Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4188
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

Ça méritait d'être dit et redit ! 8)
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15698
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Watkinssien »

Voilà! :uhuh:
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50145
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Boubakar »

49 films (re)vus ce mois-ci, avec un film américain en tête du classement pour la première fois de l'année :

1 - Modern romance
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
2 - Les lois de l'hospitalité
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
3 - Section 99
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
4 - Deux moi
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
5 - Si tous les gars du monde
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
User avatar
Flavia
My Taylor is rich
Posts: 3754
Joined: 4 Jun 11, 21:27

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flavia »

Film du mois

Le fils de Jean (Philippe Lioret)

Film très émouvant, humain, autour du thème de la paternité.

Image

Une nouvelle amie (François Ozon)

Image

Les veuves (Steve McQueen)

Image

Corporate (Nicolas Silhol)

Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93320
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

26 films au programme et un quatuor final 100% féministe


Image

Image

Image

Image


Résumé :

* Les Sentiers de la gloire (Paths of Glory) : Stanley Kubrick 1957 : 8.5/10

* Jamais plus toujours : Yannick Bellon 1976 : 7.5/10

* Le Groupe (The Group) : Sidney Lumet 1966 : 7/10
* La Fièvre du samedi soir (Saturday Night Fever) : John Badham 1977 : 7/10
* L'amour violé : Yanick Bellon 1978 : 7/10
* L'amour nu : Yannick Bellon 1981 : 7/10
* La Nuit du chasseur (The Night of the Hunter) : Charles Laughton 1955 : 7/10

* Rox et Rouky (The Fox and the Hound) : Walt Disney 1981 : 6.5/10
* Beaux mais pauvres (Belle ma povere) : Dino Risi 1957 : 6.5/10
* L'Odyssée : Jerome Salle 2016 : 6.5/10
* Patients : Grand Corps Malade 2017 : 6.5/10
* La Lutte des classes : Michel Leclerc 2019 : 6.5/10
* Dis-moi que tu m'aimes : Michel Boisrond 1974 : 6,5/10

* Foxy Brown : Jack Hill 1974 : 6/10
* L'heure magique (Twilight) : Robert Benton 1998 : 6/10
* Coffy la panthère noire de Harlem (Coffy) : Jack Hill 1973 : 6/10
* Raoul Taburin : Pierre Godeau 2019 : 6/10
* Ma Nouvelle amie : François Ozon 2014 : 6/10
* 90's : Jonah Hill 2019 : 6/10

* Monsieur papa : Philippe Monnier 1977 : 5.5/10
* L'Adieu à la nuit : André Téchiné 2019 : 5.5/10

* De bruit et de fureur : Jean-Claude Brisseau 1988 : 5/10

* Ma Vie avec John F. Donovan : Xavier Dolan 2019 : 4/10

* Va voir maman, papa travaille : François Leterrier 1977 : 3.5/10
* Un Jeu brutal : Jean-Claude Brisseau 1983 : 3.5/10

* Le Mustang Noir (Red Canyon) : George Sherman 1949 : 2/10
User avatar
Flavia
My Taylor is rich
Posts: 3754
Joined: 4 Jun 11, 21:27

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flavia »

Tu me donne envie de découvrir les films de Yannick Bellon, très contente pour le film de Sidney Lumet que j’ai apprécié (film du mois en juillet dernier).
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11911
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by MJ »

1. Housekeeping (Bill Forsyth)

Image

2. Trouble in Mind (Alan Rudolph)

Image

3. Ghost Dog (Jim Jarmusch)

Image

4. My Crasy Life (Jean-Pierre Gorin)

Image

5. L'amour... et après (Alan Rudolph)

Image_h.jpg

Bien du plaisir à avoir sinon entamé le Eric Andre Show
et découverte d'un court-métrage assez stupéfiant de Zia Anger (en plus de ses clips) :
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21692
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Rick Blaine »

711 Ocean Drive restera mon grand choc du mois. Un noir formidable.
Image
Le mois complet :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Films découverts ou redécouverts :

711 Ocean Drive, de Joseph M. Newman (1950) : 8,5/10

Les criminels (The criminal), de Joseph Losey (1960) : 7,5/10
L'ange noir, de Jean-Claude Brisseau (1994) : 7,5/10

