
Tishe! (2002, Victor Kossakovsky)
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17793
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Kevin95 »

Petit bilan en retard du mois de juillet avec pas mal de découvertes (l'avantage des vacances me direz vous) notamment quelques claques venant du cinéma de Kinji Fukasaku (grâce à la rétro de la Cinémathèque). C'est donc tout logiquement que la saga Battles Without Honor and Humanity s'accapare la place de film(s) du mois. Une fresque aussi complexe que violente sur l’émergence du gangstérisme dans le Japon de l'après guerre qui n'a pas à rougir mise à coté d'une trilogie The Godfather par exemple.

S'ensuit un polar mélancolique à nouveau du père Fukasaku (Yakuza Burial : Jasmine Flower), un film fantastico-onirique belge fascinant (Les Lèvres rouges), une comédie menée tambour battant par Jacques Becker (Antoine et Antoinette) et enfin encore et toujours Fukasaku et un film noir cette fois nettement plus nerveux (Wolves, Pigs & Men).

Coté flop, j’oublierai un thriller mou du genou (The Mean Season), un film fantastique trop théâtral (Phantom of the Opera), deux films vieillots avec Catherine Deneuve (Manon 70 et Le Vice et la Vertu), une comédie désolante elle aussi pas mal vieillotte (Ferdinand le noceur) et une "chose" ni fait ni à faire (Terminus).

Top 5 Découvertes :

1. Saga Battles Without Honor and Humanity (Kinji Fukasaku, 1973-1974)

Image

2. Yakuza Burial : Jasmine Flower (Kinji Fukasaku, 1976)

Image

3. Les Lèvres rouges (Harry Kümel, 1971)

Image

4. Antoine et Antoinette (Jacques Becker, 1947)

Image

5. Wolves, Pigs & Men (Kinji Fukasaku, 1964)

Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Liste des films découverts (ou presque) :

Battles Without Honor and Humanity : Police Tactics (Kinji Fukasaku, 1974) Image
Yakuza Burial : Jasmine Flower (Kinji Fukasaku, 1976) Image
Les Lèvres rouges (Harry Kümel, 1971) Image
Battles Without Honor and Humanity : Final Episode (Kinji Fukasaku, 1974) Image
Battles Without Honor and Humanity : Proxy War (Kinji Fukasaku, 1973) Image
Battles Without Honor and Humanity : Deathmatch in Hiroshima (Kinji Fukasaku, 1973) Image
Antoine et Antoinette (Jacques Becker, 1947) Image
Wolves, Pigs & Men (Kinji Fukasaku, 1964) Image
La supertestimone (Franco Giraldi, 1971) Image
The Grey (Joe Carnahan, 2011) Image
Under the Flag of the Rising Sun (Kinji Fukasaku, 1972) Image
El espinazo del diablo (Guillermo del Toro, 2001) Image
The Green Slime (Kinji Fukasaku, 1968) Image
Eddie Macon's Run (Jeff Kanew, 1983) Image
La novia ensangrentada (Vicente Aranda, 1972) Image
Silver Streak (Arthur Hiller, 1976) Image
Secret Beyond the Door... (Fritz Lang, 1947) Image
Monsieur Papa (Philippe Monnier, 1977) Image
Flight (Robert Zemeckis, 2012) Image
The House in the Square (Roy Ward Baker, 1951) Image
Bleu comme l'enfer (Yves Boisset, 1986) Image
Message from Space (Kinji Fukasaku, 1978) Image
La Bande du Rex (Jean-Henri Meunier, 1980) Image
The Mean Season (Phillip Borsos, 1985) Image
Phantom of the Opera (Arthur Lubin, 1943) Image
Manon 70 (Jean Aurel, 1968) Image
Le Vice et la Vertu (Roger Vadim, 1963) Image
Ferdinand le noceur (René Sti, 1935) Image
Terminus (Pierre-William Glenn, 1987) Image


Liste des films revisionnés :

Battles Without Honor and Humanity (Kinji Fukasaku, 1973) Image
L'ingorgo (Luigi Comencini, 1979) Image
Il giorno della civetta (Damiano Damiani, 1968) Image
One from the Heart (Francis Ford Coppola, 1982) Image
La Blonde de Pékin (Nicolas Gessner, 1967) Image
Windtalkers (John Woo, 2002) Image
Prénom Carmen (Jean-Luc Godard, 1983) Image
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45040
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flol »

Demi-Lune wrote:Josey Wales hors-la-loi (Clint Eastwood, 1976) Image
L'étranger (Luchino Visconti, 1967) Image
Profession reporter (Michelangelo Antonioni, 1975) Image
Chouette, le mois commence bien.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15730
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Père Jules »

C'est sans compter Le miroir qui arrive bientôt ! :D
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Demi-Lune »

Et qui aura une bien meilleure cotation que ceux-là.
Du côté d'Eastwood et d'Antonioni rien de bien neuf sous le soleil... par contre, je suis quand même particulièrement déçu par le Visconti, qui est pour moi un film raté. Mais je vais m'en expliquer plus en détail dans un topic plus adéquat.
User avatar
Harkento
Assistant opérateur
Posts: 2714
Joined: 12 Oct 11, 18:05
Liste DVD
Location: Lyon

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Harkento »

Image

Les hommes du président de Alan J. Pakula

Premier candidat au film du mois. Magnifique réalisation de Pakula qui maintient un suspense de fou jusqu'à la dernière image ! Il s'agit sans doute d'un des plus beaux duo d'acteurs que j'ai pu voir : Redford et Hoffman s'effacent avec un talent qui n'appartient qu'à eux derrière leur personnage en me faisant complètement oublier les grandes stars qu'ils sont. Et que dire de la somptueuse et discrète photographie de Gordon Willis qui instaure des clairs obscurs absolument prodigieux ! Rajouté à cela que le film parle de l'histoire des Etats-unis et d'un grand scandale qui a vraiment eut lieu, c'est typiquement le genre de film américain que j'affectionne. Après avoir découvert Le choix de Sophie il y a quelques mois, Pakula fait partie de ces cinéastes que j'aurais vraiment redécouvert cette année.