Il maestro di vigevano, de Elio Petri (1963) : 7/10
Le pistonné, de Claude Berri (1970) : 7/10

Le traquenard des sans-loi (Utah Blaine), de Fred F. Sears (1957) : 6,5/10

Geronimo le peau-rouge (Geronimo), de Paul Sloane (1939) : 6/10
Natchez (The gambler from Natchez), de Henry Levin (1954) : 6/10

Seul contre tous (Rails into Laramie), de Jesse Hibbs (1954) : 5/10

Les chevaliers du Texas (South of St Louis), de Ray Enright (1949) : 4,5/10

Scènes de ménage, de André Berthomieu (1954) : 1/10

Films revus : Hors compétition :

Lord Jim, de Richard Brooks (1964) : 7,5/10

Marche à l'ombre, de Michel Blanc (1984) : 6,5/10
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93320
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

Flavia wrote:Tu me donne envie de découvrir les films de Yannick Bellon,
Tu aimeras ; j'en donne ma main à couper !
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16920
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Profondo Rosso »

Film du mois

1 Lan Yu de Stanley Kwan

Image

2 Vif-argent de Stéphane Batut

Image


3 Family Romance, LLC de Werner Herzog

Image

4 Ad Astra de James Gray

Image

5 Venez donc prendre un café chez nous de Alberto Lattuada

Image
User avatar
Spongebob
Mogul
Posts: 10308
Joined: 21 Aug 03, 22:20
Last.fm
Liste DVD
Location: Pathé Beaugrenelle

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Spongebob »

Seulement 22 films vus ou revus ce mois-ci. Et c'est encore un film muet qui arrive en tête :

1. Les Ailes de William A. Wellman (1927)
Image

2. Cadet d'eau douce de Buster Keaton et Charles Reisner (1928)
Image

3. Roubaix, une lumière de Arnaud Desplechin (2019)
Image


Et en tête des redécouvertes :

1. Le Mécano de la Général de Clyde Bruckman et Buster Keaton (1926)
Image

2. Christine de John Carpenter (1983)
Image

3. Le Cirque de Charles Chaplin (1928)
Image
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5689
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Thaddeus »

Film du mois de septembre


1. Driver (Walter Hill, 1978)


Image


2. Portrait de la Jeune Fille en Feu (Céline Sciamma, 2019)


Image


3. Six Femmes pour l'Assassin (Mario Bava, 1964)


Image


Bonus. Apollo 11 (Todd Douglas Miller, 2019)


Image

Mes découvertes en détail :
Spoiler (cliquez pour afficher)
L’âge de la terre (Glauber Rocha, 1980)
Embarqué dans un discours poétique où roulent les métaphores et où cascadent les imprécations furieuses, le spectateur plus ou moins paumé tente de se raccrocher à quelques maigres repères. Il peut se laisser enivrer par cette hystérie formelle, ce désordre saturé, ce confusionnisme idéologique, ce méli-mélo religieux, ce sérieux rigolard et ce carnavalesque ulcéré cherchant à exalter un messianisme réincarné dans un singulier syncrétisme populaire. Mais il peut aussi (c’est mon cas) se faire proprement assommer par une parole devenue bavardage, par une transe mystique qui n’est plus qu’un hoquet nauséeux, par la défense d’un nationalisme mégalo, par un folklore emplumé sinon empaillé, par un laisser-aller, un débraillé et un n’importe quoi tonitruants qui se croient valeurs révolutionnaires. 2/6

Driver (Walter Hill, 1978)
Il y a le conducteur, virtuose taiseux du volant qui loue ses services à des braqueurs pour semer la police ; le détective, flic le plus obstiné de Californie, sorte de garenne camionné et grimaçant, résolu à coffrer le précédent ; et la joueuse, poupée boudeuse maquillée de cirage Lion noir, qui abat les atouts dont elle dispose dans le jeu de la vie et de l’argent. Personnages réduits à leur stricte fonction, à leur valeur d’archétype, sans aucune épaisseur psychologique, menant un ballet nocturne où brillent les chromes et les pare-brises bleutés des voitures dévoreuses d’asphalte. Si l’on accepte le minimalisme presque abstrait de l’exercice de style, il y a de quoi se laisser fasciner par ce polar urbain dégraissé jusqu’à l’os, tirant un impact maximal de spectaculaires poursuites dans les bas quartiers de Los Angeles. 5/6

Police python 357 (Alain Corneau, 1976)
C’est un film de néon, de phares, de solitudes, de pavés humides, de nuit : en un mot, un polar. Thèmes, situations, tonalité générale découlent directement du thriller. Mais il n’a rien de ces décalcomanies appliquées auxquelles a trop souvent habitué le cinéma hexagonal lorsque, en mal d’inspiration ou de recettes, il louche vers Hollywood. Tissant implacablement sa toile autour du protagoniste, l’histoire révèle l’inadéquation profonde de l’individu à des valeurs dépassées conduisant au refoulement, l’incapacité des personnages à s’accorder au monde dans lequel ils évoluent à la manière d’automates désenchantés. Monde de la contrainte, de la règle, des convenances, que Corneau dénonce en se fiant à une technique solide, réfutant les effets pour mieux inscrire la fiction dans la réalité la plus française. 4/6

Ad astra (James Gray, 2019)
Il serait injuste de reprocher à cette ambitieuse odyssée spatio-futuriste de venir après d’autres entreprises du même ordre, diversement réussies. L’auteur y affirme sa volonté précieuse de confronter ses préoccupations récurrentes à des structures nouvelles, à un contexte inédit pour lui. On peut toutefois regretter qu’il ne trouve pas toujours l’idéale adéquation entre les possibilités de son sujet, au croisement de l’introspection et de l’extraordinaire, et leur pleine cristallisation émotionnelle. Mais, tout imparfait qu’il soit, le film parvient à faire rimer les sollicitations d’un spectacle crédible avec la poétique d’une vision personnelle, le questionnement mélancolique d’une humanité voyageant aux confins d’elle-même avec l’espoir d’une remontée vers les origines qui porterait la promesse d’une renaissance. 4/6

Six femmes pour l’assassin (Mario Bava, 1964)
Dix petits nègres dans un salon de couture. Habité, fiévreux, orageux, le film se fonde sur une imagerie extravagante, délirante, une orgie d’éclairages déments : halos violacés, taches mauves et orangées sur les visages et les murs, signaux verts et rouges dans des living-rooms aux atmosphères tamisées, arbres redessinés en jaune d’or, voitures caressées d’un pinceau azuréen, le tout dans des décors (lourdes draperies, mannequins d’osier) comme meublés par un antiquaire pris de panique, et où sont malmenées quelques jolies femmes glacées d’épouvante. Sous ces délices de fumetti grand luxe, ces crimes pourpres et ces assassinats violines, un thriller nocturne (l’unique scène de jour paraît aussi déplacée qu’une marguerite dans un bouquet d’orchidées) qui exerce un véritable pouvoir de fascination. 5/6

Portrait de la jeune fille en feu (Céline Sciamma, 2019)
Le titre est bien choisi. D’abord parce qu’il donne à ressentir le trajet qui court de l’esquisse à l’achèvement, signale les intentions avant de les transcender, de leur insuffler la matière et la vie présidant à tout acte vibrant de création. Ensuite parce que ce portrait de reconnaissance, de désir et d’amour partagés, puisant dans les vertus d’un regard égalitaire, est émaillé d’images incandescentes qui tiennent à distance l’académisme illustratif et semblent endosser des siècles de secrets ayant consumé le cœur des femmes. Enfin parce qu’inexorablement, en prenant le temps du détail, en regardant ces héroïnes vivre, manger, rire, peindre, s’amuser, un phénomène quasi épiphanique survient, qui conjugue la portée politique du propos à l’embrasement de la passion. Comme la jeune fille, le film a pris feu. 5/6

Un jour de pluie à New York (Woody Allen, 2019)
Woody revient à sa ville, et c’est un bonheur à défaut d’une révolution – dont on a évidemment deviné qu’elle ne surviendra jamais. Il se penche avec une magnanimité non dépourvue d’ironie sur cette jeunesse dorée qui fut sans doute un peu la sienne, sur ce microcosme culturel et dandy qu’il se plaît à égratigner à coups de réflexions barbelées et de notations piquantes, tout en jouant le jeu d’un romantisme suranné, celui des confidences en taxi jaune, des pavés mouillés, des pianos-bars, des promenades à Central Park. Et derrière cette ballade fringante et inactuelle, ce vaudeville sophistiqué à l’écriture affûtée et au rythme très assuré, s’éploie la philosophie souriante d’un auteur pour qui le rêve et l’idéalisme ne sauraient capituler devant les contingences de la réalité. La friandise est délicieuse. 5/6

Les trois visages de la peur (Mario Bava, 1963)
Bava reprend avec ce triptyque les trames d’un fantastique très traditionnel. L’ordre même des sketches témoigne d’une évolution du trop vide (contenu visuel ascétique) au trop-plein (plans en fluorescence), comme s’il s’agissait de colorier progressivement la surface de l’image. La sècheresse du premier segment cède à l’univers merveilleux d’un second qui emprunte aux thèmes oniriques de la littérature slave, et le troisième opère la synthèse d’un cadre réaliste et des artifices de l’épouvante avec la franchise des pochoirs de Méliès. D’une crypte hugolienne sous la lune, évoquant un décor romantique à la Daguerre, à un appartement qui dispose ses poupées comme le Palais des mirages se couvre de glaces ombreuses, le film exaspère ainsi une esthétique compensant en partie la minceur des sujets. 4/6

L’étang tragique (Jean Renoir, 1941)
Son premier long-métrage hollywoodien obéit à une règle d’or de l’auteur : plus c’est local, plus c’est universel. Pour faire exister cette petite communauté bouffie de préjugés, il lui faut toucher du doigt la dureté de l’environnement naturel. Le marais sauvage lui évoque la Sologne (aux lapins et faisans succèdent mocassins et alligators) et lui permet de transposer le conflit individu-collectivité, typiquement renoirien, en conflit homme-nature. Il renoue avec certaines de ses préoccupations à travers une vision nuancée voir sceptique du modèle de société américain, confortée dans ses idées reçues – en cela le film rappelle Furie, qui fut la première expérience de Fritz Lang outre-Atlantique. Mais il reste assez rigidifié par les conventions dramaturgiques et porte les stigmates d’une production interventionniste. 4/6


Et aussi :

Xala (Ousmane Sembène, 1975) - 3/6
Apollo 11 (Todd Douglas Miller, 2019) - 5/6
Réveil dans la terreur (Ted Kotcheff, 1971) - 4/6
Les hirondelles de Kaboul (Zabou Breitman & Eléa Gobbé-Mévellec, 2019) - 4/6
Central do Brasil (Walter Salles, 1998) - 4/6
Tu mérites un amour (Hafsia Herzi, 2019) - 4/6
Nostalgie de la lumière (Patricio Guzmán, 2010) - 4/6
Ceux qui travaillent (Antoine Russbach, 2018) - 4/6
Image

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Août 2019Le coup de l’escalier (Robert Wise, 1959)
Juillet 2019 - La sorcellerie à travers les âges (Benjamin Christensen, 1922)
Juin 2019Parasite (Bong Joon-ho, 2019)
Mai 2019 - Mandingo (Richard Fleischer, 1975)
Avril 2019 - Les oiseaux de passage (Cristina Gallego & Ciro Guerra, 2018)
Mars 2019 - Le convoi (Sam Peckinpah, 1978)
Février 2019Les noces rouges (Claude Chabrol, 1973)
Janvier 2019Un jour dans la vie de Billy Lynn (Ang Lee, 2016)
Décembre 2018Une affaire de famille (Hirokazu Kore-eda, 2018)
Novembre 2018High life (Claire Denis, 2018)
Octobre 2018Nos batailles (Guillaume Senez, 2018)
Septembre 2018Les frères Sisters (Jacques Audiard, 2018)
Août 2018Silent voice (Naoko Yamada, 2016)
Juillet 2018 - L'homme qui voulait savoir (George Sluizer, 1988)
Juin 2018Sans un bruit (John Krasinski, 2018)
Mai 2018Riches et célèbres (George Cukor, 1981)
Avril 2018Séduite et abandonnée (Pietro Germi, 1964)
Mars 2018Mektoub my love : canto uno (Abdellatif Kechiche, 2017)
Février 2018Phantom thread (Paul Thomas Anderson, 2017)
Janvier 2018Pentagon papers (Steven Spielberg, 2017)
Décembre 2017Lettre de Sibérie (Chris Marker, 1958)
Novembre 2017L’argent de la vieille (Luigi Comencini, 1972)
Octobre 2017Une vie difficile (Dino Risi, 1961)
Septembre 2017Casanova, un adolescent à Venise (Luigi Comencini, 1969)
Août 2017La bonne année (Claude Lelouch, 1973)
Juillet 2017 - La fille à la valise (Valerio Zurlini, 1961)
Juin 2017Désirs humains (Fritz Lang, 1954)
Mai 2017Les cloches de Sainte-Marie (Leo McCarey, 1945)
Avril 2017Maria’s lovers (Andreï Kontchalovski, 1984)
Mars 2017À la recherche de Mr Goodbar (Richard Brooks, 1977)
Février 2017Raphaël ou le débauché (Michel Deville, 1971)
Janvier 2017La la land (Damien Chazelle, 2016)
Décembre 2016Alice (Jan Švankmajer, 1987)
Novembre 2016 - Dernières nouvelles du cosmos (Julie Bertuccelli, 2016)
Octobre 2016 - Showgirls (Paul Verhoeven, 1995)
Septembre 2016 - Aquarius (Kleber Mendonça Filho, 2016)
Août 2016 - Le flambeur (Karel Reisz, 1974)
Juillet 2016 - A touch of zen (King Hu, 1971)
Juin 2016 - The witch (Robert Eggers, 2015)
Mai 2016 - Elle (Paul Verhoeven, 2016)
Avril 2016 - La pyramide humaine (Jean Rouch, 1961)
Mars 2016 - The assassin (Hou Hsiao-hsien, 2015)
Février 2016Le démon des femmes (Robert Aldrich, 1968)
Janvier 2016La Commune (Paris 1871) (Peter Watkins, 2000)
Décembre 2015Mia madre (Nanni Moretti, 2015)
Novembre 2015Avril ou le monde truqué (Franck Ekinci & Christian Desmares, 2015)
Octobre 2015Voyage à deux (Stanley Donen, 1967)
Septembre 2015Une histoire simple (Claude Sautet, 1978)
Août 2015La Marseillaise (Jean Renoir, 1938)
Juillet 2015Lumière silencieuse (Carlos Reygadas, 2007)
Juin 2015Vice-versa (Pete Docter & Ronaldo Del Carmen, 2015) Top 100
Mai 2015Deep end (Jerzy Skolimowski, 1970)
Avril 2015Blue collar (Paul Schrader, 1978)
Mars 2015Pandora (Albert Lewin, 1951)
Février 2015La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Janvier 2015Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014Zardoz (Sean Connery, 1974)
Septembre 2014Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014Le prix d’un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014Léon Morin, prêtre (Jean-Pierre Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 201412 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013L’arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013La randonnée (Nicolas Roeg, 1971)
Juillet 2013Le monde d’Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013Chronique d’un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 – Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013L’heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 – Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 – Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 – Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 – Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 – Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 – Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 – Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 – Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 – Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 – L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 – L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 – Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 – Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 – L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 – Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 – Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 – Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 – L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 49097
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flol »

Un top 5 du mois dominé par un quasi chef-d'oeuvre, qui risque fortement de terminer très haut dans mon top 2019.
Et une nouvelle fois, sur les 5, il y en a 3 découverts en salles. Ça risque vraiment d'être une belle année.

1.
Image
Portrait de la jeune fille en feu - Céline Sciamma

2.
Image
The Killers - Robert Siodmak

3.
Image
Une femme est une femme - Jean-Luc Godard

4.
Image
Bacurau - Kleber Mendonça Filho & Juliano Dornelles

5.
Image
Ad Astra - James Gray
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4554
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by G.T.O »

1. The Lost City of Z
Image

2. Cruising
Image


3. The Deer Hunter
Image


3. Le Gout du Saké
Image


4. Passage to India
Image


5. The Texas Chainsaw Massacre 2
Image
User avatar
cinéfile
Accessoiriste
Posts: 1803
Joined: 19 Apr 10, 00:33
Location: Bourges

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by cinéfile »

Un Top 4 pour ce mois-ci :

1- Vaudou (J. Tourneur, 1943)

Image


2- Predator (J. McTiernan, 1987)

Image


3- Boire et déboires (B. Edwards, 1987)

Image


4- L'Homme Leopard (J. Tourneur, 1943)

Image